Choisissez votre radio
Connect with us

Affaire Nicod-Orllati : le Conseil d’Etat rejette les accusations

Publicité

Vaud

Affaire Nicod-Orllati : le Conseil d’Etat rejette les accusations

Les accusations de conflit d’intérêts contre Jacqueline de Quattro par rapport au groupe Orllati sont « dénuées de tout fondement ». Affirmation ce jeudi du Conseil d’Etat vaudois.

Dans un courrier daté du 1er décembre et adressé à la présidente du Conseil d’Etat vaudois Nuria Gorrite, l’ancien rédacteur en chef de 24 Heures, Fabien Dunand, reprochait à la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro « un conflit d’intérêts » dans ce dossier. L’ancien journaliste réclamait que la ministre PLR ne traite plus de l’affaire Orllati-Nicod. Le Conseil d’Etat, après analyse de la situation, lui laisse le dossier :

Jacqueline de Quattro Conseillère d'Etat, DTE, VD

Pour étayer ses accusations de conflit d’intérêts, Fabien Dunand pointait notamment du doigt les liens entre Jacqueline de Quattro et Marc Comina, conseiller en communication au service du groupe Orllati. Jacqueline de Quattro rejette en bloc :

Jacqueline de Quattro Conseillère d'Etat, DTE, VD

Propos recueillis par Charles Super. Deux procédures pénales sont aujourd’hui encore en cours. Explications avec le Chancelier de l’Etat de Vaud, Vincent Grandjean :

Vincent Grandjean Chancelier, Etat de Vaud

Propos recueillis par Margaux Habert. De son côté, le groupe Orllati a déposé plainte contre Fabien Dunand et Bernard Nicod pour calomnie. Pour rappel, le promoteur lausannois est soupçonné d’avoir voulu salir l’image de son rival avec lequel il est en conflit sur le projet des Cèdres à Chavannes-près-Renens.

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Vaud

Retrouvez LFM sur tous les supports

écrans
To Top