Rejoignez-nous

Non classé

Côté Vacances, les photos du tropiquarium de Servion…

Publié

,

le

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non classé

40 nounoursologues au chevet de 900 doudous

Publié

le

L'éléphant soigné par un junior dimanche au CHUV s'est apparemment cassé le bras. (©KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Pas loin de 900 enfants de quatre à dix ans sont venus faire soigner leur doudou samedi et dimanche au CHUV à Lausanne lors de la 11e édition de l’Hôpital des nounours. Une opération qui permet de dédramatiser le monde de l’hôpital.

Chaque jour, les quelque 40 nounoursologues de service, des étudiants en médecine et en soins infirmiers, ont examiné nounours, poupées et autres doudous. « Cette année, il y a eu beaucoup de pattes cassées mais aussi pas mal de gastros », a raconté à Keystone-ATS Nastia Junod, du comité d’organisation.

De la suture à l’AVC

En fonction des bobos, les enfants ont pris part aux différentes activités de soins, comme opérer, faire un pansement, des sutures, une radiographie ou poser un plâtre, le tout de manière ludique. « Nous avons également beaucoup de blessés à recoudre », a poursuivi Mme Junod.

Certains doudous souffraient de maux plus graves: l’un d’eux était atteint d’un AVC, comme probablement un membre de la famille de l’enfant, a expliqué la responsable. Un autre a même été opéré de la vésicule biliaire.

Découvrir l’ambulance

Parmi les nouveautés de cette année, des étudiants ambulanciers ont fait découvrir les secrets de leur véhicule aux petits. Les enfants ont également été sensibilisés à l’appel au 144. Enfin, des étudiants de l’association Escolares ont créé des lunettes pour les doudous et proposé des examens de la vue aux enfants.

Pendant la semaine, de lundi à vendredi, l’Hôpital des nounours avait déjà accueilli de nombreuses classes. Entre 150 à 200 personnes ont été impliquées dans cette 11e édition.

Continuer la lecture

Côté bien-être

L’étoile de Bethléem

Publié

le

L’étoile de Bethléem est une fleur de Bach qui est blanche avec six pétales. Elle peut rappeler la rosace d’une cathédrale.

Cette fleur de Bach peut être utile lors d’un choc physique ou mental et aussi lors d’un chagrin. Elle a des qualités apaisantes et calmantes. Elle peut apporter réconfort et protection.

Lorsqu’une personne a subi un choc ou un traumatisme, l’étoile de Bethléem permet de faire face à ce traumatisme passé que la personne aurait enfoui. Elle permet justement d’équilibrer le psychique et le spirituel, avec l’aide de professionnel, pour confronter ce choc du passé et ses causes.

La personne peut mettre 3 à 4 gouttes de fleur de Bach dans un verre d’eau ou directement sous la langue, à répéter 4 fois par jour. On peut utiliser la fleur de Bach ponctuellement, sur plusieurs semaines ou plusieurs mois pour un traitement de fond.

Si vous avez des questions, vous pouvez m’écrire à sav@lfm.ch et n’hésitez pas à visiter mon site.

Continuer la lecture

Lausanne

« Douceur lausannoise » est le chocolat officiel de Lausanne

Publié

le

Anita Buet, Hermann Ferga, Laurent Buet, Grégoire Junod. (Photo: Arc/Sieber)

Ils ont goûté et ils ont tranché. Un jury d’experts et la Municipalité de Lausanne ont élu « Douceur lausannoise », de la Maison Buet, chocolat officiel de la Ville. Jusqu’en 2020, le bonbon chocolat sera un ambassadeur gustatif officiel de Lausanne. Laurent Buet et son équipe ont réalisé une création qui rappelle les formes des armoiries de la Ville et qui porte les couleurs de l’écusson. Pour le goût, on écoute Laurent Buet :

Laurent Buet Boulanger-pâtissier-confiseur

Le chocolatier a également joué sur les textures avec un coulis de raisiné aux poires, le moelleux de la ganache raisiné caramélisée et le croustillant du praliné. Une élaboration finement pensée. Laurent Buet :

Laurent Buet Boulanger-pâtissier-confiseur

Les gourmands devront patienter encore pour le déguster, il ne sera disponible dans la boutique de la Maison Buet que début décembre.

Un ambassadeur

La Municipalité de Lausanne propose un chocolat officiel depuis 2012. Le gagnant du concours est élu pour deux ans. Grégoire Junod, syndic de Lausanne :

Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Au-delà du plaisir des papilles, ce chocolat est donc appelé à être un véritable ambassadeur de la Ville puisqu’il est offert lors des actions de promotion et de ses échanges protocolaires. Le syndic Grégoire Junod :

Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Continuer la lecture

Actualité

Hommage à Rodolph de Marco

Publié

le

La rédaction de LFM a appris cette semaine, avec la plus grande tristesse, le décès de son ancien rédacteur en chef, Rodolph de Marco. Par ces quelques lignes, elle tient à rendre hommage à celui qui fut l’un des piliers de cette radio de 2004 à 2016.

Qu’il est dur de trouver les mots. En apprenant la disparition soudaine de notre ancien rédacteur en chef, pour une fois, nous, journalistes, sommes restés sans voix. La première réaction fut celle de la surprise, du choc. Plusieurs d’entre nous ignoraient l’existence même de la maladie qui le rongeait et a fini par l’emporter. Les autres, informés, s’étant parfois préparés à l’idée funeste, furent néanmoins fauchés par cette nouvelle irréaliste.

Il n’est pas dans l’ordre des choses qu’un homme dans la force de l’âge disparaisse en l’espace de quelques mois, laissant derrière lui femme, enfant, parents. Il y a comme un sentiment d’injustice et d’absurdité qui vous envahit, d’incompréhension. Et pourtant, les exemples que l’on connaît par ailleurs dans nos vies privées le démontrent, ainsi va la vie.

La majorité des journalistes composant aujourd’hui la rédaction de LFM sont des recrues de Rodolph de Marco. Jeunes et alors inexpérimentés, nous avons appris, pour plusieurs d’entre nous, le métier à « l’Ecole Rodolph ». Sa méthode, c’était d’abord la confiance. Très vite, vous étiez lâché dans le vide. Vous vous retrouviez seul à l’antenne très (trop ?) tôt ou seul à réaliser des interviews ou des reportages sur des sujets complexes. Il ne fallait pas voir là la démission de notre chef ou son absence de pédagogie. C’était plutôt le signe de la confiance qu’il plaçait en vous et vos capacités à aborder ce défi qu’il vous soumettait. Face au mur, il savait que vous trouveriez les clés pour grimper. La plupart du temps, il voyait juste, et cette liberté doublée de confiance vous faisait grandir.

Rodolph, c’était aussi ce recul, ce détachement, ce dilettantisme diront les plus critiques, une distance néanmoins nécessaire à l’exercice de notre métier. Une attitude que l’on ressentait aussi à l’antenne avec ce flegme inimitable qu’il avait lorsqu’il racontait la vie du canton, la vie du monde, de son monde.

Rodolph, c’était évidemment la passion. Celle de son métier mais surtout celle de sa région, de son terroir et de ses artisans. Fou de culture, de musique, de cinéma, de littérature, il surgissait parfois comme un diable en boîte de son bureau pour prendre part aux discussions qui ponctuaient la vie de la rédaction. Partisan du mieux vivre, sensible à une alimentation équitable et attentif à l’environnement, il se délectait aussi des petits bonheurs de la vie. D’un calme olympien, il était encore le roc auquel se raccrochaient les journalistes de la radio.

Rodolph a quitté la rédaction durant l’été 2016. Malgré les hauts et les bas propres à toutes relations, il faut retenir et rappeler aujourd’hui l’essentiel : notre succès est son succès. Durant 12 ans, il aura tenu les rênes de cette équipe, formant les journalistes qui sont encore aujourd’hui à l’antenne. Pour cela, nous lui serons éternellement reconnaissants.

Aujourd’hui, son sourire et son rire raisonnent encore dans nos couloirs sur les murs desquels sont accrochées des photos de lui et des autres personnes qui ont participé au cours de leur vie à l’aventure LFM.

À sa fille qu’il aimait par-dessus tout, à sa femme, à ses parents, à ses proches, nous transmettons nos plus sincères pensées.

La rédaction LFM

Continuer la lecture

Karmacadabra

Elodie Mazza, sur la voie du cœur

Publié

le

Elodie Mazza est notre invité ce soir.

Née en 1991 dans la région de la Broye, espiègle et curieuse de la Vie, Elodie a grandi entourée par des personnes ouvertes à la spiritualité, au développement personnel, sensibles à la nature. Elle avoue elle-même que cette environnement lui a donné la possibilité d’évoluer et de développer sa sensibilité.

Elle partage avec nous un bout de son histoire, de ses premières expériences avec l’invisible, alors qu’elle était enfant, aux soins qu’elle propose actuellement.

Elodie Mazza exprime aussi ses talents au travers de l’art et la peinture, des œuvres a retrouver sur son site internet ou sa page Facebook.

Elodie Mazza - Partie 1 elodiemazza.com

Elodie Mazza - Partie 2 elodiemazza.com

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Vous aurez bien du mal à vous concentrer et à communiquer, car votre esprit passera le plus clair de son temps dans le vague.

Publicité

Les Sujets à la Une

X