Rejoignez-nous

Culture

Affaire Bouvier à Genève: la procédure pénale est classée

Publié

,

le

Le Ministère public genevois a classé la procédure pénale dirigée contre Yves Bouvier. Cette décision fait suite au retrait des plaintes de Dimitriy Rybolovlev, un accord ayant été conclu entre les parties (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Ministère public genevois a classé la procédure pénale dirigée contre Yves Bouvier. Cette décision fait suite au retrait des plaintes de Dimitriy Rybolovlev, un accord ayant été conclu entre les parties.

Yves Bouvier et Dimitriy Rybolovlev étaient en litige depuis 2015, après la vente par le premier aux sociétés liées au second de 38 oeuvres d'art entre 2003 et 2014, d'une valeur totale de 2,2 milliards de francs, a rappelé jeudi le Ministère public. Ces sociétés avaient déposé plainte pénale à l'encontre de M. Bouvier et d'autres prévenus à Monaco en 2015 et à Genève en 2017 pour escroquerie par métier, blanchiment d'argent et gestion déloyale.

Le 20 novembre dernier, les parties ont informé le Ministère public qu'elles ont conclu un accord. Les parties plaignantes ont retiré leur plainte. La procédure a été classée par ordonnance le 6 décembre. Les frais de procédure, arrêtés à 100'000 francs, ont été mis à la charge d'Yves Bouvier, a précisé le Ministère public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Prix Pritzker de l'architecture décerné au Japonais Riken Yamamoto

Publié

le

Riken Yamamoto est réputé pour son travail combinant l'architecture et des préoccupations d'ordre social (Archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le prix Pritzker, plus haute distinction mondiale de l'architecture, a été décerné mardi au Japonais Riken Yamamoto, selon l'organisation basée à Chicago. Le lauréat est réputé pour son travail combinant l'architecture et des préoccupations d'ordre social.

"Riken Yamamoto, architecte et militant social" oeuvre à "des sociétés harmonieuses en dépit de la diversité des identités, des économies, des politiques, des infrastructures et des logements", ont salué dans un communiqué les organisateurs du prix Pritzker souvent comparé au "prix Nobel" de l'architecture.

"Pour moi, reconnaître (l'existence d'un) espace est une reconnaissance de toute une communauté", a déclaré dans le communiqué le lauréat né en 1945 à Pékin mais qui a émigré à Yokohama au Japon après la Seconde guerre mondiale.

"L'approche actuelle de l'architecture met l'accent sur la vie privée en niant la nécessité des relations sociales. Nous pouvons pourtant continuer de respecter la liberté de chaque individu tout en vivant ensemble dans un espace architectural, comme une République qui forge de l'harmonie entre les cultures et les étapes de la vie", a plaidé M. Yamamoto cité par les organisateurs du prix Pritzker.

"Elégance, normalité, poésie et joie"

Riken Yamamoto a été choisi "d'abord parce qu'il nous rappelle qu'en matière d'architecture, comme en démocratie, les espaces doivent être créés par la détermination des populations", a jugé le jury de la prestigieuse récompense cité dans un communiqué.

"Son architecture exprime clairement sa foi dans les structures modulaires et la simplicité de ses formes. Elle ne dicte rien mais permet aux gens de façonner leur vie dans des ensembles immobiliers avec élégance, normalité, poésie et joie", ont encore fait valoir les jurés.

La majorité des travaux et ensembles architecturaux de Yamamoto se trouvent au Japon mais aussi à Zurich et en Chine. Riken Yamamoto succède au Britannique David Chipperfield en 2023 qui avait été couronné après l'architecte burkinabè Diébédo Francis Kéré, premier représentant d'un pays africain à recevoir la prestigieuse récompense.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

L'humour pour faire comprendre les préjugés inconscients

Publié

le

Severin Dressen est directeur du zoo de Zurich. Dans la vidéo "In her Chair", il a répondu à des questions qui sont normalement posées à des femmes, mais qui semblent absurdes et font rire qunad elles sont posées à des hommes. (© Handout: Still aus dem Video "In her Chair")

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes vendredi, une vidéo aborde avec humour un sujet souvent âprement discuté : les femmes aux postes de direction. Dix patrons doivent répondre à des questions généralement posées aux femmes.

"Vous avez une allure fantastique aujourd'hui. Pensez-vous que cela soit un avantage pour votre carrière ?" Ou : "Comment s'est passée votre première journée de travail après votre congé maternité ?" Ou encore : "Vos collègues font appel à un strip-teaseur après un événement d'entreprise. Vous partez ou vous restez ?" Ce sont des questions qui peuvent paraître "normales" lorsqu'elles sont posées à une femme. Mais si elles sont posées à un homme, la situation devient grotesque et hilarante.

Jouer avec les préjugés

C'est ce qu'a voulu faire la Zuruchoise chasseuse de têtes Claire Garwacki. En janvier, elle a produit une vidéo dans laquelle des situations d'interview sont reproduites. Les personnes interrogées sont dix chefs d'entreprises suisses, tous des hommes. Ont par exemple participé Erland Brügger et Silvan Brauen de Rivella, Severin Dressen du zoo de Zurich, Richard Saynor de Sandoz, Andreas Schollin-Borg de Batmaid ou Fabrice Zumbrunnen, ex-CEO de Migros.

Le résultat est une vidéo qui joue avec les clichés et les préjugés. "Indépendamment du sexe, nous avons tous inconsciemment des idées préconçues sur les rôles de genre", a expliqué Claire Garwicki à Keystone-ATS.

Réfléchir avec le sourire

Selon elle, il était important de choisir un format humoristique. Pour ce qui est des réactions des patrons dans la vidéo, elles ont dépassé son attente. Car à plusieurs reprises, ils ne se contentent pas de sourire, un large sourire s'affiche même.

Et : "Même si je dirais de moi que je suis fondamentalement impartial, ouvert et tolérant, le projet m'a confirmé une fois de plus que je ne suis pas exempt de tout préjugé", déclare par exemple le directeur du zoo de Zurich, Severin Dressen. Cela le fait réfléchir. "Et cela montre l'ampleur du travail qu'il nous reste à accomplir", ajoute-t-il.

La réaction des patrons est révélatrice. Par exemple, à la question sur le premier jour de travail après la pause bébé, un des hommes interrogés dans la vidéo répond qu'il a assisté à la naissance "et qu'ensuite je suis retourné travailler". Lorsque la vidéaste demande à un autre interlocuteur si son physique est un avantage pour sa carrière, il répond par un rire spontané et un simple "non".

La vidéo "In her Chair" a été publiée mardi dans les trois langues nationales en vue de la Journée internationale des droits des femmes, par exemple sur YouTube.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Ciao-Ciao Bourbine" dans le top ten des films suisses

Publié

le

L' humoriste Vincent Kucholl joue un fonctionnaire zélé dans "Ciao-Ciao Bourbine", qui cartonne depuis novembre dans les cinémas suisses. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

"Ciao-Ciao Bourbine" a enregistré un total de 339'051 entrées depuis sa sortie en salles. La comédie fait désormais partie du club restreint du top ten des films suisses les plus populaires de tous les temps, a indiqué le distributeur DCM Film Distribution.

Le film du réalisateur Peter Luisi ("Flitzer", "Prinzessin"), avec le trio formé de Beat Schlatter, l'humoriste romand Vincent Kucholl et la comédienne tessinoise Catherine Pagani, est sorti fin novembre dans les cinémas de Suisse alémanique et du Tessin. Pendant ces quelques semaines déjà, les fans de cinéma ont été si nombreux à se précipiter dans les salles que le film est devenu le plus populaire de l'année 2023.

Mi-janvier, la comédie, dans laquelle on voit apparaître Vincent Veillon, le complice de Vincent Kucholl, a débarqué en Suisse romande. Désormais, "Bon Schuur Ticino" a dépassé "Platzspitzbaby" (2019) du réalisateur fribourgeois Pierre Monnard dans le palmarès des films suisses les plus populaires de 1976 à 2022, établi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). La comédie s'est ainsi hissée à la dixième place de ce palmarès.

Le leader incontesté, avec 942'110 entrées, reste "Le faiseur de Suisse" (1978) de Rolf Lyssy, suivi par "Les mamies font pas dans la dentelle" (2006) de Bettina Oberli et "Je m'appelle Eugen" (2005) de Michael Steiner.

Dans"Ciao-Ciao Bourbine", le petit monde helvétique s'effondre un dimanche de votation. Les Suisses approuvent l'initiative "No Bilingue" et optent pour une seule langue nationale : le français.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Neuchâtel: 50 notices biographiques pour valoriser les femmes

Publié

le

La place Agota Kristof a été inaugurée en mai 2023 (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Ville de Neuchâtel publie, en collaboration avec l’Université de Neuchâtel, 50 notices biographiques originales consacrées à des femmes ou groupes sociaux féminins. Ce projet vise à favoriser une meilleure représentation féminine dans l'espace public.

"En attendant que de nouvelles rues soient nommées en leur honneur, les notices seront publiées chaque semaine dans le journal communal N+ avec un portrait illustré", a indiqué mardi la Ville. Le public pourra découvrir des politiciennes, artistes, militantes, écrivaines, ouvrières, migrantes ou paysannes, qui n'ont pas été retenues la plupart du temps par la mémoire collective.

Dans le cadre de réflexions entamées en 2018 avec l’attribution d’une place dédiée à Tilo Frey, la Ville a mandaté l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel pour constituer une liste de 50 personnalités féminines remarquables ou représentatives de la diversité des parcours de vie. L'an dernier, elle a attribué le nom d'Agota Kristof à une place au sud du Collège latin.

http://www.neuchatelville.ch/50-femmes

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X