Rejoignez-nous

Culture

Droits voisins: accord entre Google et la presse française

Publié

,

le

L'accord entre Google et l'Alliance pour la presse d'information générale (Apig) française "fixe les principes" pour une rémunération de la presse "sur la base de critères transparents et non discriminatoires", selon un communiqué commun des deux parties (image d'illustration). (© KEYSTONE/DPA/MOHSSEN ASSANIMOGHADDAM)

Google a signé un accord avec la presse quotidienne française pour rémunérer celle-ci au titre des "droits voisins". Il s'agit d'une avancée majeure dans un dossier qui empoisonne depuis plus de deux ans les relations entre la presse française et le géant américain.

Les "droits voisins du droit d'auteur", institués en 2019 par une directive européenne, permettent aux journaux, magazines ou agences de presse de se faire rémunérer lorsque leurs contenus sont réutilisés sur internet par les grandes plateformes.

S'agissant de Google, les droits voisins doivent rémunérer les extraits de presse qui apparaissent dans les pages de résultats du moteur de recherche. Leur mise en place s'est révélée être une rude bataille, tant le principe était combattu par les géants du net, et Google en particulier.

"Etape historique"

L'accord annoncé jeudi entre Google et l'Alliance pour la presse d'information générale (Apig), qui regroupe près de 300 titres de presse quotidienne nationale, régionale et locale, remplace ainsi un précédent accord annoncé en janvier 2021.

Celui-ci avait été rendu inopérant par une décision de l'Autorité de la concurrence en juillet 2021, condamnant Google à 500 millions d'euros d'amende pour ne pas avoir négocié "de bonne foi" avec les éditeurs de presse.

Le nouvel accord annoncé jeudi est en tout cas "une étape historique dans la mise en oeuvre" des droits voisins, ont souligné Google et l'Apig dans un communiqué commun. Il "fixe les principes" pour une rémunération de la presse "sur la base de critères transparents et non discriminatoires", ont-ils expliqué.

Ni Google, ni l'Apig n'ont souhaité donner d'indication sur le montant estimé des droits à répartir. Mais certains quotidiens, qui ont déjà signé des accords individuels avec Google, ont toutefois donné des indications sur les montants qu'ils avaient réussi à négocier.

Le Monde, par exemple, a trouvé un accord qui représente environ 1 million d'euros par an, avait déclaré le 1er février son patron, Louis Dreyfus, sur BFM Business.

Jean-Michel Baylet, le directeur du groupe La Dépêche du Midi, a de son côté estimé "autour de 2 millions d'euros" le montant annuel que son groupe devrait percevoir dans ses accords avec Google et avec Facebook, qui est lui aussi concerné par les droits voisins (le groupe a signé un accord-cadre avec l'Apig en octobre dernier).

D'autres accords attendus

Selon Google, l'accord avec l'Apig représente "25% des titres de presse en ligne, 40% de l'audience en ligne et 40% des emplois de journalistes avec carte de presse".

Google espère progresser encore prochainement, en signant des accords du même type avec le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) et des acteurs individuels, notamment les sites d'information de médias audiovisuels.

"On espère dans les semaines à venir avoir signé des accords qui nous permettraient de rémunérer les deux tiers de la presse française, en termes d'audience et de nombre de journalistes", avait expliqué mi-février Arnaud Monnier, directeur des partenariats de Google France, lors d'un colloque à l'Assemblée nationale.

L'AFP, de son côté, a annoncé en novembre dernier avoir signé un accord de 5 ans avec Google sur les droits voisins, s'accompagnant de deux contrats commerciaux également signés pour 5 ans, pour de la formation et la production de formats visuels verticaux pour smartphones.

Google indique en outre avoir lancé des négociations, moins avancées, avec d'autres fédérations professionnelles, comme la Fédération nationale de la presse spécialisée (FNPS) ou la Fédération des agences de presse (FFAP).

La Suisse veut aussi légiférer

Quand au reste de la procédure encore en cours devant l'Autorité de la concurrence, il pourra peut-être trouver une issue dans les prochaines mois. Google a fourni à l'Autorité une liste d'engagements pris vis-à-vis de la presse, qui, s'ils sont acceptés, pourraient mettre fin à la procédure.

Après cette phase conflictuelle, le géant américain affirme vouloir relancer de nombreux chantiers de collaboration avec la presse française, qu'il s'agisse de monétisation des contenus publicitaires, de politique d'abonnements ou d'outils d'aide aux rédactions.

Le dossier des droits voisins est suivi avec attention à l'étranger, y compris en Suisse. La France occupe en effet une position de pointe dans cette bataille mondiale pour la rémunération des contenus de presse par les grandes plateformes d'internet.

Le Conseil fédéral veut aussi légiférer dans ce domaine. Il lancera cette année une procédure de consultation, a indiqué la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga le 13 février dernier, au soir du refus du peuple suisse du train de mesures d'aide en faveur des médias.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Culture

Le procès d'Alec Baldwin pour homicide involontaire interrompu

Publié

le

Le parquet accuse l'acteur américain Alec Baldwin d'avoir négligé les règles de sécurité élémentaires en mettant la pression sur le reste de l'équipe. (© KEYSTONE/EPA/RAMSAY DE GIVE / POOL)

Coup de théâtre au procès d'Alec Baldwin: la juge a interrompu l'audience vendredi et renvoyé les jurés chez eux, à cause de la découverte de nouvelles balles auxquelles la défense n'a jamais eu accès, un vice qui pourrait remettre en cause la procédure.

L'acteur de 66 ans est poursuivi pour homicide involontaire sur le tournage de son western "Rust" en 2021. Il risque jusqu'à 18 mois d'emprisonnement.

Sur le plateau de ce film tourné au Nouveau-Mexique, la star avait brandi une arme censée ne contenir que des balles à blanc mais qui avait tiré un projectile bien réel. Le tir avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins, et blessé le réalisateur Joel Souza.

Marquée par de nombreuses faiblesses et rebondissements, l'enquête n'a jamais établi comment des balles réelles, absolument interdites sur un tournage, ont terminé sur le plateau de "Rust". Presque trois ans plus tard, cette question hante désormais le procès de M. Baldwin, et pourrait conduire à son annulation pure et simple.

Jurés congédiés jusqu'à lundi

Ses avocats ont formulé un recours en ce sens jeudi soir, en accusant la police d'avoir "enterré" des preuves permettant d'expliquer le drame. Car en début d'année, deux ans et demi après les faits, le shérif de Santa Fe a reçu un lot de balles de la part d'un ancien policier, affirmant que ces munitions correspondaient à la balle meurtrière. De quoi potentiellement établir son origine et préciser les responsabilités de chacun dans la tragédie.

Or, ces balles n'ont jamais été transmises à la défense, qui n'a pas pu les faire examiner. "Il est temps de classer cette affaire", a estimé vendredi matin Luke Nikas, l'un des avocats de Baldwin.

Une objection prise très au sérieux par la juge Mary Marlowe Sommer, qui a examiné les balles elle-même avec une paire de gants en latex bleu. La magistrate a congédié les jurés jusqu'à lundi matin, le temps de pouvoir se décider sur une éventuelle annulation du procès.

"Fausse piste"

Selon l'accusation, ces balles ne correspondent pas à celle qui a pris la vie de Mme Hutchins, une prometteuse directrice de la photographie de 42 ans, originaire d'Ukraine. "C'est une fausse piste", a assuré la procureure Kari Morrissey. "Cela n'a aucune valeur probante."

Mais la parquetière a paru très mal à l'aise pour expliquer pourquoi ce lot de balles n'a pas joué un plus grand rôle dans l'enquête. "Je ne les ai jamais vues jusqu'à ce matin", a-t-elle expliqué à la juge, nerveuse.

Appelée à témoigner, Marissa Poppell, une experte technique du shérif de Santa Fe, a expliqué qu'un rapport avait été rédigé sur ces munitions, sans être envoyé au parquet. Elle a également estimé qu'il n'y avait pas de correspondance entre ces balles et celle de l'homicide, malgré une certaine ressemblance visuelle.

Plusieurs recours

La juge doit désormais entendre seule de nouveaux témoins lors d'une audience technique qui décidera du sort du procès. Le fournisseur d'armes du film et une enquêtrice vont être interrogés sur ces balles. L'armurière de "Rust" a déjà été jugée séparément et a écopé de 18 mois d'emprisonnement en avril.

Avant ce procès, la défense de M. Baldwin avait déjà multiplié les recours pour obtenir son annulation. L'acteur a toujours expliqué qu'on lui avait assuré que l'arme était inoffensive, et nie avoir appuyé sur la détente.

Ses avocats arguent que même s'il l'a pressée accidentellement, cela ne justifie pas une condamnation. Selon les directives de l'industrie cinématographique, ce n'est pas aux acteurs de vérifier qu'une arme est bien sans danger.

Le parquet accuse M. Baldwin d'avoir eu un comportement erratique en plateau, en négligeant les règles de sécurité élémentaires et en mettant la pression sur le reste de l'équipe. Mais selon la défense, cette insistance à le poursuivre a vicié l'enquête et conduit la police à négliger certaines pistes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Dominique Meyer nommé à la tête de l'OCL

Publié

le

Dominique Meyer n'a pas été reconduit à la Scala, la limite d'âge ayant été fixée à 70 ans pour les directeurs de théâtres lyriques (archives). (© KEYSTONE/EPA ANSA/MATTEO BAZZI)

Le directeur sortant de la Scala de Milan, le Français Dominique Meyer, 68 ans, est nommé au poste de directeur général de l'Orchestre de chambre de Lausanne, a annoncé vendredi la Scala. Il prendra ses fonctions le 15 juillet.

Dominique Meyer restera directeur de la Scala jusqu'à la fin de son mandat le 28 février 2025, a précisé l'institution milanaise dans un communiqué. Son successeur, l'Italien Fortunato Ortombina, "qui assumera les fonctions de directeur désigné de la Scala à partir du 1er septembre 2024", prendra sa relève à partir du 1er mars 2025.

A Lausanne, Dominique Meyer sera rejoint à partir du 1er septembre par Julie Mestre, actuellement directrice générale de l'Orchestre des Pays de Savoie, en tant que directrice des opérations. "Le duo travaillera en étroite collaboration avec le directeur artistique Renaud Capuçon", conclut le communiqué.

Dominique Meyer, qui avait en vain demandé un renouvellement de son mandat à la Scala, avait assuré fin mai quitter son poste en toute "sérénité", sans "amertume". "Un ministre a décidé de me mettre à la retraite de la Scala, mais la vie continue", avait-il déclaré en référence au ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano, lequel avait fixé à 70 ans la limite d'âge pour les directeurs de théâtres lyriques, empêchant ainsi de fait une reconduction de M. Meyer qui atteindra cet âge en août 2025.

Le gouvernement nationaliste de Giorgia Meloni n'avait guère caché sa volonté de voir arriver aux commandes de la Scala un Italien, après trois directeurs étrangers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

A Plateforme 10, le restaurant Arcadia ferme ses portes

Publié

le

Le restaurant bénéficiait d'une terrasse sur l'esplanade du quartier des arts (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ouvert il y a deux ans en même temps que l'inauguration du site de Plateforme 10 à Lausanne, le restaurant Arcadia fermera ses portes à fin juillet. A l'avenir, les lieux pourraient être utilisés pour des "activités à résonances culturelles et artistiques".

La fondation Plateforme 10 et la société Fino Resto SA, exploitante d'Arcadia, ont décidé la fermeture du restaurant avec effet au 29 juillet. L'établissement avait pris place dans les arcades du quartier des arts et bénéficiait d'une terrasse au coeur de l'esplanade. Il complétait l'offre du Nabi, au MCBA, et du Café Lumen, dans le bâtiment Photo Elysée et mudac.

L'expérience a montré que l'exploitation d'un restaurant hors des musées pouvait "s'avérer difficile", explique vendredi Plateforme 10 dans un communiqué. Les contraintes en découlant "n'étaient pas toujours compatibles avec le développement dans le même espace d'activités culturelles publiques".

Plateforme 10 souhaite continuer à faire profiter le public des infrastructures des arcades et de la terrasse. Le site muséal étudie "divers projets" pour des "activités à résonances culturelles et artistiques ouvertes à la société". L'objectif est de faire du quartier des arts "un véritable lieu de vie mêlant culture, animations et loisirs".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Batteur historique de Pink Floyd, Nick Mason retrouve Montreux

Publié

le

Le batteur historique et membre fondateur de Pink Floyd, Nick Mason, jeudi en fin d'après-midi au Memphis lors d'un workshop proposé au Montreux Jazz Festival. Il sera en concert samedi soir au Casino avec son groupe Saucerful of Secrets. (© Keystone/EPA/CYRIL ZINGARO)

A 80 ans, Nick Mason est de retour à Montreux. Le batteur et cofondateur du groupe de rock anglais Pink Floyd était l'invité d'un atelier jeudi. Plus de 50 ans après leur venue sur la Riviera, l'occasion d'évoquer sa passion pour la musique. Avant un concert samedi.

Qui s'en souvient? Il faut dans tous les cas sacrément rembobiner le film de la mémoire. En septembre 1970 et novembre 1971, Pink Floyd donne quatre concerts à Montreux. C'est encore l'époque des débuts du légendaire groupe de Londres, avec sa musique psychédélique et expérimentale, qui cédera un an plus tard sa place à une période de transition vers le rock progressif.

Le leader originel Syd Barrett s'est fait évincer deux ans plus tôt en raison de ses instabilités constantes liées à sa consommation de LSD. Alors que sortent successivement les albums "Atom Heart Mother" (1970) et "Meddle" (1971), on retrouve donc Roger Waters, David Gilmour, Nick Mason et Richard Wright sur les bords du lac Léman.

Ils débarquent une première fois en automne 1970 au Casino de Montreux, pour un double concert organisé par Claude Nobs: le samedi soir 21 et le dimanche après-midi 22 novembre. L'événement attire des hippies de toute l'Europe.

Répertoire fondateur

Cinquante-quatre après, le retour de Nick Mason au Montreux Jazz Festival (MJF) fait inévitablement écho à cette première apparition, d'autant que son concert prévu samedi soir avec son groupe Saucerful of Secrets (du nom du deuxième album de Pink Floyd paru en 1968) revisitera pratiquement ce même répertoire fondateur.

Créé en 2018, son projet avec quatre autres musiciens, dont Gary Kemp (guitariste et cofondateur de Spandau Ballet) et Guy Pratt (collaborateur de Pink Floyd dès 1987), se concentre en effet sur les sept albums des années 1967 à 1972: de "Piper at the Gates of Dawn" (1967) à "Meddle" (1971) - où figure le mythique et atmosphérique morceau de 23 minutes "Echoes" - en passant par le disque à la vache iconique "Atom Heart Mother".

Samedi, sur la scène du Casino, Nick Mason's Saucerful of Secrets fera assurément revivre l'esprit originel et moins connu de Pink Floyd, en explorant sa propre liberté d'interprétation. "Tout est réarrangé (...) dans l'idée de retrouver l'essence, l'esprit de ces morceaux. Notre plaisir est de réexpérimenter à nouveau la musique, celle des débuts, comme Pink Floyd l'a d'ailleurs toujours fait", glisse Nick Mason lors d'un "workshop" à Montreux.

Amour fou pour la musique

Le batteur historique de Pink Floyd, seul membre à avoir joué sur toute la quinzaine d'albums du groupe, a en effet participé jeudi à un atelier consacré au cycle de trois conférences "Montreux Ville Créative". Il était invité en référence à la venue du groupe un an après pour la 26e édition du festival classique Septembre musical de Montreux-Vevey, là aussi pour deux concerts, les 18 et 19 septembre 1971. Au côté de son matériel électronique, Pink Floyd débarque alors avec un orchestre de chambre et un choeur contemporain.

Face à une salle du Memphis archicomble à la Lake House, Nick Mason a répondu à quelques questions. Considéré comme la véritable mémoire du groupe, il a tenu d'emblée à nuancer: "On m'a récemment fait passer un test en ligne sur la carrière de Pink Floyd et j'ai eu seulement 56% de réponses justes", dit-il modestement, tout sourire.

Pourquoi avoir rempilé pour des tournées avec un nouveau groupe à passé 75 ans? "Parce que j'avais terriblement envie de faire et jouer de la musique. Cela me manquait trop. C'est tout ce qui compte, la musique, les arrangements courageux. Je suis très heureux d'avoir aujourd'hui mon propre groupe", répond-il, avec flegme.

Il admet toutefois que Pink Floyd "lui manque parfois". "J'aime toujours la musique que l'on a jouée. Les autres membres sont toujours en vie. Ce sont mes amis". Comme une nostalgie apaisée pour le groupe de légende, qui a vendu plus de 360 millions d'albums à travers le monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Vous concentrez toute votre fermeté sur votre travail et donc, déterminé à gagner et vous allez bientôt constater les résultats positifs de vos efforts !

Les Sujets à la Une

X