Rejoignez-nous

Culture

Lausanne: le MCBA rouvre avec deux expositions

Publié

,

le

Le MCBA accueillera deux expositions dès mardi. L'une est consacrée au peintre Maurice Denis, l'autre à deux ans de sculpture. (Image d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le MCBA va rouvrir ses portes mardi à Lausanne avec deux expositions. L'une est consacrée au peintre français Maurice Denis. L'autre offre un regard sur 200 ans de sculptures, de Rodin à Louise Bourgeois. Elles sont à voir jusqu'au 16 mai.

Le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (MCBA) accueillera au premier étage "Amour", la première exposition consacrée à Maurice Denis en Suisse depuis 50 ans. Elle se concentrera sur le début de la carrière "d'un peintre et théoricien incontournable de l'art moderne français au tournant du 20e siècle".

Avec ses camarades de jeunesse, Maurice Denis(1870-1943) fonde le groupe des Nabis à la fin des années 1880. Se singularisant par sa volonté de créer des images modernes, poétiques et musicales, ancrées dans la nature et dans sa foi chrétienne, il est surnommé le "Nabi aux belles icônes".

Tournant décisif

Son premier modèle est Fra Angelico, moine-peintre du quattrocento, dont il aspire à imiter la vie ascétique au service de l’art. Pour exprimer ses émotions en peinture, il s’appuie également sur une simplification décorative et une expression synthétique des formes et des couleurs, nourries entre autres des Primitifs, des estampes japonaises et, surtout, de Paul Gauguin.

Le changement de siècle marque un tournant décisif avec un voyage à Rome en 1898. Les peintures murales de la Renaissance qu’il admire au Vatican confirment Maurice Denis dans son orientation vers un "nouveau classicisme".

Le peintre dénonce la tyrannie de l’imagination et des instincts qui mène à l’abstraction, contre la peinture pure, contre Henri Matisse qui s’impose en 1905 au Salon des Fauves. Désormais, dans la voie tracée par Paul Cézanne, il poursuit la recherche d’un équilibre entre modernité et tradition.

L'exposition regroupe près de 90 oeuvres. Elle a pu être organisée grâce au soutien exceptionnel du musée d’Orsay et à des prêts en provenance d’Europe et des Etats-Unis.

Lumière sur la matière

La sculpture investira de son côté la grande salle d’exposition temporaire à éclairage zénithal, au second étage du MCBA. Dans "Matières en lumière. Sculptures de Rodin à Louise Bourgeois", des œuvres majeures de collections privées suisses, pour certaines présentées pour la première fois au public, dialoguent avec des pièces de la collection du musée.

L'exposition donne un aperçu de 200 ans de création: elle questionne l’utilisation des matériaux, les gestes mis en œuvre, les limites de la sculpture et sa redéfinition permanente.

Autour d’une pièce majeure de Richard Long de quelque neuf mètres de diamètre, Wood Fire Circle, prêt exceptionnel d’une collection particulière, se déploient huit sections thématiques. Elles présentent les enjeux d’un art singulier, d’une rencontre entre matière et lumière.

Plus de soixante œuvres dialoguent et se répondent. Ainsi, une danseuse d’Edgar Degas fait face à des ballerines de Jeff Koons. Et le couple du Baiser d’Auguste Rodin croise celui de Conjunction XII de Lynn Chadwick.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le Venoge Festival reporte sa 26e édition à 2022

Publié

le

Le Venoge Festival n'aura à nouveau pas lieu en 2021. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Il n’y aura pas de Venoge Festival cette année. A l’instar de nombreux projets suspendus en raison de la pandémie de Covid-19, le Venoge Festival a décidé de jeter l’éponge. Dans un communiqué diffusé ce matin, le comité du Venoge annonce re-reporter la 26e édition du Festival du 17 au 22 août 2022 à Penthaz. Les billets achetés l’année dernière resteront valables.

Le comité du Venoge dit n'avoir aucune vue ou perspective pour le mois d’août 2021, notamment sur la forme que pourrait avoir la manifestation cet été. Il estime toutefois évident "qu’une manifestation comptabilisant autant de public que d’accoutumée semble irréaliste en août, ou alors avec des conditions et contraintes sanitaires allant à l’encontre de l’ADN du festival". Il n'y a aussi aucune garantie financière en cas d’annulation de dernière minute par les autorités (tant est qu’autorisation soit accordée).

Pour le Venoge Festival, ce report n’est pas sans conséquences, mais il estime que c’est la solution la plus sage pour limiter la casse et les frais inhérents à l’organisation. Afin de survivre à ce deuxième report et faire vivre le festival, plusieurs actions et manifestations de taille réduite seront probablement mises en place cet été.

venogefestival.ch

Continuer la lecture

Culture

La Fête du Slip se tiendra du 13 au 16 mai à Lausanne

Publié

le

Contrairement aux précédentes éditions (ici en 2018), la Fête du Slip, consacrée à la diversité sexuelle, se resserre cette année sur son bastion lausannois, le quartier de Sévelin (Archives © Keystone/LAURENT GILLIERON)

La 9e édition de La Fête du Slip aura lieu du 13 au 16 mai à Lausanne. Contraintes sanitaires obligent, la manifestation consacrée à la diversité sexuelle se resserre sur son bastion lausannois, le quartier de Sévelin.

Une exposition pluridisciplinaire sur le genre et le graphisme aura lieu au Musée de design et d'arts appliqués contemporains (mudac) dans le cadre du festival et fera l'objet pour la première fois d'un programme de médiation scolaire, ont aussi annoncé jeudi les organisateurs.

"Subversi·ive·s - graphisme, genre et pouvoir" s'adressera au jeune public avec des visites spécialement organisées pour les élèves des classes de la région, du 10 au 12 mai 2021. Le festival proposera des outils pédagogiques aux enseignants afin de thématiser ces questions d'actualité avec les élèves, précisent les organisateurs.

En journée, en petit comité, dans la rue ou dans l'espace virtuel, le programme complet de La Fête du Slip sera dévoilé le 29 avril prochain. "La 9e édition s'annonce certes plus intime et plus sage que les années précédentes, mais toujours aussi coquine", promettent ses responsables.

www.lafeteduslip.ch

Continuer la lecture

Culture

Une édition digitale pour les rencontres du 7e Art

Publié

le

Si les cinémas peuvent rouvrir, une sélection de chefs-d'oeuvre seront diffusés en salle (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Rencontres du 7e Art Lausanne se tiendront du 26 avril au 2 mai sous une forme essentiellement digitale. A l'affiche, des rencontres en ligne avec des personnalités comme Roland Joffé et Bertrand Blier. Des films seront projetés en salle si la situation le permet.

Les salles de cinéma sont encore fermées et les dernières annonces du Conseil fédéral offrent peu de visibilité pour les semaines à venir. Dans ces conditions, il n'est pas possible d'organiser une 4e édition du festival "dans sa globalité et dans les meilleures conditions", annonce jeudi le festival.

Les organisateurs proposent tout de même une série de rencontres avec des personnalités du monde du cinéma, dont les réalisateurs Roland Joffé et Bertrand Blier et les actrices Irène Jacob et Marthe Keller. Ces rencontres et masterclass se dérouleront dans des écoles (ECAL et EJMA) et à la Fondation Michalski, si possible devant un public restreint d'étudiants. Elles seront diffusées en ligne sur les réseaux sociaux et sur le site internet du festival.

Peut-être sur grand écran

Outre les rencontres, l'ADN du festival créé par Vincent Perez repose sur la projection de chefs-d'oeuvre sur grand écran. Si la réouverture des salles est possible, une série de films seront diffusés à la Cinémathèque et dans les cinémas Pathé.

"Citizen Kane" d'Orson Welles et le "Salaire de la peur" d'Henri-Georges Clouzot feront notamment partie de cette sélection. La programmation complète sera dévoilée après les annonces du Conseil fédéral du 14 avril.

Continuer la lecture

Culture

Le Montreux Jazz aura lieu cet été en version réduite

Publié

le

Pour l'édition 2021 du Montreux Jazz, Mathieu Jaton veut installer une scène sur le lac (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Montreux Jazz Festival (MJF) aura bien lieu cet été du 2 au 17 juillet, mais en version réduite et inédite. Une scène sera construite sur le lac, à 25 mètres du rivage. Le Montreux Palace accueillera trois autres scènes de petite capacité.

Le festival mise sur la beauté du site et sur des salles intimistes. "Il nous est apparu plus raisonnable de partir sur de petites capacités quitte à les faire évoluer par la suite", a expliqué mercredi à Keystone-ATS Mathieu Jaton, le directeur du MJF.

Dans les circonstances actuelles, il est plus prudent de privilégier les concerts à l'extérieur ou dans de petites salles à l'intérieur. Sur la scène du lac, deux artistes par soir joueront face à une terrasse en gradins pouvant accueillir jusqu'à 600 spectateurs assis.

Une deuxième scène payante, de 300 places assises, sera située dans la salle des Fêtes - au décor Belle Epoque - du Montreux Palace. Le Grand Hall et les jardins de l'hôtel accueilleront de petites scènes dédiées à des jam sessions, des découvertes et des DJ sets. L'accès à ces deux derniers espaces sera gratuit.

Dix fois moins

Dans cette configuration, le MJF pourra accueillir "entre 1200 et 1500 personnes par jour, contre les 10'000 à 15'000 personnes par jour des années précédentes, soit environ dix fois moins", a calculé Mathieu Jaton. Le festival tenait à maintenir un projet pour les artistes, pour le public ainsi que pour Montreux et sa région.

Le format et les modalités de cette 55e édition s'adapteront aux contraintes sanitaires qui évoluent constamment. Si les concerts peuvent être suivis debout, il serait envisageable d'augmenter les capacités. D'autres lieux de Montreux pourraient être investis, comme le Stravinski. "C'est de la musique d'avenir", selon M. Jaton.

Vieux rêve

Installer une scène sur le Léman est un vieux rêve. "Cela fait des années qu'on se demande comment mieux exploiter le lac. En cette année difficile, nous avons essayé de créer quelque chose d'exceptionnel qui sublime la création artistique", a dit M. Jaton.

Les concerts seront filmés et diffusés sur des plateformes digitales, contre rémunération pour le festival. "Le public pourra les suivre gratuitement à distance", a expliqué M. Jaton. Le MJF entend développer ce modèle économique, afin que sa rentabilité soit moins dépendante des deux semaines de festival. Le budget 2021 tourne autour des 7-8 millions, contre 27 millions habituellement.

Programmation en mai

La programmation sera annoncée au mois de mai. Mathieu Jaton promet des artistes internationaux, avec une part belle pour la scène helvétique. "Tous les festivals sont en train d'annuler. Des artistes nous appellent pour nous dire qu'ils ont envie de faire quelque chose avec nous, hors tournée", a ajouté le directeur.

Quelque 20'000 billets seront mis en ligne à une date qui sera précisée plus tard. Les prix seront plus bas. "De l'ordre de 40 à 50 francs sur la scène du lac. Cela dépendra des projets artistiques", a précisé Mathieu Jaton. Il n'y aura pas de stands de nourriture et de boissons sur les quais.

Continuer la lecture

Culture

Des indemnisations rétroactives pour le secteur culturel

Publié

le

Les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont des conséquences très importantes pour le secteur de la culture, estime le Conseil fédéral. Les acteurs culturels en particulier sont confrontés "à une menace existentielle". (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les acteurs culturels bénéficieront rétroactivement d'indemnisations pour pertes financières à partir du 1er novembre 2020. Le Conseil fédéral a adopté mercredi une modification de l'ordonnance Covid-19, qui renforce aussi le soutien aux intermittents.

Grâce à ces modifications, les acteurs culturels bénéficient d'un soutien "sans interruption" depuis le 20 mars 2020, relève le Conseil fédéral. Et ce soutien sera étendu aux intermittents. Tous les salariés, engagés pour une durée déterminée et pouvant attester d'au moins quatre engagements à durée déterminée auprès d'au moins deux employeurs différents du secteur culturel, pourront y prétendre.

"Nous avons énormément de contact avec les milieux culturels depuis le début de la crise et nous savons qu'il y a une très grande frustration par rapport à la situation actuelle", a indiqué le ministre de la santé Alain Berset devant les médias à Berne. Les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont des conséquences très importantes pour le secteur de la culture et les acteurs culturels sont confrontés "à une menace existentielle".

Aide d'urgence plus accessible

Le gouvernement va aussi assouplir les conditions pour demander une aide d’urgence. Les seuils de fortune maximaux pour pouvoir y prétendre sont rehaussés, passant de 45'000 à 60'000 francs. Ce seuil est augmenté pour chaque enfant à charge. Le montant passe de 15'000 francs à 20'000 francs.

Seule la fortune librement disponible est prise en compte pour l’évaluation des demandes. Les biens immobiliers en sont exclus.

Par ailleurs, Suisseculture Sociale et les cantons pourront accorder une avance aux acteurs de la culture si aucune décision n’a été rendue 30 jours après le dépôt d'une demande. Cette possibilité a pour but d'accélérer l’arrivée de liquidités.

Tout n'est pas encore parfait, a relevé M. Berset. "Le secteur culturel est extrêmement diversifié et il est particulièrement compliqué de fournir rapidement des réponses appropriées à tous en temps de crise", a expliqué le Fribourgeois. "Jusqu'à présent, 23'000 demandes ont été déposées, et 19'000 décisions ont été rendues, pour un total de 265 millions de francs accordés."

Montant insuffisant?

Pour 2021, 130 millions de francs ont été mis à disposition pour venir en aide au secteur de la culture. "Nous constatons que les montants pourraient ne pas suffire dans le domaine amateur", a relevé la cheffe de l'Office de la culture Isabelle Chassot. Solliciter un crédit supplémentaire dès la session d'été est envisagé.

Par ailleurs, le Conseil fédéral et le Secrétariat d'Etat à l'économie travaillent à la préparation d'un parapluie de protection pour les organisateurs de grandes manifestations. L'idée est de permettre à ceux-ci de planifier des événements de grande envergure et de ne pas devoir payer tous les pots cassés en cas d'annulation due à la situation épidémiologique. Des premières indications sur ce parapluie de protection devraient pouvoir être données après Pâques, a ajouté Mme Chassot.

"Le but est aussi d'avoir un bel été avec de la vie et de la culture, même si les incertitudes demeurent très importantes", a ajouté Alain Berset. Le conseiller fédéral se dit conscient que la Suisse se trouve dans "une situation délicate", avec une augmentation de nombre d'infections dues au coronavirus depuis quelques semaines.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X