Rejoignez-nous

Genève

De plus en plus de personnes ont besoin de bons alimentaires à Genève

Publié

,

le

A Genève, de plus en plus de personnes poussées dans la précarité suite à la crise sanitaire ont besoin d'aide pour se nourrir (archives). KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
A Genève, 11'329 personnes en situation de précarité ont reçu des bons alimentaires de la part des Colis du Coeur, soit 2000 de plus que la semaine dernière. La crise sanitaire a fait exploser les demandes: auparavant la Fondation aidait en moyenne 3457 bénéficiaires chaque semaine.

Environ 1500 personnes ont été enregistrées temporairement aux Colis du Coeur lors des trois dernières distributions alimentaires aux Vernets, indique vendredi la Fondation dans un communiqué. Le temps pour ces personnes de s'adresser à un service social ou une association.

Une personne reçoit un bon alimentaire de 50 francs par semaine. Une famille de 4 personnes obtient un ticket qui équivaut à 120 francs. Les Colis du Coeur participent par ailleurs à un groupe de travail avec d'autres associations et les autorités afin d'étudier une éventuelle décentralisation de l'aide alimentaire dans les communes.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le canton de Genève remboursera les tests de dépistage

Publié

le

Le canton de Genève remboursera les tests effectués par des personnes présentant peu de symptômes (photo prétexte). KEYSTONE/AP DPA/MICHAEL KAPPELER
Le canton de Genève veut démocratiser l'accès au test de dépistage du coronavirus. Il prendra en charge les coûts pour les personnes présentant des symptômes légers.

Les tests prescrits par le médecin cantonal ainsi que ceux effectués par des centres de dépistage sur des personnes peu symptomatiques et sans consultation médicale préalable seront intégralement remboursés par le canton.

Le tarif a été fixé à 76 francs. Il englobe les frais d'analyse et le prélèvement par un professionnel de la santé, a expliqué Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de la sécurité, de l'emploi et de la santé, jeudi lors d'un point de presse.

"L'objectif est qu'il n'y ait pas l'arrière-pensée des coûts. Aujourd'hui, le nombre de tests se monte à 200 par jour. Nous espérons que les réticences à se faire tester vont disparaître".

Vaud et Valais ont déjà légiféré dans ce sens, a ajouté le magistrat. Les tests concernant les personnes malades et nécessitant une consultation médicale continuent à être remboursés par l'assurance-maladie obligatoire, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Genève

La priorité aux piétons rendue dans une dizaine de rues genevoises

Publié

le

Les nouvelles bandes cyclables provisoires mises en place par le canton ont rallumé la guerre des transports à Genève. KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Le canton de Genève poursuit sa politique de promotion de la mobilité douce dans le cadre de la reprise progressive des activités post-confinement. Après les bandes cyclables sur certains grands axes, voici venir le tour des nouveaux aménagements provisoires en faveur des piétons. Ces mesures seront en vigueur dès la semaine prochaine pour une durée de 60 jours.

En concertation avec la Ville de Genève, le département des infrastructures a annoncé mercredi son intention de transformer une dizaine de rues du centre-ville en "zones de rencontres". Les piétons seront prioritaires sur ces tronçons et la vitesse y sera limitée à 20 km/h.

Dans ces rues, les places de stationnement seront redistribuées et une partie de l'espace routier sera récupéré pour l'extension des terrasses et des étals. Les places blanches à horodateurs seront supprimées en priorité. Le quai des Bergues, quant à lui, sera piétonnisé pour 60 jours.

Ces mesures en faveur de la mobilité douce visent à éviter un report sur la voiture individuelle ou une surcharge des transports publics durant la période de reprise des activités qui avaient été arrêtées à cause de la pandémie de Covid-19.

Continuer la lecture

Genève

La police genevoise met fin à un match de football sauvage

Publié

le

Des buts soigneusement rangés sont photographiés au Stade de Varembé a Genève, ce dimanche 24 mai 2020. Depuis quelques jours, des matchs de football sauvages sont organisés a Lausanne et Genève malgré l'interdiction de rassemblement toujours en vigueur. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
La police genevoise est intervenue dimanche matin au centre sportif de Vessy pour mettre fin à un match de football qui s'y déroulait au mépris des mesures sanitaires prises dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Les joueurs ont quitté les lieux dans le calme.

"Nous avons été averti par le service des sports de la Ville de Genève qui nous a signalé qu'une partie de football avait lieu sur un terrain de Vessy en présence de 300 personnes", a relevé le porte-parole de la police genevoise Alexandre Brahier, confirmant une information de 20 Minutes.

La police a envoyé ses patrouilleurs Covid. Les gens se sont dispersés à leur arrivée. Les joueurs ont obtempéré et sont partis, a relevé M.Brahier. La police genevoise a aussi dû intervenir sur les cours de tennis du centre de Vessy, où une trentaine de personnes avaient bravé l'interdiction d'utiliser les installations.

Jeudi soir, la police avait mis fin à une rencontre de football sauvage qui avait attiré un millier de personnes au bord d'un terrain situé au nord de Lausanne.

Continuer la lecture

Genève

Près de 1900 signatures pour obtenir des postes supplémentaires pour l'école

Publié

le

A Genève, les associations représentant les enseignants et les parents d'élèves demandent des postes supplémentaires pour la rentrée prochaine (archives). KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
A Genève, une pétition demandant des postes supplémentaires pour le Département de l'instruction publique (DIP) a été déposée vendredi matin au secrétariat du Grand Conseil. Le texte muni de plus de 1900 signatures dénonce la péjoration des conditions d'enseignement.

La pétition a été lancée juste après le début du confinement par les associations représentant les enseignants ainsi que les parents d'élèves. Ils se sont alliés "pour alerter le Grand Conseil des effets délétères de ses coupes budgétaires sur l'école publique", indiquent-ils vendredi dans un communiqué.

En décembre, l'Entente et le MCG avaient refusé lors du débat budgétaire la totalité des 412 postes demandés par le Conseil d'Etat, dont 196 pour le DIP. L'exécutif était revenu à la charge en février devant la commission des finances qui avait accepté seulement 70,4 postes supplémentaires sur les 345 alors demandés. Le DIP en avait obtenu 25.

Avec 850 élèves supplémentaires annoncés à l'école primaire pour la rentrée prochaine, les pétitionnaires craignent une hausse des effectifs de classe et des déplacements d'élèves. Cette situation aggravera la situation des enfants déjà fragilisés, estiment les associations de parents d'élèves et d'enseignants. La pétition demande que les postes nécessaires soient alloués.

Continuer la lecture

Genève

Les assistants en soin et santé communautaire sous-estimés

Publié

le

A Genève, les assistants en santé et soin communautaires demandent une revalorisation salariale. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A Genève, les assistants en soin et santé communautaire (ASSC) veulent une revalorisation salariale de leur fonction considérée comme essentielle dans la chaîne des soins. Ils ont lancé une pétition demandant une reconnaissance à la hauteur de leurs responsabilités.

L'importance de leur profession n'est plus à démontrer, indique lundi le Syndicat des services publics (SSP) dans un communiqué. Les ASSC ont été au front durant la pandémie de Covid-19. Leur engagement sans faille a permis d'apporter un travail de qualité dans le cadre de cette crise, relève le syndicat.

Selon le SSP, cette profession majoritairement féminine s'est développée au début des années 2000 pour pallier le manque chronique d'infirmières sur le marché du travail. Le niveau de responsabilité des ASSC n'a depuis cessé d'augmenter.

Les ASSC avaient déjà manifesté à la fin de l'année dernière pour une revalorisation de leur fonction, qui se situe entre celles d'infirmier et d'aide-soignant. Actuellement en classe 10 sur l'échelle de traitement de l'Office du personnel de l'Etat, ils revendiquent une classe 12. La pétition sera adressée au conseiller d'Etat en charge de la santé Mauro Poggia.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Ne cherchez pas midi à quatorze heures. Montrez-vous plus simple dans votre façon de voir les choses, tout le monde s’en portera mieux !

Publicité

Les Sujets à la Une

X