Rejoignez-nous

Genève

Elections GE : un candidat au PLR, deux au PDC et au PS

Publié

,

le

Le PS lance deux candidats au deuxième tour de l’élection au Conseil d’Etat genevois. La magistrate de la Ville de Genève Sandrine Salerno se retire. Le PDC envoie, lui aussi, deux candidats; le PLR, les Verts, le MCG et l’UDC, un seul.

Le PS resserre les rangs pour regagner son deuxième siège perdu en 2009, comme l’a proposé sa présidente Carole-Anne Kast, au nom du comité directeur. Cette stratégie a été adoptée à la quasi-unanimité lundi soir en assemblée générale. La conseillère d’Etat sortante Anne Emery-Torracinta, 5e au premier tour dimanche, sera accompagnée par le conseiller administratif de Vernier Thierry Apothéloz (6e).

Sandrine Salerno (8e) a rappelé qu’elle avait indiqué qu’elle se retirerait si elle arrivait après ses deux camarades. Appelant les socialistes à se mobiliser pour le 6 mai, elle a eu droit à des applaudissements nourris.

Quatre à gauche?

Cette stratégie était aussi celle privilégiée par les Verts, qui ne lancent plus qu’un seul candidat au second tour de l’élection. Leur conseiller d’Etat Antonio Hodgers est arrivé en 4e position dimanche. Marjorie de Chastonay (10e) et le maire de Vernier Yvan Rochat (11e) ont également retiré leurs candidatures.

Ces deux partis de l’Alternative se sont déclarés prêts à partir en campagne avec leur troisième membre, Ensemble à Gauche, pour autant que la formation présente un candidat. Dimanche, la députée Jocelyne Haller (14e) était la mieux placée des trois colistiers pour se lancer au deuxième tour.

L’Entente à trois

A droite, le président du PLR Alexandre de Senarclens (10e) a annoncé son retrait pour « donner toutes les chances » à l’Entente (PLR et PDC) de garder sa majorité au sein de l’exécutif. Ce choix a été avalisé lundi soir par les délégués du parti. Dimanche, le conseiller d’Etat Pierre Maudet a été élu au premier tour. Sa colistière Nathalie Fontanet est arrivée 7e.

Malgré son mauvais score, le PDC Luc Barthassat reste dans la course. Parmi les six magistrats sortants briguant un des sept sièges, il s’est retrouvé en 9e position dimanche. Le conseiller d’Etat reste en lice aux côtés du grand argentier Serge Dal Busco (3e). L’Entente lance ainsi un ticket à trois au second tour.

Un MCG et un UDC

Lundi après-midi, le MCG annonçait déjà et sans grande surprise que seul Mauro Poggia (2e) se présentera au deuxième tour. Les deux autres candidats MCG, à savoir la présidente du parti Ana Roch (17e) et le député Daniel Sormanni (22e), se retirent. Du côté de l’UDC, seul Yves Nidegger (13e) représentera son parti au deuxième tour.

Le dépôt des listes des candidats au second tour de l’élection au Conseil d’Etat est fixé à mardi 12h00. Le scrutin aura lieu le 6 mai.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Pas de contrepartie dans l’affaire Maudet

Publié

le

Pierre Maudet a été lâché par le PLR Suisse et le comité directeur de la section genevoise du parti, qui l'appellent à démissionner (archives). (©Keystone/PETER SCHNEIDER)

L’un des deux acteurs du milieu de l’immobilier genevois, mis en prévention pour octroi d’un avantage dans l’affaire Maudet, assure n’avoir jamais sollicité ou reçu une faveur du conseiller d’Etat genevois. Il se dit surpris d’être prévenu.

« Je ne comprends pas quel avantage j’aurais octroyé ou quelle faveur j’aurais reçue en échange », déclare Magid Khoury dans un entretien diffusé mercredi par La Tribune de Genève. Il explique avoir appelé son oncle qui vit à Abou Dhabi pour faire inscrire Pierre Maudet sur la liste des invités au Grand Prix de formule 1 lors du voyage controversé en 2015.

« Quelque temps plus tard, j’ai pu confirmer à Pierre Maudet (…) qu’il serait invité », ajoute-t-il, soulignant qu’il ne s’agissait que d’un « acte citoyen » pour remercier le canton de Genève de l’accueil dont il a bénéficié à son arrivée.

Mensonge pas compris

M. Khoury ne comprend pas pourquoi le magistrat PLR n’a pas dit la vérité sur le financement du voyage. « Je leur ai dit que si j’étais amené à m’exprimer, je dirais la stricte vérité », poursuit-il.

Il confirme par ailleurs dans l’interview avoir participé au financement d’un sondage, estimé à 30’000 francs. « J’ai accepté, car je porte les idées de Pierre Maudet. Je n’ai jamais vu ni demandé à voir ce sondage ».

Le conseiller d’Etat genevois est mis en prévention par le ministère public pour acceptation d’un avantage en lien avec son séjour à Abou Dhabi. L’ancien secrétaire du département de Pierre Maudet est aussi dans le collimateur de la justice dans le cadre du même voyage, de même qu’un haut fonctionnaire encore en activité.

Au début décembre, le comité directeur de la section genevoise du PLR a appelé le conseiller d’Etat à démissionner. Une semaine auparavant, c’était le PLR Suisse qui avait donné un mois à Pierre Maudet pour partir.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Démission de Pierre Maudet demandée

Publié

le

Pierre Maudet lors de sa venue à Berne mercredi dernier. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le comité directeur du PLR genevois appelle formellement Pierre Maudet à la démission. Il souhaite que le magistrat consacre toute son énergie à sa défense.

La décision a été prise par 21 voix contre 7, a indiqué lundi matin à l’issue de sa séance le comité directeur dans un communiqué. Dans une brève déclaration, le président du parti Alexandre de Senarclens a indiqué que « Pierre Maudet avait été invité à démissionner pour le bien des institutions et de la République ».

Sorti quelques minutes avant le président, Pierre Maudet a indiqué qu’il y avait eu une brève discussion politique et une plus longue discussion juridique relative aux acrobaties statutaires. Il en a appelé à la base du parti pour qu’elle se prononce sur sa situation.

Une lettre signée de trois membres qui soutiennent Pierre Maudet et exigeant la tenue d’une assemblée générale extraordinaire « sans délai » avait été remise avant la séance du comité directeur. Le communiqué du comité PLR n’évoque pas cette option.

La présidence du parti cantonal a appelé la semaine dernière Pierre Maudet à démissionner. Le PLR suisse a aussi indiqué qu’il souhaitait que le conseiller d’Etat quitte ses fonctions.

Continuer la lecture

Genève

Guillaume Barazzone jette l’éponge

Publié

le

L'affaire des notes de frais considérables des conseillers administratifs de la Ville de Genève aura eu raison de Guillaume Barazzone (archives). (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Guillaume Barazzone, 36 ans, ne briguera pas de nouveaux mandats au Conseil national et à l’exécutif de la Ville de Genève. Le magistrat PDC a fait part de sa décision aux instances cantonales de son parti.

L’information, révélée par la Tribune de Genève, a été confirmée vendredi à Keystone-ATS par le député au Grand Conseil et ancien président du PDC Genève Bertrand Buchs. Guillaume Barazzone a été incité à se retirer du devant de la scène politique à cause de l’affaire de ses notes de frais professionnels à la Ville de Genève.

Guillaume Barazzone terminera ses deux mandats électifs. Il abandonnera le Conseil national l’automne prochain et quittera l’exécutif de la Ville de Genève en juin 2020. Guillaume Barazzone s’était fait épingler dans un rapport de la Cour des comptes genevoise pour ses notes de frais particulièrement élevées.

(ATS)

Continuer la lecture

Genève

Barthassat le plus dépensier en 2017

Publié

le

Les frais effectifs des sept membres du gouvernement genevois et de la chancelière d'Etat pour les années 2017 et 2018 ont été rendus publics par l'exécutif. Il en ressort que l'ex-conseiller d'Etat PDC Luc Barthassat a été le plus dépensier en 2017, (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le gouvernement a dévoilé mercredi les frais effectifs de ses sept membres et de la chancelière d’Etat pour 2017 et 2018. Il en ressort que l’ex-conseiller d’Etat PDC Luc Barthassat a été le plus dépensier en 2017.

Les frais effectifs de Luc Barthassat, en charge du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture, se sont élevés à 25’453 francs en 2017. L’ex-magistrat PDC a dépensé 12’022 francs en frais de représentation avec des tiers externes et 1’472 francs en repas et collations diverses. Il en a aussi eu pour 3’454 francs de taxis, tout en effectuant 181 courses avec une voiture de fonction.

Dans le tableau des résultats consolidés pour 2017, l’ex-chancelière d’Etat Anja Wyden Guelpa arrive en seconde position en matière de frais, avec 23’541 francs. Elle se distingue des membres de l’exécutif par des frais de déplacement et des frais d’hôtel élevés – respectivement 11’683 francs et 3’892 francs.

Voitures de fonction

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet se place en troisième position. Ses frais se sont montés à 18’211 francs, dont 4’783 francs de frais de téléphonie mobile et Internet ainsi que 4’521 francs en invitations de tiers externes. Le magistrat PLR est aussi celui qui a le plus fait usage des voitures de fonction avec chauffeur: 257 courses en 2017, 199 depuis le début de 2018.

L’an dernier, Pierre Maudet, en charge de la Sécurité et de l’Economie, s’est aussi déplacé en train et en avion pour 6’544 francs. S’y ajoute un total de 33’883 francs pour ses frais de déplacement, d’hôtel et de repas lors d’une mission économique aux Etats-Unis et de deux voyages en Chine.

Des différences « normales »

En quatrième position du classement 2017, avec un total de 14’681 francs, le PDC Serge Dal Busco, alors en charge des Finances, se distingue par des frais de parking de 2’415 francs. Il est suivi par le magistrat MCG Mauro Poggia, à la tête du Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, qui a eu pour 6’794 francs de frais de déplacement – hors taxis – sur un total de frais de 12’843 francs.

Le Vert Antonio Hodgers, en charge du Département de l’aménagement, du logement et de l’énergie, a dépensé 5’627 francs, dont 3’019 francs en téléphonie mobile. L’ex-président du Conseil d’Etat, le PLR François Longchamp, a eu pour 4’076 francs de frais, tandis que la cheffe de l’Instruction publique, la socialiste Anne Emery-Torracinta, n’a dépensé que 2’998 francs.

Ces différences sont « normales », a commenté le président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers, qui considère qu’il n’y a « aucun excès notable » dans ces frais. Selon lui, les dépenses doivent permettre à l’accomplissement de la mission de chaque magistrat.

Après la Cour des comptes

A la suite du rapport de la Cour des comptes sur les notes de frais de l’exécutif de la Ville de Genève, le Conseil d’Etat genevois a décidé d’établir une liste exhaustive des frais de ses membres et de la chancelière d’Etat. Il a utilisé un schéma similaire à celui de la Cour des comptes, qui avait notamment épinglé les excès du PDC Guillaume Barazzone.

Les résultats consolidés ont été élaborés par chaque département cantonal. Ils couvrent toute l’année 2017, tandis que les résultats pour 2018 figurent dans deux tableaux, l’un allant de janvier à fin mai pour la précédente législature et l’autre de juin au 31 octobre pour l’actuelle législature.

Chaque conseiller d’Etat touche une indemnité forfaitaire de 34’500 francs par an « pour couvrir toutes les dépenses difficilement quantifiables liées à l’exercice de la fonction », comme l’achat de vêtements ou d’attentions aux collaborateurs. Cette indemnité se monte à 28’000 francs pour la chancelière d’Etat.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Le PLR suisse veut la démission de Maudet

Publié

le

La décision de démissionner appartient à Pierre Maudet, a souligné le comité directeur du PLR suisse qui appelle néanmoins le Genevois à partir. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le comité directeur du PLR suisse a demandé mercredi en début de soirée lors d’un point de presse la démission de Pierre Maudet. Il estime que les éléments apportés par le conseiller d’Etat genevois n’ont pas permis de restaurer la confiance.

Cette décision a été prise à l’unanimité. Mais la décision de démissionner appartient à M. Maudet, a souligné le comité directeur.

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet s’est finalement rendu à la réunion convoquée par la présidente du PLR Suisse Petra Gössi. A l’issue de cette rencontre, il a répété qu’il n’entendait pas démissionner « à ce stade ».

« Mon agenda s’est libéré », a déclaré Pierre Maudet sur les images diffusées en ligne par la RTS. Mardi, les services du magistrat avaient indiqué qu’il n’entendait pas aller à Berne pour s’expliquer devant les instances du PLR Suisse sur ses démêlés judiciaires liés à son voyage à Abu Dhabi. Il est poursuivi depuis fin août pour acceptation d’un avantage.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

En bon Lion que vous êtes, vous devrez rugir au bon moment et mettre en fuite certains jaloux qui ne supportent pas vos réussites !

Publicité

Les Sujets à la Une

X