Rejoignez-nous

Genève

Genève Aéroport davantage contrôlé

Publié

,

le

Les Genevois veulent un développement maîtrisé de l'aéroport. Ils disent "oui" à l'initiative constitutionnelle "Pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève" (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois veulent un développement maîtrisé de l'aéroport. Ils ont dit "oui" dimanche à 56,27% à l'initiative constitutionnelle "Pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève". Le taux de participation s'est élevé à 36,82%.

Lancée en 2016 par la Coordination régionale pour un aéroport urbain, respectueux de la population et de l'environnement (CARPE), l'initiative pose le principe de la recherche d'un équilibre entre l'importance de l'aéroport pour la vie économique, sociale et culturelle et la limitation des nuisances qu'il génère. Le Grand Conseil et les communes devront approuver la planification de la régie publique.

Soucieuse de maintenir l'autonomie de l'établissement, la majorité de droite du Grand Conseil a élaboré un contreprojet. Celui-ci a été refusé dimanche par 54,15% des votants. Un choix confirmé par la question subsidiaire, qui donne 55,04% des voix en faveur de l'initiative.

Débat public

Présidente de la CARPE et conseillère nationale Verte, Lisa Mazzone salue la victoire des riverains de l'aéroport et des associations environnementales: "C'est un signal clair pour la limitation des nuisances. L'aéroport impacte tellement notre région qu'il faut une véritable concertation." Et de relever que l'initiative a aussi été soutenue par des communes de droite, comme Genthod et Bellevue.

L'initiative a lancé le débat public sur le développement de l'aéroport et ses conséquences en matière de santé en raison de la pollution de l'air et du bruit. De 17 millions de passagers annuels, il est prévu d'en accueillir 25 millions en 2030, soit 236'000 mouvements d'avions, selon la fiche du plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA) adoptée par le Conseil fédéral en 2018.

Cette fiche détermine, de manière contraignante, les niveaux de bruit maximum auxquels l'aéroport peut exposer ses riverains. Elaborée par l'Office fédéral de l'aviation civile avec le canton de Genève et Genève Aéroport, elle fixe une nouvelle courbe du bruit qui a eu pour effet une perte de valeur des biens immobiliers situés dans sa trajectoire.

Contexte favorable

Opposé à l'initiative, le gouvernement a pris acte de ce résultat. "Tout en adhérant aux buts du texte, il n'a pas attendu pour créer un cadre volontariste via l'élaboration du PSIA", a indiqué le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures. Reste à préparer une loi d'application de la nouvelle disposition, dans les limites du droit fédéral.

Pour Lisa Mazzone, le développement de l'aéroport peut être renégocié si le canton de Genève le demande. "Le contexte est favorable, compte tenu du soutien populaire, du fait que le Département fédéral des transports a une nouvelle cheffe en la personne de Simonetta Sommaruga et des élections fédérales pro-climat", a-t-elle commenté.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le nombre d'hospitalisations continue de baisser à Genève

Publié

le

Vendredi, les 47 malades hospitalisés aux soins intensifs à Genève étaient tous intubés. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le nombre de malades du Covid-19 nécessitant une hospitalisation continue de baisser. Il s'élevait à 379 vendredi à midi, contre 424 dimanche.

Sept nouveaux décès ont été enregistrés jeudi à l'hôpital, portant le total à 133 victimes du virus dans le canton. Vendredi, les 47 malades hospitalisés aux soins intensifs étaient tous intubés, selon les données du canton sur la situation épidémiologique. Les Hôpitaux universitaires de Genève ont accueilli 21 nouveaux patients jeudi, tandis que 13 personnes ont pu sortir d'hospitalisation vendredi. Le canton compte 4271 cas Covid-19 déclarés depuis le début de la pandémie, dont 77 annoncés jeudi.

Continuer la lecture

Genève

Coronavirus - Pas de tri des déchets dans les foyers en quarantaine

Publié

le

Image d'illustration. KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Les objets utilisés par des personnes malades du Covid-19 ou en quarantaine doivent être éliminés avec les ordures ménagères. Le canton de Genève demande aux ménages concernés de renoncer au tri usuel et de prendre des mesures particulières avec les articles hygiéniques.

Les masques, mouchoirs, serviettes en papier et autres articles hygiéniques doivent être placés dans de petits sacs en plastique immédiatement après avoir été utilisés, précise mercredi le Département du territoire (DT). Ces sacs doivent être fermés et jetés avec les ordures ménagères.

Le canton prie les autres ménages de continuer à trier leurs déchets en vue du recyclage et de les déposer aux points de collectes communaux. Ces emplacements restent ouverts et sont régulièrement désinfectés. Le DT recommande d'y garder les distances sociales et de se laver les mains avec du savon ou une solution hydroalcoolique après son passage.

Incinération interdite

Certains profitent de cette période de semi-confinement pour ranger leur domicile. Le DT leur demande d'entreproser les déchets non périssables ou propres à la maison, car les déchets encombrants ne sont plus relevés. Et même si les trois déchetteries du canton sont ouvertes, seulement trois personnes peuvent y entrer en même temps, ce qui peut occasionner des files d'attente.

En raison de la crise sanitaire, des adaptations peuvent être prises pour se concentrer sur la collecte des déchets prioritaires. Il faut donc se renseigner auprès de sa commune pour vérifier si les déchets de jardin sont toujours relevés. Le DT rappelle qu'il est strictement interdit de brûler des déchets dans un jardin ou une cheminée.

Pour ce qui est des déchets en pleine nature, le Conseil d'Etat genevois invite la population à être respectueuse de la biodiversité. En outre, l'abandon des déchets dans les prés et les champs est non seulement coûteux pour les paysans qui doivent les ramasser, mais aussi dangereux pour les animaux qui risquent des les ingérer.

Continuer la lecture

Genève

Trois femmes élues en Ville de Genève avec la PDC Marie Barbey

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Le socialiste Sami Kanaan, seul conseiller administratif sortant de la première ville du canton à se représenter, est le mieux élu avec 18'054 voix, selon les résultats rendus publics mardi. Il est suivi par Christina Kitsos (17'438) puis les Verts Frédérique Perler (15'872) et Alfonso Gomez (14'694). Marie Barbey (13'165) permet au PDC de conserver son siège, actuellement détenu par Guillaume Barazzone.

Arrivée sixième au premier tour, avec 525 suffrages d'écart sur le PLR Simon Brandt, la démocrate-chrétienne le devance finalement de 1440 voix. Faute de programme commun, Marie Barbey refusait de s'allier au MCG et à l'UDC comme le demandait le candidat PLR afin de contrer la gauche. Son élection permet à la Ville de Genève d'avoir, pour la première fois, un exécutif à majorité féminine.

L'élection d'un second vert au Conseil administratif se fait au détriment de l'extrême gauche, qui perd le siège occupé par Rémy Pagani. Partis séparément, Maria Perez, du Parti du travail, et Pierre Bayenet, d'Ensemble à Gauche, arrivent en septième (10'397) et huitième position (8802). Le taux de participation s'est élevé à 27,94% en Ville de Genève.

Alliances victorieuses

A Vernier, l'alliance de la gauche et du PLR, reconduite pour "faire barrage aux populistes", a de nouveau porté ses fruits. La composition du Conseil administratif reste inchangée, avec un PS, le magistrat sortant Martin Staub élu au premier tour, un Vert en la personne de Mathias Buschbeck et le PLR Gian-Reto Agramunt, qui n'a que 536 voix d'avance sur le MCG Thierry Cerutti.

A Meyrin, l'alliance de la gauche et du PDC est aussi gagnante. Figurant sur une liste commune, le Vert Eric Cornuz et le PDC Laurent Trembley rejoindront à l'exécutif la PS sortante Nathalie Leuenberger, élue au premier tour. A Lancy, deux femmes siègeront avec le Vert sortant Damien Bonfanti: Corinne Creffield Gachet, de la liste Unis pour Lancy, et la PS Salima Moyard Mizrahi.

Femmes et Verts

Dans la foulée des élections fédérales, les scrutins municipaux ont également fait la part belle aux femmes. A Onex, l'exécutif sera entièrement féminin: la Verte Mariam Yunus Ebener et la PDC Anne Kleiner administreront la ville aux côtés de la PS Carole-Anne Kast. Trois femmes seront aussi à la barre en Ville de Carouge ainsi que dans les commune de Confignon et de Cartigny.

Ces élections municipales ont aussi confirmé l'avancée des Verts, qui indiquent mardi avoir quatorze élus dans douze exécutifs. Le parti écologiste ravit un second siège au Conseil administratif de la Ville de Genève. Il en fait de même dans la commune de Chêne-Bougeries, où le Vert Florian Gross chasse le PLR sortant Jean Locher.

Mesures sanitaires

Le second tour de l'élection des conseils administratifs, des maires et adjoints a eu lieu dimanche dans 21 communes genevoises sur 45. Les résultats définitifs ne sont tombés que mardi, des mesures particulières ayant été mises en place pour le dépouillement en raison de l'épidémie de Covid-19. Le recours déposé par l'extrême gauche et le MCG contre la tenue du scrutin a été rejeté jeudi.

Les exécutifs de 19 communes ont été élus au premier tour le 15 mars. L'élection a été tacite entre les deux tours dans cinq autres communes, faute de concurrents. Les nouveaux élus entreront en fonction le 1er juin, pour cinq ans. La prestation de serment des exécutifs devrait en l'état se tenir le 27 mai, a indiqué la Chancellerie.

Continuer la lecture

Genève

Exonération de loyer pour les microsociétés les plus fragilisées

Publié

le

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet a réuni autour d'une table les régies et les défenseurs des locataires et trouvé une solution pour aider rapidement les microsociétés dont les activités ont été plombées par l'épidémie de Covid-19 et qui n'arrivent plus à payer leur loyer commercial. (Archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les microsociétés et les indépendants qui sont durement touchés par la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 pourront demander à être exonérés de leur loyer commercial du mois d'avril. La mesure sera ensuite réévaluée en fonction de l'évolution de la situation.

"Nous avons suivi la logique de la symétrie des sacrifices", a déclaré lundi le conseiller d'Etat Pierre Maudet. Le responsable du département du développement économique a indiqué que le bailleur supportera la moitié du sacrifice, alors que l'Etat prendra à sa charge l'autre moitié.

Cette aide d'urgence porte sur les loyers commerciaux qui n'excèdent pas 3500 francs par mois, charges non comprises. Pour obtenir l'exonération de son loyer d'avril, le demandeur devra remplir un simple formulaire. Les pouvoirs publics verseront à fonds perdus jusqu'à la moitié de la location courante au bailleur.

La mesure vise à aider les petites et les très petites entreprises, ainsi que les indépendants sans fortune suffisante. Elle est le fruit d'un accord entre les milieux de l'immobilier, l'Asloca Genève et les autorités cantonales. M.Maudet a toutefois rappelé que ceux qui pouvaient payer leur loyer devaient impérativement le faire.

Continuer la lecture

Genève

Des détenus de Champ-Dollon refusent de regagner leurs cellules

Publié

le

Des détenus de la prison de Champ-Dollon ont refusé de regagner leurs cellules après leur promenade à cause des mesures prises en lien avec la pandémie de Covid-19. KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Une quarantaine de détenus de la prison de Champ-Dollon à Puplinge (GE) ont refusé temporairement vendredi après-midi de regagner leurs cellules après leur promenade. Leurs revendications sont liées aux mesures prises par rapport à l'épidémie de Covid-19.

Des détenus demandent à être libérés étant donné que des pays ont arrêté les détentions en raison de la pandémie, a indiqué Laurent Forestier, porte-parole de l'office cantonal de la détention, confirmant une information de 20 minutes. D'autres veulent reprendre le foot. Ces revendications sont disparates et peu claires, selon le porte-parole.

"Il y a de la frustration en raison des mesures prises", a relevé M.Forestier. Des ateliers ont été fermés et certains ont dû être réaménagés. "Cela a un impact sur la vie quotidienne des détenus", a ajouté le porte-parole. Il souligne toutefois que les visites ont été maintenues moyennant l'installation de vitres en plexiglas.

Ce mouvement de colère concernait 43 détenus, soit 8% des pensionnaires de l'établissement. Il s'est déroulé sans violence. Le reste de la prison était calme, a ajouté M.Forestier.

Les forces de l'ordre, la défense incendie et un appui médical ont été mobilisés mais leur intervention n'a finalement pas été nécessaire. Les détenus ont obtempéré sans intervention de la police et il n'a pas été recouru à la contrainte. A 22h20, tous les détenus avaient regagné leurs cellules, a indiqué la Chancellerie d'Etat.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X