Rejoignez-nous

Genève

La base du PLR soutient Pierre Maudet

Publié

,

le

Pierre Maudet reste soutenu par la base du PLR Genève. Les membres du parti réuni en assemblée générale extraordinaire mardi soir ont dit continuer à faire confiance à leur conseiller d'Etat qui a été brillamment réélu au printemps dernier, mais pour (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Réunis mardi soir en assemblée générale extraordinaire, les membres du PLR Genève ont apporté leur soutien à leur conseiller d’Etat Pierre Maudet, pris dans la tourmente judiciaire à cause d’un voyage à Abu Dhabi effectué en 2015. Le vote a été serré.

715 personnes ont participé à la consultation. Sur ce total, 341 ont accordé leur confiance au magistrat, tandis que 312 la lui ont refusée et 56 se sont abstenues. Poursuivi pour acceptation d’un avantage, Pierre Maudet a jusqu’à présent résisté aux pressions venues de la direction de son parti le poussant à démissionner.

Le conseiller d’Etat a affirmé qu’il tiendra compte du résultat du vote des militants. Par rapport à la teneur du débat, il s’est réjoui du fait qu’il se situe sur « le terrain politique, un peu moral, mais pas judiciaire. » Le président du PLR Genève Alexandre de Senarclens, de son côté, a confirmé qu’il quittera ses fonctions.

Un parti fracturé

Lors de l’assemblée générale, les membres du PLR sont apparus divisés et peu réceptifs aux arguments développés par l’autre camp. Les partisans du conseiller d’Etat ont mis en avant le rôle de locomotive du magistrat, estimant inimaginable de l’abandonner alors que la justice ne s’est pas encore prononcée.

Les personnes favorables à une démission de Pierre Maudet, de leur côté, ont insisté sur les mensonges répétés du conseiller d’Etat. « Tu as menti au Conseil d’Etat, à la commission de contrôle du Grand Conseil, à la presse et au public », a insisté le conseiller national Christian Lüscher, membre du comité directeur du PLR Genève.

Dans un premier temps, Pierre Maudet avait affirmé que son voyage aux Emirats, avec sa famille et son chef de cabinet, était de nature privée et avait été offert par un ami. Il s’est avéré par la suite, que le séjour avait un caractère officiel et que la facture avait été réglée par le Cheick Mohammed Bin Zayed Al Nahyan.

Les partisans de Pierre Maudet ont minimisé cette entorse à la vérité. L’un d’eux affirmant même que tous les conseillers d’Etat ont une fois ou l’autre menti. Des propos qui ont fait vivement réagir l’ancienne conseillère d’Etat genevoise Martine Brunschwig Graf. « Non, il n’est pas normal de mentir pour un magistrat ».

Pas infaillible

Pierre Maudet a dit avoir pris la mesure du trouble qu’il a causé à son parti. « On se doit d’être exemplaire, mais ça ne signifie pas être infaillible », a-t-il toutefois glissé. Avant le vote des militants, Pierre Maudet leur a demandé si ses douze ans de travail à la Ville de Genève et au canton pouvaient être effacés d’un trait.

Collègue de Pierre Maudet au gouvernement genevois, Nathalie Fontanet a lancé un appel à l’unité du parti et au respect mutuel entre ses membres. « Il ne sert à rien de s’invectiver », a-t-elle souligné, rappelant à tous qu’ils défendaient les mêmes valeurs et appartenaient à la même famille.

Plusieurs intervenants se sont déclarés choqués par les révélations qui sont apparues dans le sillage de l’affaire du voyage à Abu Dhabi, comme l’existence d’associations secrètes de soutien à Pierre Maudet ou les « acrobaties financières » auxquelles s’est livré le magistrat pour obtenir certaines déductions fiscales.

Des intervenants ont déclaré avoir découvert une autre facette de Pierre Maudet, dont ils ignoraient l’existence. Christian Lüscher, par exemple, s’adressant à Pierre Maudet, a indiqué que cette affaire lui avait fait découvrir « une face inconnue » de la personnalité du magistrat.

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Climat: mobilisation en nette baisse à Genève

Publié

le

La manifestation s'est déroulée dans le calme. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La mobilisation en faveur du climat a essuyé une forte baisse samedi à Genève. Alors que les précédentes manifestations avaient attiré entre 4000 et 5000 personnes, ils ont été entre 1200 et 1500 à défiler samedi, selon un décompte de la police.

Cette quatrième marche nationale pour le climat, la deuxième à se dérouler un samedi, n’a pas rencontré le succès espéré dans la cité de Calvin. « Il existe un risque d’une certaine lassitude », a reconnu Laurane Conod, l’une des membres du comité d’organisation genevois, interrogée par Keystone-ATS.

Pas question toutefois de baisser les bras, a-t-elle assuré. « Nous ne voulons pas arrêter notre mouvement tant que nos revendications n’ont pas été entendues, tant que nous n’avons pas obtenu des résultats concrets », a affirmé l’étudiante genevoise.

Ce risque d’essoufflement oblige les membres du mouvement à innover et à trouver de nouveaux projets, a expliqué Laurane Conod. « A Genève par exemple, nous voulons demander davantage de pistes cyclables », a-t-elle relevé.

Pour arriver à leurs fins, les jeunes militants ne souhaitent pas passer par la voie politique habituelle. « Celle-ci s’est montrée inefficace jusqu’à maintenant, même si elle risque d’être inévitable pour certains projets », a estimé Laurane Conod.

Sit-in devant UBS et Credit Suisse

Samedi sous le soleil de Genève, le cortège est parti peu avant 15h00 de la Place des Vingt-Deux Cantons, à proximité de la gare de Cornavin. Les manifestants ont traversé le pont du Mont-Blanc avant de se diriger vers les Rues Basses, où ils se sont assis quelques minutes devant les agences d’UBS et de Credit Suisse.

« Les banques et le pétrole, y en a ras le bol! » ou « Les multinationales au tribunal », ont-ils notamment scandé devant les deux banques, protégées par un cordon de policiers. La foule, composée majoritairement de jeunes, s’est ensuite déplacée jusqu’au Parc des Bastions, où elle s’est dispersée dans le calme.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Agression de St-Jean: 15 et 12 ans de prison

Publié

le

La salle d'audience où s'est déroulée le procès des deux agresseurs majeurs de l'agression de Saint-Jean (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Tribunal criminel de Genève a condamné mercredi les deux auteurs majeurs de la sauvage agression de Saint-Jean à respectivement 12 et 15 ans de prison. L’un a été reconnu coupable de deux tentatives d’assassinat, l’autre d’une seule.

La plus lourde peine a été infligée à l’accusé considéré comme le pilier de la bande de cinq jeunes qui avait attaqué avec une brutalité inouïe deux trentenaires, une nuit de janvier 2017, dans le quartier de Saint-Jean. Agé de 20 ans aujourd’hui, ce meneur dans l’âme avait asséné des coups à la tête de ses victimes avec une batte de baseball.

L’autre prévenu, également âgé de 20 ans aujourd’hui, a été reconnu coupable d’avoir pris le risque de tuer l’un des malheureux en lui donnant des coups de pied de type penalty à la tête, alors que celui-ci gisait inerte à terre. Pour l’autre victime, il n’a été condamné que pour agression, car rien ne prouve qu’il l’a frappée.

Violence gratuite

La faute commise par les deux prévenus est extrêmement lourde, a souligné le président du Tribunal criminel de Genève Vincent Fournier. Les jeunes hommes, qui ont commis l’agression avec trois autres comparses qui étaient mineurs au moment des faits, s’en sont pris à des personnes qui ne leur avaient rien fait.

Ils se sont accaparé la violence comme un signe d’appartenance à leur groupe, plaçant ce dernier, surnommé les « Brathers », au-dessus de tout, selon le tribunal. Les membres de la bande se sont acharnés sur les deux victimes et n’ont pris la fuite que lorsqu’ils ont entendu les sirènes des voitures de la police.

Après les faits, les agresseurs ont fait preuve de cynisme et d’arrogance, a relevé M.Fournier lors de la lecture du jugement. Ils ont espéré l’impunité de leurs actes et ont repris le cours normal de leur vie. Personne n’a parlé. Quatre jours après l’agression, la bande évoquait même l’idée de passer des vacances à Malte.

La batte a disparu

Les cinq agresseurs n’ont été arrêtés que six mois après les faits, grâce à des écoutes téléphoniques. La batte qui a servi à frapper les victimes au visage n’a jamais été retrouvée. Le tribunal a souligné la mauvaise collaboration des deux prévenus à la procédure et leurs mensonges et dissimulations répétés.

Les juges n’ont retenu comme circonstance atténuante que le trouble de la personnalité dont souffre le chef présumé de la bande et qui restreint légèrement sa responsabilité. Ils ont en revanche écarté la thèse de l’alcoolisation des prévenus au moment des faits, aucun témoignage n’apportant crédit à cette thèse.

Le verdict du Tribunal criminel a suivi dans les grandes lignes le réquisitoire du procureur Dario Nikolic, qui avait demandé des peines de 14,5 et 14 ans de prison. Le procureur aurait en revanche souhaité la reconnaissance d’une coactivité pleine et entière des deux accusés, les coups portés par l’un étant acceptés par l’autre.

Mise en détention des prévenus

La défense avait plaidé, de son côté, l’agression, soulignant qu’il n’y avait pas de volonté de la part des prévenus de tuer ou d’avoir conscience du risque de le faire. Elle n’a pas été entendue. A l’issue de l’audience, le procureur a demandé et obtenu la mise en détention des accusés, qui comparaissaient libres à leur procès, un bracelet électronique fixé à la cheville.

Le tribunal a en effet estimé que le risque de voir les prévenus se soustraire à leur sanction était trop élevé. L’accusé qui a écopé de 12 ans de prison, de nationalité brésilienne, sera également expulsé de Suisse une fois sa peine purgée. Les trois autres participants à l’agression de Saint-Jean seront jugés par un tribunal pour mineurs. Ils risquent au maximum, pour les mêmes faits, quatre ans de prison.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

L’avion du gouvernement algérien quitte Genève

Publié

le

Âgé de 82 ans, M. Bouteflika avait été admis le 24 février aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) pour des "examens médicaux périodiques". En ressortira-t-il ce dimanche? (©Keystone/MARTIAL TREZZINI)

L’avion du gouvernement algérien qui avait transporté le président algérien Abdelaziz Bouteflika en Suisse pour s’y faire soigner voilà deux semaines est reparti dimanche de Genève. M. Bouteflika se trouve à bord, a indiqué un porte-parole à l’agence dpa.

L’avion privé de type Gulfstream 4SP appartenant au gouvernement d’Alger avait atterri dimanche matin vers 09h45 sur le tarmac de l’aéroport de Genève, après avoir décollé vers 08h00 d’une base militaire proche de la capitale algérienne. Selon des médias, aucune ambulance ni convoi officiel n’avait été aperçu.

Un peu plus de cinq heures après, un convoi d’une demi-douzaine de véhicules noirs a quitté les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), direction Cointrin, selon plusieurs sources. Agé de 82 ans, M. Bouteflika avait été admis le 24 février aux HUG pour des « examens médicaux périodiques » selon la présidence algérienne.

Mystère autour de l’état de santé

Abdelaziz Bouteflika, président depuis 1999, a été rarement vu en public depuis un AVC dont il a été victime en 2013. Des manifestations se succèdent depuis le 22 février en Algérie pour lui demander de renoncer à briguer un cinquième mandat à l’élection présidentielle du 18 avril.

Le directeur de campagne de M. Bouteflika a assuré jeudi que la santé du président algérien n’inspirait « aucune inquiétude » et que les examens qu’il subit en Suisse seraient bientôt terminés. Les récentes informations de presse faisant état d’une dégradation de son état de santé « sont sans fondement », avait-il ajouté.

Samedi, une avocate agissant pour le compte d’une citoyenne algérienne non identifiée a déposé une requête devant le Tribunal de Protection de l’adulte et de l’enfant de Genève, demandant le placement sous curatelle de M. Bouteflika en raison de son état de santé.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Deux candidats pour reprendre le PLR Genève

Publié

le

L'assemblée générale du PLR Genève devra choisir le 7 mars prochain entre Natacha Buffet-Desfayes et Bertrand Reich pour reprendre la présidence du parti après le démission d'Alexandre de Senarclens (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Deux candidats sont en lice pour reprendre la présidence du PLR Genève après la démission d’Alexandre de Senarclens liée à l’affaire Maudet. L’assemblée générale devra choisir le 7 mars entre Natacha Buffet-Desfayes et Bertrand Reich.

En campagne depuis quelques jours déjà, ces candidats n’ont pas été rejoints par d’autres à l’échéance du délai jeudi à midi, selon le parti. Le nouveau capitaine du plus grand parti du canton ébranlé par l’affaire Maudet aura la lourde tâche de souder ses troupes.

Agée de 36 ans, Natacha Buffet-Desfayes est députée suppléante au Grand Conseil et conseillère municipale en Ville de Genève. Cette enseignante s’est illustrée dans la campagne de soutien en faveur du conseiller d’Etat Pierre Maudet. Elle se présente comme une rassembleuse.

Bertrand Reich, 56 ans, est avocat. Il a été conseiller municipal et a aussi siégé dans des exécutifs communaux. Il insiste sur la nécessité de se réunir et de faire de la politique. Il a évité de se mêler de l’affaire Maudet. Bertrand Reich est très rapidement sorti du bois après la démission d’Alexandre de Senarclens.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Une majorité de Genevois souhaite la démission de Pierre Maudet

Publié

le

Pour Pierre Maudet, ce sondage comporte de nombreux biais et est au final plus "une information orientée qu'une vérité absolue" (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plus de 62% des Genevois seraient « plutôt favorables » au départ du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet. C’est ce que révèle lundi un sondage commandé par la RTS, Le Temps et Radio Lac.

Les Genevois, à 62,4%, sont « plutôt favorables » à une démission de Pierre Maudet, selon ce sondage réalisé du 29 janvier au 5 février par l’institut M.I.S Trend auprès de 1032 citoyens genevois, âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population. Ils sont 26,1% « plutôt pas favorables » à un départ, et 11,5% indécis, lit-on sur le site de la RTS.

Ce souhait de voir le conseiller d’Etat partir est partagé par les sondés qui ont voté pour Pierre Maudet lors des dernières élections cantonales, en avril 2018, avec 61,5% d’avis « plutôt favorables » à une démission contre 33,2% « plutôt pas favorables ». Les Genevois qui votent PLR, le parti de Pierre Maudet, sont eux aussi majoritairement favorables à une démission (64,6%).

Les sondés estimant que Pierre Maudet doit démissionner donnent plusieurs raisons. Pour eux, il doit partir parce qu’ »il a menti à la population ». C’est l’explication qui est le plus souvent donnée. Certains répondent qu’ »il n’a pas montré l’exemple ». D’autres souhaitent son départ « par respect pour la population et pour les gens qui l’ont élu ».

Les 26,1% de Genevois qui ne souhaitent pas le départ de Pierre Maudet avancent notamment qu’ »il y a un acharnement des médias à son encontre ». Ils disent encore que l’élu « est un excellent politique malgré tout », mais aussi qu’il bénéficie « de la présomption d’innocence ».

Image détériorée

Il ressort du sondage que l’affaire Maudet, dont 94% des sondés ont entendu parler, a détérioré l’image que les Genevois avaient des politiciens genevois en général. Pour plus de 68% des sondés, cette image a été « plutôt détériorée » ou « vraiment beaucoup détériorée ». Une majorité (65%) estime que cette affaire a aussi détérioré l’image du PLR dans son ensemble.

Plus de 55% des Genevois estiment que le Conseil d’Etat, dans son ensemble, a eu une gestion « très mauvaise » ou « plutôt mauvaise » de l’affaire ces six derniers mois. Ils sont un peu plus de 25% à avoir un avis différent en parlant d’une gestion « plutôt bonne » ou « très bonne ».

Dans une déclaration publiée par la RTS, Pierre Maudet dit prendre acte des résultats de ce sondage, « dont l’approche scientifique trahit une démarche qui ne l’est pas ».

Selon lui, « il s’agit au fond plus d’une information orientée que d’une vérité absolue, compte tenu des nombreux biais (influence dans la formulation et orientation dans l’enchaînement des questions, consultation effectuée avant une décision judiciaire, etc.) de ce type d’exercice ».

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Une rupture dans vos relations familiales vous menace comme une épée de Damoclès. Essayez calmer tout ça et d'agir dans le bon sens.

Publicité

Les Sujets à la Une

X