Rejoignez-nous

Genève

Pierre Maudet soupçonné d'avantages venant du groupe Manotel

Publié

,

le

De nouveaux soupçons pèsent sur le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet, en relation cette fois avec le groupe hôtelier Manotel (archives). (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Ministère public genevois ne lâche pas Pierre Maudet. Après le voyage controversé à Abu Dhabi, il s'intéresse désormais aux relations entre le conseiller d'Etat et le groupe hôtelier Manotel, soupçonnant une possible acceptation d'un avantage dans ce cadre.

Dans un communiqué publié mardi, le Ministère public a annoncé avoir saisi le Grand Conseil d'une demande d'extension de l'autorisation de poursuivre Pierre Maudet. Cette demande, souligne-t-il, "porte sur les prestations financières" dont le magistrat a bénéficié de la part du groupe Manotel.

Dans le cadre de leurs investigations sur le voyage à Abu Dhabi du conseiller d'Etat en novembre 2015 avec sa famille, les procureurs chargés de la procédure ont pris connaissance "de l'existence de deux associations, le Cercle Fazy-Favon et l'Association de soutien à Pierre Maudet".

L'enquête a permis de constater que Manotel "avait viré à ces associations des montants d'un total de 105'000 francs, dont 75'000 francs alors qu'il était conseiller d'Etat", précise le communiqué du Ministère public. Le groupe a aussi financé une soirée d'anniversaire pour Pierre Maudet d'une valeur de 20'000 francs.

Le Ministère public a donc sollicité le Grand Conseil pour qu'il étende l'autorisation de poursuivre Pierre Maudet à ces faits, susceptibles de constituer "l'acceptation d'un avantage". Le conseiller d'Etat est déjà prévenu de cette même infraction pénale dans l'affaire de son voyage aux Emirats.

Avocat pas surpris

Sur Twitter, Grégoire Mangeat, l'avocat de Pierre Maudet, minimise la portée de cette action du Paquet. "Les éléments relatifs à Manotel sont connus depuis plusieurs semaines. Pour que le Ministère public puisse mener son enquête sur ces faits, l'élargissement de la demande d'immunité est un préalable constitutionnel nécessaire".

Par ailleurs, M. Mangeat écrit que Pierre Maudet "conteste très fermement avoir violé la loi". Cette demande d'extension de l'autorisation de poursuivre le conseiller d'Etat intervient à une semaine d'une assemblée générale extraordinaire du PLR genevois, permettant à la base du parti de s'exprimer sur "l'affaire".

De plus en plus isolé, le conseiller d'Etat compte beaucoup sur cette assemblée pour se redonner de l'énergie et compter ses soutiens. Le magistrat a été abandonné en novembre dernier par le comité directeur du PLR Suisse, qui lui a demandé de démissionner du gouvernement genevois, ce que Pierre Maudet a jusqu'à présent refusé.

Le comité directeur du PLR Genève a émis le même souhait quelques jours plus tard, à l'issue de sa troisième réunion en peu de jours consacrée aux ennuis judiciaires de son magistrat. Pierre Maudet s'est par ailleurs vu retirer par ses collègues la tutelle de la police, de l'aéroport et la présidence de l'exécutif cantonal.

Des derniers mois difficiles

Le Ministère public avait ouvert une procédure en août 2017 dans l'affaire du voyage entrepris à Abu Dhabi par Pierre Maudet, sa famille et son chef de cabinet. Un an après, le 30 août dernier, il a demandé au Parlement l'autorisation de poursuivre le magistrat pour acceptation d'un avantage.

Pierre Maudet a avoué avoir menti sur la nature et le financement de ce séjour. L'escapade n'avait pas de caractère privé. Le conseiller d'Etat avait été invité, tous frais payés, par le prince héritier de l'émirat cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan. Le voyage avait été organisé par des amis du magistrat actifs dans l'immobilier.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève veut améliorer la prise en charge des personnes âgées

Publié

le

Avec la COGERIA, le canton de Genève veut éviter que des personnes âgées, habitant à la maison, soient envoyées à l'hôpital inutilement. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le canton de Genève veut empêcher les hospitalisations inutiles de personnes âgées fragiles. Pour y parvenir, un dispositif de coordination de soins, portant l'acronyme de COGERIA, se déploiera progressivement sur tout le territoire genevois d'ici à 2023. Un test a été mené avec satisfaction dans le quartier de la Servette et à Meyrin.

Le projet COGERIA vise à améliorer la prise en charge à domicile des personnes âgées fragiles au travers, notamment, d'une plus grande coordination des soins, a précisé mardi devant les médias le directeur général de la santé Adrien Bron. Une équipe pluridisciplinaire devra évaluer l'état du patient en étroite coopération avec le médecin traitant.

Ce comité d'experts comprend notamment des gériatres, des chefs de clinique et du personnel infirmier. Il s'agit de soutenir les médecins de ville et non de les remplacer, a relevé le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia. Le magistrat espère que le projet fera des émules dans d'autres cantons, voire suscitera un intérêt fédéral.

Le dispositif COGERIA a déjà été expérimenté auprès des résidents de plus de 65 ans du quartier de la Servette, en Ville de Genève, et à Meyrin. Environ 280 personnes âgées ont pu ainsi bénéficier de cette nouvelle prise en charge. Lorsque le réseau s'étendra à l'ensemble du canton, dans trois ans, il comptera plusieurs milliers de patients.

Les capacités de la COGERIA devraient être quadruplées d'ici à 2023. En plus d'éviter une hospitalisation inappropriée, le dispositif vise aussi à faciliter le retour à domicile des personnes qui auront dû passer par l'hôpital. Pour une personne âgée, l'hospitalisation peut être une épreuve dont il est difficile de se relever, relève le canton.

Continuer la lecture

Genève

Le Genevois Hamid Mamdouh ne dirigera pas l'OMC

Publié

le

Le Genevois Hamid Mamdouh ne fait pas partie des cinq candidats qui restent en lice pour diriger l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le candidat égyptien à la direction générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Hamid Mamdouh, également genevois, ne pilotera pas cette institution. Il ne figure pas dans la liste des cinq personnes encore en lice, sur huit, annoncée vendredi à Genève.

L'ancien secrétaire britannique au commerce international Liam Fox, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, la ministre kényane Amina Mohamed et celle du commerce en Corée du Sud, Yoo Myung-hee, de même que le ministre saoudien Mohammed Al-Tuwaijri restent en lice, a dit à la presse le porte-parole de l'institution. En revanche, les 164 membres ont écarté, outre M. Mamdouh, le Mexicain Jesus Seade Kuri, un ancien directeur général adjoint de l'OMC, et l'ex-chef de la diplomatie moldave Tudor Ulianovschi.

Jamais une femme n'a dirigé l'OMC. Les trois candidates féminines poursuivent toutes vers la deuxième étape. Face à des profils plus politiques, M. Mamdouh avait mis l'accent sur son expérience de plus de 35 ans dans le système commercial multilatéral et se présentait comme un possible candidat du consensus entre pays développés et en développement.

Dans une déclaration à Keystone-ATS, le Genevois a remercié tous ceux qui ont soutenu sa candidature. Il voulait être adoubé par la Suisse, mais Berne ne dévoile jamais qui elle désigne et est restée discrète pendant tout ce processus.

Encore deux étapes

Il a souhaité à l'OMC de surmonter ses nombreux défis. L'organisation peut constituer "un instrument important" pour provoquer des changements positifs sur la scène internationale, affirme-t-il, en ajoutant qu'il continuera à conseiller les Etats membres qui recourent à lui.

Désormais, une nouvelle période de consultations d'environ deux semaines s'ouvre jeudi prochain pour tenter de réduire cette liste de cinq personnes à deux. Il faudra ensuite une troisième étape d'environ un mois jusqu'au 7 novembre pour trouver un consensus pour remplacer Roberto Azevedo qui a quitté l'OMC fin août, un an avant la fin de son second mandat.

"Nous sommes en bonne voie" pour honorer le calendrier qui a été fixé, estime le porte-parole. En revanche, il ne sait pas encore quand le prochain ou la prochaine directrice entrera en fonctions. Selon des observateurs, le prochain directeur général ou la prochaine directrice générale pourrait ne démarrer son mandat que début 2021.

OMC en difficulté

La pandémie n'a elle pas affecté les consultations. Même les délégations qui ne sont pas présentes à Genève ont pu dialoguer avec le président du comité chargé de mener ces discussions entre les Etats sur les candidatures.

L'institution fait elle face à une crise institutionnelle depuis que les Etats-Unis ont rendu son tribunal d'appel dysfonctionnel. Autre problème, alors qu'un consensus semblait se dégager sur l'un des adjoints de M. Azevedo pour la piloter provisoirement, Washington, qui a menacé à plusieurs reprises de quitter l'OMC, a aussi cherché à imposer son ressortissant, provoquant un blocage.

Le commerce mondial est confronté à une crise importante en raison de la pandémie. Il pourrait reculer de jusqu'à un tiers environ cette année avec les effets du Covid, selon l'organisation.

Continuer la lecture

Genève

Un déficit de 501 millions prévu à Genève

Publié

le

Le projet de budget 2021 de l'Etat de Genève, présenté jeudi par la Grande argentière du canton, Nathalie Fontanet, table sur un déficit de 501 millions de francs. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Marqué par les effets de la crise sanitaire, le projet de budget 2021 de l'Etat de Genève, présenté jeudi, prévoit un déficit de 501 millions de francs. L'exécutif veut diminuer les salaires des fonctionnaires de 1% pour atténuer le choc financier.

Cette mesure temporaire, qui se déploiera sur quatre ans, est "considérée comme un effort de solidarité de la fonction publique, alors que 50% des employés du privé sont touchés par la crise", a déclaré le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. "C'est le pendant de leur garantie de l'emploi", a précisé la grande argentière Nathalie Fontanet.

Cette baisse de la masse salariale permettrait une économie de 30,3 millions de francs en 2021. L'exécutif compte aussi suspendre l'annuité des fonctionnaires en 2021 et 2023. Une modification de la répartition des cotisations à la caisse de pensions, moins favorable aux fonctionnaires, est aussi à l'ordre du jour.

La gauche et les syndicats ont immédiatement fustigé ces mesures qui "constituent une atteinte grave et inacceptable aux conditions de travail et aux salaires dans le secteur public." Une première manifestation de protestation était déjà prévue en fin de journée.

Des économies

Toujours dans le but de maintenir la croissance des charges, le Conseil d'Etat veut aussi mieux les répartir entre le canton et les communes, notamment dans le domaine du social. Au final, les mesures préconisées par l'exécutif, qui doivent encore être avalisées par le Grand Conseil, permettraient des économies de 156 millions en 2021 allant crescendo jusqu'à 465 millions en 2024.

La croissance des charges atteint 0,6% en 2021, pour 9,189 milliards de francs, et 0,8% en moyenne jusqu'en 2024. "Ce niveau est historiquement bas", selon la cheffe des Finances.

Prestations supplémentaires

"Les effets de la crise sanitaire sur l'économique se font sentir, et le pire reste à venir", a mis en garde M. Hodgers. Selon les estimations, le résultat global 2021 est ainsi péjoré d'environ 100 millions. A cela s'ajoute la mise en oeuvre de trois réformes majeures votées par le peuple qu'il faut "digérer", selon M. Hodgers.

Dans ce contexte incertain, le Conseil d'Etat a clairement affiché sa volonté de soutenir ceux qui sont touchés par la crise. Des prestations supplémentaires sont retenues pour la cohésion sociale (+ 100 millions), la santé (+ 10 millions), la formation (+ 27 millions et la mobilité (+ 3 millions).

Le gouvernement propose une hausse "contenue" de 353 postes (+2,1%), dont 62 auxiliaires pour renforcer les équipes de traçage visant à lutter contre la pandémie. La formation obtient 164 postes en plus, "ce qui répond aux besoins" liés à la hausse du nombre d'élèves, a assuré la cheffe du Département de l'instruction publique , Anne Emery-Torracinta.

A droite, cette augmentation de postes ne passe pas. Selon le PLR, la hausse est déconnectée de la progression démographique alors que l'UDC appelle à une "restructuration drastique de l'Etat".

"Action anticyclique"

Le Conseil d'Etat veut préserver le niveau élevé des investissements dans les infrastructures et pour la transition écologique et numérique. "C’est une action que l’on peut qualifier d’anticyclique", a souligné le chef du Département des infrastructures Serge Dal Busco.

Du côté des recettes fiscales, le projet de budget prévoit une progression de 142 millions des revenus, à 8,687 milliards. Une réévaluation du parc immobilier et une hausse de la part des bénéfices de la Banque nationale suisse expliquent cette hausse.

Déficit abyssal

Malgré la crise, le déficit au projet de budget 2021 n'excède que légèrement celui prévu dans le plan quadriennal (462 millions). Il est également moins important que celui du budget 2020 (585 millions). Mais un déficit abyssal devrait figurer aux comptes 2020: entre 1,1 et 1,2 milliard, selon Mme Fontanet.

Afin de ne pas avoir à déclencher le frein au déficit, le malus est ramené à 349 millions, la différence de 152 millions étant couverte par la réserve conjoncturelle. La suspension transitoire du frein au déficit, adoptée pour compenser les pertes fiscales dues à RFFA, permet au canton de ne pas augmenter les impôts des personnes physiques tout en maintenant les prestations à la population.

Continuer la lecture

Genève

L'usage du vélo en hausse de 22% à Genève durant la crise sanitaire

Publié

le

Des bandes cyclables avaient fleuri au centre-ville de Genève à la fin du semi-confinement. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le vélo est un moyen de locomotion de plus en plus prisé à Genève. Durant la crise sanitaire, son usage a connu une augmentation de 22% par rapport à la même période de 2019. Ces résultats confortent les autorités dans leur politique visant à encourager les déplacements à bicyclette au centre-ville.

La création d'aménagements pour les vélos lors de la crise sanitaire a porté ses fruits. Le canton et la Ville de Genève ont tiré lundi un bilan positif du programme qui sera "partiellement" poursuivi. Des bandes cyclables provisoires ont pu être testées et seront adaptées en fonction des besoins et des observations futures.

Par rapport aux vacances scolaires de 2019, une nette progression du nombre de vélos a été constatée cette année. A l'avenue d'Aïre et au quai Ernest-Ansermet, où existent des bornes de comptage, le nombre de cyclistes est passé d'un été à l'autre de 193'799 à 236'282, ce qui représente une augmentation de 22%.

Les pistes cyclables provisoires, qui ont provoqué une grosse polémique à Genève dans un premier temps, ont connu un succès croissant entre le mois de mai et la fin août. Elles ont enregistré un pic de fréquentation durant la dernière semaine de juin et lors de la première semaine de la rentrée scolaire.

Des VLS en trop petit nombre

Les services de prêt de vélos ont aussi vécu un été agité. Genève Roule a enregistré une hausse de 42% de ses prêts par rapport à la même période de 2019. Le tout nouveau réseau de vélos en libre-service de Donkey Republic, peine, lui, à répondre à la demande. Des vélos supplémentaires seront rapidement ajoutés.

Le gouvernement genevois avait créé des aménagements cyclables pour accompagner le déconfinement. Il craignait de voir les gens utiliser leur voiture pour se déplacer et délaisser les transports publics par peur du virus. Il voulait donc offrir une alternative à l'automobile en favorisant l'usage du vélo.

Continuer la lecture

Genève

La Ville de Genève féminise dix noms de rues

Publié

le

La Ville de Genève va renommer dix rues et places d'après des femmes marquantes. Le canton a approuvé mercredi cette demande qui fait suite au projet "100 Elles" visant à donner leur place aux femmes dans l'histoire et l'espace public genevois. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Genève va renommer dix rues et places d'après des femmes marquantes. Le canton a approuvé mercredi sa demande qui fait suite au projet 100Elles* visant à donner leur place aux femmes dans l'histoire et l'espace public genevois.

A la fin de l'année, la place des 22-Cantons s'appellera place Lise-Girardin, du nom de la première femme maire de la Ville Genève et en Suisse, en 1968, et première femme élue au Conseil des Etats, en 1971. L'avenue William-Favre va inclure sa soeur Alice, présidente de la Croix-Rouge genevoise, tandis que la rue de la Pisciculture deviendra celle des Trois-Blanchisseuses, d'après un fait divers tragique.

"Il s'agit de la première fournée, d'autres suivront ces prochaines années", a indiqué devant les médias le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. A Genève, seuls 7% des rues portant des noms de personnes font référence à des femmes.

La Ville de Genève se réjouit de cette décision. Elle va accompagner les habitants et entreprises concernés par ces changements. Elle précise mercredi que les démarches à entreprendre seront limitées, puisque la plupart des modifications se feront de manière automatique et groupée auprès de l'Office cantonal de la population, des Services industriels ou encore de La Poste.

Quatre noms en attente

Pour ces modifications, des lieux qui ont peu d'adresses ont été choisis, sans pour autant se limiter à des ruelles sans visibilité. Le rapport entre la personne et le lieu a aussi été pris en compte, tout comme les répétitions. Alors qu'il existe un pont et une rue des Acacias, le parc éponyme deviendra le parc Eglantyne-Jebb, d'après la fondatrice de l'association Save the Children et auteure de la première Déclaration des droits de l'enfant.

La commission cantonale de la nomenclature a toutefois refusé de débaptiser la place du Cirque et quatre rues. Informés par la Ville de Genève de cette démarche, les habitants de la rue Jean-Violette, par exemple, se sont opposés à ce qu'elle soit renommée. La Municipalité doit faire de nouvelles propositions de rues pouvoir leur donner les noms de quatre femmes validés par la commission.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Discussions concernant l’embellissement du foyer, ou bien l’acquisition d’un logement où vivre en sécurité pour longtemps.

Publicité

Les Sujets à la Une

X