Rejoignez-nous

Genève

Nombreux élus genevois face à la justice

Publié

,

le

Le président du gouvernement genevois Antonio Hodgers a évoqué la situation dans plusieurs médias. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, six des douze membres qui composent les exécutifs de la Ville et du canton doivent répondre d'une manière ou d'une autre aux questions du Ministère public. Cette proportion hors norme met à mal la confiance de la population envers ses élus.

Antonio Hodgers, président du Conseil d'Etat genevois, a rappelé mercredi cette situation inédite dans plusieurs médias. Il revenait sur la dernière affaire en date: la convocation de son collègue Serge Dal Busco en tant que personne appelée à donner des renseignements.

Cette audition, agendée au 27 septembre mais qui pourrait avoir lieu plus tôt à la demande du conseiller d'Etat, est liée au volet Manotel de l'affaire Maudet. Mis sous pression, l'élu PDC a reconnu avoir reçu 10'000 francs du groupe hôtelier en 2018, entre les deux tours de l'élection à l'exécutif. Il assure avoir restitué la somme à la mi-septembre, soit juste après l'éclatement de l'affaire Maudet.

Procédure classée

Pour sa part, le conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet a été mis en prévention pour acceptation d'un avantage. En cause: son voyage en famille à Abu Dhabi en novembre 2015 payé par le prince héritier de l'Emirat. La procédure se poursuit. Une nouvelle audition du magistrat aura lieu le 6 septembre. Interrogée jeudi en tant que témoin, son épouse a choisi de garder le silence, selon plusieurs médias.

Les procureurs qui investiguent sur ce voyage à Abu Dhabi se sont intéressés à deux associations, le Cercle Fazy-Favon et l'Association de soutien à Pierre Maudet. Il ressort de leur enquête que Manotel avait viré à ces associations des montants d'un total de 105'000 francs. Le groupe hôtelier a aussi financé une soirée d'anniversaire pour Pierre Maudet à hauteur de 20'000 francs.

L'affaire Maudet a aussi provoqué des remous en Ville de Genève. Le conseiller administratif PDC Guillaume Barazzone a révélé avoir été invité à Abu Dhabi en 2017 par un ami. Une procédure pénale contre inconnu pour acceptation d'un avantage a été ouverte par le Ministère public, pour être finalement classée. Le Parquet a conclu que le voyage du magistrat, appelé à donner des renseignements, était bel et bien privé.

Aussi prévenus

Mais une autre affaire empoisonne l'exécutif de la Ville depuis novembre 2018. Un audit de la Cour des comptes a révélé de curieuses pratiques en matière de frais professionnels. Le Ministère public a rapidement empoigné le dossier en procédant à des perquisitions dans les bureaux des membres du conseil administratif.

Résultat: deux magistrats sont mis en prévention pour gestion déloyale des intérêts publics - Guillaume Barazzone (PDC) et Rémy Pagani (Ensemble à Gauche) - et deux autres appelés à donner des renseignements - Sami Kanaan (PS) et Esther Alder (Verts). Des auditions ont eu lieu au printemps. Contacté, le Ministère public ne commente pas cette procédure en cours.

Epinglé pour un usage excessif de sa carte de crédit professionnelle et des frais de téléphonie très élevés, M. Barazzone a remboursé 51'896 francs "sur une base volontaire", après avoir analysé ses frais depuis son entrée en fonction en 2012. Il a admis des "erreurs involontaires" et a décidé de ne pas briguer de nouveau mandat fédéral et municipal cet automne et le printemps prochain.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

2300 signatures pour demander la gratuité des transports publics à Genève

Publié

le

Les Jeunes POP veulent la gratuité des transports publics dans le canton de Genève (photo d'illustration). KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Les Jeunes POP Genève ont déposé mercredi auprès du Grand Conseil genevois une pétition munie de 2331 signatures qui demande des transports publics gratuits dans tout le canton. Pour les Jeunes POP, il s'agit de la seule solution pour désengorger les villes de façon écologique.

La gratuité des transports publics permettrait aussi d'alléger les budgets des familles et des petits revenus. Selon les pétitionnaires, les transports publics ne doivent pas être réservés à ceux qui en ont les moyens. C'est un droit de toutes et tous, soulignent-ils.

Des pétitions semblables avaient déjà été déposées par les sections neuchâteloise, vaudoise et fribourgeoise des Jeunes POP.

Continuer la lecture

Genève

15 millions demandés pour le Salon de l'auto

Publié

le

Prévu début mars 2020, le salon de l'auto avait dû être demantelé après l'interdiction de grandes manifestations en raison de la propagation du coronavirus (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
La fondation qui détient les droits du Salon de l'auto de Genève estime la valeur de la manifestation à 15 millions de francs.

C'est sur cette base que les négociations seront engagées prochainement avec Palexpo, désigné comme le repreneur naturel du Geneva International Motor Show (GIMS).

"Nous pensons que c'est une proposition honnête. Cela donnera la possibilité à Palexpo de devenir propriétaire du GIMS. (...) Je rappelle que le Salon rapporte à Palexpo 30 à 35 millions de francs par an, un tiers de son chiffre d'affaires", a indiqué mardi François Launaz, président d'Auto-Suisse, faîtière des importateurs suisses d'automobiles, lors d'une conférence de presse.

Les organisateurs du GIMS ont réuni la presse mardi afin de commenter la décision communiquée la veille d'abandonner l'édition 2021 et du salon et de vendre celui-ci à la société Palexpo, détenue majoritairement par l'Etat de Genève. Les actuels propriétaires de la manifestation ont refusé le prêt de 16,8 millions de francs débloqué par le Grand Conseil genevois début juin.

"Il est temps d'accélérer les choses. Nous attendons une solution depuis mars."

M. Launaz a souligné que les responsables de Palexpo ont accepté de lancer des négociations. "Si nous attendons jusqu'en septembre ou octobre, ce serait mauvais. Il serait préférable de parvenir à un accord d'ici fin août", a renchéri Maurice Turrettini, président de la Fondation Salon International de l'Automobile.

L'objectif serait de garder une marge de manoeuvre suffisante pour préparer l'édition 2022 du GIMS. La tenue d'un salon l'année prochaine n'est pas totalement exclue, mais la décision reviendra au nouveau propriétaire, a considéré M. Turrettini.

Aux yeux des importateurs automobiles, Palexpo apparaît comme le repreneur idéal, bien qu'initialement ceux-ci s'étaient opposés à une prise de contrôle par la société. Pour Maurice Turrettini, les choses ont changé. Désormais, la vente à Palexpo constitue la priorité.

Si les négociations venaient à capoter, la fondation se mettrait à la recherche d'un nouvel investisseur. Une "personne" intéressée se serait déjà manifestée.

La fondation sera liquidée à terme et sa fortune distribuée à une association ou une fondation oeuvrant en faveur de l'automobile, selon François Launaz.

Continuer la lecture

Genève

Le salon de l'auto n'aura pas lieu en 2021

Publié

le

Le secteur automobile étant confronté à une crise majeure, les exposants ont besoin de temps avant de pouvoir investir dans un salon. En outre, il n'est pas certain que la situation sanitaire permette l’organisation d’un événement regroupant plus de (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
L'édition 2021 du Salon de l'auto de Genève a été annulée en raison des conséquences financières de la pandémie, ont annoncé ses organisateurs. Le prêt de 16,8 millions de francs de l'Etat de Genève est refusé. Une vente du salon à Palexpo est la solution privilégiée.

Dans un communiqué, le Comité et le Conseil de Fondation du Salon International de l'Automobile indiquent lundi avoir "renoncé à organiser une manifestation en 2021 pour des raisons évidentes: suite à un sondage, la majorité des exposants a indiqué qu'elle ne participerait probablement pas à une édition 2021 et qu'elle favorisait une prochaine édition en 2022".

Le secteur automobile étant actuellement confronté à une crise majeure, les exposants ont besoin de temps avant de pouvoir investir dans un salon. En outre, il n'est pas certain que la situation sanitaire permette l’organisation d’un événement regroupant plus de 600'000 visiteurs et 10'000 journalistes au printemps prochain.

Prêt refusé

La Fondation avait demandé au canton de Genève un soutien financier pour couvrir les pertes causées par l'annulation de l'édition 2020, estimées à 11 millions de francs, et préparer une nouvelle édition. Début juin, le Grand Conseil de Genève a approuvé un prêt de 16,8 millions de francs suisses pour la Fondation.

Tout en remerciant les autorités cantonales, la Fondation ne considère pas les termes de ce prêt comme une garantie de stabilité financière à long terme. En effet, la Fondation devrait dès juin 2021 rembourser un million de francs sans avoir bénéficié d’une entrée d’argent au préalable, l’édition 2021 ne pouvant avoir lieu.

Ce prêt étant également soumis à la condition qu'un événement soit organisé en 2021, la Fondation se voit dans l’obligation de refuser la proposition du canton.

Vente à Palexpo

La Fondation a décidé de privilégier la vente du salon à Palexpo SA, l’objectif étant de trouver une solution permettant l’organisation régulière d’un salon automobile international à Genève. L'achat des actifs transférerait tous les droits de l'organisation à Palexpo.

Le salon de l'auto est la plus grande manifestation publique de Suisse, rappellent les organisateurs. Ses retombées économiques pour le canton de Genève sont estimées à quelque 200 millions de francs par an.

Continuer la lecture

Genève

La Suisse offre une fresque à l'ONU à Genève 75 ans après la Charte

Publié

le

(KEYSTONE/Valentin Flauraud)
Une fresque éphémère écoresponsable de l'artiste Saype, offerte par la Suisse, va égayer pendant plusieurs semaines le parc du Palais des Nations à Genève. Dévoilée vendredi pour les 75 ans de la Charte de l'ONU, elle symbolise la collaboration sur les défis à venir.

Pionnier du lien entre art de rue et landart, Guillaume Legros, dont le nom d'artiste est une contraction entre "Say" et "Peace" ("dire la paix"), cherche à contribuer par l'art à une société plus collaborative qui regarde "les solutions plutôt que les problèmes".

Ce Français marié à une Suissesse et qui réside en Suisse romande a été approché par le chef de Présence Suisse Nicolas Bideau pour l'oeuvre écologique de 6000 m2, offerte pour témoigner de l'attachement de la Suisse au multilatéralisme et aux Nations Unies.

"Il savait que mes convictions sont en ligne avec l'activité de l'ONU", dit-il à Keystone-ATS. Il lui aura fallu ensuite un mois et des discussions avec un ami pour arriver au visuel qui va égayer le parc du Palais des Nations pendant quelques semaines au moins.

L'oeuvre rassemble surtout deux enfants regardant la société qu'ils souhaitent pour l'avenir, entourés de symboles de paix et de collaboration entre pays, mais aussi de préservation de l'environnement. La pandémie n'a pas interféré dans le choix de Saype.

"Dans ce genre de crise, on doit être encore plus solidaire", dit l'artiste. "Il fallait dans cette oeuvre que le message soit plus large que le Covid", dit-il. Mais également "le plus neutre possible pour éviter de froisser quelqu'un".

(KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Plusieurs jours

Pour Saype, les journées ont été longues depuis son arrivée dans le parc du Palais des Nations il y a une semaine. Trois jours entiers ont été indispensables pour finaliser cette oeuvre. Un type d'art éphémère auquel le jeune Français se consacre exclusivement depuis un an et demi, tant il souhaite ne pas laisser d'empreinte environnementale. Les photos de ces oeuvres permettent de les rendre durables, dit-il.

Un engagement qu'il garantit aussi par l'utilisation de matériaux naturels. Pour cette oeuvre dans le parc du Palais des Nations, "c'est l'herbe qui décidera combien de temps elle reste", affirme encore Saype. Deux à trois semaines ou plus longtemps, en fonction de la pluie.

Saype pourrait devenir suisse dans moins de deux ans. Il se dit "très honoré" de pouvoir représenter ce pays pour les 75 ans de l'ONU. Ensuite, il relancera sa tournée de plus grande chaîne humaine représentée dans une oeuvre qui avait été montrée à Genève l'année dernière. Celle-ci devait voyager dans de nombreux pays avant que le Covid ne perturbe ce dispositif. Mais elle va désormais pouvoir rejoindre plusieurs d'entre eux.

Continuer la lecture

Genève

Moins de 100 patients Covid-19 hospitalisés aux HUG

Publié

le

Lundi, les HUG comptaient encore trois patients Covid-19 dans leur unité de soins intensifs. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Le nombre de patients Covid-19 qui sont pris en charge par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) est passé sous la barre des 100. Lundi, l'hôpital s'occupait de 98 personnes qui étaient soit encore infectées par le virus, soit qui se trouvaient en convalescence après avoir été malades.

L'unité de soins intensifs des HUG comptait trois patients lundi, dont un était intubé, a fait savoir mardi le service du médecin cantonal. Aucun nouveau cas de contamination n'a été enregistré lors du dernier pointage effectué dimanche. Depuis le début de l'épidémie, 5231 personnes ont été testées positives au Covid-19 à Genève. Le virus a fait 293 victimes au bout du lac.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Trop de stress à la maison… A ce rythme là, vous êtes bon pour l'ulcère à l'estomac ! Ayez un peu pitié de vous et traitez-vous mieux !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X