Rejoignez-nous

International

A Venise deuil et polémique après un accident de bus meurtrier

Publié

,

le

Une photo mise à disposition par les pompiers montre l'extraction du bus tôt mercredi matin. (© KEYSTONE/EPA/Vigili del Fuoco HANDOUT)

Venise a décrété mercredi un deuil de trois jours, sous le choc au lendemain de la chute du haut d'un pont d'un bus de tourisme, qui a fait 21 morts dont deux enfants. Cette tragédie relance la polémique sur l'état souvent déplorable des infrastructures en Italie.

Les circonstances précises de l'accident ne sont pas encore connues, mais si l'hypothèse privilégiée est celle d'un malaise du conducteur, le mauvais entretien du réseau routier dans la péninsule fait aussi une nouvelle fois débat, alors que le pays reste traumatisé par l'effondrement du pont routier de Gênes en 2018, qui avait fait 43 morts.

Outre un deuil de trois jours, le maire de Venise Luigi Brugnaro a ordonné que les drapeaux soient mis en berne sur les bâtiments officiels. Des livres de condoléances ont aussi été mis à la disposition des personnes souhaitant exprimer leur tristesse "pour l'immense tragédie ayant frappé la ville".

Rail de sécurité enfoncé

Le bus accidenté, qui assure habituellement des lignes urbaines régulières, avait été loué par une société privée pour transporter une quarantaine de touristes étrangers. Ils venaient de visiter le centre historique de la Sérénissime sur la lagune et retournaient dans leur camping sur la terre ferme, peu après 19h30.

Pour une raison encore indéterminée, le véhicule, qui circulait sur un pont, a enfoncé le rail de sécurité et a été précipité dans le vide, s'écrasant en contrebas près d'une voie ferrée entre Mestre et Marghera, deux localités faisant partie de la commune de Venise.

"Le bus s'est retourné. L'impact a été terrible", a expliqué le chef des pompiers vénitiens, Mauro Luongo.

Boubacar Touré, un ouvrier de 27 ans originaire de Gambie travaillant sur un chantier à côté du site de l'accident, a raconté à la presse avoir aidé les pompiers à sauver des passagers. "J'ai extrait trois ou quatre personnes parmi lesquelles une fillette, et aussi un chien. Le chauffeur était déjà mort", a-t-il témoigné.

Les batteries ont pris feu

Le bus, un modèle de marque chinoise E12 Yutong tout électrique, a été enlevé à l'aube. Le chef des pompiers a expliqué que "parmi les difficultés rencontrées figurait le fait que le bus était électrique et avait donc des batteries. Malheureusement, elles ont pris feu au moment de l'impact".

Un responsable des pompiers locaux interrogé mercredi par l'AFP sous couvert de l'anonymat a toutefois assuré que rien ne permettait d'affirmer que la présence de batteries électriques en feu avait ralenti les secours.

Identifications toujours en cours

Les enquêteurs cherchent toujours à identifier les victimes qui ne portaient pas sur elles de documents d'identité, notamment en effectuant des recoupements avec les registres du camping où elles séjournaient.

Le bilan encore provisoire est de 21 morts, dont un enfant d'un an et un adolescent, et 15 blessés, dont cinq dans un état grave, a confirmé à la mi-journée le préfet de Venise Michele di Bari lors d'une conférence de presse.

Parmi les morts identifiés "figurent 5 Ukrainiens, un Italien qui est le chauffeur, un Allemand", a-t-il précisé, ne confirmant pas la mort d'un Croate et d'un Français annoncée précédemment par le gouverneur de la région Vénétie Luca Zaia.

"Parmi les blessés, qui sont au nombre de 15, il y a quatre Ukrainiens, un Allemand, un Français, un Croate, deux Espagnols", a-t-il ajouté précisant que "quatre doivent encore être identifiés".

Kiev a de son côté fait état de quatre Ukrainiens tués et quatre blessés. Selon l'agence de presse autrichienne APA, un garçon de 13 ans et sa soeur de trois ans sont également blessés.

Pas de Suisses impliqués à ce stade

Interrogé par l'agence Keystone-ATS, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué mercredi n'avoir pas connaissance de victimes suisses à ce stade. Sa représentation à Milan est en contact avec les autorités italiennes compétentes.

"Les blessés sont tous jeunes (...) et tous étrangers. Leurs proches arrivent peu à peu à l'hôpital de leurs pays d'origine", a témoigné une urgentiste, Federica Stella, qui a participé aux secours.

Excès de vitesse a priori exclu

La principale hypothèse pour le moment est que le chauffeur du bus, un Italien de 40 ans, a été pris d'un malaise, selon les autorités locales.

Une vidéo prise d'une caméra du réseau public de télésurveillance semble écarter la piste d'un excès de vitesse, le bus roulant normalement avant de chuter.

Etat de la chaussée en cause

Pour Domenico Musicco, président de l'Association des victimes d'accidents de la route au travail, l'état de la chaussée est clairement en cause. "C'est une tragédie annoncée", a-t-il déclaré à l'AFP. "Ce rail est fait pour une route de campagne alors qu'ici on avait besoin d'équipements de nouvelle génération qui auraient pu empêcher le bus de tomber".

"L'entretien des routes italiennes est médiocre. On investit trop peu dans la sécurité routière. On estime à 30% le nombre d'accidents dû à cela", a-t-il rappelé. "Le rail ressemble à une simple balustrade", a renchéri le directeur de l'entreprise opérant le bus accidenté, Massimo Fiorese, cité par l'agence Ansa.

Meloni exprime ses condoléances

La Première ministre Giorgia Meloni a exprimé "ses profondes condoléances", tandis que le Sénat italien a observé mercredi une minute de silence à l'ouverture de ses travaux.

Se disant "profondément secoué" par ce tragique accident, le président de la Confédération Alain Berset a de son côté indiqué sur X (ex-Twitter) que ses pensées étaient avec "l'Italie, les proches et les amis des victimes".

Le plus grave accident de ce genre en Italie à ce jour s'était produit le 28 juillet 2013 lorsqu'un autocar transportant une cinquantaine de passagers italiens était tombé d'un viaduc près de Naples, faisant 40 morts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / dpa

International

Les mains liées de Kiev par les restrictions sur l'usage d'armes

Publié

le

La défense de l'Ukraine dépend plus que jamais de la livraison d'armes et de munitions occidentales (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP U.S. Department of Defense/SEBASTIAN APEL)

L'Ukraine a les mains liées en raison des restrictions sur l'usage des armes fournies par ses alliés occidentaux sur le territoire russe, a déploré lundi à Sofia le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"Cela lie les mains dans le dos des Ukrainiens et rend très difficile pour eux d'assurer leur défense", a déclaré M. Stoltenberg, à l'ouverture d'une réunion de l'Otan dans la capitale bulgare.

Plusieurs pays ont restreint l'usage des armes qu'ils fournissent à l'Ukraine à son seul territoire, Crimée et Donbass compris, interdisant des frappes sur le sol russe.

"Je pense qu'il est temps de reconsidérer certaines de ces restrictions", a souligné plus tard devant la presse M. Stoltenberg, en marge d'une réunion de l'assemblée parlementaire de l'Alliance atlantique.

Kiev "a le droit de se défendre" et a donc "le droit de frapper des objectifs militaires légitimes en dehors de l'Ukraine", a-t-il insisté.

Le secrétaire général de l'Otan a déjà plaidé dans le passé pour la levée des restrictions occidentales.

Washington et Berlin réticentes

Mais, a-t-il souligné lundi, cette décision appartient aux Alliés. Certains d'entre eux n'ont pas imposé de restrictions, mais d'autres l'ont fait, a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Les Etats-Unis, principal fournisseur d'aide militaire à l'Ukraine, et d'autres pays européens comme l'Allemagne se sont montrés très réticents à fournir des armes sans aucune restriction.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a toutefois estimé récemment, lors d'un déplacement à Kiev le 15 mai, que cette décision revenait à l'Ukraine. "Nous n'avons pas encouragé ou favorisé les frappes hors d'Ukraine, mais au final c'est à l'Ukraine de prendre ses décisions sur la manière dont elle mène cette guerre", a-t-il dit, alors que la Russie met régulièrement en garde les Occidentaux contre toute attaque sur son territoire à l'aide d'armes occidentales.

Poussée russe

La Russie pour sa part a revendiqué lundi la prise de deux nouvelles localités dans les régions de Donetsk et Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, continuant sa poussée dans ces deux secteurs du front où elle est à l'offensive face à une armée ukrainienne en difficulté.

L'armée russe a "libéré le village" de Netaïlové, dans la région de Donetsk, ainsi que la localité d'Ivanivka, dans celle de Kharkiv, plus au nord, a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

La Défense civile de Gaza annonce 40 morts dans une frappe à Rafah

Publié

le

Des survivants devant les dégâts de nouvelles frappes israéliennes sur Rafah qui ont fait au moins quarante victimes, selon le Hamas, lundi. (© KEYSTONE/AP/Jehad Alshrafi)

La Défense civile de Gaza a fait état lundi de 40 morts à la suite d'une frappe israélienne nocturne qui a mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens déplacés dans un camp à Rafah. L'attaque a provoqué des condamnations à l'étranger.

L'armée israélienne a dit avoir mené une frappe aérienne ciblant deux hauts responsables du Hamas tard dimanche, et qu'elle enquêtait sur les informations faisant état de civils tués dans un incendie.

L'attaque à Rafah, où Israël a lancé des opérations au sol le 7 mai en dépit des inquiétudes exprimées au sein de la communauté internationale par crainte pour la population civile, a été dénoncée notamment par l'Egypte et le Qatar, médiateurs dans les efforts diplomatiques pour parvenir à un cessez-le-feu dans la guerre dévastatrice déclenchée il y a bientôt huit mois.

Après la frappe, la Défense civile palestinienne a fait état de nombreux corps "carbonisés" dans un incendie qui a ravagé le camp de déplacés de Barkasat, géré par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), dans le nord-ouest de Rafah.

"Le massacre commis par l'armée d'occupation israélienne dans les tentes de réfugiés (...) a fait 40 'martyrs' et 65 blessés", a déclaré à l'AFP Mohammed al-Mughayyir, un responsable de la Défense civile dans la bande de Gaza.

"Nous avons vu des corps carbonisés, démembrés... Nous avons également vu des cas d'amputations, des enfants blessés, des femmes et des personnes âgées", a-t-il ajouté.

Des images du Croissant-Rouge palestinien ont montré des scènes de chaos, des ambulances toutes sirènes hurlantes et des secouristes en pleine nuit sur un site en feu, évacuant les blessés parmi lesquels des enfants.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a indiqué qu'un de ses hôpitaux de campagne recevait un "afflux de blessés venus se soigner pour des brûlures" et que "nos équipes font de leur mieux pour sauver des vies".

Des images de l'AFP au petit matin montrent les restes carbonisés de tentes de fortune et de véhicules, des familles constatant un paysage noirci autour d'elles.

Pénuries

M. Mughayyir a souligné des grosses difficultés dans les efforts de sauvetage en raison de la pénurie provoquée par le siège israélien. "Il y a une pénurie de carburant (...) des routes ont été détruites, ce qui entrave le mouvement des véhicules de la Défense civile". "Il y a aussi une pénurie d'eau pour éteindre les incendies", a-t-il encore dit.

L'armée israélienne a dit avoir mené une frappe aérienne sur "un complexe du Hamas à Rafah dans lequel opéraient d'importants terroristes", dont deux responsables du mouvement en Cisjordanie, Yacine Rabia et Khaled Nagar, ont été tués.

La frappe est intervenue quelques heures après le tir de huit roquettes sur Tel-Aviv depuis Rafah, pour la première fois en plusieurs mois, l'armée israélienne disant en avoir intercepté "un certain nombre". La branche armée du Hamas a dit avoir tiré "un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils".

Droit international violé

La Jordanie a fermement condamné les "crimes de guerre en cours". Elle estime que la frappe israélienne "défie les décisions de la CIJ et constitue une grave violation du droit international et du droit international humanitaire".

Vendredi, la Cour internationale de justice (CIJ) avait ordonné à Israël de suspendre ses opérations à Rafah, qui ont poussé en près de trois semaines selon l'ONU quelque 800'000 à la fuite dont beaucoup déjà plusieurs fois déplacés par la guerre.

Médiateur clé avec le Qatar et les Etats-Unis, l'Egypte a condamné un "bombardement délibéré des forces israéliennes sur des tentes de déplacés" à Rafah, appelant Israël à "mettre en oeuvre les mesures édictées par la CIJ".

Le Qatar a prévenu que les frappes israéliennes à Rafah pourraient "compliquer les efforts de médiation, appelant "la communauté internationale à agir de toute urgence pour empêcher un génocide et protéger les civils".

"Justice"

L'Arabie saoudite a également condamné "dans les termes les plus fermes la poursuite des massacres". Le Koweït a dénoncé des "crimes de guerre flagrants".

De son côté, le président français, Emmanuel Macron, s'est dit "indigné", et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, a promis que son pays ferait "tout son possible pour que les autorités israéliennes "barbares rendent des comptes".

Lundi, l'armée israélienne a dit avoir mené au cours des 24 dernières heures, des frappes aériennes ayant touché et détruit "plus de 75 cibles terroristes" à travers la bande de Gaza.

Après près de huit mois de guerre, la pression monte sur Israël et l'ONU prévient d'une famine imminente dans la bande de Gaza assiégée, où la plupart des hôpitaux ne fonctionnent plus.

Mardi, l'Espagne, la Norvège et l'Irlande vont reconnaître l'Etat de Palestine, une annonce faite la semaine dernière qui avait suscité la colère d'Israël.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé lundi "des mesures punitives" à l'encontre du consulat d'Espagne à Jérusalem lui ordonnant de cesser ses services aux Palestiniens à partir du 1er juin.

Dizaines de milliers de morts

La guerre a été déclenchée par une attaque menée le 7 octobre sur le sol israélien par des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, entraînant la mort de plus de 1170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Ce jour-là, 252 personnes ont été emmenées comme otages dans le territoire palestinien, dont 121 sont toujours retenus à Gaza, y compris 37 qui sont morts, selon l'armée.

Les représailles d'Israël, qui dit vouloir anéantir le Hamas, ont fait au moins 36'050 morts dans la bande de Gaza, essentiellement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'entreprise xAI d'Elon Musk obtient 6 milliards de dollars

Publié

le

Elon Musk et l'un des rares investisseurs à avoir assez de capitaux pour rivaliser avec OpenAI, Google ou Meta dans la course à l'intelligence artificielle. (archive) (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/PATRICK PLEUL)

La startup d'intelligence artificielle du milliardaire américain Elon Musk, xAI, a annoncé avoir levé 6 milliards de dollars (5,5 milliards de francs) de nouveaux financements pour son développement.

"xAI est ravi d'annoncer (...) un tour de table de six milliards" de dollars, abondé notamment par Valor Equity Partners, Andreessen Horowitz, Sequoia Capital et le prince saoudien Alwaleed Bin Talal, a déclaré la société sur son site internet dimanche.

"Les fonds levés seront utilisés pour mettre sur le marché les premiers produits de xAI, construire une infrastructure avancée et accélérer la recherche et le développement de futures technologies", explique l'entreprise.

Elon Musk a lancé la startup en juillet 2023, peu après avoir signé un appel à ralentir le développement de l'intelligence artificielle.

Il est un des rares investisseurs à disposer des capitaux suffisants pour rivaliser avec OpenAI (allié à Microsoft), Google ou Meta dans la course à l'intelligence artificielle.

Ce dernier tour de table porte la valorisation de xAI à 24 milliards de dollars, si l'on se base sur la précédente évaluation de 18 milliards avancée par Elon Musk sur son réseau social X.

xAI veut se concentrer sur le développement d'un "système avancé d'intelligence artificielle réellement fiable, efficace et le plus bénéfique possible pour toute l'humanité", selon son communiqué.

L'entreprise développe un robot conversationnel (chatbot en anglais) appelé Grok, qui pourra accéder en temps réel au réseau social X, anciennement Twitter, aussi détenu par Elon Musk.

Le milliardaire américain a déjà annoncé aux investisseurs qu'il souhaite construire un supercalculateur pour développer xAI. Ce supercalculateur devrait être "quatre fois plus puissant" que ceux qu'utilise Meta pour entraîner ses modèles d'intelligence artificielle, selon Elon Musk.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Alstom lance une augmentation de capital pour se désendetter

Publié

le

Lors de la présentation de ses résultats annuels le 8 mai, Alstom avait affiché une perte nette de 309 millions d'euros en 2023/2024, soit plus du double que lors de l'exercice précédent. (archive) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Alstom a lancé lundi son augmentation de capital pour un montant total d'un milliard d'euros (environ 992 millions de francs), "dernière étape du plan de désendettement" de deux milliards d'euros annoncé par l'entreprise début mai afin de rétablir ses comptes.

Les deux principaux actionnaires d'Alstom, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et Bpifrance Investissement, qui détiennent respectivement 17,4% et 7,5% du capital, se sont engagés à souscrire l'augmentation de capital au prorata de leur participation.

Cela correspond à un montant de 173,5 millions d'euros pour la CDPQ et de 75 millions pour Bpifrance Investissement, indique le constructeur ferroviaire dans son communiqué.

"Alstom n'a pas connaissance des intentions de souscription des autres actionnaires", précise l'industriel. Le prix de souscription des actions nouvelles a été établi à 13 euros par action, soit une décote de 28,6% par rapport à la valeur théorique de l'action lors de son cours de clôture jeudi dernier.

La période de souscription sera ouverte du 30 mai au 10 juin inclus.

Cette augmentation de capital vient s'ajouter à un emprunt obligataire de 750 millions d'euros placé jeudi dernier. Alstom a également annoncé pour 700 millions d'euros de cessions, dont sa participation dans le constructeur russe TMH en janvier (75 millions d'euros) et ses activités de signalisation conventionnelles en Amérique du Nord, vendues à l'allemand Knorr-Bremse AG (630 millions).

Lors de la présentation de ses résultats annuels le 8 mai, l'industriel avait affiché une perte nette de 309 millions d'euros en 2023/2024, soit plus du double que lors de l'exercice précédent.

L'endettement du groupe s'élève lui à près de 3 milliards d'euros, contre 2,1 milliards sur l'exercice 2022/2023. Le plan de désendettement engagé a pour but de réduire la dette actuelle de 2 milliards d'euros, afin de conserver les faveurs des agences de notation et de maintenir une perspective "stable" sur sa note Baa3 accordée par l'agence Moody's.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Lâchez prise ! Votre impatience à vouloir TOUT immédiatement, se heurte au rythme naturel que prend la concrétisation de vos idées. Ni plus, ni moins !

Les Sujets à la Une

X