Rejoignez-nous

Économie

Biden et Macron affichent une entente parfaite

Publié

,

le

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte ont été reçus en grande pompe à la Maison Blanche par le président américain avec tout l'apparat associé à une visite d'Etat. (© KEYSTONE/EPA/CHRIS KLEPONIS / POOL)

Joe Biden et Emmanuel Macron ont affiché jeudi avec force leur bonne entente, s'engageant d'une même voix à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra" et à "coordonner" leur réponse vis-à-vis de la Chine, ainsi qu'à gérer leurs différends.

"Nous resterons unis pour s'opposer à la brutalité" de la Russie en Ukraine, a affirmé le président américain lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue français, qui a lancé: "On veut réussir ensemble, pas l'un contre l'autre".

Les deux présidents se sont notamment engagés à fournir à l'Ukraine "une aide politique, sécuritaire, humanitaire et économique aussi longtemps qu'il le faudra", y compris en renforçant la défense anti-aérienne de ce pays, selon un communiqué conjoint publié à l'issue d'une rencontre de plus d'une heure dans le Bureau ovale à la Maison Blanche.

"Coordonnés" sur la Chine

Sur la Chine, ils se sont engagés à "coordonner" la réponse de leurs pays aux "défis posés" par le géant asiatique, notamment en matière de droits humains et à travailler "avec la Chine sur des sujets mondiaux d'importance, comme le changement climatique".

Les deux dirigeants ont aussi exprimé leur désir de "renforcer le partenariat entre les Etats-Unis et l'Union européenne sur l'énergie propre et le climat" et se sont engagés à travailler pour "synchroniser" leurs approches en matière d'industrie verte, après des frictions autour des subventions accordées par les Etats-Unis aux produits "Made in USA". M. Macron a dénoncé des mesures "super agressives" pour les entreprises européennes.

Alliance solide

Les deux hommes avaient auparavant réaffirmé la solidité de l'alliance entre les Etats-Unis et la France. "Les Etats-Unis ne pourraient pas demander de meilleur partenaire avec qui travailler que la France", a affirmé le dirigeant américain depuis les jardins de la Maison Blanche.

"Notre destin commun est de répondre ensemble" aux défis du monde, lui a répondu le président français. "Nos deux nations sont soeurs dans leur combat pour la liberté", a-t-il assuré, appelant à ce que la France et les Etats-Unis redeviennent "frères d'armes".

Mauvais début

L'octogénaire démocrate se fait fort, après les convulsions de la présidence de Donald Trump, de resserrer les liens avec les partenaires traditionnels des Etats-Unis, dont leur "plus vieil allié", la formule consacrée à Washington pour désigner la France.

Cela n'avait pourtant pas très bien commencé avec son homologue français. En septembre 2021, les Etats-Unis avaient annoncé une spectaculaire nouvelle alliance militaire avec le Royaume-Uni et l'Australie, soufflant à la France un énorme contrat de sous-marins.

Joe Biden, sans revenir sur le fond de la décision, avait reconnu une "maladresse". Il a depuis tout fait pour apaiser Emmanuel Macron, un processus qui, selon les analystes, culmine dans cet accueil solennel à Washington.

Programme d'investissements

Depuis un autre sujet de dissension est apparu: voulant redynamiser son industrie et rassurer une classe moyenne ébranlée par la mondialisation, tout en tenant tête à Pékin, le président démocrate a en particulier fait voter un gigantesque programme d'investissements, le "Inflation Reduction Act" qui inquiète les Européens.

Mais jeudi, il a assuré que les créations d'emplois ne se fassent pas aux dépens de l'Europe. "Vous allez peut-être régler votre problème mais vous allez aggraver le mien", a dit Emmanuel Macron à des parlementaires américains, en insistant sur la nécessité pour la France aussi de soutenir la classe moyenne et l'emploi.

Ces choix "vont fragmenter l'Occident", a-t-il ensuite martelé devant la communauté française. Ils "ne peuvent fonctionner que s'il y a une coordination entre nous, si on se décide ensemble, si on se resynchronise".

Emmanuel Macron devait encore se rendre jeudi au département d'Etat pour un déjeuner en présence la vice-présidente Kamala Harris avant de participer au dîner de gala dans la soirée à la Maison Blanche.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Moins de surfaces de bureaux disponibles au premier trimestre

Publié

le

Le ralentissement des nouvelles constructions dans les agglomérations des grandes villes de Suisse alémanique, les transformations et, dans de rares cas, les changements d'affectation, ont contribué à réduire le taux de vacance (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les surfaces de bureaux disponibles dans toute la Suisse ont diminué sur les trois premiers mois de l'année. Cette baisse, la première depuis 2022, est notamment imputable au ralentissement des nouvelles constructions dans les périphéries des grandes villes.

Sur un an, le taux de disponibilité des surfaces de bureaux est passé de 4,2% à 4,0%, pour atteindre 1,95 million de m2, indique mercredi le groupe zurichois de conseil immobilier CBRE dans un communiqué. Il s'agit de la première baisse depuis fin 2022, où le taux de disponibilité (3,3%) avait atteint son plus bas niveau depuis plusieurs années.

Le léger relâchement sur le marché locatif des bureaux est notamment dû aux périphéries des cinq plus grandes villes de Suisse (Zurich, Genève, Bâle, Berne et Lausanne). La disponibilité moyenne des bureaux y est passée de 9,7% au trimestre précédent à 9,1%. Le ralentissement des nouvelles constructions dans les agglomérations des grandes villes de Suisse alémanique, les transformations et, dans de rares cas, les changements d'affectation ont contribué à la réduction des taux de vacance.

Avec un taux de disponibilité moyen de 3,7% dans les cinq grandes villes, les emplacements centraux facilement accessibles restent très demandés. L'offre de bureaux en termes de parc existant reste la plus élevée de la ville de Bâle: 141'000 m2, soit un taux de disponibilité de 5,4%, sont annoncés en location immédiate.

Les villes de Genève (4,2%), Berne (2,4%) et Lausanne (2,4%) se caractérisent par une disponibilité de bureaux très stable. Seule la ville de Zurich a enregistré une augmentation plus importante de l'offre avec un taux de disponibilité de 3,7% en un an au premier trimestre 2024, tandis que dans la périphérie de Zurich, l'offre a diminué pour la première fois en un an à 12,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Swiss Life peine à maintenir ses primes brutes au premier partiel

Publié

le

La réalisation des objectifs 2024 dépendra en partie de la normalisation sur les marchés immobiliers allemand et français (archives). (© KEYSTONE/DPA/FRANK RUMPENHORST)

Swiss Life a essuyé un léger fléchissement de ses primes brutes sur les trois premiers mois de l'année, qui ont atteint 7,52 milliards de francs (-0,2%). En monnaies locales, elles s'inscrivent néanmoins en progression de 2%, indique mercredi l'assureur.

Les commissions ont rapporté 639 millions de francs, ce qui représente une augmentation de 7,4% sur un an ou de 11% à taux de change constant. Elles ont été portées par les activités de conseil notamment.

Les afflux nets dans la gestion d'actifs pour le compte de tiers (TPAM) ont été largement inférieurs aux attentes du marché, à 691 millions. Au premier trimestre 2023, ces afflux s'étaient portés à 2,5 milliards de francs.

Swiss Life a manqué les attentes sur le volet des primes brutes mais les a par contre dépassées sur le volet des commissions. Les analystes consultés par AWP tablaient en moyenne sur des primes brutes totales de 7,67 milliards de francs. Le produit des commissions était attendu à 630 millions et les afflux nets à 2,52 milliards.

En Suisse, les primes brutes ont totalisé 4,39 milliards de francs, essuyant un repli de 1%. Dans les activités de commissions, une hausse de 5% des recettes a été enregistrée à 82 millions de francs. Les avoirs sous gestion dans les solutions de prévoyance semi-autonome ont atteint 7,5 milliards.

En Allemagne et en France, les primes brutes se sont inscrites à respectivement 402 millions d'euros (+4%) et 1,85 milliard d'euros (+9%). Ces deux marchés ont enregistré également une hausse dans les activités de commission. Dans le segment International par contre, les primes ont reculé de 1% à 1,05 milliard d'euros.

Le produit des investissements directs a atteint 1,02 milliard de francs, pour un rendement des investissements non annualisé de 0,7%, contre 0,6% à la même période un an plus tôt.

A fin mars, le ratio de solvabilité (SST) est estimé à 210%, soit au-dessus de la fourchette ciblée de 140 à 190%.

Swiss Life s'estime en bonne voie pour atteindre ses objectifs en 2024. L'assureur continue de viser des commissions dans la fourchette basse de 850 à 900 millions de francs en 2024, sous réserve d'une normalisation sur les marchés immobiliers en Allemagne et en France.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

La BCJ ferme des bancomats et des agences

Publié

le

Plusieurs bancomats et agences de la BCJ ont été fermés jusqu'à nouvel avis. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La Banque cantonale du Jura (BCJ) prend des mesures après les récents braquages dont ses points de vente ont été la cible: plusieurs bancomats et agences ont été fermés jusqu'à nouvel avis, indique mardi la BCJ dans un communiqué.

Les bancomats des agences de Courgenay et Courrendlin ainsi que celui de la Confiserie Jubin à Delémont ont été fermés dès ce mardi et jusqu'à nouvel avis. Les agences du Noirmont et d'Alle, attaquées à l'explosif les 3 et 20 mai et partiellement détruites, ont également été fermées. En revanche, aucune fermeture n'est envisagée pour l'agence de Bassecourt, braquée le 24 octobre 2023, mais les mesures de sécurité y ont été renforcées, selon la responsable de la communication de la BCJ.

De même, un nouveau dispositif de sécurité a été mis en place mardi dans les différents points de vente de la BCJ et cela avec effet immédiat. Ils feront également l'objet d'une surveillance rapprochée en dehors des heures d'ouverture, peut-on encore lire dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

L'économie britannique rebondit "plus vite que prévu", selon le FMI

Publié

le

Selon des données britanniques officielles publiées début mai, le pays a connu une progression du PIB de 0,6% sur les trois premiers mois de l'année. (archive) (© KEYSTONE/AP/KIRSTY WIGGLESWORTH)

Le Fonds monétaire international (FMI) a amélioré mardi ses prévisions pour l'économie britannique, qui rebondit "plus vite que prévu", mais l'institution alerte sur des "choix difficiles" à l'horizon pour stabiliser la dette publique.

"Avec une reprise de la croissance plus rapide que prévu, l'économie britannique se dirige vers un atterrissage en douceur, après une légère récession technique en 2023", a indiqué le FMI dans un rapport.

Le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni est désormais attendu en progression de 0,7% pour l'ensemble de 2024, en amélioration par rapport à une hausse estimée de 0,5% dans ses projections publiées en avril.

Selon des données britanniques officielles publiées début mai, le pays a connu une progression du PIB de 0,6% sur les trois premiers mois de l'année.

Après avoir atteint un pic à plus de 11% fin 2022, l'inflation au Royaume-Uni "a diminué plus rapidement que prévu l'année dernière et devrait revenir durablement début 2025" à l'objectif de 2% visé par la Banque d'Angleterre, a poursuivi le FMI.

L'institution prévoit que le PIB progressera de 1,5% en 2025, à mesure que la réduction de l'inflation soutiendra le pouvoir d'achat et que les conditions financières s'assoupliront.

A quelques mois d'élections nationales pour lesquelles son parti est donné largement perdant face à l'opposition travailliste, le ministre des Finances conservateur Jeremy Hunt a salué mardi un rapport qui "montre clairement (...) que l'économie britannique a franchi un cap".

Pour autant, "des choix difficiles devront être faits à moyen terme pour stabiliser la dette publique, compte tenu des pressions importantes sur les services publics et des besoins d'investissement critiques", a prévenu le FMI.

Le fonds a notamment suggéré d'accroître les recettes fiscales tout en faisant preuve de mesure sur les dépenses et en améliorant l'efficacité des services publiques.

M. Hunt, qui a diminué ces derniers mois les cotisations sociales à deux reprises, a au contraire promis vendredi des baisses d'impôts si les conservateurs restent au pouvoir lors de la prochaine législature.

Le FMI a "déconseillé" mardi "toute réduction d'impôts supplémentaire, à moins qu'elle ne favorise de manière crédible la croissance et soit correctement compensée par des mesures soignées de réduction du déficit".

L'institution internationale appelle à "des réformes structurelles ambitieuses", alors que les perspectives à long terme du Royaume-Uni restent pénalisées par une "faible productivité au travail et des niveaux d'inactivité légèrement plus élevés que prévu en raison de maladies de longue durée".

Les autorités britanniques doivent aussi "maintenir le cap en matière de politique climatique", selon le FMI, qui souligne que les politiques et les dépenses actuellement prévues seront insuffisantes pour atteindre les objectifs du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

L'aléatoire fera partie de votre quotidien... Puisque vous agissez sur un coup de tête en ce moment, tout est envisageable...

Les Sujets à la Une

X