Rejoignez-nous

International

Collèges et lycées rouvrent pour les garçons uniquement

Publié

,

le

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a une nouvelle fois appelé la communauté internationale à agir, mettant en garde contre une crise des réfugiés. (© KEYSTONE/EPA/SOHAIL SHAHZAD)

Une rentrée 100% masculine : seuls les collégiens et lycéens afghans étaient autorisés à reprendre le chemin de l'école samedi, une mesure déplorée par l'Unicef qui a exhorté le nouveau régime taliban à ne pas "laisser les filles de côté".

Dix jours après la réouverture des universités privées du pays, le ministère de l'Education a annoncé vendredi que "tous les professeurs hommes et les élèves" du secondaire allaient retrouver leur établissement, sans faire aucune mention des enseignantes ou des collégiennes et lycéennes.

Ce flou risque d'alimenter un peu plus encore l'inquiétude d'une partie de la population afghane et de la communauté internationale qui redoutent de voir se reproduire le même scénario que lors du premier passage au pouvoir des fondamentalistes, entre 1996 et 2001.

Le mouvement islamiste avait mené une politique particulièrement brutale à l'égard des femmes, qui n'étaient pas autorisées à travailler, étudier, faire du sport ou encore sortir seules dans la rue.

Après le départ des talibans chassés par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les femmes avaient progressivement pu récupérer leurs droits fondamentaux et accéder à des métiers qui leur avaient été interdits, comme juge, parlementaire ou encore pilote.

Pas sans les filles

"L'Unicef se félicite de la réouverture des écoles secondaires en Afghanistan, mais souligne que les filles ne doivent pas être laissées de côté", a réagi vendredi la directrice exécutive de l'agence onusienne, Henrietta Fore.

"Il est essentiel que toutes, y compris les plus âgées, puissent reprendre leur éducation sans plus de retard, et que les enseignantes puissent elles aussi continuer à enseigner", a insisté l'Unicef dans un communiqué, rappelant les "progrès considérables dans le pays au cours des deux dernières décennies".

En l'espace de vingt ans, le nombre d'écoles a triplé et le nombre d'enfants scolarisés est passé de 1 million à 9,5 millions, selon l'agence onusienne.

Prévention du vice

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans ont tenté de rassurer la communauté internationale en assurant entre autres que les droits des femmes seraient respectés.

Mais ces affirmations ont été fragilisées ces dernières semaines par plusieurs décisions prises par le nouvel exécutif afghan.

Les femmes conservent certes le droit d'étudier à l'université, mais elles devront pour cela porter une abaya ainsi qu'un hijab et les cours se feront dans la mesure du possible en non-mixité.

Aucune femme ne figure par ailleurs au sein du nouvel exécutif provisoire présenté début septembre.

Quant au ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, craint pour son fondamentalisme durant le premier épisode taliban, il semble désormais occuper les locaux de l'ancien ministère des Affaires féminines.

Bavure

Un mois après la prise de Kaboul par les talibans, les répliques des évacuations chaotiques qui avaient suivi l'arrivée du mouvement islamiste continuent de se faire sentir.

A Washington, l'armée américaine a reconnu vendredi avoir tué dix civils afghans innocents dans une bavure "tragique" en frappant par erreur un véhicule qu'elle croyait rempli d'explosifs.

Le lendemain de cette frappe, menée le 29 août, la famille du conducteur du véhicule, Ezmarai Ahmadi, avait affirmé qu'il était employé par une ONG et que dix personnes, dont une majorité d'enfants, avaient été tuées.

Plus de 71'000 civils afghans et pakistanais ont été tués durant les 20 ans de la guerre en Afghanistan.

Démissions néerlandaises

Aux Pays-Bas, c'est la ministre néerlandaise de la Défense Ank Bijleveld qui a annoncé sa démission après la gestion chaotique de l'évacuation d'Afghanistan, emboîtant le pas à la cheffe de la diplomatie de son pays Sigrid Kaag.

Cette démission intervient au lendemain d'une motion déposée par des députés critiquant le gouvernement pour avoir entre autres échoué à évacuer certains Afghans.

Sur le plan diplomatique, le président russe Vladimir Poutine a souhaité que l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), menée par Moscou et Pékin, s'impose comme un partenaire des talibans afin qu'ils tiennent leurs promesses de lutte contre le "terrorisme".

En déplacement au Pakistan vendredi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a une nouvelle fois appelé la communauté internationale à agir, mettant en garde contre une crise des réfugiés.

L'Afghanistan sera au centre de multiples discussions lors de l'Assemblée générale de l'ONU la semaine prochaine. La question de savoir qui parlera au nom de Kaboul n'est pas encore tranchée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Pékin envoie deux nouveaux "pandassadeurs" à Washington

Publié

le

Washington accueillera à nouveau deux pandas envoyés par la Chine. Les animaux seront prêtés au zoo américain pour dix ans. (archives) (© KEYSTONE/AP/Jacquelyn Martin)

Washington va accueillir d'ici la fin de l'année un nouveau couple de pandas envoyé par la Chine, des mammifères à fort symbole diplomatique et adorés du public, ont annoncé mercredi le Smithsonian's National Zoo et la Première dame américaine.

"C'est officiel! Les pandas reviennent à Washington", a déclaré Jill Biden dans une vidéo. "Nous sommes ravis que les enfants, proches et lointains, puissent à nouveau profiter des aventures adorables et joyeuses des pandas géants", a-t-elle également commenté sur X.

Cette annonce intervient quelques mois après que trois pandas ont quitté la capitale américaine pour rentrer en Chine. Un départ, lié à l'expiration d'un contrat de prêt, qui avait été largement considéré comme reflétant des tensions entre Washington et Pékin.

Le sujet avait été évoqué quand les dirigeants américain et chinois, Joe Biden et Xi Jinping, avaient renoué leur dialogue en novembre à San Francisco. Le second avait alors laissé entendre qu'il pourrait envoyer prochainement aux Etats-Unis quelques émissaires à fourrure noire et blanche.

Le zoo de Washington a indiqué mercredi avoir signé un nouveau contrat avec la Chine d'une durée de dix ans, visant à la reproduction de l'espèce, dans le cadre duquel il recevra deux pandas, un mâle nommé Bao Li et une femelle Qing Bao, tous deux âgés de deux ans.

La mère de Bao Li est née en 2013 au zoo de Washington, précise l'institution. Et ses grands-parents Tian Tian et Mei Xiang ont vécu dans la capitale américaine de 2000 à 2023.

Le zoo de San Diego en Californie (sud-ouest), avait lui annoncé en février qu'il allait recevoir deux pandas de Chine.

"Diplomatie du panda"

La prochaine arrivée de ce nouveau couple d'ursidés à Washington a été qualifiée de "moment historique" par Brandie Smith, la directrice du zoo.

C'est "la preuve que notre collaboration avec nos collègues chinois a eu un impact irréfutable", a-t-elle assuré, détaillant: "grâce à ce partenariat, nous avons augmenté la population de pandas, fait progresser notre compréhension commune des soins à apporter à cet ursidé bien-aimé et appris ce qu'il faut faire pour protéger les pandas sauvages et préserver leur habitat naturel".

"Après avoir accueilli près de 26 millions de visiteurs l'an passé, 16% de plus que l'année précédente, nous avons hâte d'accueillir d'eux nouveaux pandas", a pour sa part salué la maire de Washington, Muriel Bowser.

Le contrat signé par le Smithsonian's National Zoo prévoit le versement d'un million de dollars par an à son partenaire chinois, pour financer la recherche et la protection de l'environnement en Chine.

Ces animaux menacés, reconnaissables à leur fourrure noire et blanche, connaissent une importante popularité au niveau mondial et sont les chouchous des visiteurs.

Et ils sont également au coeur d'une politique qualifiée de "diplomatie du panda", la Chine les envoyant à travers la planète pour sceller l'amélioration de ses relations diplomatiques.

La première paire de pandas fut offerte par Pékin aux Etats-Unis en 1972, dans la foulée d'une visite historique du président Richard Nixon dans la Chine communiste de Mao Tsé-Toung.

Le zoo d'Atlanta, situé en Géorgie, dans le sud des Etats-Unis, doit par ailleurs renvoyer dans l'année des pandas en Chine.

Selon l'organisation WWF, qui agit dans le domaine de la protection de l'environnement, il resterait quelque 1860 pandas géants, principalement dans les forêts de bambou des régions montagneuses de Chine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Soupçons d'ingérence russe: perquisitions au Parlement européen

Publié

le

En Allemagne, Maximilian Krah, tête de liste de l'AfD pour les élections européennes du 9 juin, est visé par une enquête préliminaire du parquet de Dresde pour soupçons de financements russe et chinois. (© KEYSTONE/DPA/KAY NIETFELD)

Des perquisitions ont été menées mercredi au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg dans le cadre d'une enquête de la justice belge sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption. Ceux-ci éclaboussent l'eurodéputé allemand d'extrême droite Maximilian Krah.

"La police judiciaire fédérale de Bruxelles (...) a procédé le 29 mai à des perquisitions au domicile d'un collaborateur du Parlement européen à Schaerbeek (commune du nord de Bruxelles) ainsi qu'à son bureau au Parlement européen de Bruxelles", a annoncé le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Une perquisition a aussi été menée dans le bureau de cet assistant au Parlement européen à Strasbourg, "en étroite collaboration avec Eurojust et les autorités judiciaires françaises", ajoute le parquet.

Selon une source proche du dossier, la personne visée est Guillaume Pradoura, ancien assistant parlementaire, français, de Maximilian Krah, du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui se trouve au coeur d'un scandale pour ses liens présumés avec la Chine et la Russie.

Payés pour relayer la propagande russe

Les perquisitions "s'inscrivent dans le cadre d'un dossier d'ingérence, de corruption passive et d'appartenance à une organisation criminelle, et concernent des indices d'ingérence russe, selon lesquels des membres du Parlement européen auraient été approchés et payés pour promouvoir la propagande russe via le 'site web d'information' Voice of Europe", précise le parquet fédéral.

"Des indices prouvent que le collaborateur du Parlement européen en question a joué un rôle important dans cette affaire", indique-t-on de même source.

Guillaume Pradoura est désormais assistant de l'eurodéputé Marcel de Graaff, membre du Forum pour la démocratie, un parti eurosceptique et conservateur néerlandais. Il a aussi été assistant de l'eurodéputé français Nicolas Bay, et exclu du Rassemblement national (RN) en 2019 à la suite de la publication d'une photo à connotation antisémite.

Argent versés à des élus

Interrogé par l'AFP, le porte-parole de Maximilian Krah a souligné que cet ex-collaborateur ne travaillait plus pour l'eurodéputé allemand "depuis deux ans". Mais ce sont bien plutôt ces anciennes fonctions qui sont visées, selon la source proche du dossier.

L'enquête a été lancée par le parquet fédéral belge en avril, après l'identification d'un réseau d'influence financé par Moscou.

Prague avait révélé fin mars la découverte par les services de renseignement tchèques d'un tel réseau qui répandait la propagande du Kremlin via le site "Voice of Europe", pour dénoncer notamment le soutien militaire occidental à l'Ukraine dans la guerre déclenchée par Moscou.

Selon les autorités tchèques et belges, la plateforme servait aussi à fournir secrètement des soutiens financiers à des élus pour relayer les messages de Moscou. Le site a récemment été placé sur une liste de sanctions de l'UE, et interdit de diffusion.

Faire élire des candidats prorusses

En Allemagne, Maximilian Krah, tête de liste de l'AfD pour les élections européennes du 9 juin, est visé par une enquête préliminaire du parquet de Dresde pour soupçons de financements russe et chinois.

Cet ancien avocat de 47 ans a reconnu être apparu à deux reprises sur le site "Voice of Europe", mais a nié avoir "reçu de l'argent pour cela".

L'un de ses collaborateurs, Jian Guo, se voit reprocher par la justice allemande d'avoir espionné pour le compte de Pékin au coeur même du Parlement européen. A la suite de son arrestation en avril, cet assistant avait été suspendu, et son bureau au Parlement bruxellois avait été perquisitionné.

De son côté, le numéro deux de la liste de l'AfD aux élections européennes, Petr Bystron, a vu son bureau à la chambre des députés allemande perquisitionné le 16 mai par la police, en raison de soupçons de financement illégal en provenance de Russie.

L'UE s'inquiète des ingérences étrangères à l'approche des élections européennes. Selon les services de renseignement belges, "les objectifs de Moscou sont clairs: aider à élire davantage de candidats prorusses au Parlement européen" et "renforcer le discours prorusse au sein de cette institution", avait indiqué en avril le Premier ministre belge Alexander De Croo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Palestine demande à Washington de "pousser" pour l'aide à Rafah

Publié

le

Le ministre palestinien de la santé Abou Ramadan estime que le port artificiel américain au large de la bande de Gaza est "illégal". (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Etats-Unis doivent "pousser davantage" Israël à rouvrir le point de passage de Rafah à l'assistance, selon le ministre palestinien de la santé Abou Ramadan. Mercredi à Genève, il a aussi estimé que le port artificiel américain au large de Gaza était "illégal".

"Vous avez seulement à ouvrir les six points de passage prévus" entre Israël et la bande de Gaza, a affirmé le ministre devant les correspondants accrédités à l'ONU à Genève (ACANU). Celui de Rafah est fermé depuis plusieurs semaines et "il n'y a aucune indication" qu'Israël autorise prochainement à nouveau un accès.

Le ministre a insisté sur l'importance de cet accès pour l'assistance humanitaire et le personnel. Et déploré que des milliers de tonnes d'aide stockées à al-Arish depuis des mois en attendant une approbation israélienne "ne soient plus utiles" en raison de la chaleur.

Comme l'ONU, il a laissé entendre que le port artificiel américain, établi au large de Gaza pour acheminer de l'aide et par ailleurs endommagé par une mer agitée, ne constituait pas la solution. "A ma connaissance, il a été lancé sans discussion avec les Palestiniens. Ce qui le rend illégal", a dit le ministre qui a rencontré son homologue américain Xavier Becerra à Genève. Celui-ci a affirmé de son côté que Washington rétablirait le pont.

Besoin de médicaments

Le responsable palestinien a aussi rejeté les déclarations israéliennes selon lesquelles les dizaines de victimes d'une frappe dimanche à Rafah auraient été tuées par des explosions secondaires d'armes palestiniennes. "Israël a l'habitude de dire ce qu'il veut", affirme-t-il, ajoutant que l'Etat hébreu savait où se trouvent les civils et "n'aurait jamais dû attaquer cette partie" du territoire.

Selon le ministre, plus de 500 travailleurs de santé ont été tués depuis le début de l'offensive israélienne en octobre dernier. Plusieurs ont été pris en otage ou détenus.

Outre les victimes des bombardements, le ministre est inquiet des épidémies et des maladies habituelles qui ne peuvent être soignées en raison de la pénurie de médicaments. "On ne peut donner de chiffre sur les décès" liés à ces problèmes indirects, mais il s'attend à un certain nombre d'entre eux. Il faut pouvoir acheminer des médicaments, ajoute le ministre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Hansi Flick nouvel entraîneur du FC Barcelone

Publié

le

Hansi Flick est le nouveau coach du Barça (© KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER)

Hansi Flick est le nouvel entraîneur du FC Barcelone.

L'ex-sélectionneur allemand s'est engagé pour les deux prochaines années en remplacement de Xavi Hernandez, limogé au terme d'une saison décevante sans trophée remporté.

"Le FC Barcelone et Hansi Flick ont trouvé un accord pour que l'Allemand soit l'entraîneur de l'équipe première masculine jusqu'au 30 juin 2026", a écrit le club catalan dans un communiqué, après avoir annoncé en premier lieu la résiliation du contrat de Xavi.

Homme de l'historique sextuplé de 2020 avec le Bayern Munich, Flick (59 ans) était sans contrat depuis la fin brutale de son aventure à la tête de la Mannschaft en septembre 2023. Il était annoncé depuis plusieurs mois comme le successeur potentiel de Xavi Hernandez.

Ce dernier avait fini par être licencié vendredi dernier quelques semaines après avoir été conforté à son poste pour la dernière année de son contrat, alors qu'il avait en premier lieu annoncé sa démission au terme de la saison fin janvier.

Echec avec la Mannschaft

Ancien adjoint fidèle et discret de Joachim Löw, Hansi Flick avait échoué dans sa mission de succéder à l'emblématique sélectionneur allemand et n'a pas su relever une sélection en perdition depuis 2018.

C'est également en tant qu'adjoint de Niko Kovac que l'ancien milieu de terrain avait fait son retour au Bayern Munich, club où il avait remporté quatre fois la Bundesliga. Il l'a ensuite emmené vers un impensable sextuplé en 2020 (Championnat, Coupe d'Allemagne, Ligue des champions, Supercoupe d'Allemagne, Supercoupe d'Europe, Coupe du monde des clubs).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Votre savoir-faire étant largement apprécié, les opportunités professionnelles se multiplient à mesure que vous défendez vos idées et ça va continuer !

Les Sujets à la Une

X