Rejoignez-nous

International

La junte birmane poursuit sa répression contre le soulèvement populaire

Publié

,

le

Malgré la répression, la mobilisation pro-démocratie se poursuit. Plusieurs centaines de manifestants défilaient mardi à Rangoun, la capitale économique. "Rendez-nous notre leader!", pouvait-on lire sur des banderoles. (© KEYSTONE/AP)

Les généraux birmans ont imposé mardi une coupure quasi-totale d'internet pour une deuxième nuit consécutive et poursuivent leurs vagues d'arrestations. Ils espèrent mettre un terme au soulèvement contre leur coup d'État, faisant fi des condamnations internationales.

Déploiements de véhicules blindés, interpellations nocturnes, durcissement de l'arsenal législatif: l'armée ne cesse de durcir le ton depuis son putsch du 1er février qui a mis fin à une fragile transition démocratique de 10 ans dans le pays.

Quelque 420 personnes - responsables politiques, médecins, activistes, étudiants, grévistes - ont été arrêtées ces deux dernières semaines, d'après une ONG d'assistance aux prisonniers politiques.

L'ex-cheffe de facto du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi, et le président de la République, Win Myint, interpellés dès les premières heures du coup d'Etat, sont toujours tenus au secret. Ils devraient être interrogés cette semaine par un tribunal "par vidéoconférence", a déclaré l'avocat Khin Maung Zaw, ajoutant qu'il n'avait pu entrer en contact avec ses clients.

"Du théâtre"

Cette audience n'aura rien d'équitable, a commenté à l'AFP Tom Andrews, rapporteur spécial de l'ONU. "Il n'y a rien de juste dans la junte. C'est du théâtre. C'est juste du théâtre. Et bien sûr, personne ne les croit".

La prix Nobel de la paix 1991 a été inculpée pour avoir enfreint une obscure règle commerciale en important "illégalement" des talkie-walkies. Elle est assignée à résidence dans la capitale administrative Naypyidaw et serait en bonne santé, a assuré le week-end dernier son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Les généraux continuent à s'attaquer aux outils de communication. Les connexions internet ont été presque totalement coupées sur l'ensemble du pays mardi vers 01h00 du matin (19h30 en Suisse), pour la quatrième fois depuis le putsch. Elles ont été restaurées huit heures plus tard.

Ces perturbations sapent "les principes démocratiques fondamentaux", a déclaré l'émissaire des Nations Unis pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, lors d'un entretien téléphonique avec Soe Win, commandant adjoint de l'armée birmane. Les coupures nuisent aussi "à des secteurs-clés, y compris les banques", a-t-elle ajouté dans ce rare échange entre la junte et le monde extérieur.

"Redonnez-nous espoir "

Malgré la répression, la mobilisation pro-démocratie se poursuit. Plusieurs centaines de manifestants défilaient mardi à Rangoun, la capitale économique. "Rendez-nous nos leaders!", "redonnez-nous espoir!", pouvait-on lire sur des banderoles.

Les contestataires enjoignaient aussi les habitants à rejoindre le mouvement de désobéissance civile. Avocats, enseignants, contrôleurs aériens, cheminots: de nombreux fonctionnaires ont répondu à cet appel à travers tout le pays en se mettant en grève depuis le putsch.

Après le déploiement de troupes dans certaines villes du pays, appuyées par des véhicules blindés, les foules étaient toutefois moins nombreuses dans les rues. "C'est fait pour menacer les gens", a déploré Nyein Moe qui manifestait lundi devant la Banque centrale à Rangoun. Mais, "nous ne pouvons pas nous arrêter maintenant".

Les forces de l'ordre se sont déployées lundi en nombre devant le siège de la LND, attirant plusieurs milliers de personnes sur les lieux. Des policiers ont fouillé les locaux, selon le parti.

Les manifestations sont pour l'instant dans l'ensemble pacifiques, mais plusieurs incidents ont été rapportés lundi. La police a arrêté plusieurs dizaines de contestataires, dont une vingtaine d'étudiants, à Naypyidaw, avant d'en relâcher certains.

Balles en caoutchouc

A Mandalay (centre), deuxième plus grande ville du pays, un affrontement entre manifestants et forces de l'ordre a fait au moins six blessés. La police a tiré des balles en caoutchouc et avec des lance-pierres sur la foule, des protestataires répliquant en lançant des briques.

Des journalistes présents sur les lieux ont également déclaré que la police les avait battus. L'armée, qui dispose de deux soutiens de taille aux Nations Unies (Pékin et Moscou), fait la sourde oreille face aux multiples condamnations internationales et aux sanctions annoncées par Washington.

Depuis, les généraux putschistes, qui contestent la régularité des législatives de novembre massivement remportées par la LND, ont autorisé les perquisitions sans mandat ou les placements en détention pour une courte période sans le feu vert d'un juge.

Pour leur chef, Min Aung Hlaing, paria au plan international en raison des exactions commises contre les musulmans rohingyas en 2017, ce qui se passe en Birmanie reste "une affaire intérieure".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Une nouvelle tempête de poussière paralyse le pays

Publié

le

L'Irak est balayé par une nouvelle tempête de sable. Le pays est présenté comme l'un des cinq Etats au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification. (archives) (© KEYSTONE/EPA/AHMED JALIL)

Des aéroports en Irak et les administrations publiques dans tout le pays ont une nouvelle fois suspendu lundi leurs activités en raison d'une nouvelle tempête de poussière, ont annoncé les autorités.

Depuis la mi-avril, l'Irak a connu en l'espace de quelques semaines pas moins de neuf tempêtes de sable. Les autorités présentent l'Irak comme un des cinq pays au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification.

Lundi, dans la capitale irakienne, un nuage de poussière grisâtre flottait au-dessus des rues quasi-désertes et libérées des habituels embouteillages du matin, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a ordonné la suspension du travail "dans les institutions publiques" à l'exception notamment des départements sanitaires et des agences sécuritaires "en raison des mauvaises conditions climatiques et de l'arrivée de violentes tempêtes de poussière", selon un communiqué de ses services.

En raison d'une visibilité ne dépassant pas les 400 mètres, l'aéroport de Bagdad a suspendu le trafic aérien. Même cas de figure pour l'aéroport international de Najaf, ville sainte chiite du sud, et à Erbil, capitale du Kurdistan irakien autonome, dans le nord.

Troubles respiratoires

Les aéroports ont déjà été contraints de suspendre brièvement leurs vols à plusieurs reprises ces dernières semaines. Tout comme les deux dernières tempêtes de sable ayant frappé l'Irak ont fait un mort et poussé près de 10'000 personnes à se rendre dans des hôpitaux pour soigner les troubles respiratoires dont ils souffraient.

Durant les deux prochaines décennies, l'Irak devrait connaître "272 jours de poussière" par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l'Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent "la création de forêts qui font office de brise-vent", alors que "la désertification affecte 39%" de la superficie totale du pays, selon le président Barham Saleh.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une option décisive pour les Warriors

Publié

le

Mission accomplie pour Andrew Wiggins et Golden State. (© KEYSTONE/AP/Scott Strazzante)

Golden State a fait un pas sans doute décisif vers une nouvelle finale de NBA. Les Warriors se sont imposés 109-100 à Dallas pour mener 3-0 désormais dans cette série.

Porté par le duo formé par Stephe Curry (31 points) et Andrew Wiggins (27 points), Golden State a gagné le match qu'il fallait gagner pour tuer le suspense dans cette finale de la Conférence Est. On rappellera que jamais une équipe dans toute l'histoire de la NBA n'a gagné une série après avoir été menée 3-0.

Les Warriors comptaient un avantage d'un point à la pause (48-47) avant de forcer la décision dans un troisième quarter remporté 30-21. Malgré les 40 points de Luka Doncic, les Mavericks ont été impuissants devant le formidable collectif de Golden State.

L'acte IV se jouera mardi à Dallas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Nino Niederreiter: un but pour rien

Publié

le

Nino Niederreiter (derrière la cage) : buteur au Madison Square Garden. (© KEYSTONE/AP/Adam Hunger)

Malgré une réussite de Nino Niederreiter, Carolina ne gagne toujours pas à l'extérieur lors des play-off. Carolina s'est inclinés 3-1 devant les Rangers dans un Madison Square Garden incandescent.

El Nino et ses coéquipiers gardent toutefois la main dans cette demi-finale de la Conféfence Est. Ils mènent 2-1 dans la série avant l'acte IV mardi toujours à New York et ils possèdent toujours l'avantage de la glace.

Dimanche, Nino Niederreiter a inscrit un quatrième but dans ces séries finales pour réduire le score à 2-1. Seulement, le Grison fut le seul à battre le portier Igor Shesterkin, qui a réussi 43 arrêts. A l'issue de la partie, Nino Niederreiter regrettait le manque de réalisme de son équipe dans le jeu de puissance. Depuis le début de la série, les Hurricanes accusent un terrible 0 sur 7 à cinq contre quatre. "Il faut trouver le moyen d'exploiter pleinement ces situations", souligne Nino Niederreiter.

Toujours à l'Est, le double tenant du titre Tampa Bay mène désormais 3-0 face à Florida, la meilleure équipe de la saison régulière, après son succès 5-1 dans l'acte III.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Chicago battu par le Champion en titre

Publié

le

Xherdan Shaqiri: ce n'est pas vraiment l'Amérique. (© KEYSTONE/AP/REBECCA BLACKWELL)

Une défaite de plus pour Xherdan Shaqiri et Chicago. Le Fire s'est incliné 1-0 devant le New York City, le tenant du titre, pour un neuvième match de rang sans victoire.

La "lanterne rouge" de la Conférence Est s'est inclinée sur un penalty accordé par la VAR à la 23e et transformé par le Brésilien Heber. Dominé très largement dans cette partie disputée dans le stade de baseball des New York Mets et suivie par 18'823 spectateurs, Chicago, à l'image de son capitaine Xherdan Shaqiri, fut bien trop timoré pour espérer un meilleur sort.

Le Fire se déplacera samedi à Toronto pour une rencontre qui opposera les deux cancres de la Conférence Est.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'incroyable retour de Justin Thomas

Publié

le

Justin Thomas : un deuxième US PGA à son palmarès. (© KEYSTONE/EPA/TANNEN MAURY)

A Tulsa dans l'Oklahoma, Justin Thomas a remporté l'US PGA pour la deuxième fois de sa carrière. L'Américain aura dû attendre cinq ans pour signer le doublé.

A 29 ans, Justin Thomas a été sacré après avoir pris le meilleur sur son compatriote Will Zalatoris au meilleur de trois trous du play-off. Le 9e mondial, qui s'adjuge son 15e titre sur le circuit nord-américain, a mis fin à 14 mois de disette, sa précédente victoire datant de mars 2021 au Players Championship.

Il a fait la différence au 2e trou du play-off, sur le par 4 du no 17. Son drive a atterri directement sur le green, quand celui de Zalatoris s'arrêtait en dehors, près du bunker. Ce dernier s'est tout de même approché suffisamment pour viser un birdie. Objectif manqué, au contraire de Thomas qui prenait là un grand ascendant psychologique. Il ne l'a pas lâché sur le no 18, assurant le par, sans que son rival ne fasse mieux que lui.

Son dimanche aura été de rêve, car s'il était le mieux placé des favoris pour triompher, il accusait pas moins de sept coups de retard au tee. Ce faisant il a égalé un record: celui du plus grand come-back de l'histoire dans un dernier tour, jusqu'alors détenu par le seul John Mahaffey, vainqueur de ce même US PGA en 1978.

Sa détermination, son golf délicieux, son expérience, ont récompensé "JT", qui peut aussi remercier Guillermo "Mito" Pereira. Le quasi-inconnu chilien, qui disputait seulement son deuxième tournoi Majeur, était en tête depuis le 3e tour. Il a tenu la distance, malgré les rapprochés de ses concurrents, jusqu'à craquer au pire moment.

Il pourra regretter d'avoir frôlé le birdie au no 17, qui l'aurait probablement assuré d'une victoire, son putt s'arrêtant au bord du trou, bloqué par on ne sait quoi, sinon peut-être des pattes de fourmis invisibles. Des fourmis, il en a en revanche eu dans les mains, quand son drive a envoyé la balle dans la rivière, sur le chemin du dernier trou. Au final, il a concédé un double-bogey et vu ses rêves de sacre Majeur historique s'effondrer brutalement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

On va vous annonce, ce matin au travail que vous allez devoir mettre les bouchées doubles… Ça risque de ne pas vraiment vous plaire !

Les Sujets à la Une

X