Rejoignez-nous

Climat

Eruption volcanique aux Canaries : l'aéroport de La Palma à l'arrêt

Publié

,

le

Face à l'abondance de cendres provoquées par l'éruption volcanique sur l'île de La Palma, aux Canaries, le trafic aérien a été stoppé samedi. (© KEYSTONE/AP/Emilio Morenatti)

L'aéroport de l'île de La Palma, dans l'archipel espagnol des Canaries, est à l'arrêt en raison de l'accumulation de cendres dégagées par le volcan Cumbre Vieja, en éruption depuis une semaine, a annoncé samedi la société gestionnaire des aéroports espagnols (Aena).

"L'aéroport est à l'arrêt en raison de l'accumulation de cendres", a déclaré l'Aena. "Les opérations de nettoyage ont commencé, mais la situation peut changer à tout moment", a-t-elle ajouté.

Les premiers vols à destination de La Palma depuis le début de l'éruption du volcan, dimanche, ont été annulés vendredi, mais aucun mort ni aucun blessé n'est à déplorer.

L'aéroport étant fermé, de longues files d'attente se sont formées au port de Santa Cruz de La Palma pour tenter de partir en ferry vers les îles voisines, principalement Tenerife, la mieux connectée.

La fermeture de l'aéroport a coïncidé avec l'ouverture de nouveaux foyers de lave, l'effritement d'une partie du cône et une intensification globale de l'activité du volcan.

Eruption typique

Mais les autorités ont appelé au calme, assurant qu'elle est normale pour cette région.

"Nous avons affaire à un volcan typique des îles Canaries", a déclaré samedi Miguel Angel Morcuende, le directeur du Pevolcan (Plan d'urgence volcanique des Canaries).

"Bien qu'hier nous ayons assisté à une augmentation significative de l'intensité de l'éruption, le volcan obéit aux schémas classiques", a-t-il expliqué.

"Nous ne sommes pas confrontés à un phénomène plus explosif que d'habitude dans les îles Canaries et je le dis surtout pour la tranquillité d'esprit des habitants de La Palma", a-t-il poursuivi.

Les deux précédentes éruptions sur l'île ont eu lieu en 1971 et 1949, faisant au total trois morts, dont deux par inhalation de gaz.

La crainte de l'effondrement d'une partie du cône a entraîné l'évacuation d'une autre région de l'île, une mesure qui a touché 160 personnes, portant à plus de 6.200 le nombre des habitants qui ont dû quitter leur domicile.

Selon le système européen de mesure géospatiale Copernicus, la coulée de lave couvre une superficie de 190 hectares et a détruit 420 bâtiments.

Abondance de cendres

Face à l'abondance des cendres, les autorités sanitaires des îles Canaries ont recommandé à la population de ne pas sortir. "Après une pluie de cendres, il est recommandé de rester à l'intérieur, portes et fenêtres fermées", a souligné le ministère de la Santé des Canaries, une recommandation particulièrement importante pour "les mineurs, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies pulmonaires ou cardiaques".

"Les personnes qui doivent rester dans une zone exposée aux cendres doivent porter un masque FPP2, des lunettes de protection et se couvrir la peau avec une chemise à manches longues, un pantalon et une casquette", a précisé le ministère.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Climat

Eruption aux Canaries: un drone géant pour sauver des chiens piégés

Publié

le

Le but de l'opération est de faire parvenir de l'eau et de la nourriture aux quatre chiens (archives). (© KEYSTONE/EPA/LUISMI ORTIZ/UME HANDOUT)

Une opération de sauvetage inédite était en préparation mercredi pour tenter de secourir quatre chiens piégés depuis plusieurs semaines par les coulées de lave du volcan Cumbre Vieja, sur l'île de La Palma. Le but est de les évacuer au moyen d'un drone géant.

Les canidés émaciés, dont les images ont largement circulé ces derniers jours sur Internet, sont bloqués dans une zone épargnée par la lave mais recouverte de cendres, dans la localité de Todoque, évacuée peu après le début de l'éruption le 19 septembre.

L'association d'aide aux animaux Leales.org, qui avait alerté au début octobre sur la présence de ces animaux isolés et affamés, a mis en place ces derniers jours une opération de ravitaillement par drone.

Elle a également approché l'opérateur espagnol de drones industriels Aerocameras pour voir s'il pouvait utiliser l'un de ses plus gros appareils, normalement utilisés pour transporter des marchandises, afin de mettre les animaux en sécurité.

Drone équipé d'un filet

Selon le porte-parole de Leales.org, il est impossible de les atteindre à pied, car ils sont encerclés par les couvées de lave. On ne peut pas non plus recourir aux hélicoptères, car les cendres et les gaz du volcan pourraient endommager leurs rotors.

En vertu de la loi espagnole, les drones ne sont normalement pas autorisés à transporter des personnes ou des animaux. Mais "c'est la seule façon" possible de les sauver, a assuré le porte-parole.

Une équipe d'Aerocameras est arrivée lundi sur l'île de La Palma, après avoir reçu le feu vert des autorités pour mener à bien l'opération. Elle a amené avec elle un drone de 50 kg équipé d'un large filet rigide. L'idée des sauveteurs est de placer de la nourriture en son centre pour attirer les chiens.

Aucune date n'a été fixée pour l'instant en vue de l'opération de sauvetage. Un premier essai a néanmoins été réalisé mercredi, avec une charge de 15 kg.

L'éruption du Cumbre Vieja n'a fait aucun mort, mais a provoqué de nombreux dégâts. Selon les autorités, la lave a recouvert 763 hectares et détruit 1956 bâtiments, dont des centaines de maisons.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Une tempête, accompagnée de vents violents, a traversé la Suisse

Publié

le

Les rafales de vent ont dépassé les 130 km/h dans les Préalpes et le Jura (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La tempête Aurore, la première de la saison hivernale, a traversé la Suisse d'ouest en est jeudi matin. Elle était accompagnée de vents dépassant les 130 km/h dans le Jura et les Préalpes. Ce front froid a fait chuter les températures.

Les rafales ont été les plus violentes au Moléson (FR), où elles ont atteint 138 km/h, selon SRF Meteo. Le vent a également soufflé à 134 km/h au Chasseral (BE) et sur l'Uetliberg zurichois, à 133 km/h sur le Bantiger, près de Berne, et à 131 km/h aux Diablerets (VD). Il a été enregistré à 125 km/h à Cressier (NE).

Les rafales, accompagnées parfois de pluies violentes, ont également dépassé les 100 km/h par endroits en plaine, notamment à Zurich ou Schaffhouse.

Sur l'autoroute A1, le trafic a été perturbé par des arbres abattus par le vent entre Chavornay (VD) et La Sarraz (VD). En Suisse orientale, la tempête - appelée Hendrik dans les régions germanophones - a contraint les chemins de fer appenzellois à interrompre en partie leur trafic entre Weissbad (AI) et Wasserauen (AI).

Perturbations dans l'Arc jurassien

Le trafic ferroviaire a aussi été perturbé dans l'Arc jurassien. Entre Reuchenette et Péry (BE), la ligne a été interrompue une heure en raison d'un problème à un train marchandises, en lien avec les intempéries.

Entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle (NE), la ligne a été interrompue entre 07h45 et 08h30 en raison d'un morceau de plastique sur la ligne de contact, a indiqué à Keystone-ATS Frédéric Revaz, porte-parole des CFF. Les trains ont été remplacés par des bus, mais des retards ont été enregistrés.

Entre Bevaix et Colombier (NE), un arbre est tombé sur la ligne de contact et a engendré des restrictions de circulation et un retard initial de 15 minutes. Dès 08h00, "l'exploitation a été à nouveau possible sur une seule voie sans retard", a ajouté Frédéric Revaz.

Dans le canton de Berne, le trafic ferroviaire a également été interrompu. Près d'Utzendorf, dans l'Emmental, un arbre est tombé sur une caténaire en début de matinée, selon un porte-parole du BLS. Tout était rentré dans l'ordre à la mi-journée.

Police sollicitée

Contactée par Keystone-ATS, la police cantonale bernoise indique avoir reçu une cinquantaine d'appels entre mercredi soir et jeudi midi. La plupart concernaient des chutes d'arbres ou des objets sur la chaussée. Vers l'entrée d'autoroute de Thoune-Sud, une voiture est entrée en collision avec un objet sur la route, sans faire de blessé.

Dans l'ensemble, en Suisse, la situation s'est améliorée à la mi-journée. Les températures sont également remontées en cours de journée.

Foyers privés d'électricité

Le front froid est venu d'Allemagne, où des vents encore plus violents ont été enregistrés. Les rafales atteignaient 166 km/h sur le Feldberg, dans la Forêt noire.

Dans le centre et l'est de l'Allemagne, au moins 50'000 foyers étaient privés d'électricité. Au nord de la France, quelque 250'000 foyers étaient affectés par le même problème jeudi matin, la moitié l'était encore à la mi-journée. Le trafic ferroviaire a aussi été touché dans ces deux pays.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Plus de cent morts en Inde et au Népal après de fortes pluies

Publié

le

Les services de météorologie indiens ont étendu et élargi mardi leur alerte, prévoyant des pluies "fortes" à "très fortes" dans la région durant les deux prochains jours. (© KEYSTONE/AP/Mustafa Quraishi)

Plus de 100 personnes sont mortes après plusieurs jours d'inondations et de glissements de terrain dévastateurs qui ont emporté des routes et des maisons en Inde et au Népal, ont annoncé mercredi les autorités. Des dizaines de personnes sont portées disparues.

Mercredi le bilan officiel est passé en Inde à 85 morts et 11 disparus et au Népal à 31 morts et 43 disparus.

Les services de météorologie indiens ont étendu et élargi mardi leur alerte, prévoyant des pluies "fortes" à "très fortes" dans la région durant les deux prochains jours. Par endroits, plus de 400 mm d'eau sont tombés lundi.

Dans l'Uttarakhand, dans le Nord de l'Inde, les autorités ont déclaré que 46 personnes étaient mortes ces derniers jours et que 11 étaient portées disparues. Dans l'Etat côtier du Kerala (Sud), le chef du gouvernement local Pinarayi Vijayan a fait état d'un bilan de 39 morts.

Gigantesque déluge

Une trentaine des victimes dans l'Uttarakhand ont été tuées tôt mardi dans sept incidents séparés dans la région de Nainital, la plus touchée, après une série de glissements de terrain et d'affaissements d'infrastructures provoqués par un gigantesque déluge.

Cinq membres d'une même famille ont notamment été ensevelis dans leur maison, a indiqué un responsable local, Pradeep Jain.

Cinq autres victimes ont été tuées dans un glissement de terrain qui s'est produit dans le district d'Almora, dans le Nord de l'Uttarakhand, et a englouti leur maison sous les rochers et la boue.

En raison des alertes météorologiques, les autorités ont ordonné la fermeture des écoles et interdit toute activité religieuse ou touristique dans l'Etat.

Touristes bloqués

Des images retransmises par les télévisions et circulant sur les réseaux sociaux montrent des habitants se frayant un chemin dans l'eau qui leur arrive aux genoux près du site touristique du lac de Nainital, ou encore le Gange qui déborde dans la ville de Rishikesh.

Plus d'une centaine de touristes ont été bloqués dans la station de Ramgarh en raison de la crue de la rivière Kosi qui a inondé plusieurs localités.

Au Népal, Humkala Pandey, responsable de la gestion des catastrophes au sein du gouvernement, a déclaré qu'"au cours des trois derniers jours, les inondations et les glissements de terrain provoqués par les fortes pluies post-mousson ont fait 31 morts dans tout le pays".

"Quarante-trois personnes sont portées disparues", a-t-elle ajouté. "Il pleut encore dans de nombreux endroits. Nous sommes toujours en train de compiler les données sur le terrain. Le nombre de morts pourrait encore augmenter".

Glissements de terrain en hausse

Les glissements de terrain frappent régulièrement le Nord himalayen de l'Inde mais leur nombre augmente selon les experts avec le réchauffement climatique, la fonte des glaciers, les travaux de construction de barrages hydroélectriques et la déforestation.

En février, une crue subite a dévasté la vallée de Rishiganga, dans l'Uttarakhand, tuant quelque 200 personnes. Seuls une soixantaine de corps ont été retrouvés.

Selon les prévisions météorologiques, de fortes pluies devraient en outre frapper dans les jours à venir l'Etat méridional du Kerala en Inde où des inondations ont déjà fait plus de 27 morts depuis vendredi.

De nombreux barrages dans cet Etat touristique frôlaient le niveau d'alerte, les rivières ont débordé, et les autorités ont procédé à l'évacuation de milliers de personnes. Après un bref répit mardi, de nouvelles fortes précipitations sont attendues au cours des deux prochains jours.

En 2018, près de 500 personnes avaient péri dans le Kerala qui avait été ravagé par les pires inondations en près d'un siècle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Inde: au moins 41 morts dans des inondations et glissements de terrain

Publié

le

Les autorités de l'Etat himalayen de l'Uttarakhand ont annoncé que des glissements de terrain avaient fait 35 morts, après avoir déjà tué six personnes la veille. (© KEYSTONE/AP)

Au moins 41 personnes sont mortes dans le nord de l'Inde. Elles ont été emportées par les inondations et glissements de terrain déclenchés par plusieurs jours de fortes pluies, selon un nouveau bilan annoncé mardi par les autorités.

Les services de météorologie indiens ont en outre étendu mardi leur alerte. Ils prévoient des pluies "fortes" à "très fortes" dans la région durant les deux prochains jours. Par endroits, plus de 400 mm d'eau sont tombés lundi.

Les autorités de l'Etat himalayen de l'Uttarakhand ont annoncé que des glissements de terrain avaient fait 35 morts, après avoir déjà tué six personnes la veille.

Dégâts considérables

Au moins 30 d'entre eux ont été tués tôt mardi dans sept incidents séparés dans le district de Nainital, le plus touché, après une série de glissements de terrain et d'affaissements d'infrastructures provoqués par un gigantesque déluge.

"30 personnes ont été tuées et beaucoup d'autres sont portées disparues", a déclaré Ashok Kumar Joshi, un responsable du district de Nainital, dans l'Uttarakhand. Selon lui, les intenses précipitations ont entraîné des dégâts considérables dans les zones reculées de cette région montagneuse.

Cinq membres d'une même famille ont notamment été ensevelis dans leur maison, a indiqué un responsable local, Pradeep Jain. Cinq autres victimes ont été tuées dans un glissement de terrain qui s'est produit dans le district d'Almora, dans le nord de l'Uttarakhand, et a englouti leur maison sous les rochers et la boue.

Ecoles fermées

En raison des alertes météorologiques, les autorités ont ordonné la fermeture des écoles et interdit toute activité religieuse ou touristique dans l'Etat.

Des images retransmises par les télévisions et circulant sur les réseaux sociaux montrent des habitants se frayant un chemin dans l'eau qui leur arrive aux genoux près du site touristique du lac de Nainital, ou encore le Gange qui déborde dans la ville de Rishikesh.

Plus d'une centaine de touristes ont été bloqués dans la station de Ramgarh en raison de la crue de la rivière Kosi qui a inondé plusieurs localités.

Réchauffement en cause

Les glissements de terrain frappent régulièrement le Nord himalayen de l'Inde, mais leur nombre augmente selon les experts avec le réchauffement climatique, la fonte des glaciers, les travaux de construction de barrages hydroélectriques et la déforestation.

En février, une crue subite a dévasté la vallée de Rishiganga, dans l'Uttarakhand, tuant quelque 200 personnes. Seuls une soixantaine de corps ont été retrouvés.

Menace sur le Kerala

Selon les prévisions météorologiques, de fortes pluies devraient en outre frapper dans les jours à venir l'Etat méridional du Kerala où des inondations ont déjà fait plus de 27 morts depuis vendredi.

De nombreux barrages dans cet Etat touristique frôlaient le niveau d'alerte, les rivières ont débordé, et les autorités ont procédé à l'évacuation de milliers de personnes. Après un bref répit mardi, de nouvelles fortes précipitations sont attendues au cours des deux prochains jours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Vols de raisins en hausse en Valais

Publié

le

A Chamoson, des patrouilleurs, soit un agent de la police municipale et un garde-champêtre, font des rondes dans les vignes. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les vols de vendanges ont augmenté dans le vignoble valaisan. Depuis le début de la récolte en septembre, 1,5 tonne environ de raisins auraient été dérobés. Chamoson a instauré des rondes de contrôle à la demande du syndicat agricole.

"Sept vols de raisins nous ont été annoncés à ce jour dans le Valais central. Deux à Saillon, deux à Savièse, un à Conthey, un à Chamoson et un à Grimusuat", détaille pour Keystone-ATS Stève Léger, porte-parole de la police cantonale valaisanne.

Selon les indications des vignerons, les quantités de grappes volées sont estimées à 1500 kilos environ. A Chamoson, elle s'établit à 600 kilos.

Jumelles de vision nocturne

Des vols de raisins sont constatés tous les ans dans le vignoble valaisan, mais cette année, alors que la récolte s'annonce moindre et inégale en raison des intempéries essuyées, Chamoson a réagi à la demande du syndicat agricole. "Les vignerons, craignant que la tentation du vol ne soit trop grande, ont demandé à la commune de prendre des mesures", a indiqué cette semaine à Keystone-ATS son président Claude Crittin.

La plus grande commune viticole du Valais a mis le vignoble à ban. Il est ainsi interdit de se promener entre les rangées de ceps, mais les chemins officiels sont toujours praticables, souligne le président. Des rondes de surveillance nocturnes ont aussi été instaurées.

Les patrouilleurs, soit un agent de la police municipale et le garde-champêtre, disposent de jumelles de vision nocturne et d'une caméra thermique afin de pouvoir scanner plus rapidement les 4,3 millions de m2 de vignes que compte la commune. "La journée, la surveillance est plus ou moins effectuée par les autres vignerons", ajoute Claude Crittin.

Gel, grêle et mildiou

Après le gel, la grêle et le mildiou, les vignerons s'attendent à une baisse de récoltes. Mais les dégâts provoqués par les aléas de la nature ne sont pas encore quantifiables, car les vignobles ont été très diversement touchés.

Si certains vignerons ont perdu toute une partie de leurs raisins, d'autres font actuellement "de bonnes récoltes", rappelle l'office cantonal de la viticulture pour qui il est encore trop tôt pour tirer un bilan.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

De nombreuses étoiles vous appuient à fond ! Vos communications sont heureuses et vos affaires connaissent le succès.

Les Sujets à la Une

X