Rejoignez-nous

International

L'auteur d'une fusillade dans le Colorado inapte à être jugé

Publié

,

le

Ni l'accusé ni les enquêteurs n'ont été en mesure de fournir un motif de la tuerie. (© KEYSTONE/AP/David Zalubowski)

Un jeune homme inculpé pour le meurtre de dix personnes lors d'une fusillade dans un supermarché du Colorado au printemps dernier souffre de troubles mentaux, selon la presse locale. Il est jusqu'à nouvel ordre inapte à passer en jugement.

Le suspect de 22 ans est accusé d'avoir ouvert le feu en mars 2021 sur le parking du supermarché King Soopers à Boulder, puis à l'intérieur du magasin, tuant dix personnes, dont un policier arrivé en renfort, avant d'être interpellé avec une blessure à la jambe.

Il doit répondre au total de plus d'une centaine de chefs d'accusation pour cette fusillade, pour laquelle ni lui ni les enquêteurs n'ont été en mesure de fournir un motif.

Le jeune homme, issu d'une famille d'immigrants syriens et revendiquant sa religion musulmane, avait fait l'acquisition d'une arme semi-automatique moins d'une semaine avant la fusillade.

"Une maladie mentale grave"

Une juge du comté de Boulder a décidé vendredi qu'il devra suivre un traitement pour des troubles mentaux, avant que son procès ne puisse éventuellement se tenir, a rapporté le Denver Post. Selon le journal, aucun détail n'a été donné durant l'audience sur la nature des troubles psychologiques dont souffre l'accusé, mais son avocat a évoqué "une maladie mentale grave".

Certains proches du suspect avaient assuré peu après son arrestation qu'il était "paranoïaque" et "antisocial".

Les fusillades de ce type, notamment dans les écoles, les centres commerciaux ou les lieux de culte, sont un mal récurrent des Etats-Unis. Le Colorado a déjà connu deux des pires tueries de l'histoire américaine.

En 1999, deux adolescents avaient tué douze camarades de classe et un enseignant dans leur lycée de Columbine. Et en 2012, un homme lourdement armé avait abattu douze personnes dans un cinéma d'Aurora.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Une candidate de plus dans un camp de gauche affaibli et divisé

Publié

le

"Je veux un gouvernement qui sache dialoguer au lieu de moraliser", a déclaré Christiane Taubira. (© KEYSTONE/AP/Thibault Camus)

L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira a officialisé samedi à Lyon sa candidature à l'élection présidentielle française. Elle affirme vouloir répondre "aux colères" face aux "injustices sociales". De nombreux candidats à gauche sont déjà sortis du bois.

Mme Taubira a pour objectif de rassembler la gauche, mais la tâche paraît quasi impossible tant ce camp est fragmenté et déjà surchargé de candidats. Son programme repose sur la défense de la jeunesse, la justice sociale ou encore l'écologie.

"La pandémie a révélé une souffrance sociale qui a frappé toutes les générations", a-t-elle déclaré lors d'un rassemblement militant pour l'union de la gauche, dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. "Je veux un gouvernement qui sache dialoguer au lieu de moraliser et de caporaliser", a-t-elle ajouté, en allusion à la polémique sur les propos du président Emmanuel Macron qui a dit vouloir "emmerder les non-vaccinés" contre le Covid-19.

A moins de trois mois du premier tour, la gauche compte donc désormais six principaux candidats: outre Mme Taubira, le dirigeant radical Jean-Luc Mélenchon, l'écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel, l'ancien ministre Arnaud Montebourg, toutefois proche d'abandonner, et la maire de Paris socialiste Anne Hidalgo. Aucun pour l'instant ne dépasse la barre des 10% dans les sondages.

Macron pas encore déclaré

Emmanuel Macron, pas encore officiellement déclaré, est toujours donné gagnant au premier tour devant la candidate d'extrême droite Marine Le Pen talonnée par la candidate de droite Valérie Pécresse.

Dernière à entrer dans l'arène, Christiane Taubira avait annoncé fin décembre qu'elle envisageait d'être candidate "face à l'impasse" d'une gauche plus que jamais divisée. Elle avait assuré qu'elle ne serait "pas une candidate de plus" et mettrait "toutes ses forces dans les dernières chances de l'union".

L'ancienne députée de Guyane, région française d'outre-mer où elle est née il y a 69 ans, s'est illustrée pour l'électorat de gauche par son combat pour la loi reconnaissant la traite et l'esclavage comme un crime contre l'humanité et surtout pour avoir porté, en tant que ministre, la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, adoptée en 2013.

Déjà un essai en 2002

Candidate à la présidentielle en 2002, elle n'avait recueilli que 2,32% des suffrages. Bien qu'elle n'ait pas enregistré pour l'instant de percée dans les sondages (4,5% dans un sondage début janvier), son entourage assure qu'elle suscite toujours "la ferveur" au sein d'un électorat de gauche déboussolé depuis la victoire d'Emmanuel Macron en 2017 et le délitement des partis politiques traditionnels.

"Christiane Taubira veut être l'antidote à la lassitude de l'électorat de gauche qui n'en peut plus de la dispersion", affirme Christian Paul, maire de Lormes, qui fait campagne à ses côtés.

Primaire contestée

Mais la situation reste extrêmement confuse. Mme Taubira compte sur une "investiture" citoyenne portée par un collectif organisant une primaire à gauche du 27 au 30 janvier... à laquelle les autres candidats de gauche ont refusé de participer.

Pour l'instant, cette primaire comptabilise 120'000 inscrits pour voter, et, affirme l'ancienne ministre, son résultat donnera "la plus belle des légitimités" au vainqueur. Une analyse rejetée par les autres candidats, notamment l'écologiste Yannick Jadot, qui s'est lui-même soumis à une primaire dans son camp fin septembre.

La déclaration de Mme Taubira intervient la veille d'un grand meeting de Jean-Luc Mélenchon à Nantes. Le turbulent tribun des Insoumis (gauche radicale), qui a toujours exclu de se rallier derrière un autre candidat de gauche, inaugure à Nantes un meeting "immersif et olfactif", avec l'objectif avoué de se démarquer et d'apparaître innovant et dynamique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un 34e succès pour Lara Gut-Behrami

Publié

le

Gut-Behrami a signé samedi son 34e succès en Coupe du monde (© KEYSTONE/AP/Giovanni Maria Pizzato)

Lara Gut-Behrami a remporté samedi la descente de Zauchensee, décrochant ainsi son 34e succès en Coupe du monde.

La Tessinoise a devancé de 0''10 sa dauphine Kira Weidle dans une course marquée par la chute de la favorite Sofia Goggia.

Privée de compétition pendant deux semaines après avoir contracté le Covid-19 à la mi-décembre, Lara Gut-Behrami a donc très vite retrouvé les sommets de la hiérarchie. Cinquième du géant de Kranjska Gora une semaine plus tôt pour son retour, elle a signé samedi son deuxième succès de la saison.

La Tessinoise, qui avait remporté le premier super-G de St-Moritz le 11 décembre, a fait la différence dans une partie technique fatale à Sofia Goggia. Elle a négocié ces longues courbes bien mieux que l'Allemande Kira Weible, qui accusait ainsi 0''34 de retard avant le dernier passage de glisse.

Victorieuse en 2020 de la dernière descente disputée à Zauchensee, Corinne Suter a terminé 7e à 0''99. La Schwytzoise a failli chuter après un mouvement de terrain mal négocié, retrouvant presque miraculeusement son équilibre tout en perdant beaucoup de vitesse. Elle aurait pu briguer le podium sans cette faute.

Goggia était bien partie...

Deux autres Suissesses ont terminé dans le top 15 en l'absence de Michelle Gisin, qui fait l'impasse sur les courses de ce week-end afin de se ressourcer. Jasmine Flury s'est classée 9e, à 1''24 de Lara Gut Behrami. Partie avec le dossard 38, la Fribourgeoise Noémie Kolly a elle obtenu un excellent 14e rang (à 1''62).

Cette course a donc été marquée par la chute de Sofia Goggia, qui avait gagné les trois premières descentes de la saison. L'Italienne est partie à la faute juste avant le troisième temps intermédiaire, terminant sa course dans les filets de protection mais sans mal. Elle avait alors 0''26 d'avance sur Lara Gut-Behrami...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Jugement lundi pour Zemmour en France

Publié

le

Eric Zemmour avait décrit les migrants mineurs isolés comme des "voleurs", "assassins" et "violeurs". (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Le candidat à la présidentielle en France Eric Zemmour, jugé en novembre pour provocation à la haine, sera fixé lundi sur son sort. Le polémiste d'extrême-droite, contre lequel une amende a été requise, ne sera pas présent au tribunal correctionnel de Paris.

Son absence à la lecture du jugement a été annoncée samedi par son avocat, Olivier Pardo. Déjà poursuivi à de nombreuses reprises pour injure raciale, provocation à la haine ou contestation de crime contre l'humanité, le polémiste est cette fois épinglé pour des propos sur les migrants mineurs isolés, tenus le 29 septembre 2020 dans l'émission "Face à l'info" sur la chaîne CNews.

"Ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent", avait-il affirmé. "C'est une invasion permanente", avait-il ensuite lancé au cours d'un débat consacré aux mineurs isolés, après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo.

Lors de l'audience, boudée par le polémiste le 17 novembre, le parquet avait jugé que ses "propos méprisants, outrageants" montraient "un rejet violent" et une "détestation" de la population immigrée. "Les limites de la liberté d'expression ont été franchies", avait estimé la représentante du ministère public.

Il avait requis à l'encontre d'Eric Zemmour 10'000 euros d'amende. La peine demandée, 100 jours-amende à 100 euros, peut se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement. Une trentaine d'associations se sont constituées parties civiles, dont SOS Racisme, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la Licra.

Les sorties controversées d'Eric Zemmour, 63 ans, contraint à la mi-septembre de quitter CNews en raison de ses ambitions présidentielles, lui ont valu depuis une dizaine d'années une quinzaine de poursuites en justice. Plusieurs fois relaxé, il a été condamné à deux reprises pour provocation à la haine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une 4e défaite de suite pour les Hawks

Publié

le

Tyler Herro et le Heat ont battu les Hawks vendredi (© KEYSTONE/AP/Lynne Sladky)

Atlanta a subi vendredi sa quatrième défaite consécutive en NBA, la 10e dans ses 13 derniers matches.

Toujours privés de Clint Capela, touché à une cheville, les Hawks se sont inclinés 124-118 sur le parquet de Miami.

Les Hawks n'ont pas à rougir de cette défaite, concédée face au deuxième de la Conférence Est. Mais leur frustration est certainement grande puisqu'ils menaient encore de cinq points (112-107) à 4'53'' du "buzzer", avant de craquer face à la défense resserrée du Heat.

Miami a fait la différence en forçant les Hawks à commettre 7 "turnovers" dans le dernier quart-temps, au cours duquel Atlanta n'a par ailleurs rentré que 6 tirs. Le Heat a également pu compter sur l'efficacité de Tyler Herro, auteur de 11 de ses 24 points lors de l'ultime quarter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Fiala montre la voie à suivre

Publié

le

Kevin Fiala (au centre) a ouvert la marque pour le Wild vendredi (© KEYSTONE/AP/Jim Mone)

Kevin Fiala a inscrit vendredi son 8e but de la saison en NHL. Le St-Gallois a ouvert la marque pour le Wild, qui a écrasé les Ducks d'Anaheim 7-3 dans le Minnesota.

Idéalement servi par Matt Boldy, Kevin Fiala a trouvé la faille après 7'25'' d'un tir du poignet à bout portant. Il a ainsi inscrit au moins un point dans chacun de ses cinq derniers matches, réussissant 4 buts et 2 assists durant ces cinq parties. Il en est désormais à 24 points cette saison.

Cette troisième victoire consécutive a permis au Wild de revenir à quatre longueurs des Predators de Roman Josi, leaders de la Central Division. Et Minnesota a disputé quatre rencontres de moins que Nashville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X