Rejoignez-nous

International

Le débat Macron-Le Pen, point d'orgue avant le scrutin de dimanche

Publié

,

le

Une affiche du candidat Emmanuel Macron et une affiche de la candidate Marine Le Pen pour le deuxième tour de l'élection présidentielle française à Megève en France. (Photo d'illustration © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Cinq ans après, Emmanuel Macron et Marine le Pen se retrouvent mercredi sur un plateau télévisé pour le traditionnel débat d'entre-deux tours. En 2017, la candidate d'extrême droite avait sombré. Cette fois, elle s'est préparée, face au président sortant qui, lui, devra défendre son bilan.

Les deux adversaires ne prennent pas ce rendez-vous à la légère et s'y sont préparés jusqu'au dernier moment. A quatre jours d'un second tour beaucoup plus serré qu'en 2017, même si les sondages donnent régulièrement Emmanuel Macron vainqueur entre 53 et 56%, le débat peut avoir des conséquences importantes.

Il y a cinq ans, il avait été désastreux pour Marine Le Pen, fébrile, agressive et mal préparée face à un jeune candidat apparu calme et maîtrisant ses dossiers. Le crash en direct de la candidate d'extrême droite avait marqué les esprits, y compris chez ses partisans.

"Un coup de pied aux fesses"

"Pour moi, un échec, c'est parfois un coup de pied aux fesses", a récemment confié Marine Le Pen, qui assure avoir tiré les leçons du naufrage et se dit "extrêmement sereine". Depuis cinq ans elle a patiemment remonté la pente, travaillé ses dossiers, lissé son image, jusqu'à se définir comme une "mère de famille" pour la France.

Marine Le Pen "a l'expérience maintenant, elle a beaucoup travaillé, elle maîtrise les sujets, ce n'est pas une question de peur, c'est une question de concentration", a estimé le vice-président du Rassemblement national (RN) Louis Aliot.

Face à elle, Emmanuel Macron, outsider de choc en 2017 qui se réclamait "ni de droite ni de gauche", n'a plus la fraîcheur de la nouveauté. Il a un bilan d'un quinquennat à défendre, ainsi que l'image qui lui est souvent accolée de "président des riches" à corriger.

Le président sortant, qui n'a participé à aucun débat pendant la campagne, admet prendre "très au sérieux" le rendez-vous télévisé de mercredi soir. Il va tenter de convaincre un électorat de gauche méfiant, voire hostile, à son égard.

Projet contre projet

"La stratégie du 'tout sauf Le Pen' ne fonctionne plus. C'est vraiment du projet contre projet, argument contre argument, sur tous les enjeux qui nous séparent violemment du projet de Marine Le Pen: sur l'Europe, sur le rapport à l'autre, sur l'économie, sur le social, sur le fiscal, bref sur tout", décrivait il y a quelques jours un député de la majorité présidentielle, Roland Lescure.

Dans le camp adverse, Mme Le Pen doit montrer qu'elle est "crédible, qu'elle sait rassembler, mais surtout qu'elle incarne la fonction, ce que n'a pas réussi à faire M. Macron", a affirmé Louis Aliot. Il a espéré que le débat soit "solennel, sérieux, argument contre argument" sans "agressivité générale".

Pendant la campagne, les deux adversaires se sont jusque-là affrontés à distance, se rendant coup pour coup. Mme Le Pen, a accusé à plusieurs reprises son adversaire de "brutalité" et a fustigé la "vacuité de son projet".

Emmanuel Macron a pour sa part attaqué sa rivale sur la "radicalité" de son programme, dissimulée derrière une "banalisation" de l'extrême droite et l'image recentrée de Mme Le Pen.

Séduire les insoumis

Dans cette dernière ligne droite, les deux candidats s'efforcent aussi de séduire les partisans de Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour avec près de 22% des voix. Le leader de la gauche radicale a exhorté ses partisans à ne pas accorder "une seule voix" à Marine Le Pen, sans pour autant appeler à voter M. Macron.

Il a organisé une consultation auprès de ses soutiens en vue du second tour. Le vote blanc ou nul est arrivé en tête avec 37,65% devant le vote Macron (33,4%) et l'abstention (29%), le soutien à Mme Le Pen n'ayant pas été proposé

Le débat d'entre-deux tours en France est devenu depuis 1974 un exercice obligé, empreint d'une certaine dramaturgie et qui a fait les grands moments de l'histoire politique à la télévision.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

L'actrice Olivia Newton-John, star de "Grease", meurt à 73 ans

Publié

le

Olivia Newton-John, ici en 2018 à Los Angeles, luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/RICHARD SHOTWELL)

L'actrice Olivia Newton-John, star de "Grease", est décédée, a annoncé lundi son mari dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Elle avait à 73 ans.

La comédienne est "décédée paisiblement dans son ranch en Californie du Sud ce matin, entourée par sa famille et ses amis", précise John Easterling dans le communiqué. Elle luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein.

Cheveux laqués et blousons de cuir, Olivia Newton-John s'était rendue mondialement célèbre avec son rôle au cinéma dans la comédie musicale culte "Grease", au côté de John Travolta. A son actif, une quarantaine d'albums country et pop rock - dont "Physical", énorme succès en 1981 - et des centaines de concerts donnés à travers la planète.

Depuis que le cancer s'était abattu sur elle à la quarantaine - cancer du sein et mastectomie en 1992 puis deux récidives en 2013 et 2017, avec métastases - la star mettait toute son énergie et sa notoriété au service de la lutte contre la maladie.

"Olivia a été un symbole de triomphe et d'espoir depuis 30 ans en partageant son expérience sur le cancer du sein", a écrit son mari, précisant qu'un fonds à son nom avait été créé afin de financer la recherche sur les plantes médicinales et le cancer, le "Olivia Newton-John Foundation Fund".

Eurovision

Née le 26 septembre 1948 à Cambridge, celle que la reine Elizabeth II a titré "Dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique" est la petite-fille du physicien allemand Max Born, dont les travaux sur la théorie des quanta ont été couronnés du prix Nobel. Son père a lui combattu dans les forces britanniques durant la Seconde guerre mondiale, participant à l'arrestation de Rudolf Hess.

Celle qu'on surnomme "Livvy" a tout juste cinq ans quand sa famille déménage aux antipodes. Destination Melbourne, Australie. Passionnée de musique, elle remporte à 16 ans un concours local de chant. Sa mère la pousse à exploiter son talent et les voilà toutes deux reparties pour l'Angleterre.

Premiers singles, premiers succès. En 1974, elle représente la Grande-Bretagne à l'Eurovision et termine 4e, s'inclinant derrière... Abba.

"You're the one that I want"

Cap alors sur la Californie, où elle se fait un nom sur la scène country et western. L'Anglo-australienne est même consacrée à deux reprises "chanteuse la plus populaire des Etats-Unis" et remporte un Grammy award face à la reine Dolly Parton.

John Travolta, auréolé de son succès dans "La Fièvre du samedi soir", souffle son nom pour "Grease". Sorti en 1978, le film est immédiatement un énorme succès mondial. En France, il fait 6 millions d'entrées... Plus que "Les Demoiselles de Rochefort" ou "West Side Story"! Tout le monde fredonne "Summer nights" et "You're the one that I want".

Malgré ce succès planétaire, Olivia Newton-John n'a pas poursuivi longtemps sur sa lancée au cinéma. Après quelques films, elle s'est consacrée surtout à la chanson et à son ranch californien où elle vivait entourée d'animaux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Les Boeing 787 peuvent à nouveau être livrés

Publié

le

De premiers défauts sur le long-courrier 787 Dreamliner avaient été découverts à la fin de l'été 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/Francois Mori)

Le régulateur américain de l'aviation civile (FAA) a annoncé lundi que Boeing avait effectué les "changements nécessaires" pour une reprise des livraisons de son 787 Dreamliner, après une suspension totale depuis mai 2021 en raison de problèmes opérationnels.

"Nous nous attendons à ce que les livraisons reprennent dans les jours qui viennent", a déclaré la FAA dans un communiqué, assurant que l'agence inspecterait chaque avion avant livraison.

Le directeur par intérim de la FAA Billy Nolen a rencontré la semaine dernière des inspecteurs en sécurité de l'agence en Caroline du Sud (sud-est des Etats-Unis) afin de confirmer qu'ils étaient satisfaits des mesures d'amélioration prises par Boeing.

Il s'est entretenu avec eux sur les mesures prises pour améliorer la qualité de production mais aussi sur les garanties données quant à l'indépendance des employés qui doivent s'assurer du respect de la réglementation sur les chaînes d'assemblage.

Livraisons suspendues fin 2020

Contacté par l'AFP, Boeing s'est contenté de déclarer: "Nous continuerons de travailler avec la FAA et avec nos clients vers une reprise des livraisons du 787".

Des premiers défauts sur le long-courrier 787 Dreamliner avaient été découverts à la fin de l'été 2020. L'appareil étant examiné de près, d'autres problèmes étaient depuis apparus. Boeing avait dû suspendre les livraisons, de novembre 2020 à mars 2021 dans un premier temps, puis depuis fin mai.

Après avoir décidé en mars 2021 d'inspecter elle-même certains 787, la FAA avait annoncé en février avoir retiré temporairement à Boeing la capacité de certifier lui-même ses 787 Dreamliner.

Cette tâche est normalement dévolue à des employés de Boeing qui, selon un accord entre les autorités et le constructeur, peuvent procéder au nom de la FAA à l'inspection des avions et à l'émission des certificats de navigabilité.

Bouffée d'air

Fin juin, le groupe comptait 120 de ces appareils à son inventaire et affirmait les produire à un très faible rythme. En tout, 1006 Dreamliner ont été livrés par Boeing depuis les premières commandes en 2004.

Le feu vert du régulateur américain représente une bouffée d'air pour le constructeur dont la trésorerie se reposait sur les livraisons du 737 MAX, appareil interdit de vol pendant 20 mois en 2019 et 2020 après deux accidents mortels.

Boeing vient d'engranger près de 300 commandes et engagements au salon aéronautique de Farnborough au Royaume-Uni, devançant largement Airbus même si le carnet de commandes de l'avionneur américain reste moins garni que celui de son concurrent européen.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'incendie d'un dépôt pétrolier toujours hors de contrôle

Publié

le

Le feu a pris vendredi soir lorsque la foudre a frappé un réservoir qui contenait du pétrole brut. (© KEYSTONE/AP/Ramon Espinosa)

L'incendie qui s'est déclaré vendredi dans un dépôt pétrolier à Cuba est toujours hors de contrôle. Les autorités ont annoncé lundi qu'un troisième réservoir a été détruit par les flammes.

Le sinistre a débuté vendredi soir quand la foudre a frappé un des huit réservoirs du dépôt situé à Matanzas, à 100 km à l'est de La Havane, qui contenait 26'000 mètres cubes de pétrole brut, soit environ 50% de sa capacité maximale.

Rongée par le feu, la structure cylindrique a explosé au petit matin samedi, propageant les flammes à un deuxième réservoir contenant 52'000 mètres cubes de mazout.

Malgré les soldats du feu juchés sur des grues et des hélicoptères effectuant de multiples largages d'eau, ce second réservoir s'est à son tour déchiré après une explosion dimanche à minuit, forçant une évacuation des secours.

"Et ce que nous redoutions est arrivé" avec l'incendie et la destruction d'un troisième réservoir contenant du pétrole brut, a déclaré lundi le gouverneur de Matanzas, Mario Sabines, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de la présidence.

Situation "très complexe"

La situation est "très complexe" avec "trois réservoirs en feu" et une zone d'incendie "assez grande", a indiqué le gouverneur, sans préciser combien de milliers de mètres cubes contenait ce troisième réservoir.

M. Sabines a déclaré que des "équipes" de secouristes de Cuba, du Mexique et du Venezuela "sont en train d'être positionnées" pour répandre la mousse extinctrice, ce qui "peut prendre un certain temps".

Selon un dernier bilan, un pompier est décédé et 16 sont toujours portés disparus, tandis que 26 personnes sont hospitalisées, dont cinq dans un état critique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'option d'une extraction du béluga de la Seine privilégiée

Publié

le

Le beluga se trouvait lundi dans un état stationnaire. (© KEYSTONE/EPA/SEA SHEPHERD FRANCE / HANDOUT)

L'option d'une extraction et d'un transport vers la mer du béluga égaré dans la Seine depuis bientôt une semaine est privilégiée par les autorités, a annoncé lundi la sous-préfète d'Evreux.

La piste de l'euthanasie écartée, trois options étaient encore sur la table ce week-end: une ouverture de l'écluse, le laisser finir sa vie "comme quelqu'un de très malade" ou bien l'extraction, avait indiqué la représentante de l'Etat.

C'est donc l'hypothèse d'une extraction, qui tenait déjà la corde dimanche, qui est retenue, comme l'a expliqué Mme Isabelle Dorliat-Pouzet lors d'un point presse dans l'après-midi à proximité de l'écluse.

Réussite pas garantie

"Il nous a semblé possible de réfléchir peut-être à un transport vers la mer. Dans l'intérêt de ce béluga ça peut se tenter, nous y travaillons ardemment. On est tous très contents de travailler sur cette option", a-t-elle déclaré. "Personne ne peut promettre qu'elle va réussir", a-t-elle toutefois reconnu.

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir.

En outre, la Manche n'est pas toute proche: l'écluse de Saint-Pierre-La-Garenne (Eure), où le cétacé est entré de lui-même vendredi à 70 km au nord-ouest de Paris, se trouve à environ à 130 km de l'embouchure de la mer. La préfecture de l'Eure a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère.

Etat stationnaire

Le béluga repéré dans la Seine mardi dernier était dans un état stationnaire lundi, a indiqué à l'AFP l'ONG de défense des océans Sea Shepherd.

"Le béluga ne s'alimente (a priori) toujours pas mais il continue de se montrer curieux. Vers 4 h du matin il s'est frotté pendant 30 minutes sur les parois de l'écluse et s'est débarrassé des tâches qui étaient apparues sur son dos. Les antibiotiques ont également pu aider", a indiqué Sea Shepherd sur Twitter.

Questionnée sur la possibilité d'endormir le béluga et de le transporter, la présidente de Sea Shepherd France, Lamya Essemlali, a expliqué sur RTL "qu'il n'était pas possible d'endormir les dauphins pour la simple raison que ce sont des animaux qui respirent de manière consciente. Si vous endormez un dauphin, il ne respire plus et il meurt".

Le Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes), plus grand zoo marin d'Europe, a dépêché dans l'Eure une équipe où figure notamment "un vétérinaire spécialiste des mammifères marins" et qui était attendue en début de soirée.

Afflux de dons

Interrogée sur le coût des opérations pour tenter de sauver ce béluga, la sous-préfète, a souligné "l'immense émotion" que causait la présence de cet animal piégé dans les eaux de la Seine, révélant qu'énormément de dons affluaient, venant de fondations, d'associations et de particuliers.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, il s'agit du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

D'après le même observatoire, le béluga "a une distribution arctique et subarctique. Bien que la population la plus connue se trouve dans l'estuaire du Saint-Laurent (Québec), la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard", un archipel situé au nord de la Norvège, à 3000 kilomètres de la Seine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Pfizer annonce le rachat de Global Blood Therapeutics

Publié

le

Le laboratoire américain veut accélérer la distribution du traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics (archives). (© KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN)

Pfizer a annoncé lundi le rachat de Global Blood Therapeutics (GBT), fabricant d'un médicament récemment approuvé contre une maladie génétique, la drépanocytose. Le montant de la transaction avoisine 5,4 milliards de dollars, soit environ 5,2 milliards de francs.

Le groupe pharmaceutique américain précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes, en rachetant l'ensemble des actions GBT, au prix de 68,50 dollars par action, précise le groupe dans un communiqué.

Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité, qui doit désormais obtenir les autorisations des autorités de régulation et des actionnaires de GBT.

Le traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics est appelé Oxbryta. Il est, aux Etats-Unis, autorisé pour les plus de 12 ans depuis 2019 et depuis décembre dernier pour les enfants de 4 à 11 ans. Il est également autorisé au sein de l'Union européenne, aux Emirats arabes unis, à Oman et en Grande-Bretagne.

Le médicament a permis au laboratoire de générer un chiffre d'affaires de 55 millions de dollars au premier trimestre (+41%), mais une perte nette de 81,4 millions de dollars.

"En s'appuyant sur sa plateforme mondiale, Pfizer prévoit d'accélérer la distribution du traitement innovant de GBT dans les régions du monde les plus touchées par la drépanocytose", précise Pfizer.

Global Blood Therapeutics doit publier lundi ses résultats financiers du deuxième trimestre, mais, en raison de l'acquisition, ne tiendra pas la conférence téléphonique qui était prévue.

L'action Pfizer grappillait 0,04% lundi dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York, à 49,29 dollars. Celle de GBT, qui avait bondi de 33,03% vendredi à la clôture, prenait de nouveau 4,51% lundi matin, à 66,72 dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X