Rejoignez-nous

International

Au moins 56 morts dans un attentat contre une mosquée de Peshawar

Publié

,

le

L'attentat dans une mosquée chiite au Pakistan a été revendiqué par l'Etat islamique (EI). Au moins 56 personnes ont péri et près de 200 ont été blessées. (© KEYSTONE/EPA/ARSHAD ARBAB)

Au moins 56 personnes ont été tuées et 194 blessées dans un attentat-suicide revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI) lors de la prière du vendredi dans une mosquée chiite de Peshawar, au Pakistan. C'est l'attaque la plus meurtrière dans ce pays depuis 2018.

Les chiites hazaras, minoritaires dans un pays majoritairement sunnite, sont régulièrement victimes d'attentats commis par des islamistes sunnites, qui les considèrent comme hérétiques.

L'explosion est survenue quelques minutes avant le début de la grande prière hebdomadaire dans cette mosquée située dans une rue étroite du quartier de Kocha Risaldar, près du bazar historique de Qissa Khwani.

"Au total, 56 personnes sont mortes et 194 ont été blessées. Les blessés incluent 50 patients dans un état critique", a déclaré à l'AFP Muhammad Asim Khan, un porte-parole de l'hôpital Lady Reading de Peshawar, capitale de la province du Khyber Pakhtunkhwa.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière commise au Pakistan depuis l'attentat ayant visé en juillet 2018 un meeting électoral à Mastung, dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), qui avait fait 149 morts et avait été revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

"Deux assaillants ont tiré sur les policiers à l'entrée principale de la mosquée. Un policier est mort sur le coup et l'autre a été grièvement blessé", a expliqué à l'AFP le chef de la police de Peshawar, Muhammad Ijaz Khan.

"J'étais juste en dehors de la mosquée, quand j'ai vu un homme tirer sur deux policiers avant d'entrer dans la mosquée. Quelques secondes plus tard, j'ai entendu un grand bang", a raconté un habitant, Zahid Khan.

Tués "un par un"

Un autre témoin, Ali Asghar, a dit avoir vu un homme "ouvrir le feu avec un pistolet" à l'intérieur de la mosquée, et "tuer les gens un par un et ensuite se faire exploser".

Le chef de l'unité de déminage de Peshawar, Rab Nawaz Khan, a indiqué à l'AFP que cinq à huit kilos de "TNT hautement explosif", emballé avec des roulements à billes pour amplifier les dégâts, avaient été utilisés.

Un journaliste de l'AFP a vu des corps démembrés sur les lieux, pendant que les services de secours et des habitants s'activaient pour venir en aide aux victimes en les transportant sur leurs épaules.

A l'hôpital Lady Reading, ce journaliste a vu des dizaines de blessés amenés par les secouristes. A l'intérieur de l'hôpital, les brancards étaient ensanglantés et un grand nombre de femmes se précipitaient en pleurs dans les diverses salles à la recherche de proches.

Dans la soirée, EI a revendiqué cet attentat, a indiqué l'agence de propagande Amaq de l'organisation jihadiste.

"Un combattant kamikaze de l'Etat islamique a réussi aujourd'hui à pénétrer dans une mosquée chiite à Peshawar, après avoir tiré sur deux membres de la police pakistanaise qui la gardaient, tuant l'un et blessant le second", selon un communiqué de l'agence diffusé sur les réseaux sociaux. Il a ensuite "fait détoner une ceinture explosive au milieu des chiites".

Le Premier ministre Imran Khan avait auparavant "fermement condamné" l'attentat. Sur Twitter vendredi, il a dit suivre "personnellement les opérations", ajoutant que le gouvernement disposait de "toutes les informations concernant l'origine des terroristes" et "concentrerait toutes ses forces à les poursuivre".

Dénonçant "un crime haineux" contre "des civils pratiquant leur foi", l'UE a appelé le Pakistan à traduire en justice les auteurs de l'attentat.

Le retour en force du TTP

Peshawar, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Afghanistan, a été ravagée par des attentats quasi-quotidiens pendant la première moitié des années 2010, mais la sécurité s'y était grandement améliorée ces dernières années.

Ces derniers mois, la ville avait surtout connu des attaques ciblées visant d'abord les forces de sécurité.

Les chiites au Pakistan ont par le passé été visés par le groupe Etat islamique. Sa branche régionale, l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), a revendiqué de nombreuses attaques dans le pays ces dernières années, comme l'assassinat au début 2021 de dix mineurs hazaras, ethnie de confession chiite, au Baloutchistan.

En outre, le Pakistan est confronté depuis quelques mois au retour en force du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, galvanisés par l'arrivée au pouvoir des talibans afghans en août en Afghanistan.

Le TTP, un mouvement distinct de celui des nouveaux dirigeants afghans mais qui partage avec lui des racines communes, a revendiqué plusieurs attaques depuis le début de l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Biden alerte contre le risque d'une "apocalypse" nucléaire

Publié

le

Selon Joe Biden, Vladimir Poutine ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires, car son armée "est très peu performante" (archives). (© KEYSTONE/AP/Susan Walsh)

Les menaces russes d'utilisation de l'arme nucléaire dans le conflit en Ukraine font courir un risque d'"apocalypse", a estimé jeudi le président américain Joe Biden. C'est la première fois que le monde se retrouve dans cette situation depuis la guerre froide.

"Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'une apocalypse depuis Kennedy et la crise des missiles cubains" en 1962, a-t-il déclaré lors d'une collecte de fonds à New York. Selon lui, son homologue russe Vladimir Poutine "ne plaisantait pas" en proférant ces menaces.

"Il existe, pour la première fois depuis la crise des missiles cubains, une menace directe d'utilisation d'armes nucléaires, si les choses continuent de suivre la voie qu'elles empruntent actuellement", a encore dit le 46e président des Etats-Unis d'Amérique.

Du 14 au 28 octobre 1962, la crise des missiles installés à Cuba par l'Union soviétique et repérés par les Etats-Unis avait fait trembler la planète, laissant craindre une guerre nucléaire.

"Tous les moyens"

Confronté à une résistance ukrainienne tenace, alimentée par l'aide militaire occidentale, Vladimir Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre. Il s'était dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident, qu'il a accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait-il assuré.

Selon les experts, de telles attaques emploieraient probablement des armes nucléaires tactiques, plus petites en charge explosive qu'une arme nucléaire stratégique. Mais Joe Biden a prévenu que même une frappe nucléaire tactique risquerait de déclencher une conflagration plus large.

"Je ne pense pas que l'on puisse facilement [utiliser] une arme nucléaire tactique sans finir par provoquer l'apocalypse", a-t-il dit.

Vladimir Poutine "ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires tactiques ou d'armes biologiques ou chimiques, car son armée, on pourrait le dire, est très peu performante", a encore jugé le président américain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Crew-5 arrive à la station spatiale internationale

Publié

le

Les membres de Crew-5 ont rejoint les sept personnes déjà à bord de l'ISS. (© KEYSTONE/AP)

La cosmonaute russe Anna Kikina et trois autres astronautes sont arrivés jeudi dans l'ISS, après avoir voyagé à bord d'un vaisseau de SpaceX. Ce vol conjoint entre les Etats-Unis et la Russie revêtait un caractère symbolique en pleine guerre en Ukraine.

"Nous sommes impatients de nous mettre au travail", a déclaré l'astronaute américaine Nicole Mann, peu après l'arrimage du vaisseau à la station spatiale internationale (ISS). Il s'agissait de la cinquième mission régulière de l'entreprise privée SpaceX vers l'ISS pour le compte de la NASA, mais de la première à transporter une cosmonaute russe.

Outre Anna Kikina et Nicole Mann, l'équipage baptisé Crew-5 est également composé du Japonais Koichi Wakata et de l'astronaute américain Josh Cassada.

Le décollage de la fusée de SpaceX avait eu lieu mercredi du centre spatial Kennedy, en Floride, propulsant la capsule Dragon dans l'espace. Ce vaisseau s'est lentement approché jeudi de l'ISS, après un voyage d'environ 30 heures.

Douze personnes dans l'ISS

Les membres de Crew-5 passeront environ cinq mois dans ce laboratoire volant, à quelque 400 kilomètres d'altitude. Ils rejoignent les sept personnes déjà à bord (deux Russes, quatre Américains et une Italienne).

Quelques jours de passation sont prévus avec les quatre membres de Crew-4, avant que ceux-ci ne soient renvoyés sur terre. Ils doivent amerrir au large des côtes américaines, à une date qui doit encore être précisée.

Il y a deux semaines, un Américain avait lui décollé pour l'ISS à bord d'une fusée russe Soyouz. Ce programme d'échange d'astronautes, prévu de longue date, a été maintenu malgré les très fortes tensions entre les Etats-Unis et la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine par Moscou en février.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Deux morts et six blessés dans une attaque à Las Vegas

Publié

le

L'attaque a eu lieu en fin de matinée sur le Strip. (© KEYSTONE/AP)

Deux personnes sont mortes et au moins six autres ont été blessées jeudi lors d'une attaque à l'arme blanche à Las Vegas, a annoncé la police de la métropole américaine. L'attaque a eu lieu en fin de matinée devant un casino situé sur le Strip.

C'est sur ce long boulevard que d'immenses immeubles dédiés au jeu se succèdent sur des kilomètres. L'assaillant, qui a été arrêté, a utilisé un grand couteau doté d'une longue lame et a frappé sans prévenir, a expliqué un porte-parole de la police.

Les coups de couteau ont été donnés à une première victime "sur le trottoir sans aucune provocation", a-t-il raconté. Le suspect s'en est ensuite pris à plusieurs autres personnes le long de la rue. "Deux d'entre elles sont mortes, trois sont dans un état critique. Les autres victimes sont à l'hôpital", a-t-il détaillé.

Assaillant pris en chasse

Plusieurs personnes présentes sur le Strip ont pris en chasse l'assaillant, qui a finalement été arrêté par un vigile et des policiers. Le suspect, décrit par la police comme un homme hispanique d'une trentaine d'années, n'est a priori pas de Las Vegas.

Les attaques à l'arme blanche sont plutôt rares aux Etats-Unis, où les tueries de masses réalisées avec des armes à feu sont, en revanche, très fréquentes. Il y a cinq ans, Las Vegas a connu l'une des pires tueries de l'histoire américaine récente.

En octobre 2017, 58 personnes sont mortes et des centaines d'autres ont été blessées par Stephen Paddock, un sexagénaire qui a tiré plus de 1000 balles depuis le 32e étage du casino Mandalay Bay sur la foule qui assistait à un concert de musique country en plein air. Ce comptable à la retraite s'était ensuite suicidé lors de l'assaut de la police.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Twitter: la juge donne jusqu'au 28 octobre pour conclure le rachat

Publié

le

Twitter et Musk ont jusqu'au 28 octobre pour trouver un accord (archives). (© KEYSTONE/AP/Gregory Bull)

La juge chargée du contentieux entre Elon Musk et Twitter a donné jeudi jusqu'au 28 octobre aux parties pour que le patron de Tesla rachète le réseau social. En cas de non-accord, le procès initialement prévu pour dans dix jours aura lieu en novembre.

Quelques heures auparavant, les avocats du multimilliardaire avaient demandé l'interruption des poursuites engagées pour forcer leur client à honorer son engagement pris au printemps d'acquérir la plateforme pour 44 milliards de dollars. Ils ont assuré s'attendre à ce que l'opération soit conclue "autour du 28 octobre".

Elon Musk avait forcé la main du conseil d'administration du groupe californien pour le racheter en avril, avant de revenir unilatéralement sur l'accord quelques semaines plus tard. Lundi, dans une nouvelle volte-face, il a finalement proposé de conclure l'opération au prix initialement convenu, du moment qu'il obtenait les fonds nécessaires et que Twitter mettait fin à ses poursuites.

Mais après des mois d'attaques publiques et de changements d'avis de la part du fantasque entrepreneur, l'entreprise voulait des preuves sonnantes et trébuchantes de son sérieux.

Financement

Les avocats de Twitter s'étaient donc opposés plus tôt jeudi à l'ajournement du procès réclamé par la partie adverse, qualifiant cette possibilité "d'invitation à plus de roublardise et de retard".

La juge a finalement tranché: "La procédure est suspendue jusqu'au 28 octobre 2022 à 17h00, pour permettre aux parties de conclure la transaction. Si elle n'est pas conclue, les parties devront me contacter par email pour obtenir les dates d'un procès en novembre."

Depuis le début de la semaine, les négociations entre les deux parties avaient repris, mais elles achoppent sur la condition du financement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Attaques au Canada: un des frères, seul responsable des meurtres

Publié

le

Myles Sanderson avait été appréhendé après une vaste chasse à l'homme qui a duré quatre jours. Il était mort peu après son arrestation (archives). (© KEYSTONE/AP/Heywood Yu)

Myles Sanderson, l'un des deux frères suspectés d'avoir perpétré les attaques au couteau dans le centre du Canada au début septembre, a commis seul tous les meurtres, a annoncé jeudi la police. Onze personnes avaient été tuées.

Son frère, Damien Sanderson, avait été présenté au départ comme le deuxième suspect avant que l'on retrouve son corps près de l'une des scènes de crime. "Myles a commis, seul, tous les homicides", a déclaré la commissaire adjointe de la gendarmerie royale du Canada.

Dix-huit autres personnes avaient été blessées dans ces attaques survenues le 4 septembre dans des localités reculées de la Saskatchewan, la communauté autochtone de James Smith Cree Nation et le petit village voisin de Weldon.

Myles Sanderson avait été appréhendé après une vaste chasse à l'homme qui a duré quatre jours. Il était mort peu après son arrestation.

"Damien a participé à la planification des attaques", mais "n'est impliqué dans aucun des meurtres", a encore affirmé la commissaire, qui a précisé que l'enquête se poursuivait pour comprendre pourquoi certaines victimes avaient été visées.

Les policiers ont pu établir que Myles et Damien Sanderson avait vendu de la drogue dans la communauté la veille des attaques et qu'ils étaient impliqués dans "trois altercations violentes" récentes.

Connu des services de police et de la justice pour de multiples faits de violence et des vols, Myles Sanderson était déjà recherché depuis mai dernier pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire.

La quasi-totalité des victimes, âgées de 23 à 78 ans, sont des Autochtones. Ceux-ci représentent environ 5% des 38 millions d'habitants du Canada et vivent dans des communautés souvent frappées par le chômage et la pauvreté. Ils sont aussi plus souvent victimes d'homicides.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X