Rejoignez-nous

Économie

Plus forte hausse de l'inflation depuis 1982 aux Etats-Unis

Publié

,

le

Les hausses de salaires qu'offrent de nombreux employeurs pour attirer les candidats et retenir leurs salariés alimentent l'inflation aux Etats-Unis. (archives) (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont grimpé de 7,0% sur l'année 2021, enregistrant leur plus forte hausse depuis juin 1982, alors que l'inflation est une préoccupation majeure du président Joe Biden qui s'est engagé à lutter contre le phénomène.

Les seuls prix de l'énergie ont bondi de 29,3% et ceux de l'alimentation de 6,3%, selon l'indice des prix à la consommation (CPI) publié mercredi par le département du Travail.

En excluant les secteurs volatils de l'énergie et de l'alimentaire, l'inflation dite sous-jacente atteint 5,5%, son rythme le plus élevé depuis février 1991.

L'inflation, que beaucoup d'économistes, y compris ceux de la Maison Blanche et de la Banque centrale américaine (Fed) pensaient transitoire, est désormais devenue l'ennemi public numéro un. Le président Biden a promis d'enrayer cette spirale.

La Fed cible une inflation annuelle de 2%.

Sur le seul mois de décembre cependant, les prix ont augmenté moins vite qu'en novembre, à 0,5% contre 0,8%. Mais l'inflation sous-jacente s'accélère sur un mois, à 0,6% contre 0,5% en novembre.

L'indice mesurant les prix de l'énergie "a reculé en décembre", de 0,4%, "mettant fin à une longue série de hausses", relève le département du Travail dans son communiqué.

Logements et voitures d'occasion

Au cours du dernier mois de l'année, ce sont les prix des logements et des voitures d'occasion qui ont le plus progressé. Ceux des produits alimentaires ont "également contribué (à la hausse), bien (qu'ils aient) moins augmenté qu'au cours des derniers mois", souligne le département du Travail.

Le variant Omicron pourrait contribuer à faire encore grimper les prix, puisque le nombre important de contaminations contraint les salariés à se mettre en quarantaine, ralentissant de fait la production et la livraison, notamment.

Le président de la Fed, Jerome Powell, qui était entendu mardi par des sénateurs, a promis d'agir "en conséquence" si cette inflation record persistait au second semestre de cette année. En d'autres termes: la Fed est prête à relever ses taux plus qu'attendu.

Il a décrit une économie en voie de guérison avec un marché de l'emploi qui "se remet incroyablement rapidement" de la crise dans laquelle la pandémie de Covid-19 l'avait plongé au printemps 2020.

Les travailleurs trouvent des emplois facilement au point que chaque mois, des millions de personnes démissionnent pour saisir une meilleure opportunité professionnelle et un meilleur salaire.

En décembre, le chômage est en effet tombé à 3,9%, revenant près de son niveau d'avant la pandémie (3,5%).

Les hausses de salaires qu'offrent de nombreux employeurs pour attirer les candidats et retenir leurs salariés alimentent l'inflation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

La solidité de l'économie suisse pendant la pandémie saluée à l'OMC

Publié

le

La Suisse a fait l'objet de l'attention des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La solidité de l'économie suisse pendant la pandémie a été saluée cette semaine par de nombreux membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève. En revanche, certains pays ont pointé des défis structurels.

Comme tous les cinq ans, la politique commerciale de la Suisse a fait l'objet depuis mercredi de l'attention des 163 autres membres de l'OMC. L'adaptation de son économie aux effets du coronavirus s'explique par sa diversification, son ouverture aux marchés internationaux ou encore son innovation, a relevé le président de la réunion dans ses déclarations finales, publiées vendredi par l'institution.

Des membres ont aussi salué la simplification et la numérisation des dispositifs douaniers. De même que la décision du Conseil fédéral de mettre un terme aux tarifs sur l'importation de produits industriels dès début 2024.

En revanche, des membres ont réitéré leurs préoccupations sur le soutien à l'agriculture ou le régime des tarifs. Certains ont également relevé les défis structurels auxquels la Suisse fait face comme le vieillissement de la population, la croissance de la productivité peu élevée, le changement climatique ou l'adaptation à l'économie numérique.

Brevets pas mentionnés

L'opposition suisse à une levée provisoire des brevets sur les technologies contre le coronavirus n'a pas été mentionnée, selon des sources concordantes. La Suisse est sous pression depuis plus d'un an de nombreux pays et ONG sur cette question.

Berne souhaiterait plutôt des licences volontaires et affirme que cette levée ne permettrait pas de fabriquer une dose supplémentaire si les capacités des pays en développement ne sont pas étendues. Pour autant, la Suisse est prête à un accord sur une composante de propriété intellectuelle si celle-ci fait partie d'un paquet de réponse du commerce mondial à la pandémie.

Encore selon des sources concordantes, la Russie a accusé à nouveau la Suisse de violer les règles de l'OMC en ayant repris les sanctions européennes contre Moscou. En revanche, des dizaines de pays ont salué cette approche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Le ministre des Finances parmi les plus grandes fortunes du pays

Publié

le

Le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, et sa femme Akshata Murty comptent parmi les plus grosses fortunes du Royaume-Uni. Elle est estimée à presque 861 millions d'euros. (archives) (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Le ministre britannique des Finances Rishi Sunak, critiqué au Royaume-Uni pour son action insuffisante contre l'envolée des prix, est le premier responsable politique de premier plan à entrer dans le classement des plus grandes fortunes du pays.

La fortune du ministre de 42 ans et de sa femme Akshata Murty, fille du cofondateur milliardaire du groupe de technologies Infosys, est estimée à 730 millions de livres sterling (presque 861 millions d'euros), selon le rapport annuel du Sunday Times sur les 1000 plus grandes fortunes du pays, publié vendredi comme chaque année par le journal depuis 1989.

Ils arrivent à la 222e position de la liste dont le trio de tête est formé par les frères Sri et Gopi Hinduja, propriétaires du conglomérat du même nom (28,47 milliards de livres), l'inventeur James Dyson (23 milliards) et les hommes d'affaires David et Simon Ruben (22,27 milliards).

En avril, Rishi Sunak s'est retrouvé au coeur d'une série de révélations embarrassantes qui ont porté un coup à la réputation de celui qui était encore il y a peu la coqueluche des conservateurs.

Elles concernaient l'avantageux statut fiscal de sa richissime épouse lui ayant permis d'économiser des millions en impôts, ou le titre de séjour américain qu'il possédait jusqu'à l'année dernière.

Après ces révélations, Akshata Murty, son épouse indienne, a renoncé au statut de "non résidente" au Royaume-Uni qui, même si elle vit à Londres, lui permettait d'éviter de payer des impôts sur ses revenus étrangers.

Vers des mois "difficiles"

S'il a finalement été exonéré de toute infraction au code de conduite ministériel, Rishi Sunak reste accusé de ne pas en faire assez pour aider les ménages alors que l'inflation a bondi de 9% en avril, un record en 40 ans.

Il a prévenu cette semaine que les Britanniques allaient devoir faire face à des mois "difficiles" et admis que le gouvernement ne pouvait "pas protéger les gens complètement" de la conjoncture internationale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

La STEP régionale de La Côte franchit une nouvelle étape

Publié

le

La STEP régionale unique de la Côte doit remplacer les quatre stations existantes (photo symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le projet de station d'épuration régionale sur La Côte poursuit son avancée. Le conseil intercommunal de l'Association intercommunale pour l'épuration des eaux usées de la Côte (APEC) a accepté jeudi une demande de crédit (2e phase) de 8,56 millions de francs pour l'étude de la réalisation de la nouvelle STEP, qui sera basée à Gland (VD).

Cette STEP régionale doit remplacer la station existante de la Dullive, sur la commune de Gland. Le projet, estimé à ce stade à quelque 50 millions de francs, réunit 21 communes de la Côte. La planification actuelle prévoit le début des travaux pour 2024 et une mise en service en 2026. A terme, la STEP doit permettre de traiter les eaux usées de 60'000 équivalents habitants.

Le Plan d'affectation (PA), qui demeure de la seule compétence de la Municipalité de Gland, est depuis début avril en examen auprès des services cantonaux. Une fois d'éventuelles modifications sollicitées par le Canton intégrées, le PA sera mis à l'enquête publique l'automne prochain. Il devra ensuite être approuvé par le Conseil communal de Gland et enfin par le Département des institutions et du territoire (DIT), indique vendredi l'APEC dans un communiqué.

Le projet sera financé à hauteur d'environ 10% par la Confédération et l'Etat de Vaud, dans le cadre du plan cantonal micropolluants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Le Canada bannit le géant chinois Huawei du réseau 5G

Publié

le

La décision de bannir Huawei avait été repoussée par le gouvernement canadien en raison des tensions diplomatiques entre Ottawa et Pékin à la suite de l'arrestation en 2018 de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou. (© KEYSTONE/AP/Mark Schiefelbein)

Le Canada va bannir le géant chinois des télécommunications Huawei du déploiement de son réseau 5G au Canada après des années de tergiversations, a annoncé jeudi le gouvernement fédéral. Cette décision était attendue depuis longtemps.

Elle avait été repoussée par le gouvernement canadien en raison des tensions diplomatiques entre Ottawa et Pékin ces dernières années.

"Nous annonçons notre intention d'interdire les produits et services Huawei et ZTE dans les systèmes de télécommunications du Canada", a déclaré le ministre de l'industrie François-Philippe Champagne. "Cela fait suite à un examen complet par nos agences de sécurité et en consultation avec nos alliés les plus proches", a-t-il ajouté.

Risques d'espionnage

Les Etats-Unis ont en effet déjà exclu Huawei du déploiement de la technologie 5G sur leur sol, invoquant des risques d'espionnage ou de sabotage des réseaux occidentaux, ce que dément le géant chinois des télécommunications. D'autres alliés du Canada ont emboîté le pas aux Etats-Unis, notamment le Royaume-Uni, le Japon, l'Australie et la Suède.

La relation diplomatique entre le Canada et la Chine s'est envenimée à la fin 2018 avec l'arrestation, à Vancouver, de la directrice financière de Huawei et fille du fondateur du mastodonte chinois des télécommunications. Cela avait marqué le début d'une crise diplomatique majeure entre les deux pays, avec la détention en parallèle en Chine de deux Canadiens.

Après près de trois ans de procédure, Meng Wanzhou a finalement retrouvé la liberté à la fin septembre 2021 et regagné la Chine. Les deux Canadiens avaient été libérés dans la foulée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

La promotion économique vaudoise se porte bien

Publié

le

Philippe Leuba a vanté jeudi le dynamisme de l'économie vaudoise (Archives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le dynamisme économique vaudois ne faiblit pas. C'est ce qui ressort des résultats 2021 de la promotion économique dévoilés ce jeudi sur le site de Station R, incubateur de start-ups basé à Renens.

L'an dernier, le Service de la promotion de l'innovation et de l'économie (SPEI) a soutenu 237 entreprises vaudoises, représentant 3400 emplois. Ces sociétés ont bénéficié d'aides directes de 6,03 millions de francs, un montant record.

A cela s'ajoutent des aides indirectes de près de 8 millions, versées notamment pour financer des infrastructures ou les implantations d'entreprises via Innovaud.

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'innovation - VD

Signe de l'efficacité de la promotion économique vaudoise, l'effet de levier, soit le rapport entre l'argent versé par le canton et celui investi par les entreprises soutenues, a fortement progressé. Il s'est élevé à 3,41 (1 franc versé par l'Etat a généré pour 3,41 francs d'investissements privés), contre 2,77 en 2020 et 3,07 en 2019.

Pour le conseiller d'Etat Philippe Leuba, il s'agit du "meilleur baromètre", du "facteur clef" pour évaluer la promotion économique. Cet indicateur montre que l'argent public n'est pas destiné à "arroser" les entreprises, mais à "déclencher des investissements privés."

Cheffe du SPEI, Andreane Jordan Meier a renchéri en expliquant que la "nette" hausse de l'effet de levier constituait "la preuve" du dynamisme économique vaudois, "un signe très fort que les entreprises croient en leur avenir."

Andreane Jordan MeierCheffe du service de la promotion de l’économie et de l’innovation du canton de Vaud

"Champion du monde" des brevets

Parmi les autres indicateurs favorables, Mme Jordan Meier a remarqué que Vaud était "le champion du monde" du dépôt de brevets. Une affirmation étayée par des chiffres européens, dans lesquels la Suisse caracole en tête avec Vaud comme meilleur contributeur parmi les cantons.

Proportionnellement à la population, "Vaud est plus innovant que la Silicon Valley", a déclaré Philippe Leuba. "C'est une réalité dont les gens n'ont souvent pas conscience", a-t-il ajouté, vantant le "maillage étroit" entre hautes écoles, entreprises privées et impulsions de l'Etat.

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'innovation - VD

Autre record enregistré en 2021, les start-ups vaudoises ont levé 1,02 milliard de francs, dépassant pour la première fois la barre du milliard. "C'est colossal", a commenté Philippe Leuba.

Sociétés étrangères séduites

En matière d'implantations d'entreprises, 29 sociétés étrangères provenant de 13 pays, et dont les perspectives dépassent les 500 emplois créés à cinq ans, se sont installées en 2021 sur sol vaudois.

Après un tassement dû à la pandémie, ces chiffres sont repartis à la hausse. Et ils ne devraient pas faiblir ces prochaines années, en dépit des troubles à l'international, à commencer par la guerre en Ukraine.

Patrick BarbeyDirecteur d'Innovaud

Renforcer l'industrie

Ces prochaines années, Vaud continuera de miser sur ses secteurs de prédilection: santé, alimentation, économie numérique, sport ou encore robotique.

Le canton veillera aussi à ne pas miser uniquement sur le tertiaire, mais à se diversifier. Il s'agira alors de "renforcer le pôle industriel qui est le secteur qui crée le plus d'emplois", a souligné Andreane Jordan Meier.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Tout va bien… Même au travail, vous vivrez des heures douces et inspirées par l’être que vous aimez en échangeant tout plein de tendres messages !

Les Sujets à la Une

X