Rejoignez-nous

International

Pour la voiture électrique, l'avenir se dessine en Chine

Publié

,

le

Sur le premier marché automobile mondial, les marques locales (BYD, SAIC-GM-Wuling, Geely, XPeng, Nio...) représentent désormais 81% des ventes (archives). (© KEYSTONE/AP/Ng Han Guan)

"L'endroit où il faut être": l'avenir de la voiture électrique se joue en Chine. Au salon automobile de Shanghaï, une multitude de constructeurs locaux de plus en plus innovants et compétitifs poussent désormais les grandes marques internationales à se réinventer

Organisé tous les deux ans en alternance avec celui de Pékin, ce salon est un rendez-vous incontournable pour les constructeurs mondiaux, qui multipliaient mardi lors de l'ouverture des portes au public les annonces et les lancements de nouveaux véhicules, sur un marché chinois colossal mais devenu beaucoup plus compliqué. Les ventes de voitures électriques et hybrides y ont certes pratiquement doublé en 2022 pour représenter plus du quart des véhicules écoulés, soit un niveau jamais vu, selon la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles (CPCA).

Mais sur le premier marché automobile mondial, les marques locales (BYD, SAIC-GM-Wuling, Geely, XPeng, Nio...) représentent désormais 81% des ventes, d'après le cabinet Counterpoint. Pour rester dans la course, l'allemand Volkswagen, très présent en Chine, a évoqué mardi un investissement d'environ un milliard d'euros dans un nouveau centre de développement pour les véhicules électriques.

"L'objectif est d'adapter encore plus rapidement les véhicules du groupe aux souhaits des clients chinois et de réduire les délais de mise sur le marché", a souligné la marque dans un communiqué.

Tesla, absent de marque

Le géant asiatique, principal émetteur mondial de gaz à effet de serre, vise en 2035 des ventes automobiles majoritairement composées de véhicules dits non polluants. "La Chine est l'endroit où il faut être" pour ne pas rater le train en marche, assure Frank Weber, un haut responsable de BMW, présent lui aussi au salon automobile de Shanghaï.

Car "ce qui se prépare aujourd'hui pour les clients chinois touchera le monde entier demain", renchérit Oliver Zipse, un autre responsable de la marque allemande, lors de la présentation de sa i Vision Dee, une berline de sport électrique qui peut changer de couleurs. Pour mieux s'adapter aux attentes locales, BMW dit avoir triplé ses activités de recherche et développement en Chine.

Résultat: selon le constructeur, près de 70% de son tout nouveau système d'exploitation comprend des fonctions spécifiques pour le marché chinois. Les allées du salon de Shanghaï sont en revanche boudées cette année par l'américain Tesla.

Le plus gros vendeur de voitures électriques au monde, qui dispose d'une gigantesque usine à Shanghaï et souhaite en implanter une deuxième pour fabriquer des batteries, n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP sur son absence.

Concurrence féroce

Son principal concurrent dans le pays est le chinois BYD, de loin le plus gros vendeur et qui a dévoilé mardi un nouveau modèle sport pour sa marque haut de gamme Yangwang. BYD, qui a multiplié par cinq son bénéfice net l'an dernier, fait partie de ces constructeurs chinois à lorgner désormais les marchés étrangers, quand les marques internationales tentent de s'adapter en Chine.

Le groupe de Shenzhen (sud de la Chine) s'est fixé pour objectif d'exporter dans le monde 300.000 véhicules cette année, contre 50.000 l'an dernier, selon la télévision publique CCTV. BYD commercialise des voitures particulières dans une cinquantaine de territoires, dont l'Europe, l'une de ses priorités comme pour de nombreux autres groupes chinois.

La marque Zeekr, qui appartient au géant local de l'automobile Geely, a ainsi annoncé mardi qu'elle commercialisera en fin d'année de premiers modèles en Suède et aux Pays-Bas, avant une arrivée dans d'autres pays européens. Geely a pour patron Li Shufu, l'un des principaux actionnaires de l'allemand Mercedes-Benz Group.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Inondations en Russie: niveaux toujours en hausse

Publié

le

Des habitants se tiennent devant des barrières et observent une zone inondée à Orenburg, en Russie. (© KEYSTONE/AP)

Le niveau du fleuve Oural, qui dépassait déjà son record et le seuil "critique", continue à monter vendredi dans la ville d'Orenbourg, ont indiqué les autorités. Cette zone est touchée par des inondations historiques, comme d'autres régions russes et le Kazakhstan.

En Sibérie occidentale, le niveau de la rivière Ichim croît également, ont précisé les autorités de la région de Tioumen. La veille, un responsable local avait prévenu que les pics pour ce cours d'eau et la rivière Tobol ne devraient être atteints qu'autour du 23 au 25 avril.

Ces crues sont causées par de fortes pluies associées à une hausse des températures, à la fonte accrue des neiges et à la débâcle des glaces hivernales recouvrant rivières et fleuves.

A Orenbourg, chef-lieu de la région éponyme frontalière du Kazakhstan, le niveau du fleuve Oural a atteint 11,29 mètres, a indiqué la mairie, ce qui dépasse le "seuil critique" de près de deux mètres.

Des images, publiées par les autorités municipales jeudi soir, donnent un aperçu de l'étendue des dégâts. A certains endroits, seuls les toits des maisons dépassent d'une eau brunâtre.

Pic vendredi ou samedi

Le niveau devrait encore augmenter, pour atteindre son pic vendredi ou samedi, a indiqué un responsable régional, Sergueï Balikine, à l'agence d'Etat Ria Novosti.

Plus de 10.700 personnes ont été évacuées dans la région d'Orenbourg, où quelque 11.700 maisons sont inondées, d'après les autorités régionales.

D'autres ont dû faire de même dans la région de Kourgan, plus à l'est, ou encore dans celle de Tomsk, où le débit féroce de la rivière Tom menace plusieurs villages.

Au total, plus de 100.000 personnes ont été obligées de fuir leur domicile, principalement au Kazakhstan.

Les autorités ont en revanche assuré que la situation s'améliorait à Orsk, deuxième ville de la région d'Orenbourg inondée après la rupture d'une digue, affirmant que le niveau du fleuve Oural y est en baisse.

Des manifestations, rares en Russie tant la répression est forte, y avaient éclaté lundi, les habitants protestant contre la gestion de la crise par les autorités locales.

Aucun lien n'a été établi avec le changement climatique, mais, selon les scientifiques, le réchauffement de la planète favorise des événements météorologiques extrêmes comme les fortes précipitations à l'origine d'inondations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Allemagne: l'inflation confirmée à 2,2% en mars

Publié

le

L'inflation en Allemagne a bien reculé à 2,2% sur un an en mars, à son plus bas niveau depuis mai 2021, renforçant la perspective de baisse des taux d'intérêt en zone euro. (archives) (© KEYSTONE/DPA/SEBASTIAN KAHNERT)

L'inflation en Allemagne a bien reculé à 2,2% sur un an en mars, à son plus bas niveau depuis mai 2021. La confirmation du repli, dévoilée vendredi par Destatis, vient renforcer la perspective de baisse des taux d'intérêt en zone euro.

L'indice des prix à la consommation a perdu 0,3 point de pourcentage par rapport au mois de février, a indiqué dans un communiqué l'institut fédéral de statistique Destatis, confirmant des chiffres dévoilés fin mars. Sur un mois, l'inflation atteint 0,4%, comme en février.

"La situation des prix de l'énergie et de l'alimentation a atténué le taux d'inflation pour le deuxième mois consécutif", a commenté Ruth Brand, présidente de Destatis, dans un communiqué. Pour la première fois depuis février 2015, les prix des aliments ont baissé sur un an, a-t-elle précisé.

Vers une baisse des taux

Servant de référence à la BCE, l'indice global des prix harmonisé a aussi décéléré en mars, à 2,3% sur un an, se rapprochant toujours plus de l'objectif à terme de 2%. L'inflation a également baissé dans la plupart des pays de la zone euro en mars, comme en France, à 2,3%.

C'est dans ce contexte porteur que la Banque centrale européenne (BCE) a préparé le terrain jeudi à une première baisse de taux d'intérêt, actuellement à leur plus haut historique. A moins d'une résurgence surprise de l'inflation durant le printemps, les conditions seront réunies pour une baisse des taux lors de la prochaine réunion de l'institut monétaire en juin, a expliqué en substance sa présidente Christine Lagarde.

La BCE serait ainsi prête à réagir plus vite que la Fed américaine, confrontée elle à une inflation aux Etats-Unis qui a accéléré en mars, à 3,5% sur un an, selon l'indice CPI.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Thyssenkrupp veut réduire sa production et supprimer des emplois

Publié

le

Le producteur allemand d'acier Thyssenkrupp va drastiquement réduire sa capacité de production et supprimer des emplois sur son site historique de Duisbourg dans la Ruhr, en réaction aux conditions de marché toujours difficiles. (archives) (© KEYSTONE/DPA/ROLF VENNENBERND)

Le premier producteur allemand d'acier Thyssenkrupp va drastiquement réduire sa capacité de production et supprimer des emplois sur son site historique de Duisbourg dans la Ruhr, en réaction aux conditions de marché toujours difficiles.

Cette restructuration va impliquer une "réduction d'emplois non encore quantifiables", a annoncé Thyssenkrupp Steel tard dans la soirée de jeudi à l'issue d'une réunion de son conseil de surveillance.

Au coeur du dispositif, une réduction de la capacité de production totale qui passera de 11,5 millions de tonnes à environ 9 à 9,5 millions de tonnes d'acier par an, un niveau qui correspond à peu près à celui des trois dernières années, explique Thyssenkrupp Steel.

Améliorer la rentabilité

La faiblesse durable de l'économie allemande, la hausse des coûts de l'énergie et les importations massives d'acier en provenance d'Asie obligent cette division à se restructurer.

Elle emploie actuellement environ 27.000 personnes, dont 13.000 à Duisburg (ouest), où un accord sur la garantie de l'emploi est valable jusqu'à fin mars 2026.

"L'objectif est de continuer à éviter les licenciements pour des raisons économiques", indique le communiqué.

Ces mesures sont indispensables pour accroître la rentabilité afin de pouvoir garantir un avenir industriel sur le site de Duisburg, est-il ajouté.

Thyssenkrupp entend aussi poursuivre son projet pour décarboner la production d'acier sur le site de Duisburg, ayant pour cela reçu le soutien l'an dernier d'un montant maximal de 1,45 milliard d'aides publiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

US Masters: DeChambeau devant Scheffler après le 1er tour

Publié

le

Bryson DeChambeau a été le meilleur jeudi à Augusta (© KEYSTONE/EPA/ERIK S. LESSER)

L'Américain Bryson DeChambeau occupe la tête de l'US Masters après le 1er tour. Il a rendu une carte de 65 (7 sous le par) et devance d'un coup le numéro un mondial, son compatriote Scottie Scheffler.

Le début du premier Grand Chelem de l'année a été perturbé par la météo. Le départ a été donné avec 2h30 de retard et ensuite interrompu par la nuit alors que tous les joueurs n'avaient pas pu boucler leur parcours.

Parmi ceux qui ont disputé les 18 trous, l'Anglais Danny Willett (68) est le mieux placé derrière les deux leaders. Toujours à la recherche d'un premier succès sur les greens d'Augusta, le Nord-Irlandais Rory McIlroy a tourné en 71, tout comme l'Anglais Matthew Fitzpatrick. Au moment de l'interruption, le quintuple vainqueur Tiger Woods en était à -1 après 13 trous.

La journée a été plus difficile pour l'Espagnol Jon Rahm. Le tenant du titre a dû se contenter d'un 73, tout comme le vétéran américain Phil Mickelson, triple vainqueur de l'épreuve.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Votre désir d'aventure vous pousse à prendre des risques professionnels un peu osés, mais qui a dit que vous n’étiez pas apte à les dépasser ?

Les Sujets à la Une

X