Rejoignez-nous

International

L'Allemagne pose les bases de l'après-Merkel

Publié

,

le

Les sociaux-démocrates, les Verts et les Libéraux se sont mis d'accord pour essayer de former un gouvernement de coalition en Allemagne. (© KEYSTONE/AP/Kay Nietfeld)

La succession d'Angela Merkel se précise en Allemagne: les sociaux-démocrates, arrivés en tête aux élections, les Verts et les libéraux ont annoncé vendredi un accord préliminaire pour former un gouvernement tripartite, qui devrait être dirigé par Olaf Scholz.

Pas de hausse d'impôts, respect des règles d'endettement, sortie avancée du charbon: les trois partis, gagnants des élections du 26 septembre qui ont tourné la page Angela Merkel, ont commencé à dessiner les contours de la politique qu'ils entendent mener.

Sur la base du document présenté vendredi, les trois formations, aux programmes très différents, vont approfondir leurs pourparlers. Après le feu vert des cadres de chaque parti d'ici mardi, les tractations vont reprendre en deuxième partie de semaine.

Satisfecit de Merkel

La future coalition a même reçu un satisfecit d'Angela Merkel, malgré la débâcle historique de son camp aux élections.

Ce futur gouvernement "sera pro-européen et sait ce que l'Europe veut dire pour la paix et la liberté", a fait valoir la chancelière lors d'une visite d'adieu en Belgique. "C'est un message important pour les autres États membres de l'Union européenne".

Coalition prévue d'ici la fin de l'année

Si les tractations aboutissent, une coalition entre ces trois partis devrait prendre les commandes de l'Allemagne d'ici la fin de l'année. Le chef de file des sociaux-démocrates Olaf Scholz, un centriste qui occupe actuellement le ministère des Finances, peut commencer à se préparer pour succéder à Angela Merkel à la chancellerie.

L'union conservatrice CDU-CSU de l'actuelle cheffe du gouvernement risque fort, elle, de rejoindre les bancs de l'opposition, après 16 années au pouvoir, et de connaître des mois difficiles, entre règlements de compte et définition d'une nouvelle ligne politique.

"Coalition de réforme et de progrès"

"Nous avons réussi hier soir, au cours de discussions intensives jusqu'au petit matin, à mettre sur la table une proposition de coalition de réforme et de progrès", a souligné la co-présidente du parti écologiste, Annalena Baerbock, donnée comme future cheffe de la diplomatie.

Le projet de gouvernement d'une douzaine de pages récapitule les points d'accord et les réformes que les partis entendent mener dans les quatre années qui viennent.

Sortie du charbon avancée à 2030

Le projet prévoit notamment de maintenir les limitations d'endettement, actuellement suspendues pour cause de pandémie mais auxquelles sont attachés les libéraux.

Les partis s'engagent en outre à ne pas augmenter les principaux impôts, comme ceux sur le revenu ou les sociétés ou encore la TVA, une autre ligne rouge tracée par les libéraux, arrivés quatrième de l'élection, mais en position, avec les "Grünen", de faiseurs de rois.

En revanche les sociaux-démocrates ont réussi à conserver leur promesse-phare d'augmenter le salaire minimum horaire à 12 euros "dès la première année", contre 9,6 euros actuellement. Les Verts arrachent eux une sortie du charbon avancée à 2030, contre 2038 initialement prévu.

Droit de vote à 16 ans

Le droit de vote devrait être porté à 16 ans aux élections législatives et européennes, une bonne nouvelle pour des Verts et libéraux.

La politique étrangère n'est abordée qu'à grands traits, mais les trois formations sont d'accord pour "accroître la souveraineté stratégique" de l'Europe.

"Nobles intentions"

"Le résultat se lit comme un 'livre de nobles intentions'", a réagi le chef de file du parti de gauche radicale Die Linke, Dietmar Bartsch auprès du groupe Funke. La future coalition "promet des changements modestes mais pas de changement radical", estime Holger Shmieding, analyste à la banque Berenberg.

Une telle coalition, baptisée "feu tricolore" en raison des couleurs associées à chaque parti, n'en reste pas moins souhaitée par près des deux tiers des Allemands (62%), selon un sondage publié vendredi.

Si la coalition parvient au pouvoir, elle aura du pain sur la planche, dans un contexte délicat pour l'économie allemande, fragilisée par les pénuries de matières premières et de composants.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Slalom: Holdener juste derrière Shiffrin

Publié

le

Nouvelle manche très solide de Wendy Holdener (© KEYSTONE/AP/Robert F. Bukaty)

Wendy Holdener va se battre pour la victoire lors du slalom de Killington. La Schwytzoise est 2e à 0''21 de Mikaela Shiffrin.

Wendy Holdener a produit le même ski que lors du deuxième slalom de Levi. Précise à la porte, agressive sans prendre des risques inconsidérés, la double championne du monde du combiné a fait une belle impression.

Mais comme en Finlande, elle a été dominée par Mikaela Shiffrin. Il faut dire que l'Américaine est chez elle dans le Vermont. Et surtout elle n'a jamais été battue en slalom sur cette piste: cinq courses, cinq victoires.

Les écarts sont faibles avec cinq filles en 0''38. Katharina Liensberger pointe à 0''22, Petra Vlhova à 0''31 et Anna Swenn Larsson à 0''38.

Pour le reste de la délégation suisse, c'est un peu la soupe à la grimace. En délicatesse avec son matériel, Michelle Gisin n'a pu faire mieux que 23e provisoire à 2''75, juste devant Camille Rast. Quant à Aline Danioth, elle fut l'une des deux athlètes parmi les trente premières à connaître l'élimination. Dommage, car elle aurait certainement pu viser une place dans le top 15.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Arrestation de la nièce du guide suprême, selon son frère

Publié

le

Arrêtée, la nièce du guide suprême Ayatollah Ali Khamenei est accusée d'avoir accusé le pouvoir de régime assassin. (© KEYSTONE/AP)

Les autorités iraniennes ont arrêté la nièce du guide suprême Ali Khamenei. Elles lui reprochent d'avoir dénoncé la répression du mouvement de contestation en Iran et qualifié le pouvoir de "régime assassin", a affirmé samedi son frère.

Connue pour son activisme contre la peine de mort en Iran, Farideh Moradkhani est la fille de la soeur d'Ali Khamenei, qui avait fui avec sa famille dans les années 1980 en Irak. Son père décédé en octobre, cheikh Ali Tehrani, était un opposant au chah d'Iran avant de devenir un critique de la République islamique d'Iran.

Farideh Moradkhani a été arrêtée mercredi après une convocation au bureau du procureur, a écrit son frère Mahmoud Moradkhani sur Twitter.

Vidéo accusatrice

Ce dernier a partagé sur YouTube une vidéo de sa soeur condamnant "l'oppression évidente" subie par les Iraniens et dénonçant l'inaction de la communauté internationale.

"Peuples libres, soyez à nos côtés! Dites à vos gouvernements de ne plus soutenir ce régime assassin et infanticide", y affirme Farideh Moradkhani. "Ce régime n'est pas fidèle à ses principes religieux et ne sait gouverner que par la force pour rester au pouvoir", accuse-t-elle.

Il n'est pas précisé quand cette vidéo a été filmée.

La nièce du guide suprême avait déjà été arrêtée début 2022 après avoir salué Farah Diba, la veuve du chah renversé par la révolution islamique en 1979.

L'ONG Human Rights Activists News Agency (HRANA), basée aux Etats-Unis, a confirmé l'arrestation de Mme Moradkhani, précisant qu'elle risque 15 ans de prison, sans préciser les accusations pesant sur elle.

Au moins 416 morts dans la répression

L'Iran est secoué par un mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran.

Les autorités dénoncent ces protestations comme des "émeutes" encouragées selon elles par l'Occident.

Plus de 14'000 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement selon l'ONU.

Au moins 416 personnes ont été tuées dans la répression, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights (IHR), basé en Norvège: 290 lors des protestations contre la mort de Mahsa Amini et 126 dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est) dont plus de 90 le 30 septembre dans la capitale provinciale Zahedan, lors de manifestations contre le viol d'une adolescente imputé à un policier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Suisse ira défier l'Allemagne en février prochain

Publié

le

Alexander Zverev pourrait se dresser sur la route de la Suisse en Coupe Davis en février prochain (© KEYSTONE/DPA Deutsche Presse-Agentur GmbH/MICHAEL SCHWARTZ)

La tâche de l'équipe de Suisse de Coupe Davis pourrait s'avérer délicate dans les qualifications de l'édition 2023.

La sélection de Severin Lüthi ira défier l'Allemagne d'Alexander Zverev (ATP 12) sur ses terres les 3/4 février 2023, à Trèves.

Au repos forcé depuis sa grave blessure à une cheville subie en demi-finale à Roland-Garros ce printemps, Alexander Zverev devrait être en mesure de défendre les couleurs de son pays dans ces qualifications. Le vainqueur de ce duel - le premier depuis 1996 entre les deux pays - accédera à la phase de groupes.

Battue en quart de finale de l'édition 2022 cette semaine à Malaga, l'Allemagne compte deux autres joueurs parmi les 100 meilleurs mondiaux, Oscar Otte (ATP 65) et Daniel Altmaier (ATP 77). Son capitaine Michael Kohlmann peut aussi aligner une redoutable paire de double, Kevin Krawietz/Tim Pütz.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Hischier et les Devils à la fête face aux Capitals

Publié

le

Nico Hischier (13, à gauche) a ouvert la marque en supériorité numérique face aux Capitals (© KEYSTONE/AP/Adam Hunger)

Les Devils ont repris leur marche en avant ce week-end en NHL, après avoir vu leur série-record de 13 succès prendre fin mercredi.

Victorieuse 3-1 à Buffalo, la franchise de Newark a dominé Washington 5-1 samedi à domicile.

En bon capitaine, Nico Hischier a montré la voie à suivre en ouvrant la marque à la 10e minute, signant son 10e but de la saison au cours d'une période de supériorité numérique. Il affiche désormais 24 points à son compteur 2022/23, en 21 parties disputées. Les Devils (18 succès-4 défaites) ont d'ailleurs gagné les 16 matches dans lesquels le centre valaisan a réussi au moins un point.

Jonas Siegenthaler a quant à lui été crédité d’un assist - son 6e dans ce championnat - sur le 5-1 inscrit par Fabian Zetterlund à la 55e. Le Zurichois a une nouvelle fois brillé sur le plan défensif en bloquant 4 tirs adverses. Les Devils ont d'ailleurs bloqué 26 tirs des Capitals d’Alex Ovechkin.

Aligné vendredi face aux Sabres, l'espoir bernois Akira Schmid (22 ans) est pour sa part resté sur le banc. Le gardien titulaire Vitek Vanecek a parfaitement livré la marchandise en effectuant 38 arrêts. Le Tchèque a été désigné deuxième étoile de cette rencontre derrière Jack Hughes, auteur de son premier triplé en NHL.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Chine: protestations à Shanghai contre les confinements anti-Covid

Publié

le

La lassitude s'accroît en Chine contre la politique draconienne de lutte contre le Covid-19. (© KEYSTONE/AP)

Des protestations contre les confinements à outrance ont éclaté dimanche à Shanghai, dans des universités de Pékin et dans d'autres villes de Chine dont Wuhan. La colère monte contre la draconienne politique de "zéro Covid" menée par les autorités du pays depuis 2020.

Selon un témoin oculaire, des centaines de personnes ont manifesté en silence dimanche après-midi dans le centre de Shanghai, brandissant des fleurs blanches et des feuilles de papier blanc, devenues un symbole de protestation contre la censure, à plusieurs intersections, avant d'être dispersées par la police.

Une autre protestation avait déjà eu lieu la nuit précédente non loin de là. Une vidéo largement diffusée sur internet et que l'AFP a géolocalisée a montré des personnes crier "Xi Jinping, démission!" et s'en prendre aussi au Parti communiste chinois, une très rare démonstration d'hostilité envers le président et le régime dans la capitale économique du pays, soumise au début de l'année à un épuisant confinement de deux mois.

La première protestation s'est déroulée dimanche à l'aube dans la rue Urumqi où dix personnes ont péri dans un incendie jeudi. De nombreux posts circulant sur les réseaux sociaux en Chine accusent les mesures anti-Covid d'avoir aggravé ce drame, de nombreuses voitures garées pour cause de confinement dans l'étroite ruelle menant à l'immeuble en flammes ayant entravé l'arrivée des secours.

Echauffourées mineurs

Une personne ayant participé à la première manifestation à Shanghai dimanche a dit à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, être arrivée vers 02h00. "Un groupe de personnes en deuil déposait des fleurs sur le trottoir, un autre groupe scandait des slogans", a raconté ce témoin.

"Il y a eu quelques échauffourées mineures mais dans l'ensemble, le maintien de l'ordre a été civilisé", a-t-il poursuivi. "C'est fou de savoir que dans ces circonstances, il y a encore tant de gens courageux qui se font remarquer", s'est-il exclamé. Plusieurs témoins ont rapporté qu'au moins deux personnes ont été emmenées par les forces de l'ordre.

Entre 200 et 300 étudiants de la prestigieuse Université Tsinghua à Pékin ont également manifesté dimanche sur leur campus, selon un témoin oculaire interrogé par l'AFP et des images publiées sur les réseaux sociaux. Une étudiante a commencé par brandir une feuille de papier blanc et a été rejointe par d'autres femmes.

"On a chanté l'hymne national et l'Internationale, et scandé: 'la liberté triomphera', 'pas de tests PCR, on veut de la nourriture', 'non aux confinements, nous voulons la liberté'", a encore dit ce témoin.

"Pas une vie normale !"

Sur internet, des vidéos montraient une foule devant la cantine de l'université, réunie autour d'un orateur qui criait: "Ce n'est pas une vie normale, nous en avons assez. Nos vies n'étaient pas comme ça avant!". Une autre vidéo apparemment prise au même endroit montrait des étudiants criant: "démocratie et Etat de droit, liberté d'expression", mais elle a été rapidement retirée d'internet.

Une veillée à la mémoire des victimes de l'incendie d'Urumqi a aussi eu lieu à l'Université de Pékin. Selon un étudiant y ayant participé, les protestataires ont commencé à se rassembler samedi soir vers minuit sur le campus, et la foule a atteint entre 100 et 200 personnes, a-t-il raconté, en montrant à l'AFP des photos et vidéos corroborant ses dires.

Censure

Dans la soirée, c'est à Wuhan que des centaines de personnes ont à leur tour manifesté contre les restrictions sanitaires, presque trois ans jour pour jour après la détection du premier cas mondial de Covid-19 dans cette ville.

Selon des vidéos diffusées en direct sur les réseaux sociaux et géolocalisées par l'AFP, une foule d'habitants en colère étaient rassemblés dans cette ville du centre de la Chine.

Des vidéos sur les réseaux sociaux ont par ailleurs montré une importante veillée à l'Institut des communications de Nankin (est), ainsi que de petits rassemblements à Xian, Wuhan (centre) et Canton (sud), mais l'authenticité de ces images n'a pas pu être vérifiée par l'AFP.

Les hashtags relatifs aux protestations étaient censurés sur la plateforme Weibo, et les vidéos sensibles étaient effacées des sites de partage Duoyin et Kuaishou.

Confinements massifs

Malgré plusieurs vaccins à disposition, et à rebours du reste du monde, la Chine continue d'imposer des confinements massifs dès l'apparition du moindre cas, à placer en quarantaine dans des centres les personnes testées positives, et à exiger des tests PCR quasi quotidiens pour l'accès aux lieux publics.

La Chine a recensé dimanche 39'506 cas de Covid, un record quotidien qui reste très faible par rapport aux chiffres enregistrés ailleurs dans le monde au plus fort de la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X