Rejoignez-nous

International

Zemmour condamné à une amende pour provocation à la haine

Publié

,

le

Eric Zemmour était jugé pour avoir qualifié les migrants mineurs isolés de "voleurs", "assassins", "violeurs" sur la chaîne CNews en 2020. (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Le candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle Eric Zemmour a été condamné lundi à 10'000 euros (10'430 francs) d'amende pour provocation à la haine pour des propos sur les mineurs migrants isolés. Un jugement dont son avocat a annoncé qu'il ferait appel.

Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet et infligé au candidat d'extrême droite à la présidentielle, absent pour la décision comme à son procès en novembre, une peine de 100 jours-amende à 100 euros, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement.

"C'est la condamnation d'un esprit libre par un système judiciaire envahi par les idéologues. Rien que de très tristement habituel, en somme", a réagi Eric Zemmour dans un communiqué. L'avocat du polémiste, Olivier Pardo, avait annoncé l'appel de son client dès sa sortie de la salle d'audience.

"D'abord parce que la plupart du temps nous avons gagné en appel", a justifié Me Pardo, ensuite parce que le tribunal correctionnel de Paris a "dénaturé la poursuite" en estimant que les propos de M. Zemmour "portaient atteinte aux immigrés" alors qu'ils visaient les migrants mineurs isolés.

Déjà poursuivi à de nombreuses reprises pour injure raciale, provocation à la haine ou contestation de crime contre l'humanité, Eric Zemmour était cette fois cité à comparaître pour des propos tenus sur la chaîne CNews, dont il était alors le chroniqueur vedette.

"Invasion permanente"

Le 29 septembre 2020, lors d'un débat dans l'émission "Face à l'info" après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le polémiste affirmait: "ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent".

"C'est une invasion permanente", "c'est un problème de politique d'immigration", avait-il ensuite ajouté.

Des "propos méprisants, outrageants" qui montrent "un rejet violent" et une "détestation" de la population immigrée et qui ont franchi "les limites de la liberté d'expression", avait estimé la représentante du ministère public à l'audience en novembre.

"Il n'y a pas une once de racisme chez Eric Zemmour" qui ne fait que dire "la réalité", parfois de "manière brutale, avec ses mots", avait rétorqué Me Pardo, évoquant "une position politique".

Il avait plaidé la relaxe, estimant que la citation pour provocation à la haine raciale ne tenait pas: "les mineurs isolés ne sont ni une race, ni une nation, ni une ethnie".

Le tribunal a aussi condamné le directeur de publication de CNews, jugé au côté d'Eric Zemmour comme c'est l'usage dans les procès de presse, à 3000 euros d'amende.

Trentaine d'associations

Une trentaine d'associations s'étaient constituées parties civiles, dont SOS Racisme, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la Licra, ainsi qu'une vingtaine de conseils départementaux - les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, gérée par les départements.

Arié Alimi, avocat de la LDH a salué devant la presse une décision "importante". "Derrière ce projet médiatique, il y a un projet politique, c'est un projet de haine, un projet qui tend à stigmatiser les personnes en raison de leur origine, en raison de leur confession, de leur race", a-t-il déclaré.

Les sorties controversées d'Eric Zemmour, 63 ans, contraint à la mi-septembre de quitter CNews en raison de ses ambitions présidentielles, lui ont valu depuis une dizaine d'années une quinzaine de poursuites en justice.

Plusieurs fois relaxé, il a été condamné à deux reprises pour provocation à la haine.

Autre jugement jeudi

Le candidat d'extrême droite doit être jugé en appel jeudi pour contestation de crime contre l'humanité après avoir soutenu en octobre 2019 sur CNews que le maréchal Philippe Pétain avait "sauvé" les juifs français.

Il avait été relaxé en février 2021, le tribunal estimant que les propos avaient été prononcés "à brûle-pourpoint lors d'un débat sur la guerre en Syrie".

Il a aussi été assigné, le 27 janvier, par des sociétés et des personnalités du cinéma pour contrefaçon, après l'utilisation non autorisées d'images dans son clip d'entrée en campagne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Starbucks quitte définitivement la Russie

Publié

le

Starbucks opérait en Russie via un groupe koweïtien (archives). (© KEYSTONE/EPA/MAXIM SHIPENKOV)

Starbucks, qui avait temporairement fermé les 130 établissements portant son nom en Russie après l'invasion de l'Ukraine, a annoncé lundi sa décision de quitter définitivement le pays, s'inscrivant ainsi dans le sillage d'autres multinationales comme McDonald's.

La chaîne américaine connue pour ses lattes et frappuccinos avait ouvert son premier café en Russie en 2007 et y opérait via un partenaire, un groupe koweïtien, qui possédait et gérait les établissements sous licence.

"Nous condamnons les attaques non provoquées, injustes et horribles contre l'Ukraine par la Russie", avait écrit début mars le directeur général du groupe d'alors, Kevin Johnson, dans un message aux employés. Il avait quelques jours plus tard indiqué que son partenaire avait accepté de suspendre avec effet immédiat toutes ses opérations dans le pays.

Starbucks va continuer à payer les quelque 2000 employés travaillant en son nom pendant six mois, a souligné l'entreprise dans un message sur son site.

Elle n'a pas précisé l'impact financier de cette décision sur ses comptes.

Les grandes entreprises occidentales se sont retrouvées sous une forte pression après le début de la guerre en Ukraine et l'imposition de sanctions économiques, pour prendre leur distance avec Moscou pour des raisons éthiques ou des difficultés à opérer les activités.

Après plus de 30 ans de présence en Russie et près de 850 restaurants, McDonald's a ainsi annoncé mi-mai son départ définitif du pays et a revendu ses activités, mais pas le nom de la marque, à un homme d'affaires russe.

Le constructeur français Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu'il avait redressée, a aussi cédé ses actifs à l'État russe tandis que le géant pétrolier ExxonMobil a prévu de se retirer de son dernier grand projet dans le pays, Sakhalin-1.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Mbappé reste au PSG pour le projet "sportif"

Publié

le

Kylian Mbappé devant une foule considérable de journalistes lundi à Paris. (© KEYSTONE/AP/Michel Spingler)

"Pierre angulaire" du futur PSG, l'attaquant superstar Kylian Mbappé a expliqué lundi avoir prolongé jusqu'en 2025 pour le projet "sportif" parisien.

Il a promis de ne pas empiéter sur les choix de sa direction, qui voit en lui "le meilleur joueur du monde".

Pour rebâtir, le PSG a trouvé sa clef de voûte mais a tenu a clarifier les choses dans l'amphithéâtre bondé du Parc des Princes, où avaient pris place des centaines de journalistes du monde entier pour l'épilogue de ce long feuilleton du mercato, conclu samedi.

"Ce choix est un signe très fort, nous gardons le meilleur joueur du monde", a savouré le président parisien Nasser Al-Khelaïfi au début de cette conférence de presse très attendue, deux jours après l'annonce de la prolongation du joueur. "Aujourd'hui est un grand jour pour le PSG, pour nos supporters en France et dans le monde entier: Kylian reste au PSG pour les trois prochaines saisons, c'est important pour nous et pour la Ligue 1."

Tout sourire, accompagné de sa famille et de son entourage (son père Wilfried Mbappé, sa mère Fayza Lamari, son frère Ethan, son avocate Delphine Verheyden), Mbappé a pu savourer la fin de cette période d'incertitude. "Une décision difficile", a-t-il reconnu, tout en assurant avoir "toujours voulu me réfugier dans mon football".

Communion

Après cette conférence de presse, Mbappé a pu se rendre sur le parvis du Parc des Princes pour communier avec les supporters ultras et saluer son public, avant d'être en soirée l'invité du journal télévisé de 20h00 sur TF1.

Oui, le Bondynois a choisi de rester à Paris, son club de coeur, plutôt qu'aller au Real Madrid qui le courtisait depuis des mois. Mais ce choix est intervenu pour des causes purement sportives, pour "mener la France vers les sommets", et non, par exemple, pour des raisons financières.

"On a parlé des mois de sportif, des heures (des droits) d'image et des minutes d'argent, ça a duré cinq minutes", a résumé Mbappé, vêtu d'un costume sombre et d'une cravate assortie, alternant les sourires et les réponses en français ou en anglais.

"Je n'irai pas au-delà de ma fonction"

Il a d'ailleurs dit vouloir "remercier" les supporters madrilènes. "Ils m'ont toujours accepté comme l'un des leurs, il faut être reconnaissant, j'espère qu'ils comprendront que j'ai choisi de rester dans mon pays. Je suis Français et en tant que Français j'ai envie de continuer un peu, mener la France vers les sommets et tirer ce championnat et ce club", a-t-il expliqué.

Car si Mbappé a choisi de repousser les avances du Real Madrid, au risque de se mettre à dos une bonne partie de l'Espagne, c'est certainement parce qu'il s'est assuré qu'à Paris, il serait bien "la pierre angulaire du projet", une formule déjà admise par Al-Khelaïfi.

Le champion du monde 2018 (23 ans) avait dit vouloir des garanties sportives pour prolonger, qu'il a visiblement obtenues, avec comme premier gage le limogeage du directeur sportif Leonardo dans la nuit de samedi à dimanche, peu après l'officialisation de la prolongation de "Kyky".

Pas question en revanche pour Mbappé d'avoir la mainmise sur le sportif ni de revendiquer quoi que ce soit, pas même le brassard de capitaine, propriété pour l'heure du Brésilien Marquinhos.

"Je reste un joueur de foot, ancré dans un collectif, je n'irai pas au-delà de cette fonction, je n'irai pas au delà de ma fonction de joueur", a dit Mbappé.

"Kylian veut gagner"

Et son président Nasser a confirmé le propos: "Ce qu'il veut Kylian, c'est gagner", a-t-il plaidé.

"C'est un joueur important, le meilleur joueur du monde, mais nous, comme club, on décide de ce qu'on veut faire", a-t-il assuré. "Le projet sportif est important pour tous les joueurs. Kylian n'a jamais demandé quelque chose, il veut gagner comme nous et c'est une bonne chose."

Jamais une prise de parole n'avait suscité autant de curiosité depuis l'arrivée spectaculaire de Lionel Messi, présenté en fanfare à Paris au coeur de l'été 2021. Sauf qu'à l'époque, le PSG disposait d'un directeur sportif bien en poste et d'un entraîneur déjà projeté sur les prochaines échéances sportives.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Décès d'Elie Buzyn, l'un des derniers témoins français d'Auschwitz

Publié

le

M.Buzyn est un des derniers rescapés français du camp d'Auschwitz. Il se fera enlever chirurgicalement son numéro de déporté, car "on ne peut pas vivre avec cela en le voyant tous les jours" (Photo prétexte).. (© KEYSTONE/EPA www.auschwitz.org/PAWEL SAWICKI /)

Elie Buzyn, l'un des derniers grands témoins français d'Auschwitz, est mort lundi matin, a annoncé sa fille, l'ancienne ministre française de la santé Agnès Buzyn. Il avait 93 ans.

Elie Buzyn "était entouré de sa famille", a déclaré sa fille à l'AFP. Il "a transmis le relais avec une constance et une détermination incroyable jusqu'au bout", a affirmé le grand rabbin de France Haïm Korsia.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives (Crif), Francis Kalifat, a lui aussi rendu hommage à cet "immense témoin de la Shoah et infatigable combattant de la mémoire".

Ce rescapé du camp d'Auschwitz, né en Pologne le 7 janvier 1929, avait été arrêté en août 1944 dans le ghetto juif de Lodz où sa famille était parquée. En 1956, il s'installe en France, où il deviendra chirurgien orthopédique et épousera une psychanalyste de renom, Etty Buzyn (née Wrobel), spécialiste de la petite enfance.

"Passer le relais"

Elie Buzyn fera enlever chirurgicalement son tatouage de déporté: "vous ne pouvez pas vivre si vous vivez avec ça tous les jours", dit-il.

Un demi-siècle après le génocide, son fils, âgé alors d'une vingtaine d'années, lui dit: "je veux aller à Auschwitz voir où mes grands-parents paternels ont disparu. Je comprends que ce soit trop dur pour toi. J'irai seul, avec un groupe". "Dans la minute je lui ai dit: 'Si quelqu'un doit t'accompagner, c'est moi'", confiait le Dr Buzyn.

Dès lors, il a considéré comme "un devoir" de témoigner dans les écoles et à Auschwitz. Elie Buzyn y a emmené ses enfants - deux filles et un fils - et plusieurs de ses huit petits-enfants, quand ils avaient passé l'âge de quinze ans.

Il demeurait convaincu que tous ceux qu'il avait aidés à approcher l'horreur des camps allaient "devenir à leur tour des témoins. Des témoins des témoins".

Il est décédé lundi matin, après avoir fait un malaise dimanche soir, "juste après une conférence de témoignages, où il était avec des jeunes pour 'passer le relais', une conférence (...) très bouleversante, qui l'a beaucoup touché", a expliqué Agnès Buzin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Barbora Krejcikova prend la porte d'entrée de jeu

Publié

le

Barbora Krejcikova: la tenante du titre n'a pas tenu le choc. (© KEYSTONE/AP/Thibault Camus)

Tenante du titre, Barbora Krejcikova n'aura fait qu'un petit tour à Paris. La no 2 mondiale s'est inclinée 1-6 6-2 6-3 devant la Française Diane Parry (ATP 97).

Barbora Krejcikova avait pourtant mené 6-1 2-0 dans cette partie qui lui semblait promise et qui s'est disputée dans les conditions de l'indoor. Mais la Tchèque a perdu soudainement le fil de son tennis. Ecartée des courts depuis février en raison d'une blessure au coude, elle était, il est vrai, venue à Roland-Garros sans nourrir de grandes illusions.

Si ce premier tour a été fatal à Barbora Krejcikova, il a bien naturellement souri à Iga Swiatek. La no 1 mondiale a cueilli un 29e succès de rang. Elle a battu 6-2 6-0 l'Ukrainienne Leisa Tsurenko pour confirmer, s'il le fallait encore, son statut de grandissime favorite du tournoi.

Par ailleurs, Belinda Bencic connaît le nom de son adversaire de mercredi. La Championne olympique affrontera Bianca Andreescu (WTA 72) qui lui avait barré la route en demi-finale de l'US Open 2019. La Canadienne a battu la Belge Ysaline Bonaventure (WTA 168) 3-6 7-5 6-0 après avoir été menée 6-3 3-1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Opposé à la guerre, un diplomate russe démissionne à Genève

Publié

le

Le diplomate était en poste à Genève depuis 2019 (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un diplomate russe basé à Genève et opposé à la guerre contre l'Ukraine a annoncé avec fracas sa démission. Il affirme dans une lettre rendue publique que "jamais" il n'avait eu "autant honte" de son pays, selon plusieurs sources concordantes.

Boris Bondarev, conseiller auprès de la Représentation permanente russe, a envoyé un courriel à des collègues diplomates pour annoncer sa décision, qui a été révélée par l'ONG UN Watch et confirmée par plusieurs sources diplomatiques.

"Durant les 20 ans de ma carrière diplomatique j'ai vu différents tournants dans notre politique étrangère mais jamais je n'ai eu autant honte de mon pays que le 24 février de cette année" quand la Russie a envahi l'Ukraine, écrit M. Bondarev.

M. Bondarev - dont le nom apparaît bien dans l'annuaire officiel des diplomates auprès de l'ONU à Genève - dit avoir travaillé au ministère russe des Affaires étrangères depuis 2002 et depuis 2019 au bord du Léman.

Un Z barrant tous nos espoirs

"La guerre agressive déclenchée par Poutine contre l'Ukraine, et de fait contre le monde occidental, n'est pas seulement un crime contre le peuple ukrainien mais aussi, peut-être le plus grave crime contre le peuple russe, avec une lettre Z en caractère gras barrant tous nos espoirs et perspectives d'une société libre et prospère dans notre pays", peut-on lire dans cette lettre, publiée par l'ambassadeur des Pays-Bas au désarmement, Robert Gabrielse, accompagné d'un "Courageous!".

Cette démission qui, selon plusieurs sources, n'est pas la première d'un diplomate russe pour les mêmes raisons, mais est sans doute la plus publique, devrait encourager d'autres collègues à suivre l'exemple, a souligné le directeur d'UN Watch, Hillel Neuer.

"Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'UE devraient prendre la tête du monde libre et créer un programme pour encourager plus de diplomates russes à faire défection en offrant protection et sécurité financière et un endroit où s'installer à ces diplomates et leur famille", a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

La rentabilité de votre travail reste votre principale source de préoccupations. De nouvelles idées vont germer pour l’améliorer…

Les Sujets à la Une

X