Rejoignez-nous

Suisse Romande

Ci-gît Le Matin

Publié

,

le

Sa Une sobre et livide en forme d’avis mortuaire ne laisse place à aucun doute, Le Matin ne se lèvera plus. Le quotidien orange publie samedi son dernier numéro papier avec émotion.

Sur soixante-quatre pages, les membres de la rédaction du Matin offrent à leurs lecteurs leurs derniers scoops, leurs ultimes révélations, leurs papiers finaux. Ils parlent de leurs aventures quotidiennes ou extraordinaires, expliquent l’ADN orange, leurs rencontres inoubliables. Chacun y a mis son grain de sel, affirme Simon Koch, rédacteur en chef adjoint, dans son édito.

En feuilletant cette édition qui s’annonce déjà collector, on rencontre tous les corps de métiers liés au canard: de la production au service photo en passant par les graphistes sans oublier les livreurs et poseurs de manchettes, les kiosques, et bien sûr les journalistes. Eux pour l’occasion ont ajouté à leur signature, leur date d’arrivée au sein du Matin papier. Ce dernier numéro se charge de rappeler d’une croix noire, celle de leur départ.

« C’était vous »

Le rédacteur en chef démissionnaire Grégoire Nappey adresse ses derniers mots à ses collaborateurs. « Vous savez quoi? ce fut un honneur de travailler avec vous. D’aller défendre notre couleur orange lorsqu’elle était attaquée souvent à tort parfois (un peu) à raison ».

Le quotidien n’oublie pas non plus de rendre hommage à tous ses lecteurs en publiant huit pages de trombinoscope de quidams. Il imprime aussi une dernière fois les bobines des people et politiques qui ont fait un jour ses gros titres.

L' »Adieu »de Nelson

Le Matin ne sera donc plus que .ch mais son équipe veut en conserver « tout l’esprit », écrit samedi le nouveau rédacteur en chef de la formule numérique Laurent Siebenmann. Ce passage du papier au digital est une volonté de l’éditeur zurichois Tamedia qui affirme que le journal a perdu 34 millions de francs au cours des dix dernières années. Il veut désormais le développer comme « une marque numérique solide avec une rédaction dédiée ».

Le quotidien cite également quelques perles sélectionnées suite à son appel pour le texte de l’ultime affichette. Dont « chagrin », la proposition retenue et distribuée samedi sous les caissettes et dans les kiosques. La dernière page se tourne. Et l’endiablé Nelson à la bouille dépitée lâche lui aussi un dernier « Adieu ».

Cet ultime numéro a été édité à plus de 80’000 exemplaires, soit le double de son tirage ordinaire, a précisé Grégoire Nappey à Keystone-ATS. Il sera disponible au prix habituel dans les kiosques jusqu’à mardi.

Tourner la page

La presse romande pleure son camarade. « Un dernier soir avec ceux qui fabriquaient « Le Matin », titre 24 heures; « Le Matin tourne la page », écrit La Tribune de Genève; « Le Matin avant le clap de fin », disent La Liberté et ses partenaires. Car plusieurs titres se sont invités dans les dernières séances de rédactions du Matin. Et en cette fin de semaine, ils racontent ce que Le Temps qualifie de « lente agonie ».

Le Nouvelliste revient quant à lui sur « l’âge d’or d’un quotidien désormais disparu ». Il rappelle que le quotidien orange n’est pas mort seul. Il a emporté avec lui « des millions de mètres carrés de papier, de polémiques, d’enquêtes, de faits divers, de peopoleries, de scandales, d’histoires animalières et de petites annonces bestiales ».

« En lieu et place de fleurs »

A l’initiative de ses « petits frères et petites soeurs, les collaborateurs du Matin Dimanche et de Femina, de ses cousins et cousines de 24 heures et de la Tribune de Genève », une annonce mortuaire a été publiée samedi dans six titres romands.

« Le Matin » né « Tribune de Lausanne » en 1893 a été euthanasié à l’aube du 21 juillet 2018, à l’âge de 125 ans, sans mesures palliatives », lit-on à la rubrique nécrologique du Temps, de 24 heures, de la Tribune de Genève, dans La Liberté, Arcinfo et le Nouvelliste. « En lieu et place de fleurs, la famille vous encourage à payer pour l’information ».

La Suisse alémanique se montre moins diserte. Quelques lignes dans la NZZ évoquent « la fin turbulente » du quotidien. Elle est également mentionnée en quelques paragraphes dans le Tages Anzeiger et les autres titres de l’éditeur Tamedia.

(ATS / KEYSTONE – SALVATORE DI NOLFI)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Transports : un outil pour calculer son impact environnemental

Publié

le

(©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

En voiture, à vélo, en avion ou encore à cheval : il est possible de calculer l’impact de ses déplacements. À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, les cantons romands mettent à jour leur plateforme d’information “Mobility-Impact”. Un calculateur en ligne qui veut sensibiliser à l’impact environnemental de nos déplacements de toutes sortes. 

Responsables de plus de 40% des émissions de CO2 en Suisse, les transports sont l’un des principaux facteurs du réchauffement climatique. Alors pour sensibiliser la population à cette problématique qui est toujours plus d’actualité, les cantons romands agissent.

Mobility-Impact” est mis à disposition gratuitement par les services de l’énergie et de l’environnement de ces cantons romands, via leur plateforme commune “energie-environnement.ch”.

Destiné à tous ceux qui s’interrogent sur les conséquences de leur mobilité, le système permet de comparer deux modes de transport différents, en miroir. Et il est possible d’aller loin dans les détails.

Denis Rychner, responsable de la plateforme « energie-environnement.ch » :

Denis Rychner
Responsable, energie-environnement.ch
Denis Rychner Responsable, energie-environnement.ch

Et certains résultats obtenus avec cet outil peuvent surprendre. Le mode de transport le polluant n’est pas forcément celui qu’on croit. Exemple avec Denis Rychner, responsable de la plateforme :

Denis Rychner
Responsable, energie-environnement.ch
Denis Rychner Responsable, energie-environnement.ch

“Mobility-Impact” se veut avant tout être un outil de sensibilisation et ne prétend pas remplacer les autres calculateurs disponibles.

Notez encore que ce système propose du matériel pédagogique, à destination des classes du secondaire et du post-obligatoire. Objectif : stimuler le débat dans les classes romandes.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Thomas Wiesel repart en tournée

Publié

le

(c) Laura Gilli, 2019
(c) Laura Gilli, 2019

« Ça va. » C’est le titre du nouveau spectacle de Thomas Wiesel. À quelques semaines de la première, l’humoriste était de passage dans nos studios. 

En tournée dès la fin du mois d’octobre, avec une série de premières dates à Payerne, l’humoriste romand est en rodage depuis plusieurs mois. Sur de petites scènes et devant un public réduit, il teste ses blagues et affine son spectacle. Habitué aux repas de soutien de clubs sportifs ou d’entreprises, avec des victimes toutes désignées, Thomas Wiesel s’est retrouvé sans cadre précis pour ce spectacle. Un exercice différent :

Thomas Wiesel
Humoriste
Thomas Wiesel Humoriste

Depuis sa révélation en 2012, Thomas Wiesel a fait du chemin. Il a écumé la Suisse romande, notamment via des chroniques sur LFM ou son émission Mauvaise Langue sur la RTS. Il est aussi passé par Paris, sur France Inter et Quotidien, a encore joué au Québec. Il a fait une pause l’an dernier pour mieux revenir… mais ressent-il plus de pression ?

Thomas Wiesel
Humoriste
Thomas Wiesel Humoriste

 Thomas Wiesel était ce midi l’invité de la rédaction. Entretien à réécouter en intégralité :

Thomas Wiesel
Entretien intégral
Thomas Wiesel Entretien intégral

La tournée du nouveau spectacle débute fin octobre. Infos sur thomaswiesel.com

 

Continuer la lecture

Suisse Romande

Des bébés marmottes aux Rochers-de-Naye

Publié

le

Quatre marmottons sont nés aux Rochers de Naye le 30 mai. Ils ont passé la période critique et sont en pleine forme. (©Parc animalier des Rochers de Naye)

Le site des Rochers de Naye a été le théâtre d’heureux événements. Le flirt, au printemps, de deux marmottes n’est pas resté sans lendemain. Nés le 30 mai, après un mois de gestation, quatre marmottons ont passé la période critique et sont désormais en pleine forme.

Faisant partie de l’espèce de la marmotte des Alpes (Marmota marmota), les marmottons mesurent une vingtaine de centimètres, loin des soixante centimètres qu’ils atteindront à l’âge adulte. A terme, ils pèseront entre 4 et 5 kg. Aux Rochers de Naye, les dernières naissances remontent à 2017 et 2014, précise le parc animalier lundi dans un communiqué.

Le site compte neuf marmottes. Toutes sont désormais réunies dans le parc qui se trouve à côté du restaurant. Les autres enclos sont le plus souvent inoccupés. Depuis deux ou trois ans, quelques familles de marmottes sauvages ont cependant pris l’habitude d’y passer l’hiver en dormant dans les terriers aménagés dans ce but.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

Chances de survie « nulles » pour les deux disparus de Chamoson

Publié

le

Les deux personnes disparues depuis dimanche soir à Chamoson ne seront pas retrouvées vivantes, selon la police. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le débordement de la Losentse a fait deux victimes à Chamoson (VS). Bien que toujours portés disparus, un homme de 37 ans et une fillette de 6 ans ne peuvent pas avoir survécu, ont reconnu les responsables des secours.

Les chances de retrouver en vie ce Genevois établi en Valais et cette Française de 6 ans « sont nulles », a affirmé le chef des secours Benoît Dorsaz, lundi en début d’après-midi lors d’un point-presse à Chamoson.

Depuis dimanche soir, les secours tentent, pour l’instant en vain, de retrouver la voiture dans laquelle tous deux se sont retrouvés emprisonnés. « Le véhicule (ndlr : avec les deux personnes à bord) était statique au moment où la vague est arrivée », a précisé Stéphane Vouardoux, l’un des porte-paroles de la police cantonale.

Sur deux kilomètres

Les deux infortunés sont portés disparus depuis dimanche vers 19h15, surpris par le débordement de la rivière, alors qu’ils se trouvaient dans le hameau du Châtelard. Au moment des faits, deux autres personnes, la maman de la fillette de nationalité française et une autre personne domiciliée en Valais, se trouvaient à proximité de la rivière. Elles ont pu échapper au drame.

Un autre véhicule, vide, est lui aussi tombé dans le cours d’eau, suite à un épisode de lave torrentielle. Il a été retrouvé dimanche en fin de soirée, près du stand de tir de la commune, soit à un peu plus d’un kilomètre. Les recherches concernant l’autre automobile sont en cours sur une distance de deux kilomètres.

Déjà en 2018

Les recherches entamées dès le début de la soirée, dimanche, n’ont pas cessé depuis lors. Près de septante professionnels – pompiers de Chamoson et du CSI des Deux-Rives, membres de la colonne de secours et policiers municipaux et cantonaux – ont été sollicités. Un hélicoptère et des drones ont également été utilisés. Une enquête a été ouverte par le Ministère public du Valais central, afin de faire davantage la lumière sur ce drame.

Sur décision de l’Etat du Valais et pour des questions de sécurité, les routes enjambant les rivières de Losentze, Cry et Saint-André sur le territoire de Chamoson et de Leytron demeurent interdites à la circulation. Idem pour leurs abords jusqu’à 20 mètres.

Le 7 août 2018, une lave torrentielle avait déjà touché la commune de Chamoson et plus précisément le torrent de Saint-André. Sécurisé depuis pour un montant de cinq millions de francs, ce cours d’eau n’est pas sorti de son lit dimanche. « C’est la réalité du Chamosard de vivre avec ces risques naturels », a estimé le président de la commune, Claude Crittin, conscient que d’autres investissements seront nécessaires désormais pour sécuriser les lieux.

La route menant au Châtelard demeure fermée jusqu’à nouvel avis. Idem pour les itinéraires permettant l’accès aux hameaux de Némiaz et de Grugnay depuis Chamoson. La route menant à Ovronnaz, via les Mayens de Chamoson reste également interdite à la circulation.

Plusieurs éboulements

Dans le reste du canton, plusieurs autres routes ont été interdites à la circulation pour cause d’éboulements ou de glissements de terrain. Cela a été le cas du tronçon entre Vex et Euseigne, celui allant Chiboz à Buitonnaz et de la route du Sanetsch depuis Sion. Elles devraient toutes pouvoir rouvrir d’ici mardi matin.

Dans le Haut-Valais, des chutes de pierres ont coupé la route entre Feschel et Erschmatt et celle entre Ulrichen et le sommet du Nufenen. Ces deux axes resteront fermés durant encore quelques jours. L’ensemble des travaux devrait coûter environ un million de francs, selon Vincent Pellissier, le chef du Service de la mobilité.

Quant au funiculaire Sierre – Montana, il est à l’arrêt jusqu’à nouvel avis. Une partie du ballast a été emportée par l’orage à proximité de Bluche.

Quinze vaches foudroyées

A Sion, la pluie tombée dimanche soir a provoqué des inondations dans les passages sous-voies, dans le quartier de la route d’Italie et sur certains axes secondaires. Diverses caves ont également été inondées. Le Service des contributions s’est à nouveau retrouvé sous l’eau, à l’instar du précédent orage d’envergure tombé sur la capitale valaisanne le 6 août 2018.

« Au total, les divers corps de pompiers du canton sont intervenus à une centaine de reprises entre 18h30 et 21 heures », a indiqué Stéphane Vouardoux. Plus de mille appels de citoyens ont été enregistrés durant ce laps de temps.

Les animaux n’ont pas été épargné par la tempête. La foudre a frappé un mélèze sous lequel se trouvaient de nombreuses vaches sur l’alpage de Serin, sur les hauts d’Ayent, a indiqué Le Nouvelliste. Quinze d’entre-elles ont péri.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Léman Express va transformer la mobilité

Publié

le

Alors que le Léman Express sera mis en service le 15 décembre, le canton et la Ville de Genève vont développer un réseau cyclable continu et sécurisé. La Voie verte entre Annemasse (F) et Genève-Eaux-Vives connaît un grand succès. L'essor du vélo éle (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Léman Express devrait permettre de réduire de 12% le trafic routier entrant dans le canton de Genève à l’heure de pointe du matin. De multiples mesures sont prévues pour inciter les automobilistes à prendre le train à partir du 15 décembre.

« Aujourd’hui, pratiquement 90% des pendulaires transfrontaliers utilisent leur voiture pour aller au travail à Genève faute d’alternative efficace », explique le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures (DI). Avec ses 45 gares et 230 kilomètres de ligne, le nouveau RER franco-valdo-genevois devrait changer la donne.

Cinq des six lignes du Léman Express desserviront près de 30% des actifs, soit 36’000 personnes environ, qui résident hors du canton et qui y travaillent. Six trains par heure et par sens permettront notamment de relier Coppet (VD) et Annemasse (F) en une trentaine de minutes. Thonon-les-Bains (F) sera à 50 minutes de Lancy-Pont-Rouge et Annecy (F) à 72 minutes de Chêne-Bourg.

Fréquentation en hausse

La mise en place d’une desserte performante et attractive est le principal facteur de changement des habitudes en matière de mobilité, selon le DI. Un avis partagé par Vincent Kaufmann, directeur du Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL: « A cause des objets connectés, conduire est perçu comme une perte de temps. Le côté pratique et confortable du trajet prime souvent sur la rapidité et le prix du billet de train. »

Signe que le public suit quand l’offre existe, la fréquentation de la ligne Genève-La Plaine a doublé en dix ans pour atteindre environ 8’000 passagers – actifs et jeunes en formation – par jour, fait savoir le DI. En 2018, la mise en place de la cadence au quart d’heure entre Coppet et Lancy-Pont-Rouge a engendré une hausse de la fréquentation de 60% en moyenne.

Amélioration de l’image des transports publics, baisse du nombre de véhicules immatriculés malgré une hausse de la population, réduction des temps de parcours, essor du vélo électrique favorisant le report modal: plusieurs facteurs expliquent cet engouement. De fait, presque tous les habitants du canton utilisent plusieurs modes de transport, relève le DI.

Réorganisation des transports

De part et d’autre de la frontière, toute une série de mesures va accompagner la mise en place du nouveau RER. Dans le Genevois français, où huit gares du Léman Express seront à 45 minutes au maximum de Genève-Cornavin, 730 places de stationnement s’ajouteront en fin d’année aux 3’500 places existantes dans des P+R. A l’horizon 2023, 9’200 places seront disponibles.

Dans le canton de Genève, le réseau des transports publics va être réorganisé. Une cinquantaine de lignes vont desservir les gares du Léman Express, qui deviendront des pôles multimodaux. Ainsi, plus de 80% des habitants et près de 86% des emplois se trouveront à moins de 1,5 kilomètre d’une gare. Les autorités tablent sur une fréquentation quotidienne de 50’000 personnes au coeur du réseau.

En parallèle, Genève va accélérer la mise en oeuvre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, qui donne la priorité à la mobilité douce et aux transports publics dans les centres urbains. Et alors que la Voie verte entre Annemasse et Genève-Eaux-Vives connaît un grand succès, un réseau cyclable continu et sécurisé sera développé avec la Ville de Genève.

Revoir le stationnement

Pour éviter l’effet rebond, à savoir l’utilisation de la voiture restée à domicile par d’autres membres de la famille et l’incitation à s’en servir davantage en raison de la fluidité du trafic, ces mesures doivent être coordonnées, souligne M. Kaufmann. « Il faut aussi travailler sur la gestion des feux et le stationnement pour ne pas améliorer les conditions de circulation », indique-t-il.

Le stationnement à destination constitue un levier essentiel en matière de report modal, note le sociologue. Le canton annonce qu’il renforcera les contrôles, puisque seuls 40 à 50% des automobilistes paient leur place. Il veut aussi encourager les employeurs à rendre payantes les places qui sont aujourd’hui mises à disposition gratuitement. De quoi revoir à la hausse le coût d’une voiture.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Rapprochement tendre et passionné entre Chouchou et vous. Ses délicates attentions vont bouleverser votre petit cœur !

Publicité

Les Sujets à la Une

X