Rejoignez-nous

Suisse Romande

Genève: moins de décollages après 22h00

Publié

,

le

Genève Aéroport, easyJet et Swiss s'engagent à réduire les décollages non planifiés après 22h00 (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Visé par une intiative populaire, Genève Aéroport s’est allié aux compagnies aériennes Swiss et Easyjet pour limiter les nuisances nocturnes. Les trois partenaires annoncent des mesures pour réduire les décollages après 22h00.

L’exploitant du tarmac genevois et les compagnies y assurant la plus grande part du trafic (57%) ont signé une déclaration conjointe et pris des engagements pour éviter, dans la limite du possible, les émissions sonores après 22h00, dont l’impact est considéré comme dix fois supérieur à celui des mouvements en cours de journée, a indiqué Genève Aéroport jeudi.

Mesures complémentaires

L’intégration des réserves dans la planification, la priorisation des vols retardés et des quotas bruit pour les vols retardés après 22h00 figurent parmi les mesures prévues. Ces dernières sont complémentaires à celles prévues dans le plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA), adopté par le Conseil fédéral et qui définit notamment les « quotas bruit ».

Lors d’une conférence de presse, le directeur général (CEO) de l’aéroport André Schneider a affirmé que le niveau des émissions sonores émises à Genève est déjà inférieur à celui prévu dans le PSIA.

Actuellement, les décollages de vols de ligne sont autorisés à Genève entre 06h00 et 22h00. Des mauvaises conditions météo, des imprévus ou des difficultés techniques peuvent cependant entraîner des retards.

L’accord annoncé jeudi intervient alors que l’aéroport fera l’objet d’une votation cantonale à Genève, le 24 novembre.

Riverains pas considérés

L’initiative populaire « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport » veut faire de la limitation des nuisances liées aux mouvements d’avions une priorité. Les partisans du texte dénoncent ce qu’ils perçoivent comme la volonté de Genève Aéroport de croître « sans considération pour les personnes concernées », principalement les riverains.

Ils exigent une prise en main de l’aéroport par les autorités politiques et une meilleure concertation avec la population autour du développement de l’activité sur le tarmac genevois.

A leurs yeux, le contre-projet accepté en février dernier par le Grand Conseil ne va pas assez loin. Il laissera trop de marge de manoeuvre aux dirigeants de Genève Aéroport, qui vise une croissance à 25 millions de passagers d’ici à 2030.

Ne pas couper les ailes de l’aéroport

Jeudi, le comité « Ne coupons pas les ailes de Genève », partisan du contre-projet, a lancé sa campagne contre l’initiative. A ses yeux, un corsetage nuirait à l’économie et à la Genève internationale et ferait de Genève Aéroport l’otage des majorités politiques du Grand Conseil.

Ce dernier, ainsi que le Conseil d’Etat recommandent également de rejeter l’initiative et de soutenir le contre-projet.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Conflit Migros-Piller : l’administration n’est pas révoquée

Publié

le

En l'état, Damien Piller et ses collègues de l'administration de la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg peuvent rester en place. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le conflit au sein de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) n’est pas près de connaître son dénouement. La proposition de révoquer l’administration de la coopérative a été rejetée en votation par 64,53% des voix, à la satisfaction de son président Damien Piller.

L’épilogue pourrait prendre en effet un certain temps encore. Après connaissance du résultat de la votation extraordinaire annoncé mercredi, le comité coopératif de MNF a introduit une dénonciation pénale pour faux dans les titres et tentative d’escroquerie auprès du Ministère public du canton de Neuchâtel.

La démarche fait suite aux révélations du journal télévisé de la RTS de lundi soir sur la découverte de 400 bulletins de vote dans une boîte à lettres sise en dehors des cantons de Neuchâtel et Fribourg. Selon le comité coopératif, « il existe une forte suspicion de manipulation électorale et c’est pourquoi le résultat de ce scrutin doit être examiné ».

« Nous prenons note du résultat divulgué aujourd’hui par l’organisateur de la votation (ndlr: PwC). Migros prendra toutes les dispositions qui s’imposent pour soutenir les membres de la direction et les collaborateurs de la coopérative dans cette situation difficile », a dit Daniel Bena, président du comité coopératif, cité dans le communiqué.

Administration satisfaite

Du côté de l’administration de la coopérative de MNF, l’équivalent du conseil d’administration, on prend note « avec satisfaction » du résultat de la votation qui s’est achevée samedi. « Les coopérateurs ne se sont pas laissé influencer par la propagande de la Fédération des coopératives Migros à Zurich », constate-t-elle.

L’administration, présidée par l’homme d’affaires fribourgeois Damien Piller depuis 23 ans, « remercie les coopérateurs pour leur clairvoyance et la confiance accordée », a-t-elle indiqué mercredi. « Elle décidera prochainement des actions à entreprendre pour ramener la sérénité au sein de la coopérative régionale ».

Au-delà du résultat, la Fédération des coopératives Migros (FCM), à Zurich, et la direction de MNF s’en tiennent pour leur part aux mesures juridiques déjà engagées, est-il précisé. Elles veulent que le pouvoir judiciaire puisse évaluer « les faits rapportés dans les deux plaintes pénales déposées contre Damien Piller et inconnus ».

« Les soupçons sérieux à l’encontre de Damien Piller quant à une éventuelle gestion déloyale demeurent », estiment les deux organes, qui comptent sur l’indépendance de la justice. Le taux de participation à la votation extraordinaire a atteint 41,72%. PwC a reçu 50’335 cartes de vote sur un total de 120’661 délivrées.

Deux factures contestées

Pour rappel, les organes de MNF, excepté l’administration qui fait bloc derrière son président, et la FCM accusent Damien Piller, avocat actif dans l’immobilier et les médias, d’avoir facturé à Migros près de 1,7 million de francs via deux de ses sociétés, « sans recevoir de contre-prestation équivalente en échange ».

Selon Migros, Damien Piller aurait détourné des fonds dans le cadre de nouveaux magasins bâtis à Belfaux et La Roche (FR) en 2013 et 2014. Différents rapports arrivent à cette conclusion, selon la coopérative régionale.

En réponse, le Fribourgeois a ouvert les comptes des deux sociétés en question à un expert-comptable et à un architecte. Les résultats de ces audits dévoilés début novembre ont indiqué que les deux montants de 864’000 francs, toutes taxes comprises, correspondent à des prestations fournies, d’après l’homme d’affaires.

Le comité coopératif de MNF – représentant les intérêts des coopérateurs et des consommateurs -, la direction de MNF – qui gère opérationnellement la coopérative – et la commission du personnel de MNF exigeaient la révocation de toute l’administration de MNF.

Expertise neutre

Les présidents des neuf autres coopératives Migros, la Fondation G. et A. Duttweiler – du nom du fondateur de Migros – et la FCM sont du même avis. L’affaire, sortie au grand jour début juillet, dure depuis environ un an en interne.

L’administration de MNF – qui fixe les objectifs et la stratégie de la coopérative – a demandé cet été une expertise « neutre » à l’avocat genevois Alan Hughes. D’après l’administration, ce rapport, bien que « sévère », a « écarté les accusations » à l’encontre de Damien Piller. L’administration décrit ses quatre membres comme des « personnes dévouées à Migros et à ses valeurs ».

Continuer la lecture

Suisse Romande

Nouveau départ pour Rivelac

Publié

le

La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro s'est félicitée de l'adoption de la convention pour la future agglomération Rivelac (archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Les cantons de Fribourg et de Vaud, ainsi que les 19 communes de la Riviera, de la Veveyse et du Haut-Lac ont adopté lundi soir à Vevey (VD) une convention de collaboration. Elle pose les fondements de la nouvelle agglomération Rivelac et de ses 100’000 habitants.

La convention souligne la volonté des partenaires de mettre en place une structure de droit public pérenne. Il s’agira de gérer, de manière concertée et coordonnée, les grandes questions d’aménagement du territoire (projet d’agglomération de cinquième génération, stratégie régionale de gestion des zones d’activités), ont indiqué les partenaires mardi dans un communiqué.

Deux projets ambitieux

Le document signé lundi permet d’assurer le fonctionnement d’une structure provisoire. Celle-ci se chargera de coordonner le développement du territoire en matière d’urbanisme, de mobilité et de préservation du paysage et de l’environnement. Pour lancer les premiers travaux, un chef de projet sera engagé dans les meilleurs délais.

La structure provisoire s’attellera à deux projets ambitieux menés en parallèle: la mise en place de la gouvernance de la future agglomération et l’élaboration des planifications directrices régionales. Elle assurera également la coordination avec le plan directeur régional de la Veveyse en cours d’établissement.

Subventions fédérales

La future agglomération devra, dans une phase ultérieure, tirer parti des synergies dégagées par ces planifications directrices régionales. Elle se lancera dans l’élaboration, puis la validation d’un projet d’agglomération de cinquième génération.

Le dépôt de ce dernier est prévu pour 2025. Il vise à obtenir des subventions fédérales pour des mesures d’infrastructures de transport bénéficiant à l’ensemble de ses habitants et usagers.

En 2012, l’agglomération Rivelac avait déposé un projet de 2e génération qui avait été refusé par la Confédération en 2013. La troisième des agglomérations romandes était depuis restée en veilleuse.

Autorités satisfaites

Jacqueline de Quattro, cheffe du Département de l’aménagement du territoire et de l’environnement, s’est félicitée de l’adoption de cette convention. Son homologue fribourgeois Didier Castella et le président du comité de pilotage Rivelac Dominique Martin ont eux salué ce nouveau départ.

Côté Vaud, l’agglomération Rivelac est composée des communes de Blonay, Chardonne, Corsier-sur-Vevey, Corseaux, Jongny, Saint-Légier-La Chiésaz, Montreux, Noville, Rennaz, Roche, La Tour-de-Peilz, Villeneuve, Vevey et Veytaux. S’y ajoutent Attalens Bossonnens, Châtel-Saint-Denis, Granges et Remaufens dans le canton de Fribourg.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Décès du producteur de cinéma Freddy Landry

Publié

le

Grand promoteur du cinéma suisse, Freddy Landry est décédé dans sa 90e année (archives). (©Cinémathèque suisse)

Figure du cinéma romand, Freddy Landry est décédé dans sa 90e année, annonce vendredi la Cinémathèque suisse. Par ses activités de producteur et de critique, le Neuchâtelois a contribué à former plusieurs générations de cinéphiles.

Freddy Landry « est sans doute l’une des personnalités les plus marquantes du cinéma en terre romande. De très nombreux cinéastes et professionnels du cinéma de ce pays lui doivent énormément », écrit Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse, cité dans un communiqué.

Natif du Val-de-Travers, Freddy Landry a oeuvré pour l’essor du cinéma helvétique grâce notamment à sa société de production Milos Films, fondée en 1966. Il a aussi été critique de cinéma et de télévision pour de nombreux titres. Professeur de mathématiques au gymnase cantonal de Neuchâtel, il a également enseigné le cinéma et mis sur pied divers événements en lien avec le septième art.

« Il a aussi été un de ces activistes qui, dans les années 1960 et 1970, avec Alain Tanner, Freddy Buache, Alexandre J. Seiler ou Stephan Portmann, ont milité pour la reconnaissance du cinéma au niveau national, à travers la création de la loi sur le cinéma, la naissance des Journées de Soleure ou l’abolition de la censure », relève Frédéric Maire.

La dernière visite de Freddy Landry à la Cinémathèque suisse date de 2017. Il était venu y présenter la version restaurée d’un film qu’il avait produit en 1976, « Eléments de grève », au sujet de la grève dans l’usine Dubied à Couvet (NE).

Continuer la lecture

Suisse Romande

La terre n’en finit pas de trembler en Valais

Publié

le

Le Service sismologique suisse (SED) a de nouveau enregistré un tremblement de terre en Valais jeudi soir (archives). (©Keystone/ENNIO LEANZA)

Nouveau séisme en Valais. Le canton a de nouveau été secoué jeudi soir par un séisme, indique le Service sismologique suisse (SED). De magnitude 3,4 sur l’échelle de Richter, il s’agit de la plus forte secousse enregistrée ces derniers jours.

Le tremblement de terre a été enregistré à 19h35 près de l’Arpelistock, un sommet situé à la frontière entre les cantons du Valais et de Berne. Il a vraisemblablement été ressenti de manière assez forte à proximité de l’épicentre, informe le SED. Aucun dégât matériel n’est toutefois attendu.

La région est touchée par un essaim particulièrement actif de séismes depuis mardi vers 2 heures du matin. Le SED a enregistré plus de 150 secousses allant de 0,1 à 3,4 de magnitude. Douze d’entre elles ont dépassé 2,5 sur l’échelle de Richter et ont été ressenties par la population.

Si des essaims de séismes avec de nombreuses secousses sont assez fréquents en Suisse, il est rare d’observer une telle concentration spatiale et temporelle de séismes ressentis. L’activité sismique devrait s’estomper au bout de quelques jours, voire quelques semaines. Il faut cependant compter avec une probabilité de 5 à 10% d’une secousse sensiblement plus forte dans les jours à venir.

Le Valais est le canton suisse le plus exposé à un tremblement de terre. Selon des données historiques, un séisme majeur d’une magnitude de 6 à 6,5 sur l’échelle de Richter se produit en moyenne tous les 100 ans dans la région.

Le dernier séisme important a eu lieu en 1946, avec un épicentre situé à quelques kilomètres au nord de Sierre. D’une magnitude de 5,8, il avait entraîné des dégâts dans une zone assez étendue.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Séismes à répétition en Valais

Publié

le

Le Service Sismologique Suisse de l'EPFZ a enregistré plus de 100 tremblements de terre en Valais depuis la nuit de lundi à mardi (archives). (©Keystone/ENNIO LEANZA)

La terre continue de trembler en Valais qui a connu une centaine de secousses en deux jours. Deux nouveaux tremblements de terre légers se sont produits mercredi matin à Zermatt et au col du Sanetch, indique le Service sismologique suisse (SED) de l’EPFZ.

Un séisme de 2,9 sur l’échelle de Richter a été enregistré à 05h02 à Zermatt. Deux heures plus tard, à 07h18, une secousse d’une magnitude d’environ 1,9 sur l’échelle de Richter s’est produite à environ 7 km au sud-est du col du Sanetsch.

Depuis la nuit de lundi à mardi « un essaim particulièrement actif de séismes se manifeste au nord de Savièse », écrit le SED sur son site internet. Plus de 100 tremblements de terre ont été enregistrés.

Douze de ces secousses avaient une magnitude de 2,5 et plus. Elles ont été ressenties par la population, en particulier entre Sion et Sierre. Les quatre secousses les plus fortes, de magnitude entre 3,0 et 3,3, ont été perçues jusque dans l’Oberland bernois. Aucun dégât n’a été recensé.

Concentration inhabituelle

Si des essaims de séismes avec de nombreuses secousses sont assez fréquents en Suisse, il est rare d’observer une telle concentration spatiale et temporelle de séismes ressentis, souligne le SED. Cela ne permet toutefois pas de faire de pronostic sur l’évolution à venir.

L’activité sismique devrait normalement s’estomper au bout de quelques jours, voire quelques semaines. Il faut toutefois compter avec une probabilité de 5 à 10% d’une secousse sensiblement plus forte dans les jours à venir, avertit le SED.

Le Valais est le canton suisse le plus exposé à un tremblement de terre. Selon des données historiques, un séisme majeur d’une magnitude de 6 à 6,5 sur l’échelle de Richter se produit en moyenne tous les 100 ans dans la région. Le dernier séisme important a eu lieu en 1946, avec un épicentre situé à quelques kilomètres au nord de Sierre. De magnitude de 5,8, il avait entraîné des dégâts dans une zone assez étendue.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Magnifique journée, amenant des satisfactions d'argent. Il faut avouer que vous vous en êtes donné la peine ! Donc ça paie !

Publicité

Les Sujets à la Une

X