Rejoignez-nous

Genève

Les Géants débarquent à Genève !

Publié

,

le

Après avoir fait le tour du monde, la célèbre saga va envahir la cité de Calvin à la fin du mois de septembre.

 

Un évènement hors-norme, qui va attirer plusieurs centaines de milliers de personnes de la région.

Pour ceux qui ne connaitraient pas ces célèbres personnages, les explications de Jean Liermier, le directeur général du Théâtre de Carouge, qui est à l’initiative de la venue des Géants :

 

Jean Liermier
Directeur général du Théâtre de Carouge
Jean Liermier Directeur général du Théâtre de Carouge

 

Deux géants, ou plutôt deux géantes, la Grand-mère et la Petite géante feront le déplacement à Genève. Elles raconteront des histoires sur la ville, mais lesquelles ? Anne-Marie Vennel, co-directrice artistique de la compagnie Royal de Luxe :

 

Anne-Marie Vennel
Co-directrice artistique de la compagnie Royal de Luxe
Anne-Marie Vennel Co-directrice artistique de la compagnie Royal de Luxe

 

Le montant de ce projet gargantuesque est d’environ 2,2 millions de francs, financés pour une grande partie par des contributeurs privés. Et les retombées économiques seront conséquentes pour Genève comme l’explique Sami Kanaan, conseiller administratif de la Ville de Genève, chargé de la culture et du sport :

 

Sami Kanaan
Conseiller administratif de la Ville de Genève, chargé du de la culture et du sport
Sami Kanaan Conseiller administratif de la Ville de Genève, chargé du de la culture et du sport

 

Le parcours des Géants sera dévoilé le 15 septembre. L’évènement est programmé du 29 septembre au 1er octobre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une majorité de Genevois souhaite la démission de Pierre Maudet

Publié

le

Pour Pierre Maudet, ce sondage comporte de nombreux biais et est au final plus "une information orientée qu'une vérité absolue" (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plus de 62% des Genevois seraient « plutôt favorables » au départ du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet. C’est ce que révèle lundi un sondage commandé par la RTS, Le Temps et Radio Lac.

Les Genevois, à 62,4%, sont « plutôt favorables » à une démission de Pierre Maudet, selon ce sondage réalisé du 29 janvier au 5 février par l’institut M.I.S Trend auprès de 1032 citoyens genevois, âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population. Ils sont 26,1% « plutôt pas favorables » à un départ, et 11,5% indécis, lit-on sur le site de la RTS.

Ce souhait de voir le conseiller d’Etat partir est partagé par les sondés qui ont voté pour Pierre Maudet lors des dernières élections cantonales, en avril 2018, avec 61,5% d’avis « plutôt favorables » à une démission contre 33,2% « plutôt pas favorables ». Les Genevois qui votent PLR, le parti de Pierre Maudet, sont eux aussi majoritairement favorables à une démission (64,6%).

Les sondés estimant que Pierre Maudet doit démissionner donnent plusieurs raisons. Pour eux, il doit partir parce qu’ »il a menti à la population ». C’est l’explication qui est le plus souvent donnée. Certains répondent qu’ »il n’a pas montré l’exemple ». D’autres souhaitent son départ « par respect pour la population et pour les gens qui l’ont élu ».

Les 26,1% de Genevois qui ne souhaitent pas le départ de Pierre Maudet avancent notamment qu’ »il y a un acharnement des médias à son encontre ». Ils disent encore que l’élu « est un excellent politique malgré tout », mais aussi qu’il bénéficie « de la présomption d’innocence ».

Image détériorée

Il ressort du sondage que l’affaire Maudet, dont 94% des sondés ont entendu parler, a détérioré l’image que les Genevois avaient des politiciens genevois en général. Pour plus de 68% des sondés, cette image a été « plutôt détériorée » ou « vraiment beaucoup détériorée ». Une majorité (65%) estime que cette affaire a aussi détérioré l’image du PLR dans son ensemble.

Plus de 55% des Genevois estiment que le Conseil d’Etat, dans son ensemble, a eu une gestion « très mauvaise » ou « plutôt mauvaise » de l’affaire ces six derniers mois. Ils sont un peu plus de 25% à avoir un avis différent en parlant d’une gestion « plutôt bonne » ou « très bonne ».

Dans une déclaration publiée par la RTS, Pierre Maudet dit prendre acte des résultats de ce sondage, « dont l’approche scientifique trahit une démarche qui ne l’est pas ».

Selon lui, « il s’agit au fond plus d’une information orientée que d’une vérité absolue, compte tenu des nombreux biais (influence dans la formulation et orientation dans l’enchaînement des questions, consultation effectuée avant une décision judiciaire, etc.) de ce type d’exercice ».

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

Genève

Genève accepte la nouvelle loi controversée sur la laïcité

Publié

le

Les opposants à cette nouvelle loi, initiée par Pierre Maudet, ont d'ores et déjà déposé des recours devant la justice. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche la nouvelle loi sur la laïcité. Ce texte sur un sujet sensible, qui interdit notamment les signes extérieurs d’appartenance religieuse aux fonctionnaires et aux élus, a été approuvé par 55,05% des votants. Notre suivi en continu.

16h30: M.Poggia pour un « règlement pacificateur »

Le Conseil d’Etat genevois est très satisfait de l’approbation de la loi sur la laïcité qui constitue un « jalon historique ». Le chef du département de la sécurité Mauro Poggia veut un règlement d’application « pacificateur » pour tenir compte des craintes exprimées pendant la campagne.

Le Conseil d’Etat doit encore débattre de ce règlement qui est en cours d’élaboration, a toutefois précisé devant la presse M.Poggia. « Mais en mettant en pratique la nouvelle loi, on ne va pas balayer les 44,95% de la minorité », a assuré le conseiller d’Etat MCG.

Il faudra vraisemblablement un délai de quelques mois avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi et du règlement, étant donné que leur entrée en vigueur doit être concomitante. Leur teneur finale dépendra également des deux recours qui devront être tranchés par la justice.

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet, qui avait initié en 2013 le processus ayant abouti à cette loi, estime qu’elle « va laisser son empreinte dans le corpus législatif ». Conséquence directe de la nouvelle Constitution, elle marque l’abrogation des lois anticléricales du passé, a relevé M.Maudet.

15h45: « l’esprit de Genève trahi »

La coordination référendaire à cette loi sur la laïcité estime que l’esprit de Genève a été « trahi ». Pour ces référendaires, qui rassemblent les partis de gauche ainsi que des associations syndicales, féministes ou encore musulmanes, la victoire de dimanche est celle « des partisans de la Genève de la peur de l’autre », écrivent-ils dans un communiqué. Ils y déplorent un choix « rétrograde ».

Les référendaires ne s’avouent toutefois pas vaincus. Selon eux, la victoire des partisans de cette nouvelle loi n’est que « temporaire ». Ils rappellent ainsi que plusieurs recours en justice ont été activés et que de nouvelles propositions législatives ont été apportées. « Aucune des questions controversées figurant dans la loi n’est réglée aujourd’hui », relèvent-ils à propos notamment de l’interdiction des signes extérieurs d’appartenance religieuse.

Les syndicats se disent « inquiets » pour les conditions de travail des personnes croyantes dans la fonction publique et les secteurs subventionnés. A commencer pour « les femmes musulmanes voilées, particulièrement visées dans cette loi », poursuit le communiqué.

Les opposants à la loi affirment que leur combat va continuer. Une association « pour une laïcité démocratique » va être lancée pour « mener jusqu’au bout la bataille d’idées engagées par ces référendums dans le sens de l’égalité et de la démocratie. »

15h00: la PS déplore

Le Parti socialiste genevois regrette le verdict des urnes au sujet de la loi sur la laïcité. « La Constitution genevoise garantit déjà le principe de laïcité de l’État et il n’est pas nécessaire de légiférer davantage », note le PS.

Selon lui, cette nouvelle loi risque d’entraîner le licenciement de nombreux employés, majoritairement des femmes, qui se verront exclus au motif de leur apparence religieuse. « Le risque d’une appréciation arbitraire – ainsi que des dérives qui peuvent en découler – est trop grand », ajoute le PS dans son communiqué.

De son côté, SolidaritéS Genève estime que l’acceptation de la loi constituait « un résultat mitigé pour le Conseil d’Etat et l’ensemble de la droite bourgeoise qui défendait cette loi Maudet comme un seul homme. » Le verdict du peuple montre « un scepticisme dont il faudra tenir compte à l’avenir », ajoute solidaritéS au sujet d’une loi qualifiée de « liberticide ».

14h30: « une avancée pour la paix religieuse »

Les Eglises catholique chrétienne, catholique romaine et protestante saluent l’approbation de la loi sur la laïcité. Ce résultat représente une « avancée pour la paix religieuse », relèvent-elles dans un communiqué.

La loi sur la laïcité de l’Etat clarifie les termes de la neutralité de l’Etat et établit des règles communes pour l’ensemble des communautés religieuses établies dans le canton, soulignent les Eglises. Bien que satisfaites de ce nouveau dispositif, elles relèvent aussi que cette loi est perfectible.

Elles suivront ainsi avec intérêt les recours déposés contre les articles limitant le port de signes religieux extérieurs, et plus particulièrement celui concernant les élues. Elles resteront aussi particulièrement attentives à la mise en œuvre des articles sur l’usage du domaine public pour des activités culturelles.

Elles veilleront également à ce que les dispositions d’exception concernant les restrictions des signes extérieurs pour prévenir des troubles graves à l’ordre public soient appliquées avec parcimonie et discernement.

14h15: les Verts confirment leur recours

Les Verts regrettent l’acceptation de cette nouvelle loi qui, selon eux, « a amené la confusion et a attisé la haine. » Ils ont confirmé qu’ils maintenaient leur recours devant la justice au sujet d’un texte qu’ils jugent anticonstitutionnel. « Le recours à la Chambre constitutionnelle entre en force. Il s’agit désormais de confronter cette loi inique à la justice et au respect des droits politiques », écrivent les Verts dans leur communiqué.

Pour les Verts, cette loi « bafoue les libertés individuelles, porte atteinte aux droits fondamentaux et ne respecte pas la Constitution », notamment car elle interdit aux élus de porter des signes religieux. L’élue Verte Sabine Tiguemounie, conseillère municipale à Meyrin, est directement concernée par cette loi, elle qui porte le voile.

13h45: les défenseurs de la laïcité sont soulagés

Le comité et l’association « La laïcité, ma liberté » a pris acte avec « une grande satisfaction » de la victoire du oui à la loi sur la laïcité. Le comité parle d’un vote « sans appel » des électrices et électeurs genevois, qui « ont confirmé que le droit à la différence ne peut et ne doit jamais constituer une différence de droits », écrit-il dans un communiqué.

« La laïcité, ma liberté » estime que cette campagne a été « éprouvante », marquée par « les outrances, les menaces et les contre-vérités de l’alliance référendaire », juge le comité. Il ajoute qu’il restera « attentif aux suites juridiques », les opposants à la loi ayant déjà déposé des recours devant la justice.

13h30: satisfaction au PLR et à l’UDC

Le PLR genevois s’est réjoui dimanche de l’acceptation de cette nouvelle loi sur la laïcité. « Si le droit à la différence doit être respecté, il ne peut constituer une différence de droit », note le parti dans un communiqué. « Contrairement à ce que n’ont eu de cesse de répéter les comités référendaires, cette loi n’est pas discriminatoire, mais s’adresse à toutes les religions sur pied d’égalité », ajoute le PLR.

L’UDC, qui a également soutenu cette nouvelle loi, relève que « le laïcisme n’a jamais posé de problèmes à Genève avant d’être confronté à l’arrivée de nombreux musulmans dont certains forment des revendications inacceptables » pour la société. « Il est donc normal qu’au sein de l’administration mais aussi dans le parlement et les délibératifs aucun signe religieux ne soient affichés, respectant une paix confessionnelle à laquelle les Genevois sont attachés », ajoute l’UDC dans un communiqué. Le parti sera attentif à une application rigoureuse de la nouvelle loi.

13h15: l’élue verte voilée ne renonce pas

Une élue municipale est directement concernée par la nouvelle loi sur la laïcité, acceptée dimanche à Genève. La Verte Sabine Tiguemounine, qui porte le voile, ne s’estime toutefois pas battue.

« Des recours devant la justice ont été déposés par les Verts et le Réseau évangélique genevois, et ils vont désormais être activés », rappelle Sabine Tiguemounine, interrogée par Keystone-ATS. « J’ai bon espoir que la justice nous donne raison, sachant que cette loi va à l’encontre de la Constitution suisse et de la Convention européenne des droits de l’homme », estime-t-elle.

Conseillère municipale à Meyrin, Sabine Tiguemounie ne se dit pas inquiète pour sa carrière politique, sachant que le port du voile ne sera plus toléré pour les élus si la loi entre en vigueur. « Ma situation personnelle n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est le signal que cette loi donne à notre jeunesse. Il n’est pas positif, et c’est la raison pour laquelle je vais continuer à m’engager », remarque-t-elle.

« Cette loi remet en cause des droits fondamentaux. Mon devoir est de rester auprès de celles et ceux qui seront directement affectés au quotidien par cette loi », ajoute-t-elle.

12h30: recours en vue

Sur le point d’être acceptée, la nouvelle loi sur la laïcité va désormais devoir passer devant la justice. Le Réseau évangélique genevois et les Verts avaient déjà déposé des recours. Ils jugent cette loi anticonstitutionnelle.

Ce texte pourrait aussi se retrouver confronté à un autre projet de loi, déposé fin janvier par Ensemble à gauche. Ce nouveau projet ne contient pas les aspects controversés de la loi soumise dimanche au peuple, soit l’interdiction des signes extérieurs d’appartenance religieuse.

12h00: vers une acception de la loi

La nouvelle loi sur la laïcité devrait être acceptée dimanche par les Genevois. Le texte est approuvé par 55,56% des votants, selon des résultats partiels basés sur 95% des bulletins rentrés.

11h30: une loi âprement discutée

Portée à l’origine par le conseiller d’Etat Pierre Maudet, la nouvelle loi sur la laïcité, qui doit remplacer celle de 1907, a été adoptée en avril dernier par la majorité de droite du Grand Conseil au terme de longs débats. Pour ses partisans, elle permet de prévenir le repli identitaire.

Cette loi est toutefois loin de faire l’unanimité. Elle a fait l’objet de quatre référendums, issus des partis de gauche ainsi que des associations syndicales, féministes et musulmanes. Ceux-ci dénoncent une loi liberticide et discriminatoire.

Attaquée par référendums, la loi l’a aussi été en justice. Le Réseau évangélique genevois et les Verts ont d’ores et déjà déposé des recours. Ils seront activés en cas d’acceptation dans les urnes.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Compromis trouvé sur la réforme de la fiscalité des entreprises

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a mis sous toit jeudi au terme d'un débat-fleuve un accord sur la réforme de l'imposition des entreprises. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le volet cantonal de la réforme fiscale des entreprises est sous toit. Le Grand Conseil a accepté jeudi un compromis qui fixe le taux unique d’imposition à 13,99%. Le peuple aura le dernier mot le 19 mai.

L’enjeu majeur pour Genève est de maintenir l’attractivité du canton et de préserver l’emploi, a relevé la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet. « C’est un signal fort pour l’avenir », a ajouté la grande argentière.

Les Verts et Ensemble à Gauche se sont opposés lors d’un débat-fleuve à ce « compromis boîteux » et « antisocial ». L’UDC a aussi refusé l’accord, mais en fustigeant pour sa part le pendant social de cette réforme beaucoup trop généreux à ses yeux.

La réforme de l’imposition des entreprises supprime l’inégalité entre les entreprises à statut, actuellement imposées à 11,6% et les autres qui sont soumises à un taux de 24,2%. Le paquet ficelé réduit les pertes fiscales à 186 millions au niveau cantonal à 46 millions pour les communes.

La principale mesure compensatoire passe par une aide de 186 millions de francs en faveur des ménages pour payer les primes d’assurance-maladie. Il s’agit d’un contre-projet à une initiative de la gauche qui plafonne les primes à 10% du revenu des ménages. Ce contre-projet a été accepté jeudi par 73 voix contre 11 et 4 abstentions alors que l’initiative a été rejetée par 55 voix contre 39.

Les deux textes seront au menu des votations du 19 mai en même temps que l’élément central de la réforme fiscale, soit la loi sur l’imposition des personnes morales (LIPM) soumise à référendum obligatoire. Première de plusieurs lois votées jeudi par le Grand Conseil, la LIPM est passée par 62 voix contre 18.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Genève

Policier condamné après une course-poursuite

Publié

le

Les malfrats avaient été pris en chasse après l'explosion d'un bancomat à Plan-les-Ouates (GE) en novembre 2015 (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d’un policier genevois condamné pour excès de vitesse lors d’une course-poursuite. L’agent donnait la chasse à des malfrats après l’explosion d’un bancomat à Plan-les-Ouates (GE) en novembre 2015.

Alertée vers 03h40, la patrouille s’était lancée à la poursuite des auteurs de l’attaque afin de les intercepter avant la frontière française. Sur deux tronçons limités à 50 km/h, des dépassements de 30 et de 42 km/h avaient été constatés.

La justice genevoise avait classé le premier excès de vitesse, car il s’agissait bien d’une course d’urgence, la sirène et le feu bleu étaient enclenchés et le dépassement était proportionné. Elle avait sanctionné en revanche le second excès: en effet, le passager de la voiture de police avait éteint la sirène à l’approche du véhicule des fuyards pour éviter de révéler sa position.

Nouvelle législation

Le conducteur a recouru au Tribunal fédéral contre sa condamnation à une amende de 600 francs. Dans un arrêt publié mardi, la haute cour rappelle que, jusqu’au 31 juillet 2016, la loi sur la circulation routière (LCR) prévoyait qu’une infraction lors d’une course d’urgence n’était pas punissable si le conducteur avait enclenché les signaux d’avertissement et fait preuve de prudence.

Depuis cette date, la LCR révisée admet à titre exceptionnel qu’un policier éteigne la sirène et le feu bleu lorsque ceux-ci compromettraient sa mission. Dans le cas présent, la justice genevoise a appliqué la nouvelle loi car elle est plus favorable au policier.

Raisons tactiques admises

Dans son jugement, la justice genevoise a reconnu que des raisons tactiques justifiaient l’arrêt de la sirène. En revanche, un tel excès de vitesse n’était pas autorisé par l’urgence de la mission.

En effet, le policier était informé que les fuyards n’avaient blessé personne. Même si l’intérêt public commandait de les arrêter, le conducteur devait adapter sa vitesse de manière à ne pas mettre en danger d’autres personnes.

Les juges fédéraux n’ont pas suivi le recourant qui affirmait que le raisonnement de la justice genevoise aboutissait à ce qu’il n’y ait jamais de vraie urgence.

En effet, l’instance cantonale a reconnu d’une part qu’il y avait course d’urgence. D’autre part, elle a considéré que si les malfrats avaient été suspectés d’avoir blessé quelqu’un, leur interception aurait justifié un tel excès de vitesse dans une zone d’habitation.

Dans le cas d’espèce, conclut le Tribunal fédéral, il était admissible de sanctionner le danger abstrait créé par le policier pour les autres usagers de la route. (arrêt 6B_116/2018 du 17 janvier 2019)

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

Genève

Genève: 4000 personnes contre la violence

Publié

le

Des fleurs ont été déposées dans le parking souterrain du centre commercial des Charmilles, là où la victime a été poignardée. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Une foule importante a défilé dimanche à Genève pour rendre hommage au jeune homme de 22 ans, tué d’un coup de couteau une semaine plus tôt aux Charmilles. Quelque 4000 personnes ont participé à cette marche silencieuse, selon une estimation de la police genevoise.

Famille et proches de la victime, mais aussi anonymes souhaitant dénoncer la violence, se sont donné rendez-vous dimanche à 14h00 sur la place des 22-Cantons, à proximité de la gare de Cornavin, a constaté un journaliste de Keystone-ATS.

Le cortège a ensuite parcouru un peu plus d’un kilomètre pour aller se recueillir et déposer des fleurs sur les lieux du drame, dans le parking souterrain du centre commercial Planète Charmilles. De nombreux participants à la marche étaient vêtus de blanc et certains portaient des t-shirts à l’effigie de la victime.

Ce Portugais d’origine a été tué samedi 19 janvier à la suite d’une altercation. L’auteur présumé de l’homicide, âgé de 18 ans, s’est rendu à la police le jour même du meurtre. Il est poursuivi pour avoir mortellement poignardé la victime avec un couteau à cran d’arrêt, retrouvé au bord d’une route à Lancy.

Deux autres individus, présents sur les lieux du drame, ont aussi été arrêtés par la police. L’un d’eux serait à l’origine de la dispute, et l’autre aurait été appelé en renfort par le meurtrier présumé. Les trois prévenus ont déjà été auditionnés par le procureur Frédéric Scheidegger. Le magistrat a requis leur mise en détention provisoire auprès du Tribunal des mesures de contrainte.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

On dirait que vous avez besoin de parler… Vous confier à un ami vous permettrait de vider votre sac et de vous sentir soulagé.

Publicité

Les Sujets à la Une

X