Rejoignez-nous

Suisse Romande

Office « pas compétent », selon Tamedia

Publié

,

le

Tamedia déplore la saisie de l’Office vaudois de conciliation par ses rédactions romandes. Le groupe juge cet organe « pas compétent » dans la situation actuelle et affirme qu’Impressum bafoue la convention collective de travail.

La réponse de l’éditeur zurichois n’a pas tardé après l’annonce mercredi dernier de la saisie de l’Office vaudois de conciliation et d’arbitrage par les rédactions romandes du groupe de presse, soutenues par Impressum et Syndicom. Dénonçant l’absence de dialogue social, elles demandent notamment le gel des licenciements pendant deux ans.

CCT bafouée

Interrogé mardi par l’ats, Patrick Matthey répond: « En saisissant l’office vaudois, Impressum, notre partenaire social privilégié, bafoue clairement la convention collective de travail. La CCT prévoit une procédure de conciliation et Impressum ne l’utilise pas, c’est pour le moins étrange ».

« Comme la CCT est bafouée, poursuit le responsable de la communication de Tamedia pour la Suisse romande, nous partons du principe que l’office vaudois de conciliation n’est pas compétent dans ce cas. Après l’activation en octobre 2017 de la Commission de la concurrence (Comco) sur la réorganisation interne à Tamedia, qui n’a débouché sur rien, cette saisie est la deuxième tentative d’instrumentaliser un organe public pour une lutte syndicale », dénonce le porte-parole.

Critiques rejetées

Les critiques des journalistes et des syndicats fâchent. « C’est inexact d’affirmer qu’il n’y a pas de dialogue social. Depuis le début de l’année, Impressum n’a pas cherché le contact. On est plus que jamais ouvert au dialogue, à des séances d’information », conclut Patrick Matthey.

Pour mémoire, la saisie de l’office a été votée à l’unanimité lors d’assemblées générales à Lausanne et à Genève. Face au dialogue social « au point mort », les rédactions demandent que leurs revendications soient prises au sérieux. Elles portent sur le gel des licenciements durant deux ans, le maintien du Matin semaine et de 20 minutes sous forme papier et sur des investissements dans les rédactions.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/MELANIE DUCHENE

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Des bébés marmottes aux Rochers-de-Naye

Publié

le

Quatre marmottons sont nés aux Rochers de Naye le 30 mai. Ils ont passé la période critique et sont en pleine forme. (©Parc animalier des Rochers de Naye)

Le site des Rochers de Naye a été le théâtre d’heureux événements. Le flirt, au printemps, de deux marmottes n’est pas resté sans lendemain. Nés le 30 mai, après un mois de gestation, quatre marmottons ont passé la période critique et sont désormais en pleine forme.

Faisant partie de l’espèce de la marmotte des Alpes (Marmota marmota), les marmottons mesurent une vingtaine de centimètres, loin des soixante centimètres qu’ils atteindront à l’âge adulte. A terme, ils pèseront entre 4 et 5 kg. Aux Rochers de Naye, les dernières naissances remontent à 2017 et 2014, précise le parc animalier lundi dans un communiqué.

Le site compte neuf marmottes. Toutes sont désormais réunies dans le parc qui se trouve à côté du restaurant. Les autres enclos sont le plus souvent inoccupés. Depuis deux ou trois ans, quelques familles de marmottes sauvages ont cependant pris l’habitude d’y passer l’hiver en dormant dans les terriers aménagés dans ce but.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

Chances de survie « nulles » pour les deux disparus de Chamoson

Publié

le

Les deux personnes disparues depuis dimanche soir à Chamoson ne seront pas retrouvées vivantes, selon la police. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le débordement de la Losentse a fait deux victimes à Chamoson (VS). Bien que toujours portés disparus, un homme de 37 ans et une fillette de 6 ans ne peuvent pas avoir survécu, ont reconnu les responsables des secours.

Les chances de retrouver en vie ce Genevois établi en Valais et cette Française de 6 ans « sont nulles », a affirmé le chef des secours Benoît Dorsaz, lundi en début d’après-midi lors d’un point-presse à Chamoson.

Depuis dimanche soir, les secours tentent, pour l’instant en vain, de retrouver la voiture dans laquelle tous deux se sont retrouvés emprisonnés. « Le véhicule (ndlr : avec les deux personnes à bord) était statique au moment où la vague est arrivée », a précisé Stéphane Vouardoux, l’un des porte-paroles de la police cantonale.

Sur deux kilomètres

Les deux infortunés sont portés disparus depuis dimanche vers 19h15, surpris par le débordement de la rivière, alors qu’ils se trouvaient dans le hameau du Châtelard. Au moment des faits, deux autres personnes, la maman de la fillette de nationalité française et une autre personne domiciliée en Valais, se trouvaient à proximité de la rivière. Elles ont pu échapper au drame.

Un autre véhicule, vide, est lui aussi tombé dans le cours d’eau, suite à un épisode de lave torrentielle. Il a été retrouvé dimanche en fin de soirée, près du stand de tir de la commune, soit à un peu plus d’un kilomètre. Les recherches concernant l’autre automobile sont en cours sur une distance de deux kilomètres.

Déjà en 2018

Les recherches entamées dès le début de la soirée, dimanche, n’ont pas cessé depuis lors. Près de septante professionnels – pompiers de Chamoson et du CSI des Deux-Rives, membres de la colonne de secours et policiers municipaux et cantonaux – ont été sollicités. Un hélicoptère et des drones ont également été utilisés. Une enquête a été ouverte par le Ministère public du Valais central, afin de faire davantage la lumière sur ce drame.

Sur décision de l’Etat du Valais et pour des questions de sécurité, les routes enjambant les rivières de Losentze, Cry et Saint-André sur le territoire de Chamoson et de Leytron demeurent interdites à la circulation. Idem pour leurs abords jusqu’à 20 mètres.

Le 7 août 2018, une lave torrentielle avait déjà touché la commune de Chamoson et plus précisément le torrent de Saint-André. Sécurisé depuis pour un montant de cinq millions de francs, ce cours d’eau n’est pas sorti de son lit dimanche. « C’est la réalité du Chamosard de vivre avec ces risques naturels », a estimé le président de la commune, Claude Crittin, conscient que d’autres investissements seront nécessaires désormais pour sécuriser les lieux.

La route menant au Châtelard demeure fermée jusqu’à nouvel avis. Idem pour les itinéraires permettant l’accès aux hameaux de Némiaz et de Grugnay depuis Chamoson. La route menant à Ovronnaz, via les Mayens de Chamoson reste également interdite à la circulation.

Plusieurs éboulements

Dans le reste du canton, plusieurs autres routes ont été interdites à la circulation pour cause d’éboulements ou de glissements de terrain. Cela a été le cas du tronçon entre Vex et Euseigne, celui allant Chiboz à Buitonnaz et de la route du Sanetsch depuis Sion. Elles devraient toutes pouvoir rouvrir d’ici mardi matin.

Dans le Haut-Valais, des chutes de pierres ont coupé la route entre Feschel et Erschmatt et celle entre Ulrichen et le sommet du Nufenen. Ces deux axes resteront fermés durant encore quelques jours. L’ensemble des travaux devrait coûter environ un million de francs, selon Vincent Pellissier, le chef du Service de la mobilité.

Quant au funiculaire Sierre – Montana, il est à l’arrêt jusqu’à nouvel avis. Une partie du ballast a été emportée par l’orage à proximité de Bluche.

Quinze vaches foudroyées

A Sion, la pluie tombée dimanche soir a provoqué des inondations dans les passages sous-voies, dans le quartier de la route d’Italie et sur certains axes secondaires. Diverses caves ont également été inondées. Le Service des contributions s’est à nouveau retrouvé sous l’eau, à l’instar du précédent orage d’envergure tombé sur la capitale valaisanne le 6 août 2018.

« Au total, les divers corps de pompiers du canton sont intervenus à une centaine de reprises entre 18h30 et 21 heures », a indiqué Stéphane Vouardoux. Plus de mille appels de citoyens ont été enregistrés durant ce laps de temps.

Les animaux n’ont pas été épargné par la tempête. La foudre a frappé un mélèze sous lequel se trouvaient de nombreuses vaches sur l’alpage de Serin, sur les hauts d’Ayent, a indiqué Le Nouvelliste. Quinze d’entre-elles ont péri.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Léman Express va transformer la mobilité

Publié

le

Alors que le Léman Express sera mis en service le 15 décembre, le canton et la Ville de Genève vont développer un réseau cyclable continu et sécurisé. La Voie verte entre Annemasse (F) et Genève-Eaux-Vives connaît un grand succès. L'essor du vélo éle (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Léman Express devrait permettre de réduire de 12% le trafic routier entrant dans le canton de Genève à l’heure de pointe du matin. De multiples mesures sont prévues pour inciter les automobilistes à prendre le train à partir du 15 décembre.

« Aujourd’hui, pratiquement 90% des pendulaires transfrontaliers utilisent leur voiture pour aller au travail à Genève faute d’alternative efficace », explique le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures (DI). Avec ses 45 gares et 230 kilomètres de ligne, le nouveau RER franco-valdo-genevois devrait changer la donne.

Cinq des six lignes du Léman Express desserviront près de 30% des actifs, soit 36’000 personnes environ, qui résident hors du canton et qui y travaillent. Six trains par heure et par sens permettront notamment de relier Coppet (VD) et Annemasse (F) en une trentaine de minutes. Thonon-les-Bains (F) sera à 50 minutes de Lancy-Pont-Rouge et Annecy (F) à 72 minutes de Chêne-Bourg.

Fréquentation en hausse

La mise en place d’une desserte performante et attractive est le principal facteur de changement des habitudes en matière de mobilité, selon le DI. Un avis partagé par Vincent Kaufmann, directeur du Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL: « A cause des objets connectés, conduire est perçu comme une perte de temps. Le côté pratique et confortable du trajet prime souvent sur la rapidité et le prix du billet de train. »

Signe que le public suit quand l’offre existe, la fréquentation de la ligne Genève-La Plaine a doublé en dix ans pour atteindre environ 8’000 passagers – actifs et jeunes en formation – par jour, fait savoir le DI. En 2018, la mise en place de la cadence au quart d’heure entre Coppet et Lancy-Pont-Rouge a engendré une hausse de la fréquentation de 60% en moyenne.

Amélioration de l’image des transports publics, baisse du nombre de véhicules immatriculés malgré une hausse de la population, réduction des temps de parcours, essor du vélo électrique favorisant le report modal: plusieurs facteurs expliquent cet engouement. De fait, presque tous les habitants du canton utilisent plusieurs modes de transport, relève le DI.

Réorganisation des transports

De part et d’autre de la frontière, toute une série de mesures va accompagner la mise en place du nouveau RER. Dans le Genevois français, où huit gares du Léman Express seront à 45 minutes au maximum de Genève-Cornavin, 730 places de stationnement s’ajouteront en fin d’année aux 3’500 places existantes dans des P+R. A l’horizon 2023, 9’200 places seront disponibles.

Dans le canton de Genève, le réseau des transports publics va être réorganisé. Une cinquantaine de lignes vont desservir les gares du Léman Express, qui deviendront des pôles multimodaux. Ainsi, plus de 80% des habitants et près de 86% des emplois se trouveront à moins de 1,5 kilomètre d’une gare. Les autorités tablent sur une fréquentation quotidienne de 50’000 personnes au coeur du réseau.

En parallèle, Genève va accélérer la mise en oeuvre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, qui donne la priorité à la mobilité douce et aux transports publics dans les centres urbains. Et alors que la Voie verte entre Annemasse et Genève-Eaux-Vives connaît un grand succès, un réseau cyclable continu et sécurisé sera développé avec la Ville de Genève.

Revoir le stationnement

Pour éviter l’effet rebond, à savoir l’utilisation de la voiture restée à domicile par d’autres membres de la famille et l’incitation à s’en servir davantage en raison de la fluidité du trafic, ces mesures doivent être coordonnées, souligne M. Kaufmann. « Il faut aussi travailler sur la gestion des feux et le stationnement pour ne pas améliorer les conditions de circulation », indique-t-il.

Le stationnement à destination constitue un levier essentiel en matière de report modal, note le sociologue. Le canton annonce qu’il renforcera les contrôles, puisque seuls 40 à 50% des automobilistes paient leur place. Il veut aussi encourager les employeurs à rendre payantes les places qui sont aujourd’hui mises à disposition gratuitement. De quoi revoir à la hausse le coût d’une voiture.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

« Sion sous les étoiles » défend « le choix de la sécurité »

Publié

le

Michael Drieberg, directeur de Live Music Production. (archives) (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Les images de personnes en chaise roulante refoulées au festival « Sion sous les étoiles » ont suscité de nombreuses critiques. Alors que l’organisateur Michael Drieberg défend le « choix de la sécurité », d’autres festivals revendiquent une politique plus libérale.

Samedi soir, une quinzaine de personnes en chaise roulante ont protesté devant l’entrée de la manifestation, dos à l’accès. L’organisateur Michael Drieberg, patron de Live Music Production, s’est défendu lundi dans les colonnes du Nouvelliste.

« C’est bouleversant d’expliquer à quelqu’un en fauteuil roulant qu’il ne pourra pas entrer, mais nous ne pouvons pas céder à l’émotion ». « Notre position reste celle du choix de la sécurité », déclare-t-il.

Il explique qu’en cas de mouvement de foule ou d’évacuation d’urgence, la situation peut devenir très dangereuse pour les personnes en chaise roulante comme pour les autres. « Si quelqu’un trébuche sur une chaise dans un mouvement de foule, c’est la catastrophe assurée », lance-t-il.

« Notre procédure en la matière est claire et elle est la même à Paléo, après c’est au choix de l’organisateur d’être laxiste dans son application », lance Michael Drieberg.

Les mesures à Nyon

Contactés par Keystone-ATS, les organisateurs du Paléo Festival de Nyon (VD), qui se tient du 23 au 28 juillet, se montrent plus libéraux. Ils indiquent avoir mis en place des plateformes devant les scènes du festival. « Les personnes en situation de handicap peuvent les utiliser. Mais ce n’est pas obligatoire, c’est une possibilité », a expliqué lundi Michèle Müller, porte-parole du festival.

Diverses mesures sont prises pour faciliter l’accès au site: des places de parking proches de l’entrée principale, deux chemins goudronnés qui traversent le terrain d’est en ouest, des sanitaires adaptés et un espace de repos, l’Entracte. L’accompagnant d’une personne handicapée ne paie pas son billet.

Au Festival du Gurten à Berne, qui a lieu de ce mercredi à samedi sur les hauteurs de la capitale, les organisateurs indiquent également qu’il n’y a pas de restriction pour les personnes handicapées, qui peuvent se rendre où elles veulent. Pour autant qu’elles le peuvent, car le site du Gurten est vallonné.

Trois plateformes sont à disposition pour les chaises roulantes, de même que deux installations de toilettes spéciales. Ces infrastructures sont mises en place grâce au soutien du service d’aide aux personnes handicapées Hock’n Roll ainsi que la fondation Cerebral.

Davantage de places en 2020 à Sion

A Sion, une plateforme d’une vingtaine de places est également disponible pour les personnes handicapées. Celles-si doivent s’inscrire au préalable. Michael Drieberg précise que l’entrée est gratuite pour la personne en chaise et pour son accompagnant.

Il indique réfléchir à une extension de la plateforme pour l’édition prochaine, qui serait portée à une cinquantaine de places. « Mais il faut que les gens soient d’accord de s’y installer », dit-il encore au Nouvelliste.

Le festival « Sion sous les étoiles » a accueilli 52’000 spectateurs en quatre jours. Trois des quatre soirées étaient complètes. La septième édition est déjà agendée du 7 au 11 juillet 2020.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

52’000 spectateurs « sous les étoiles »

Publié

le

Le DJ Martin Solveig clôture dimanche la 6e édition de Sion sous les étoiles (archives). (©KEYSTONE/AP/Thibault Camus)

Le festival « Sion sous les étoiles » a attiré 52’000 spectateurs de toute la Suisse romande. Le célèbre DJ français Martin Solveig clôture dimanche le festival.

Trois des quatre soirées étaient complètes. Les festivaliers ont profité de concerts d’exception sous le soleil et les étoiles, écrivent dimanche soir les organisateurs. Aucun incident n’a été signalé.

Seule ombre au tableau: l’accès pour les personnes handicapées. Certaines personnes en chaise roulante se sont vu refuser l’accès au festival, malgré leur billet. Samedi soir, ils étaient une quinzaine à manifester, dos à l’entrée.

Artistes français

L’auteur-compositeur et interprète irlandais Gavin James avait ouvert les feux jeudi. Vendredi soir, le concert de Bernard Lavilliers avait été annulé. Le chanteur français doit subir une intervention chirurgicale. Le groupe suisse Stevans avait pris le relais.

Patrick Bruel, Kendji Girac, Soprano ou encore Zaz, le festival a fait la part belle aux artistes francophones. Les groupes suisses Gotthard et Krokus se sont également produits sur la scène sous les châteaux de la ville.

Le festival a proposé une quinzaine de concerts et a mélangé les genres musicaux. La septième édition est déjà agendée du 7 au 11 juillet 2020.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Il va falloir mettre les points sur les « i » à un collègue envahissant, même cette démarche vous embête un peu ! Délimiter son périmètre est important…

Publicité

Les Sujets à la Une

X