Rejoignez-nous

Genève

Rémy Pagani, maire de la Ville de Genève pour la troisième fois

Publié

,

le

Rémy Pagani est intronisé comme Maire de la Ville de Genève ce mercredi 8 juin.

Rémy Pagani sera officiellement nommé (me) à la Mairie de la Ville de Genève ce soir mercredi 8 juin. Ce sera la troisième fois depuis qu’il est au Conseil administratif que Rémy Pagani occupera cette fonction. Il veut placer son année de mairie sous le signe de la solidarité. Il souhaite soulager les Genevois qui doivent faire face à des primes maladies toujours plus élevées. Rémy Pagani :

Rémy Pagani
Maire de la Ville de Genève
Rémy PaganiMaire de la Ville de Genève

 

Rémy Pagani désire augmenter le pouvoir d’achat des Genevois en agissant notamment sur les loyers:

Rémy Pagani
Maire de la Ville de Genève 2017-2018
Rémy Pagani Maire de la Ville de Genève 2017-2018

 

Durant cette année le Maire jouit d’une enveloppe de 200'000 francs pour mener à bien ses projets.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Sommet Biden-Poutine: le démontage sera terminé samedi matin

Publié

le

Au lendemain du Sommet Biden-Poutine, le démontage des installations sécuritaires et logistiques bat son plein. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, le démontage de l'imposant dispositif sécuritaire et logistique mis en place pour accueillir mercredi le sommet Biden-Poutine sera terminé samedi matin. Les Genevois retrouvent leurs habitudes après ces quelques jours hors du commun.

Il y aura encore des traces de barrières ici et là, a indiqué à Keystone-ATS Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise. Mais la priorité est de rendre l'espace public aux Genevois. Le parc La Grange sera rouvert vendredi dès 18h00. Un concert de la Fête de la musique y est programmé dans la soirée.

La plupart des meubles qui avaient dû être stockés dans des entrepôts pendant le Sommet ont déjà retrouvé leur place dans la Villa La Grange jeudi. Un ballet incessant de camions se déployait autour de l'édifice désormais connu dans le monde entier. Les pompiers ont quant à eux enlevé les rouleaux anti-embourbage qui avaient été posés sur l'herbe du parc La Grange.

Barbelés

Le démontage des kilomètres de barbelés et de barrières est assuré par la police et la Protection civile. L'armée, qui a été désengagée à l'issue du sommet, ne participe pas à cette opération. Elle évacuait jeudi matin ses derniers véhicules et le matériel encore sur place. Les nombreuses tentes blanches montées pour l'occasion étaient déjà en pièces détachées, prêtes à être emballées.

La police genevoise tire un premier bilan sécuritaire positif. Aucun incident n'a perturbé ces pourparlers internationaux. Au niveau de la mobilité, les grosses perturbations annoncées se sont réalisées. Tout est rentré dans l'ordre mercredi en fin de soirée.

Facture finale

Il est encore trop tôt pour évaluer les coûts générés par l'organisation de cet événement qui a rassemblé deux délégations de 600 à 800 personnes entraînant près de 3000 journalistes dans leur sillage. La Confédération devrait prendre en charge la plus grande partie des dépenses. Le canton et la Ville de Genève participeront, mais dans une moindre mesure.

Les Genevois ont aussi retrouvé un certain calme dans le ciel. Le bal des hélicoptères a cessé et les avions russes et américains affrétés pour l'événement se font rares. En dix jours, le tarmac genevois a vécu 58 mouvements d’avions russes et américains, dont le Boeing 747 "Air Force One" du président Joe Biden et l’lliouchine II-96-300 du président Vladimir Poutine, indique jeudi l'Aéroport de Genève.

Continuer la lecture

Genève

Biden et Poutine fixent à Genève un cadre pour un rapprochement

Publié

le

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont décidé de lancer un mécanisme vers un rapprochement. (©KEYSTONE/EPA/MIKHAIL METZEL/SPUTNIK/KREMLIN POOL / POOL)

Le sommet historique de Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine a accouché d'un mécanisme pour un rapprochement, notamment sur le désarmement. Les lignes rouges devront être fixées. Première avancée, les ambassadeurs des deux pays vont pouvoir reprendre leur poste.

Plus de 35 ans après la rencontre entre les dirigeants américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev, les deux présidents auront dialogué mercredi pendant trois heures et demie. Dont près de deux heures en étant accompagnés seulement de leur chef de la diplomatie, Antony Blinken et Sergueï Lavrov.

Pour leur premier tête-à-tête comme chefs d'Etat, les deux hommes ont salué des discussions "constructives" ou "positives", alors que des tensions ont été observées ces dernières années entre leurs pays. Alors que les Etats-Unis voient désormais leur ennemi le plus important en la Chine, M. Biden estime avoir réussi une première approche vers une relation "plus stable et plus prévisible" avec Moscou.

Avancée concrète, l'ambassadeur américain en Russie, John Sullivan, et son homologue russe aux Etats-Unis, Anatoli Antonov, pourront retrouver leur poste. "Un premier signal positif", a salué le président de la Confédération Guy Parmelin.

Cybersécurité, désarmement, Syrie, Ukraine, Iran, Bélarus, droits humains, échange possible de détenus, tous les sujets importants ont été abordés. A défaut d'une conférence de presse commune, les deux dirigeants auront multiplié les serrages de main.

Salué par la Suisse

Mais il est encore trop tôt pour les deux chefs d'Etat pour anticiper une rencontre aux Etats-Unis ou en Russie. De même, un échange de détenus, que la Suisse est prête à faciliter, n'est pas encore possible.

Pour autant, les deux pays ont trouvé une voie vers le rapprochement. Un mécanisme de dialogue pour une stabilité stratégique est établi. Selon M. Biden, un "test" qu'il faudra évaluer dans six mois. Les deux pays "ont une responsabilité particulière" pour une stabilité mondiale, a admis M. Poutine.

De son côté, la Suisse souhaite que ce sommet puisse constituer un "point de départ" vers de nouvelles négociations sur le désarmement, a dit M. Parmelin. Quelques mois après le renouvellement au dernier moment de l'arrangement entre Moscou et Washington sur la réduction des armes nucléaires stratégiques (New START), peu après l'arrivée de M. Biden à la Maison Blanche.

Si les deux rivaux ont décidé d'un mécanisme, ils souhaitent aussi pouvoir établir leurs lignes rouges. Celles-ci sont connues mais doivent être formalisées, selon Moscou.

Tensions liées aux droits humains

Autre question délicate entre les deux puissances, un groupe d'experts commun se penchera sur la cybersécurité. Washington accuse régulièrement Moscou de nombreux assauts en ligne contre ses intérêts.

"Il faut se débarrasser de ces insinuations", a dit M. Poutine. Mais le président américain l'a à nouveau averti d'une réaction ferme en cas de nouveau problème. Plus clair encore, une liste de 16 infrastructures considérées comme inattaquables par les Etats-Unis a été donnée à son homologue russe.

C'est sur les droits humains que le bras de fer semble le plus chaud actuellement. M. Biden, qui n'a pas caché pendant sa tournée européenne depuis la semaine dernière sa volonté de représenter à nouveau "le monde libre" face à la montée des autoritarismes, en a parlé à son interlocuteur. Il lui a répété qu'un décès de l'opposant Alexeï Navalny serait grave pour les Etats-Unis.

De quoi agacer Vladimir Poutine. Attaque sur le Congrès, citoyens tués par la police, bavure en Afghanistan, il estime que l'attitude américaine n'est pas exempte de reproches. "Nous ne voulons pas de choses similaires" en Russie, a-t-il affirmé.

Genevois entre fierté et de l'agacement

Et de comparer ceux qui ont assailli le Parlement américain aux militants de Black Lives Matter. Une déclaration qui a dépité le président américain.

Pour la Suisse, ce sommet aura mis Genève au centre de la scène internationale. M. Parmelin aura fait part de son soutien en français, en anglais et en russe en laissant le Villa La Grange aux deux dirigeants. Selon le conseiller fédéral Ignazio Cassis, la réunion est bonne "pour la crédibilité suisse dans le monde", pour la diplomatie suisse, pour l'exposition publique du pays et pour la population.

Pour les Genevois en revanche, le sommet aura provoqué un mélange de fierté et de colère en raison des perturbations. La ville était verrouillée par un important dispositif de sécurité. Plusieurs milliers de membres des forces de l'ordre étaient actifs.

Plusieurs manifestations ont été organisées à Plainpalais en marge de la réunion. Mardi, quelques dizaines de membres de la diaspora russe avaient demandé la libération de M. Navalny. Mercredi, d'autres rassemblements ont eu lieu.

Continuer la lecture

Genève

Le sommet entre Biden et Poutine est terminé

Publié

le

Les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine ont discuté pendant plusieurs heures à Genève. (© KEYSTONE/EPA/MIKHAIL METZEL/SPUTNIK/KREMLIN POOL / POOL)

Le sommet entre le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine à Genève est terminé. Le premier a quitté mercredi peu avant 17h30 la Villa La Grange, selon les images officielles de la rencontre.

Plus de 35 ans après les dirigeants américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev, les deux dirigeants avaient démarré leur sommet en début d'après-midi. D'entrée, le premier a dit considérer celui-ci comme "important" et le second l'a souhaité "productif".

M. Biden a également utilisé le terme de "grande puissance" pour parler de son rival russe. Avant le sommet pendant sa tournée européenne, il n'avait pas hésité à affirmer clairement qu'il signifierait à Vladimir Poutine quelles sont "les lignes rouges" américaines dans la relation bilatérale.

Une étape considérée comme indispensable par plusieurs experts si les Etats-Unis veulent atteindre, comme ils le souhaitent, un lien plus "stable et prévisible" avec Moscou. Ce souhait de réchauffement malgré les divergences, de même que celui de collaborer là où c'est possible, a été répété par le chef de la Maison Blanche au début de son dialogue avec M. Poutine.

Plusieurs formats

Cybersécurité, désarmement, droits humains, les sujets ne manquent pas entre les deux dirigeants. Des partenariats semblent possibles sur des questions comme l'Iran ou le changement climatique. En revanche, les fronts sont ancrés sur l'Ukraine, la répression au Bélarus ou l'affaire Navalny. Sur l'opposant russe détenu après avoir été empoisonné, Moscou ne tolère pas d'interférence internationale.

Les deux présidents étaient accompagnés dans un premier temps de leur chef de la diplomatie (P+1), Antony Blinken pour les Américains et Sergueï Lavrov pour les Russes. Après deux heures et une pause, le format a ensuite été élargi au format "P+5", avec de nouveaux collaborateurs pour chaque pays.

Pour la Suisse, ce sommet est important et met Genève au centre de la scène internationale. "Meilleurs voeux et au revoir", a dit peu avant 13h30 le président de la Confédération Guy Parmelin en français, en anglais et en russe, en laissant le Villa La Grange aux deux dirigeants. "La Suisse est heureuse de pouvoir, conformément à sa tradition des bons offices, favoriser votre dialogue et votre compréhension mutuels", a-t-il expliqué.

Continuer la lecture

Genève

Sommet historique entre Biden et Poutine à Genève

Publié

le

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine vont discuter dans la Villa La Grange à Genève. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine se retrouvent ce mercredi à Genève pour un sommet historique. Ils doivent tenter d'apaiser les relations entre leurs deux pays dans une période de tensions.

Plus de 35 ans après la rencontre entre les dirigeants américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev à Genève, M. Biden et M. Poutine vont entamer en début d'après-midi leur dialogue dans la Villa La Grange. Leur premier tête-à-tête depuis l'arrivée du démocrate à la Maison Blanche.

M. Biden a multiplié ces derniers jours les réunions avec les alliés des Etats-Unis, du G7 à l'OTAN en passant par l'UE. Il a affiché sa volonté de rassembler "le monde libre" face à la montée de plusieurs autoritarismes, au premier rang desquels la Chine. Il souhaite oeuvrer à une relation "stable et prévisible" avec Moscou.

La réunion de mercredi à Genève est largement saluée comme un succès par le simple fait qu'elle ait lieu. En revanche, les attentes en termes de contenus sont limitées, quelques mois après le renouvellement au dernier moment de l'accord de réduction des armes nucléaires stratégiques (New START). Sur la scène internationale, les divergences sont nombreuses, de la Syrie à l'Ukraine.

Discussion sur des détenus

Avant même la rencontre, le ton est venu refléter les tensions entre Washington et Moscou. Face à celui qu'il a qualifié récemment de "tueur", M. Biden veut aborder des questions liées aux droits humains. Mais la situation au Bélarus ou l'affaire de l'opposant russe Alexeï Navalny sont considérées par la Russie comme ne devant pas faire l'objet d'une interférence internationale.

Vladimir Poutine s'est en revanche dit prêt à un échange de détenus pour réchauffer les relations. Alors même que M. Biden est sous pression pour obtenir la libération de deux Américains, un homme accusé d'espionnage et un second emprisonné pour avoir agressé deux policiers. La Maison Blanche a annoncé que leur situation serait abordée. La Suisse est elle prête à faciliter une possible initiative.

Le sommet est organisé dans une ville de Genève sous un important dispositif de sécurité. Des milliers de membres de forces de l'ordre sont mobilisés.

Continuer la lecture

Genève

Sommet Biden-Poutine à Genève: le suivi en continu

Publié

le

Genève accueillera la rencontre entre les deux Présidents Joe Biden et Vladimir Putin le mercredi 16 juin 2021 (image d'illustration - ©KEYSTONE/POOL/PETER KLAUNZER)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Même si vos amis vous adorent, votre susceptibilité et vos bouderies à la moindre contrariété pourraient devenir lassantes !

Publicité

Les Sujets à la Une

X