Rejoignez-nous

Virus COVID-19

281 personnes infectées par le coronavirus en Suisse

Publié

,

le

Selon les chiffres de l'OFSP publiés dimanche à 12h00, la Suisse compte désormais 281 personnes infectées. (© KEYSTONE/Marcel Bieri)

Le coronavirus continue de se propager en Suisse. Selon les chiffres de l'OFSP publiés dimanche à 12h00, le pays compte désormais 281 personnes infectées. 51 autres cas sont encore en cours d'analyse après un premier résultat positif.

Samedi, l'Office fédéral de la santé publique avait signalé 228 cas confirmés. Vingt cantons, dont tous les romands, sont touchés. Toutes les personnes touchées sont isolées et les autorités sanitaires informent les personnes qui ont eu un contact étroit avec elles.

La tranche d’âge des cas testés positifs jusqu’ici va de 0 à 89 ans, la médiane étant de 46 ans (50% des cas sont plus jeunes et 50% sont plus âgés). 54% des cas concernent des hommes, 46% des femmes.

Frontaliers concernés?

L'impact des mesures drastiques prises en Italie, qui a mis en quarantaine tout le nord du pays, soit 15 millions d'habitants, semble encore flou pour les quelque 70'000 frontaliers se rendant au Tessin. Selon le décret du gouvernement italien, les déplacements dans la zone en quarantaine devront être limités à "des impératifs professionnels dûment vérifiés et à des situations d'urgence, pour des raisons de santé".

"Le Conseil fédéral suit étroitement les développements de la situation en Italie", a indiqué dimanche sur Twitter son porte-parole André Simonazzi. Le gouvernement est en contact avec les autorités tessinoises et italiennes afin d'évaluer en permanence son dispositif de réponse à ces événements, a-t-il précisé.

Les trains circulent

Les CFF ont eux indiqué que les trains transfrontaliers continuent de circuler selon l'horaire. Les autorités italiennes n'ont pas ordonné de restrictions dans ce domaine, explique la compagnie dans un bref communiqué. Tous les convois sont régulièrement désinfectés depuis la fin février.

Malgré ces évolutions, la majorité de la population suisse reste calme. Selon un sondage, elle soutient clairement les mesures prises par la Confédération.

Selon ce sondage de l'institut de recherche Link, pour le SonntagsBlick, 76% des sondés considèrent par exemple que l'interdiction des grands événements est appropriée. L'enquête a été menée du 3 au 6 mars auprès de 1074 personnes dans les trois régions linguistiques principales du pays.

Les deux tiers (67%) des personnes interrogées ne se sentent pas ou peu menacées par le virus. En revanche, 24% jugent le danger lié au coronavirus comme moyen et 8% comme élevé. Ces valeurs restent stables et n'ont que peu changé par rapport à la semaine précédente.

Un sondé sur quatre est favorable à la fermeture des frontières avec l'Italie, pays le plus touché par le coronavirus avec la Chine, la Corée du Sud et l'Iran. Le Conseil fédéral et les ministres européens de la santé se sont jusqu'à présent prononcés contre cette mesure, en raison de ses importantes conséquences.

Suffisamment informé

La gestion de la crise par le Conseil fédéral est jugée comme bonne par une grande partie des personnes interrogées. Par ailleurs, 86% estiment que l'OFSP les informe suffisamment.

Selon l'enquête, la population suit largement les mesures de prévention recommandées par la Confédération. Ainsi, 93% des sondés disent se laver fréquemment les mains, 76% évitent de se serrer la main et plus de la moitié s'abstiennent temporairement de voyager à l'étranger.

Les masques de protection ne convainquent en revanche pas. Moins d'une personne sur dix envisage d'en porter.

Annulations

Cependant, les annulations d'événements se poursuivent. La Fondation Gianadda à Martigny (VS) a supprimé les conférences prévues les 17, 18 et 19 mars en présence de l'ancien conseiller fédéral et collectionneur d'art Christoph Blocher. Elle invoque les recommandations fédérales et cantonales sur le coronavirus liées aux manifestations de plus de 150 personnes.

L'exposition "Chefs-d'oeuvre suisses" reste elle ouverte tous les jours jusqu'au 14 juin, rappelle la Fondation Gianadda.

Quant au Parti socialiste suisse (PS), il pourrait reporter à l'automne son Congrès prévu à Bâle les 4 et 5 avril. La succession de Christian Levrat à la présidence ainsi que les vice-présidences doivent être réglées lors de ce congrès. Le PLR a lui déjà annoncé qu'il renonce à son assemblée des délégués du 4 avril à Bienne.

Solutions pour les entreprises

L'épidémie va aussi laisser des traces dans l'économie suisse au premier semestre 2020, estime la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

Le Seco est en contact étroit avec les entreprises et autres organes de l'économie, a-t-elle annoncé à la radio alémanique SRF. Les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail représentent une bonne solution, mais elles n'aident pas partout. La Confédération entend soutenir les entreprises touchées par des solutions taillées sur mesure,

La directrice du Seco rejette en revanche clairement les revendications de plan de relance économique. Des mesures à court terme sont demandées maintenant, tandis qu'un tel plan court sur des années.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Femmes enceintes, un groupe à risque

Publié

le

Les femmes enceintes devraient suivre scrupuleusement les mesures de distanciation sociale (image prétexte). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)
Les femmes enceintes doivent être considérées comme un groupe à risques dans le cadre de la pandémie de coronavirus. La Société suisse de gynécologie et d'obstétrique est en train de modifier ses recommandations, explique le professeur David Baud, du CHUV.

Au tout début de la crise de coronavirus, les informations provenant de Chine, d'Italie et des Etats-Unis étaient "rassurantes". Les femmes enceintes ne semblaient pas présenter plus de risques que la population du même âge, explique à Keystone-ATS le professeur David Baud, chef du Service de gynécologie et obstétrique du CHUV, à Lausanne.

Mais des données plus récentes ont nettement rebattu les cartes: on estime désormais que les femmes enceintes ont trois à cinq fois plus de risques de développer une forme sévère du Covid-19. Et on sait que le virus n'est pas sans conséquence pour le bébé.

Retard de croissance possible

"La maladie induit des changements dans le placenta, qui peut être infecté. Cela laisse supposer que les bébés sont moins bien nourris in utero et qu'ils pourraient développer un retard de croissance", précise le professeur Baud.

Les spécialistes n'ont pas constaté de malformation. Mais un retard de croissance à la naissance implique que les nourrissons sont plus petits, plus faibles et ont plus de risques de tomber malades.

"Nous savons depuis peu que le virus peut atteindre le foetus, même en fin de grossesse", ajoute le médecin. "L'impact d'une infection maternelle aux 1er et 2e trimestres reste encore mal connu, raison pour laquelle les patientes infectées doivent être étroitement suivies le reste de la grossesse".

Recommandations à modifier

Pour le spécialiste, pas de doute: "ce qu'on sait est suffisamment alarmant pour que les femmes enceintes soient placées dans un groupe à risques". David Baud, qui avait co-écrit les précédentes recommandations de la Société suisse de gynécologie et d'obstétrique, a fait part de son inquiétude à l'association.

Ses observations sont en consultation interne jusqu'au 23 juillet. Le spécialiste espère que de nouvelles recommandations seront émises début août. Pour être ensuite transmises à l'OFSP. "Je ne suis pas inquiet maintenant. Mais il faut être prêt, si une deuxième vague survient en septembre ou en octobre", ajoute-t-il.

Télétravail

Concrètement, les femmes enceintes devraient davantage se protéger et suivre scrupuleusement les mesures de distanciation sociale. En clair, il s'agit de privilégier le télétravail ou de travailler dans un cadre adapté, sinon elles devraient bénéficier d'un arrêt-maladie.

Le CHUV a créé un registre mondial des bébés Covid-19, auquel participent plus de 200 hôpitaux. "Plus de mille cas de patientes infectées y sont documentés", détaille le médecin. "Cela donnera des données plus fiables. Nous effectuons actuellement les premières analyses, et espérons avoir des résultats fin août".

Continuer la lecture

Sport

Super League: Un cas de Covid-19 à Xamax

Publié

le

Un joueur de Xamax a été testé positif au Covid-19 (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Neuchâtel Xamax annonce dans un communiqué qu'un joueur de son équipe première a subi un test de dépistage positif au Covid-19 mardi.

La lanterne rouge de Super League précise que le joueur en question n'a joué ni face au FC Zurich ni face au FC Thoune.

L'identité de celui-ci ne sera pas révélée publiquement par égard pour lui et ses proches, précise Xamax dans son communiqué. Le club souligne qu'il "ne s'exprimera pas sur le sujet, tant qu'il n'aura pas reçu d'instructions du médecin cantonal et de la Swiss Football League." Une réaction de celle-ci était à nouveau attendue.

Tous les joueurs, membres du staff et de l'administration de Neuchâtel Xamax ont subi deux tests par frottis, vendredi dernier puis mardi matin, après l'annonce de cas positifs au FC Zurich. Si les tests effectués vendredi se sont tous révélés négatifs, cela ne fut pas le cas ce mardi.

Les deux équipes s'étaient affrontés le mardi précédent à la Maladière. Après l'annonce jeudi du test positif du défenseur du FCZ Mirlind Kryeziu, le médecin cantonal zurichois avait rapidement ordonné la mise en quarantaine pour le FC Zurich qui a révélé samedi que cinq autres joueurs, trois membres du staff et le président Ancillo Canepa étaient également infectés par le Covid-19.

Continuer la lecture

International

Macron remercie la Suisse pour son aide

Publié

le

Le président français Emmanuel Macron a invité les ministres de la santé de la Suisse, de l'Allemagne, de l'Autriche et du Luxembourg pour l'aide que ces pays ont apportée aux malades français atteints par le Covid-19. (©KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)
Le conseiller fédéral Alain Berset a appelé mardi à aller au-delà des frontières pour renforcer la lutte contre le coronavirus. Il était l’invité du président français Emmanuel Macron à la cérémonie officielle du 14 juillet.

M. Macron a remercié la Suisse pour avoir accueilli 52 patients français. "Cette invitation était une forme de reconnaissance et de remerciement de la part de la France", a affirmé M. Berset lors d'une conférence de presse à l'ambassade.

Les patients français ont été accueillis dans les hôpitaux de 15 cantons. L'épidémie avait frappé avec force le sud de l'Alsace. "Ce sont les cantons qui ont fait cet effort", a-t-il rappelé.

Solidarité dans les faits

Au cours de la cérémonie, le ministre a eu l'occasion de dialoguer à deux reprises avec le président français. "Il a remercié expressément à chaque fois la Suisse pour l'engagement et la solidarité montrée à l'égard de la France dans cette période difficile".

Le conseiller fédéral était invité avec les ministres de la Santé allemand, autrichien et luxembourgeois. Ces trois pays avaient aussi accueilli des malades français.

"Nous avons beaucoup appris ensemble", a assuré M. Berset. "La solidarité s'est traduite dans les faits. Ce n'était pas juste dans les mots", a-t-il ajouté. "Je pars de l'idée que cela peut aller dans un sens, mais aussi dans un autre en cas de nécessité ".

Première fédérale

M. Berset a été le premier conseiller fédéral à assister au défilé militaire du 14 juillet à Paris. En raison de l'épidémie de coronavirus, il ne s'est pas déroulé sur les Champs-Elysées, mais sur la Place de la Concorde. Le ministre a ainsi pu voir défiler un détachement de quatre soldats suisses avec le drapeau de la Confédération. Les quatre pays invités ont eu droit à cet honneur.

Après le défilé, le conseiller fédéral s'est rendu au ministère de la Santé à l'invitation de son homologue français Olivier Véran. Il y a partagé un repas de travail avec les ministres des trois autres pays invités.

"Le virus ne s'est pas arrêté aux frontières. Et nous non plus", a-t-il affirmé lors d'une courte déclaration. "Nous avons été en mesure de les dépasser." Il a estimé que cette rencontre à Paris "consolidait les collaborations de ces derniers mois". Il a appelé à améliorer "sans cesse ce processus". Selon lui, l'épidémie du coronavirus a démontré qu'il "n'y avait pas d'alternative au multilatéralisme et à la coopération internationale".

Le rôle des cantons

Face à la presse, le conseiller fédéral s'est dit convaincu qu'une seconde vague "aurait un autre visage que la première". "Je crois que si on maîtrise bien la situation, on ne devrait pas revivre la même situation de mars où l'on ne savait pas ce qui arrivait."

Avant la cérémonie, M. Berset a saisi l'occasion pour dialoguer avec d'autres membres du nouveau gouvernement français. Il a ainsi échangé quelques mots avec le ministre des Finances, Bruno Le Maire, ou Roselyne Bachelot, en charge de la Culture. Il a aussi dialogué avec la maire de Paris Anne Hidalgo, réélue fin juin.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : les Swiss Indoors annulés

Publié

le

Les Swiss Indoors n'auront pas lieu en 2020 (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)
Les Swiss Indoors de Bâle, prévus à partir du 24 octobre, sont définitivement annulés. L'ATP a officiellement retiré le tournoi du calendrier.

Il y a un mois, les organisateurs avaient déjà annoncé qu'ils ne pourraient pas organiser le tournoi cette année en raison de la pandémie de COVID-19. L'ATP a formellement accepté la demande d'annulation et devrait publier un calendrier révisé des tournois dans les prochains jours.

Au vu de l'incertitude médicale, sociale et économique, Bâle a considéré que la mise en scène de l'événement, qui a fait presque salle comble à la St. Jakobshalle, était irresponsable et irréaliste. "Dès le départ il était hors de question pour nous de jouer à huis clos", a fait savoir le président du tournoi, Roger Brennwald.

Les prochains Swiss Indoors, qui seront l'occasion de fêter la 50e édition du tournoi, se dérouleront du 23 au 31 octobre 2021. Les billets déjà achetés peuvent être remboursés - ou ils restent valables pour l'année à venir (même jour, même lieu). Les préventes sont pour l'heure suspendues. Elles reprendront le 1er septembre 2020 en vue du tournoi anniversaire de 2021. Les Swiss Indoors feront également partie de la catégorie ATP 500 l'année prochaine.

Continuer la lecture

Vaud

Caritas et CSP ont distribué plus d'un million aux démunis

Publié

le

Les institutions ont distribué des bons pour acheter de la nourriture dans les épiceries Caritas (Image prétexte). (KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
Dans le canton de Vaud, Caritas et le CSP ont versé plus d'un million de francs aux personnes précarisées par la crise du coronavirus. Dans 81% des cas, ces aides ont permis de payer des loyers. Un peu plus d'une personne aidée sur deux vit à Lausanne.

Dès le début de la crise sanitaire, les deux institutions ont constitué un Fonds d'aide d'urgence privé. Plus d'un million de francs ont été récoltés en quelques semaines grâce aux contributions de la Chaîne du Bonheur, des entreprises de la région et des fondations, indique mardi un communiqué.

Au 30 juin, près de 1,07 million de francs ont ainsi été versés, dont 133'000 francs en bons pour les Epiceries Caritas. Le Fonds est venu en aide en priorité aux personnes que la perte d'emploi découlant de la crise plongeait dans une grande détresse et qui n'ont pas accès à l'aide publique, expliquent les deux institutions.

La phase dite "d'aide d'urgence" a pris fin le 1er juillet. Les demandes pendantes seront traitées durant l'été. Les deux organisations vont tirer un bilan et "réfléchir à des solutions mobilisatrices de tous les acteurs concernés pour qu'une détresse sociale d'une telle ampleur ne se reproduise plus", écrivent-elles.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Vous prenez, plus que jamais, soin de votre image. Pour éblouir qui vous aimez, vous n’hésiterez pas à sortir le grand jeu.

Publicité

Les Sujets à la Une

X