Rejoignez-nous

Virus COVID-19

Coronavirus - La Suisse atteint la barre des 2700 cas positifs

Publié

,

le

(@UNSPLASH/BRET KAVANAUGH)
Le nombre de cas de COVID-19 en Suisse et au Liechtenstein continue de progresser à un rythme soutenu. Mardi à la mi-journée, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) faisait état d'environ 2700 cas, contre environ 2300 la veille.

"Actuellement 2269 cas ont été confirmés, 162 sont encore en cours d’analyse après un premier résultat positif. Environ 270 déclarations n’ont pas encore été saisies", a indiqué mardi l'OFSP dans un communiqué.

"Ce n'est que le début de la vague", a avancé Daniel Koch responsable de la division des maladies transmissibles de l'OFSP lors d'un point de presse. Les chiffres continueront à grimper dans les prochains jours. Les mesures ne devraient montrer leurs effets que d'ici une semaine.

Tout le territoire est désormais touché. L'OFSP fait état de 19 décès des suites de la maladie. La Confédération, qui renonce désormais à une présentation détaillée des données, relève que les chiffres du jour se basent sur les déclarations reçues jusqu’à mardi matin. C’est pourquoi ils peuvent diverger de ceux communiqués par les cantons.

Selon un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 26 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s'agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d'autres maladies. L'OFSP peine à suivre l'évolution chiffrée des cas. Et cela dit beaucoup sur l'épidémie, selon M. Koch. "C'est pourquoi il est important de prendre toutes les mesures pour la freiner."

Pas arrêter le virus

"Nous ne pouvons pas arrêter le virus", a rappelé le responsable. "Mais nous pouvons influencer la courbe des infections", si la population respecte les règles édictées par le Conseil fédéral.

"Chacun doit faire attention pour ne pas s'infecter et n'infecter personne". Si nous n'y parvenons pas, "les hôpitaux seront surchargés et le nombre de décès sera plus élevé que nécessaire", a averti M. Koch.

La Suisse devrait disposer entre 1000 et 1200 lits en soins intensifs, sachant que 800 sont opérationnels aujourd'hui. Mais il faut surtout que le personnel soit en mesure de travailler dans ces infrastructures, a indiqué le responsable de l'OFSP. Dans 10 jours, on aura une vue plus précise de la situation.

Dans ce cadre, le Syndicat des services publics (SSP) exige de nouvelles mesures pour le personnel de santé, sans quoi le système pourrait s'écrouler. Il demande une meilleure protection. Le droit aux pauses et aux périodes de repos doit être respecté pour garantir des conditions sécurisées au personnel de santé.

Tests ciblés

Les personnes sans symptômes liés au coronavirus n'ont pas besoin d'être testées. Le virus n'est pas visible durant la phase d'incubation, a rappelé M. Koch. Le test sera donc négatif et n'apportera aucune sécurité. Et d'ajouter que les personnes qui présentent des symptômes doivent rester chez elles.

Les tests sont réalisés de manière plus large qu'au début de l'épidémie, puisque le virus se répand dans la population, mais aussi de manière plus ciblée. Les tests ne sont pas en recul, a assuré le responsable. Actuellement, 2500 tests peuvent être réalisés par jour. Mais cette limite évolue chaque jour.

Enfants peu vecteurs

Interrogé sur le rôle des enfants dans la propagation du virus, M. Koch a encore rappelé qu'ils ne sont pas les vecteurs principaux. Ils ne sont infectés que dans de rares cas et ne sont généralement pas hospitalisés. Les véritables vecteurs sont les adultes.

Une isolation n'est pas nécessaire. "Ils doivent avoir une vie aussi normale que possible. Une sortie sur la place de jeux n'est pas un problème."

"Le problème vient des parents qui se regroupent autour de ces lieux pour discuter et ensuite amènent les courses à leurs parents", a-t-il poursuivi. La séparation des générations est essentielle. Le comportement de la population fera la différence, et pas la fermeture des structures.

Distance sociale

Les pharmacies et les magasins encore ouverts l'ont bien compris et prennent des précautions. Des cloisons de plexiglas sont ainsi mises en place dans les Migros et dans les pharmacies.

Pour la Migros, la protection des collaborateurs est la première priorité, indique son porte-parole Marcel Schlatter à Keystone-ATS. Les règles d'hygiène de l'Office fédéral de la santé sont strictement suivies.

Certaines pharmacies assurent aussi d'autres services comme des livraisons à domicile ou mettent à disposition des casiers de livraison à l'extérieur des pharmacies.

Continuer la lecture
6 Commentaires

6 Comments

  1. Notification automatique: Coronavirus – Switzerland reaches 2,700 positive cases | En24 News

  2. Furnar

    17 mars 2020 à 18:56

    Alons nous enfin faire comme les chinois les italiens les français stop stop stop tous à la maison il est déjà trop tard !!!!

    • Jami

      17 mars 2020 à 20:32

      La faute vient du gouvernement pas des parents, ni des enfants. Fermer les frontières tout le monde A LA MAISON. n°1;la santé; n°2 la famille; n°3 le travail
      La plupart des personnes ne ce respectent pas eu même,comment voulais vous que ça fonctionne.

  3. Maréchal

    18 mars 2020 à 00:10

    Rien n'a été pris au sérieux.
    1. Bloquer à terre toute l'aviation civile (tourisme inutile mais propagateur)et ce dans le monde entier.Fermer les transports publics.
    2. Fabrication de vrais masques protecteurs, aussi pour la population.
    3. Inciter la population à la prudence moyennent des heures d'information, ex.tv., en faisant un peu peur.
    4. Le confinement n'est que l'aboutissement de l'insouciance des uns, de irresponsabilités des autres et c'est amusant, chers écologistes, c'est beau les transports publics, la promiscuité...?
    5. Il y a des gens qui se retrouvent à terre sans aucun revenu ni ressource, et dans l'incapacité de payer leur
    loyer et frais et rien dans l’assiette. Et lorsque vous faites des x tél. on vous dit zut.
    Merci la Suisse. Plus il y aura de morts âgés, ce sera autant de retraites de moins à payer.

  4. SOLANGE SEYDOUX

    18 mars 2020 à 09:32

    Bonjour
    une question pour les concierges que doivent il faire,

  5. Danielle Economou

    19 mars 2020 à 10:59

    Les enfants peuvent être porteurs du virus sans tomber malade .Ils peuvent transmettre le virus .
    Il faut absolument les garder à la maison .Chaque personne porteuse infecte ceux qu'elle approche de moins de 1m1/2 à 2 m. ( les instructions diffèrent un peu sur ce point )

Laisser un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

134 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

Impossible de passer à côté des gestes barrière. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)
L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé vendredi 134 nouvelles infections au Covid-19 lors des dernières 24 heures. Un nombre proche de celui de mercredi (137), après un léger recul jeudi (116).

Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont recensé 32'101 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 576 ces sept derniers jours. Aucun nouveau décès n'a été annoncé vendredi, le total étant maintenu à 1686.

L'OFSP annonce en outre quatre nouvelles hospitalisations. Actuellement, douze personnes sont sous respirateur, a précisé Patrick Mathys, le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP lors d'un point de presse.

Cette situation n'est pas inattendue au vu de l'augmentation des cas au cours des derniers jours. La Suisse compte actuellement 10 cas pour 100'000 personnes.

Nouvelles mesures

Le Conseil fédéral a pris mercredi de nouvelles mesures afin de limiter la propagation. Une quarantaine sera nécessaire pour les personnes qui entrent en Suisse depuis un pays un risque. La liste contient actuellement 29 pays. Par ailleurs, le port du masque sera obligatoire dans les transports publics dès lundi.

Les cantons ont la possibilité de prendre d'autres mesures, a précisé M. Mathys. Cela pourrait concerner notamment les bars et les discothèques. Les prochaines semaines diront où se trouvent les "hotspots" et si une intervention au niveau fédéral est nécessaire afin de réduire le nombre d'infections. Le retour au télétravail serait une possibilité.

Et M. Mathys de rappeler que les cantons sont responsables de retracer les contacts et de mettre à disposition les ressources nécessaires pour le faire.

Continuer la lecture

Vaud

Port du masque obligatoire dans les commerces vaudois

Publié

le

Le Conseil d'Etat vaudois a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans les commerces. (@KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le canton de Vaud veut éviter un nouveau semi-confinement. Et pour y parvenir, il mise sur le traçage et le masque, plutôt que sur des fermetures d’établissements. Un traçage qui sera obligatoire dans les restaurants, les bars, les discothèques ou les lieux de culte. Et un masque exigé pour pénétrer dans un supermarché, par exemple.

C’est un fait : le virus est toujours là! Le nombre de nouveau cas de coronavirus est reparti à la hausse ces derniers jours partout en Suisse. Des nouvelles infections qui concernent surtout les jeunes et les personnes actives. Hier jeudi, 41 personnes positives étaient en isolement sur sol vaudois et 225 en quarantaine. Des contaminations qui sont probablement liées au non respect des mesures individuelles de protection, comme la distance sociale ou la désinfection des mains.

Rebecca Ruiz, Conseillère d’Etat vaudoise en charge de la santé :

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat vaudoise en charge de la santé
Rebecca Ruiz Conseillère d'Etat vaudoise en charge de la santé

Au regard de cette situation, le Conseil d’Etat prend de nouvelles mesures afin d’éviter une seconde flambée du COVID-19. Il décrète dès mercredi prochain 8 juillet à 6h le port du masque obligatoire dans les commerces accueillant plus de 10 personnes en même temps. Clients et personnel compris. On parle ici notamment des supermarchés et autres centre commerciaux et garden center.

Pour les clubs, discothèques ou encore les bars, le masque est fortement recommandé dès ce vendredi soir, tout comme la prise de température des clients à leur entrée dans ces établissements. En revanche, et là ce sera obligatoire dès ce vendredi soir 3 juillet : le traçage de la clientèle devra être systématique et fiable. Une collecte de données qui sera aussi exigée dès mercredi prochain cette fois, dans les restaurants.

Déjà recommandé jusqu’à aujourd’hui, le traçage est malheureusement trop souvent pris à la légère selon Philippe Leuba, Conseiller d’Etat en charge de l’économie :

Philippe Leuba
Conseiller d'Etat vaudois en charge de l'économie
Philippe Leuba Conseiller d'Etat vaudois en charge de l'économie

Des restaurants qui devront aussi garantir le respect absolu de la distance sociale.

Globalement pour le Conseil d’Etat vaudois, l’objectif annoncé est déduire au strict minimum les contraintes pour le secteur économique, avec des mesures proportionnées entre maintien de l’activité et protection de la santé de la population. En cas de non-respect de ces directives et de péjoration de la situation sanitaire, le Gouvernement vaudois prendra de nouvelle mesures, annoncées plus contraignantes.

Mais pour éviter d’en venir (ou d’en revenir) à cet extrême-là, la balle est désormais dans le camp de la population.

Nuria Gorrite, Présidente du Conseil d’Etat :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat vaudois
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat vaudois

Pour garantir le respect et l’application des mesures, des contrôles seront menés par les différents corps de Police. Avec des dénonciations pénales à la clé pour les contrevenants. La durée de ce nouveau dispositif de protection est indéterminée. Mais il sera adapté en fonction des impératifs sanitaires et économiques.

Et puis notez qu’en ligne avec les annonces fédérales de mercredi, le canton de Vaud rappelle que le port du masque sera obligatoire dans tous les transports publics. Pour les résidents vaudois rentrant de pays classés à risque par la Confédération, ils devront quant à eux s’annoncer auprès du canton, via la hotline santé joignable au 0800 316 800 et qui donnera les indications nécessaires.

Continuer la lecture

Suisse

Médecins cantonaux pour une obligation générale du port du masque

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Urs Flueeler)
L'obligation du port du masque dans les transports publics n'est pas suffisante pour les médecins cantonaux. Le président de la faîtière, Rudolf Hauri, serait favorable à une obligation du port du masque dans tout l'espace public.

D'un point de vue épidémiologique, il serait recommandé de porter un masque de protection dans tous les magasins et endroits où il y a des rassemblements de personnes, a indiqué jeudi Rudolf Hauri sur les ondes de la radio alémanique SRF.

Dans une autre émission, l'épidémiologiste à l'EPFL Marcel Salathé s'est aussi félicité du port obligatoire du masque dans les transports publics. En principe, un masque de protection est utile partout où la distance minimale ne peut être respectée et où la traçabilité n'est pas possible. Il est convaincu que le port des masques sera étendu à d'autres domaines de la vie publique.

M. Salathé, tout comme le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse Rudolf Hauri, salue par ailleurs la quarantaine imposée aux voyageurs en provenance de pays à risque, ordonnée mercredi par le Conseil fédéral. Une quarantaine n'est cependant pas un séjour en prison. Elle contient un élément de liberté, a rappelé M. Hauri.

Capacités des cantons en question

La mise en œuvre de la quarantaine est une tâche supplémentaire afin de retracer la chaîne d'infection, estime M. Hauri. Toutefois, les médecins cantonaux sont préparés et peuvent faire appel à des tiers tels que la Ligue pulmonaire à cette fin.

De son côté, M. Salathé est préoccupé par les capacités des cantons. Plusieurs de ces derniers ont signalé qu'ils ne seraient pas en mesure de rechercher suffisamment de contacts si les cas devaient être confirmés plus rapidement. Attirer le virus dans une impasse, pour ainsi dire, en brisant les chaînes d'infection, est crucial pour lutter contre la pandémie de Covid 19.

C'est pourquoi les tests doivent être beaucoup plus rapides, sinon le virus aura toujours un temps d'avance. Le délai entre l'apparition des symptômes, le test et son résultat ne devrait pas excéder un jour.

Il faut ensuite prendre 24 heures supplémentaires pour effectuer la recherche des contacts, afin que toutes les personnes concernées puissent être mises en quarantaine ou en isolement. Le virus est rapide, a souligné M. Salathé. Toute personne infectée devient contagieuse en quelques jours.

Continuer la lecture

Virus COVID-19

Comment bien porter un masque pour qu'il soit efficace ?

Publié

le

Gregory Chaillou, infirmier spécialiste en prévention et contrôle de l'infection au CHUV montre comment bien porter un masque lors de la crise du Coronavirus (Covid-19). (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Les masques devraient se multiplier dès lundi en Suisse avec l'obligation d'en porter un dans les transports publics. La protection n'est toutefois efficace que si elle est bien utilisée, rappelle un expert.

D'aucuns se promènent en ville le masque sous le nez ou sous le menton. D'autres le touchent constamment sans se laver ou se désinfecter les mains. Une utilisation problématique, car elle crée un faux sentiment de sécurité.

"En portant un masque, les gens vont avoir l'impression d'être protégés", explique l'infirmier spécialiste en prévention et contrôle de l'infection au CHUV Grégory Chaillou. S'ils ne suivent pas les mesures d'hygiène, ils peuvent cependant devenir vecteurs de transmission, notamment s'ils vont voir des personnes fragiles avec un masque ou des mains potentiellement contaminés.

Pour éviter toute nouvelle infection, l'expert rappelle la marche à suivre: se laver ou se désinfecter les mains avant de mettre ou d'enlever un masque, le manipuler uniquement par les élastiques et le mettre à la poubelle après utilisation s'il est à usage unique ou le laver à 60° pendant au moins 30 minutes s'il est réutilisable.

Quels sont les gestes à adopter pour que le masque soit efficace ?

Présenté par Grégory Chaillou, infirmier spécialiste en prévention et contrôle de l'infection au CHUV

CREDIT: Laurent Darbellay

Continuer la lecture

Suisse

Près de 120 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)
L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé jeudi 116 nouvelles infections au Covid-19 lors des dernières 24 heures. Le nombre de nouveaux cas journaliers est inférieur à celui de mercredi, quand 137 nouveaux cas avaient été signalés.

Si le nombre de nouveaux cas a connu une légère diminution entre mercredi et jeudi, il a cependant doublé par rapport à celui des premiers jours de la semaine. Mardi, la Suisse avait enregistré 62 nouveaux cas, tout comme dimanche, alors 35 nouveaux cas avaient été annoncés lundi.

Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont recensé 31'967 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 493 ces sept derniers jours. L'incidence se monte à 372,4 cas pour 100'000 habitants. Un nouveau décès a été annoncé jeudi, ce qui porte le total à 1686.

Selon les derniers chiffres fournis par l'OFSP, 437 personnes se trouvent en isolement et 2133 en quarantaine. C'est à Soleure que le nombre de quarantaine est le plus élevé (353), devant Zurich (325), Fribourg (250), Argovie (227) et Vaud (210).

Les hospitalisations sont au nombre de 4051, soit neuf de plus que la veille. Quant aux tests, 599'105 ont été effectués depuis le début de la pandémie, dont 6,4% étaient positifs. En 24 heures, le personnel soignant a effectué 15'177 tests et 59'260 ces sept derniers jours.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Laissez vos petites tracasseries à la porte ! Dimanche placé sous le signe de la joie et de la complicité entre copains. Un vrai bonheur !

Publicité

Les Sujets à la Une

X