Rejoignez-nous

Virus COVID-19

Pékin dément toute "dissimulation" dans le bilan du Covid-19

Publié

,

le

Image prétexte (AP Photo/Ng Han Guan)
Le gouvernement chinois a démenti toute "dissimulation" dans le bilan du Covid-19. Cette affirmation arrive après une brusque augmentation du nombre de décès comptabilisés dans le pays.

"Il n'y a jamais eu aucune dissimulation et nous n'autoriserons jamais aucune dissimulation", a assuré devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian. Il a aussi estimé "impératif que tous les pays s'unissent pour combattre l'épidémie."

Il s'exprimait après l'annonce de 1290 morts supplémentaires à Wuhan, la ville où le virus est apparu à la fin de l'année dernière. La mairie de la ville a expliqué que ces morts n'avaient pas été comptabilisés parce qu'ils étaient décédés chez eux et non à l'hôpital. Ce nouveau décompte porte à 4632 le bilan des décès enregistré dans le pays le plus peuplé du monde.

Critiques internationales

Alors que les conditions de sortie de la crise sanitaire mondiale semblent incertaines, le président français Emmanuel Macron a mis en cause Pékin, emboîtant le pas aux dirigeants américains. Il y a "manifestement des choses qui se sont passées qu'on ne sait pas", a-t-il déclaré au quotidien britannique Financial Times, mettant aussi en doute le bilan affiché par la Chine en termes de victimes.

A Londres, le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab a déclaré que Pékin devrait répondre à des "questions difficiles concernant l'apparition du virus et pourquoi il n'a pas pu être stoppé plus tôt".

Échappé d'un laboratoire ?

Le nouveau coronavirus est soupçonné d'être apparu dans un marché en plein air de Wuhan où des animaux exotiques étaient vendus vivants. D'origine animale et proche d'un virus présent chez des chauves-souris, il aurait pu s'y transmettre à l'Homme et muter.

Mais des médias américains ont ouvert une autre piste. Selon le Washington Post, l'ambassade des Etats-Unis à Pékin avait alerté Washington il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire local qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Et d'après Fox News, le coronavirus actuel émanerait de ce laboratoire, même s'il s'agirait bien d'un virus naturel - et non un agent pathogène créé par les Chinois - et que sa "fuite" serait involontaire.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Covid-19 : le Parlement tranchera sur les loyers commerciaux

Publié

le

Les restaurants, qui ont dû fermer en raison des mesures de lutte contre le coronavirus, pourraient bénéficier d'une réduction de loyer. Le Parlement tranchera sur un projet de loi, dont le gouvernement ne veut pas. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le bras de fer sur les loyers commerciaux continue. Le Conseil fédéral a transmis vendredi au Parlement un projet de loi visant à aider les commerçants en difficulté. Il lui demande toutefois de ne pas l'approuver. Les parlementaires trancheront.

Le gouvernement a toujours estimé que locataires et bailleurs devaient s'entendre entre eux. Le Parlement n'était cependant pas de cet avis et lui a forcé la main lors de la session d'été. Les deux Chambres ont adopté une motion identique.

Le Conseil fédéral a alors établi un projet de loi, qu'il a légèrement modifié après la consultation. Il campe toutefois sur ses positions et propose le rejet du texte.

Restaurateurs et coiffeurs inclus

Outre les locataires et les paysans, le projet prévoit désormais un coup de pouce pour les gérants d'établissements publics, comme les restaurants ou les salons de coiffure. Tous ne paieront que 40% de leur loyer durant la fermeture de leur établissement ou installation à cause des mesures de lutte contre le coronavirus. Le reste sera à la charge des bailleurs.

La mesure ne vaut que pour les loyers ou fermages inférieurs à 20'000 francs par mois. Si le loyer mensuel se situe entre 15'000 et 20'000 francs, chaque partie au contrat peut renoncer unilatéralement par écrit à l’application du règlement proposé. Pour les établissements de santé ayant dû restreindre leur activité, ce règlement s’applique pour une durée maximale de deux mois.

Les bailleurs en détresse économique pourront déposer une demande d’indemnisation. Ils y auront droit lorsque le loyer est fixé uniquement sur la base des coûts ou lorsque le demandeur peut prouver que sa survie économique est mise en péril.

Avis divergents

Lors de la consultation, les avis ont une nouvelle fois divergé. Les partisans, au premier rang desquels figure la gauche, y voient un moyen d'éviter les faillites. La droite et les Vert'libéraux dénoncent une intervention étatique dans des affaires privées.

Le National débattra de cette loi lors de la session spéciale d'octobre. Il n'est toutefois pas certain qu'elle rassemble une nouvelle fois une majorité. Les votes sur la motion étaient très serrés. Le projet n'est passé que par 20 voix contre 19 et 4 abstentions au Conseil des Etats, et par 98 voix contre 84 et 12 abstentions au National.

Continuer la lecture

Vaud

Un premier cas de Covid-19 à la prison de Bochuz à Orbe

Publié

le

La prison de Bochuz à Orbe connaît son premier cas de coronavirus. (©KEYSTONE)

La prison de Bochuz à Orbe connaît son premier cas de coronavirus. Une personne a été testée positive au Covid-19 jeudi et a été placée en isolement dès mercredi déjà à l'apparition des premiers symptômes. Des investigations sont en cours pour retracer ses activités des derniers jours afin d'identifier la source probable de l'infection.

"L’ensemble des collaborateurs du pénitencier ont été informés, tout comme les personnes détenues. Il leur a été demandé une vigilance particulière quant à l'apparition de symptômes propres au coronavirus", a indiqué vendredi le Service pénitentiaire du canton.

Au vu de la situation, ce dernier annonce aussi la suppression des visites d'intervenants externes non essentiels (cours de formation, évaluations criminologiques non urgentes, etc) jusqu'à nouvel ordre. Les visites d'avocat et d'expertises psychiatriques sont maintenues, mais en informant les personnes d'un cas de contamination à l'interne.

Les visites sont également maintenues, mais avec la mise en place de parois en plexiglas. En revanche, les visites familiales et intimes sont reportées, précise encore le canton. Il rappelle aussi que l'ensemble des collaborateurs ou des personnes venant de l'extérieur ont l'obligation de porter un masque chirurgical au contact des personnes détenues.

Continuer la lecture

Suisse

530 nouveaux cas en Suisse en 24 heures

Publié

le

Depuis le début de la pandémie, 48'795 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'237'621 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein, dont 15'763 les dernières 24 heures. (Image d'archive - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse enregistre jeudi 530 nouveaux cas de contamination au Covid-19 en 24 heures, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le nombre d'hospitalisations et de décès restent stables. L'OFSP ne communiquera plus de données statistiques le week-end.

Les chiffres du samedi et du dimanche seront dorénavant transmis le lundi, a indiqué Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP, lors d'une conférence de presse jeudi. Jeudi, dix-huit malades ont été hospitalisés et sept personnes sont décédées.

Virginie Masserey a par ailleurs déclaré que l'OFSP ne recommande pour l'instant pas de réduire la durée de la quarantaine, aujourd'hui fixée à 10 jours, alors que certains secteurs de l'économie demandent cette réduction. La représentante de l'OFSP souhaite néanmoins une étude sur les impacts économiques des quarantaines. Jeudi, L'OMS a pour sa part exclu de raccourcir sa recommandation d'une quarantaine de 14 jours pour tout ceux qui ont été en contact avec le virus.

Tests rapides pas recommandés

Autre aspect évoqué par Virginie Masserey: les tests rapides. Ceux-ci ne sont pour l'instant pas recommandés par l'OFSP, qui veut d'abord évaluer leurs caractéristiques et "quelle plus-value ils peuvent apporter". En outre, ces tests rapides ne font pas partie de la catégorie des tests PCR, recommandés par l'OFSP.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 15'763 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève jeudi à 3,36%; il était mercredi de 2,87%. Au cours des sept derniers jours, le taux de positivité était de 3,9%.

Avec autant de tests, la Suisse est encore au-dessus de la barre des 500 cas. Cela avait déjà été le cas mercredi avec 514 cas et vendredi dernier avec 528. Avant, cela n'était plus arrivé depuis avril.

Au total, 48'795 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur 1'237'621 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Depuis le début de la pandémie, le total des décès s'élève à 1762 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 4727.

Décès dans des EMS

Virginie Masserey a constaté une augmentation du nombre d'hospitalisations de semaine en semaine, surtout des personnes âgées, entre 65 et 69 ans. Les décès sont aussi plus nombreux et concernent principalement des personnes âgées dans des établissements médico-sociaux (EMS).

La Suisse dénombre pour l'heure 2258 personnes en isolement, et 6455 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 8097 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 2728. Sur les deux dernières semaines, 62,3 nouvelles infections pour 100'000 habitants ont été recensées, ce qui fait de la Suisse un pays à haut risque d'infection selon ses propres critères.

SwissCovid: 1,69 million d'usagers

Quant à l'application SwissCovid, elle était activement utilisée par 1,69 million de personnes jeudi, selon Sang-Il Kim, responsable de la section Transformation numérique de l'OFSP. Les usagers étaient 1,62 million mardi.

L'OFSP s'intéresse par ailleurs aux systèmes de traçage anti-Covid développés par Apple et Google. Néanmoins, les développeurs de l'application estiment que ces systèmes ne sont pas encore "stables".

Continuer la lecture

Vaud

Le CHUV se dit prêt à faire face à une deuxième vague

Publié

le

Le CHUV a tiré les enseignements de la première vague de Covid-19 et se dit prêt à faire face à une augmentation des cas. (archives - KEYSTONE/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

Le CHUV est prêt à faire face à une deuxième vague de Covid-19. L’établissement hospitalier a tiré ce jeudi un bilan positif de la première vague de contaminations au coronavirus.

Au plus fort de la crise en avril, le CHUV hébergeait simultanément 150 patients Covid. Il a fallu réorganiser les services et les équipes. Les autres opérations avaient été stoppées et les capacités de lits augmentées. La protection des collaborateurs était aussi au coeur du dispositif pour assurer la continuité des traitements. Philippe Eckert est le directeur général du CHUV :

Pr. Philippe Eckert
Directeur général, CHUV
Pr. Philippe Eckert Directeur général, CHUV

Aujourd’hui, l’activité de l’hôpital est quasi normale. Le CHUV accueille actuellement  23 patients Covid, dont 2 aux soins intensifs. Des secteurs de réserve sont disponibles avec des lits vides prêts à accueillir de nouveaux patients. 14 lits sont également immédiatement disponibles aux soins intensifs. Le personnel peut souffler un peu mais le CHUV reste attentif à l’évolution de la situation :

Pr. Philippe Eckert
Directeur général, CHUV
Pr. Philippe Eckert Directeur général, CHUV

Si la situation devait s’aggraver, le CHUV peut aussi compter sur les autres hôpitaux du canton et de Suisse :

Pr. Philippe Eckert
Directeur général, CHUV
Pr. Philippe Eckert Directeur général, CHUV

Ces annonces interviennent alors que le personnel, fatigué, réclame pour sa part un renforcement des effectifs ainsi qu'une revalorisation salariale et appelle à une journée d'actions le 28 octobre.

Continuer la lecture

Vaud

Yverdon face aux effets du Covid-19

Publié

le

Jean-Daniel Carrard, au centre, syndic de la ville d'Yverdon, a évoqué ce mercredi les impacts de la pandémie sur les activités de sa commune. (image d'archive - KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Yverdon-les-Bains fait le bilan de la période Covid-19. La Ville salue notamment la solidarité au sein de son administration et de ses services.

Malgré le télétravail, la réorganisation de certains secteurs et les mesures sanitaires, les prestations ont été assurées tout au long du semi-confinement. Les plans de continuité ainsi que les plans de protection sont prêts à être réactivés selon l'évolution de la pandémie. Si aujourd'hui la Municipalité se dit prête à faire face, la crise sanitaire du printemps laissera déjà des traces, notamment financières. Le syndic d’Yverdon, Jean-Daniel Carrard

Jean-Daniel Carrard
Syndic, Yverdon-les-Bains
Jean-Daniel Carrard Syndic, Yverdon-les-Bains

Certains projets et chantiers urbanistiques ont aussi pris du retard. C’est le cas par exemple du parking de la place d’Armes dont les travaux préparatoires sont repoussés au printemps prochain.

La crise n’est pas terminée, le canton de Vaud a annoncé cette semaine de nouvelles mesures pour endiguer la propagation du virus. Le syndic d’Yverdon salue ce serrage de vis, même s’il subsiste des interrogations. Jean-Daniel Carrard

Jean-Daniel Carrard
Syndic, Yverdon-les-Bains
Jean-Daniel Carrard Syndic, Yverdon-les-Bains

À noter que la ville d’Yverdon avait créé un groupe de travail Covid ce printemps. Les réunions, aujourd’hui espacées, pourraient reprendre prochainement à un rythme hebdomadaire pour faire le suivi de la situation.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Vous traversez une période de troubles et d'incertitudes. Sentimentalement, vous ne savez plus très bien où vous en êtes.

Publicité

Les Sujets à la Une

X