Rejoignez-nous

Sport

Bormio: deux Suisses sur le podium

Publié

,

le

Urs Kryenbühl a obtenu une inattendue 2e place samedi à Bormio (©KEYSTONE/AP/BL)

Urs Kryenbühl a signé un exploit inattendu lors de la deuxième descente de Bormio.

Le Schwytzois a pris la 2e place d'une épreuve remportée comme celle de la veille par Dominik Paris. La Suisse place même un deuxième homme sur le podium avec Beat Feuz (3e), alors que Niel Hintermann s'est classé 6e.

En tête jusqu'au dernier pointage intermédiaire, Urs Kryenbühl a décroché - et de loin - son meilleur résultat en Coupe du monde. Parti avec le dossard no 25, il fait nettement mieux que cette 13e place déjà surprenante obtenue la veille avec le no 43.

Jamais mieux classé que 20e avant ces deux descentes, le Schwytzois de 25 ans a échoué à 0''08 seulement de l'intouchable Dominik Paris. Devenu la veille l'Italien comptant le plus de victoires dans la discipline devant Kristian Ghedina (12 succès), ce dernier a cueilli son cinquième succès dans la discipline sur la piste du Stelvio.

Six à la suite

C'est la 18e fois que Dominik Paris s'impose en Coupe du monde, et six de ses succès ont été obtenus sur sa piste fétiche! Le champion du monde en titre de super-G a même remporté les six dernières courses qu'il a terminées à Bormio: cinq descentes (en 2012, 2017, 2018 et donc deux fois en 2019), ainsi qu'un super-G en 2018.

Troisième à 0''26, Beat Feuz affichait un large sourire à l'arrivée, lui qui s'est fracturé un métacarpe le 20 décembre lors du super-G de Val Gardena. Sa régularité est tout simplement impressionnante: il a figuré sur le podium à l'issue de 15 des 17 dernières descentes de Coupe du monde!

Mais Beat Feuz n'est plus en tête du classement de la spécialité, qu'il a remporté lors des deux précédentes saisons. La "faute" à Urs Kryenbühl: le Bernois accuse désormais quatre longueurs de retard sur Dominik Paris, qui s'est également emparé de la première place du général samedi.

Reichelt évacué par hélicoptère

Disputée dans des conditions quasi parfaites, la course a été marquée par la chute de Hannes Reichelt, qui a été évacué par hélicoptère. Elle a été longuement interrompue après le passage du vétéran autrichien (39 ans), qui s'est élancé juste après Beat Feuz et dont la blessure pourrait signifier la fin de sa carrière.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Peter Sagan annonce sa retraite sur route en fin de saison

Publié

le

Peter Sagan veut finir sa carrière en VTT. (© KEYSTONE/MAXIME SCHMID)

Le Slovaque Peter Sagan, 33 ans, a annoncé vendredi à San Juan, en Argentine, sa retraite sur route à la fin de la saison afin de se consacrer au VTT dans l'optique des Jeux olympiques 2024.

"C'est ma dernière année sur route comme professionnel" a déclaré lors d'une conférence de presse le triple champion du monde (2015, 2016, 2017), qui a remporté durant sa carrière 12 étapes du Tour de France, le Tour de Flandres 2016 et le Paris-Roubaix en 2018.

"Je voulais toujours arrêter sur le VTT, là où tout a commencé. C'est important pour moi de passer du temps avec mon fils Marlon et ne plus voir seulement la vie sous le prisme d'un coureur cycliste. Cela n'a jamais été mon rêve de courir à 40 ou 50 ans", explique Sagan dans une vidéo.

Le Slovaque avait commencé sa carrière professionnelle en 2011 et compte jusqu'à aujourd'hui 121 victoires. Il a remporté à sept reprises le maillot vert du Tour de France. Il détient également le record de victoires au Tour de Suisse avec dix-huit bouquets entre 2011 et 2022.

Sagan dispute sa troisième saison sous les couleurs de l'équipe française TotalEnergies. Sa dernière victoire remonte en juin dernier avec le titre de champion de Slovaquie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Démission du président de la Fédération française de rugby

Publié

le

Bernard Laporte a fini par démissionner sous la pression. (© KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA)

Bernard Laporte, figure centrale du rugby français depuis plus de 20 ans, a démissionné vendredi de la présidence de la fédération (FFR), à sept mois du Mondial qui se déroulera en France.

Son départ a été annoncé en matinée par la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, aux médias présents devant le siège de la FFR à Marcoussis, près de Paris, dont l'AFP.

Depuis sa condamnation le mois dernier à deux ans de prison avec sursis pour corruption, la ministre poussait vers la sortie celui qui avait occupé ce même poste au gouvernement entre 2007 et 2009, après avoir été entraîneur des Bleus (2000-2007) et avant de s'emparer de la présidence de la Fédération fin 2016.

"Je peux vous confirmer la démission de Bernard Laporte", a déclaré Amélie Oudéa-Castéra devant les locaux de la FFR à Marcoussis, où se tient un important comité directeur.

Bernard Laporte a été condamné le 13 décembre à deux ans de prison avec sursis pour avoir noué un "pacte de corruption" avec l'homme d'affaires et président du club de Montpellier Mohed Altrad.

Ayant fait appel de la décision, sa peine, assortie d'une interdiction d'exercer son activité de président de la FFR, n'était pas immédiatement exécutoire.

Garde à vue

L'ancien sélectionneur des Bleus avait donc refusé de démissionner mais accepté, sous la pression conjointe de la ministre des Sports, de la Ligue nationale de rugby (LNR) et du comité d'éthique de la FFR, de se mettre en retrait derrière un président délégué jusqu'au procès en appel, qui ne devrait intervenir qu'après le Mondial 2023.

Mais sa position avait été encore fragilisée par sa garde à vue de quelques heures mardi, au lendemain de l'ouverture du vote, dans une affaire de blanchiment de fraude fiscale aggravée. Même s'il en était ressorti libre sans poursuite à ce stade.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Loïc Meillard: "C'est beau de gagner en géant"

Publié

le

Loïc Meillard: la joie d'un premier succès en géant (© KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA)

Mercredi soir à Schladming, Loïc Meillard a enlevé son premier géant de Coupe du monde et son deuxième succès en carrière. Le skieur d'Hérémence s'est confié à Keystone-ATS.

-Vous aviez remporté votre première victoire de Coupe du monde en parallèle à Chamonix voici trois ans, mais ce géant de Schladming a tout de même une autre saveur, non?

"C'est clair que la première victoire, c'était en 2020 et c'était réglé on peut dire. Je ne sais pas si celle-ci vaut plus, mais elle intervient dans l'une de mes disciplines fortes qui est en outre l'un des piliers du ski alpin. C'est beau de gagner en géant. J'ai surtout réussi à faire deux bonnes manches en gardant de la légèreté."

Pas fait la fête

-Vous avez pu dormir?

"Mal (il rit). Mais de toute façon on dort mal après ces courses en nocturne, peu importe le résultat. Parce que c'est l'adrénaline qui monte de toute manière. On finit tard, on bouge tout le temps dans le lit et quand on se réveille, on a l'impression d'avoir fait la fête toute la nuit, alors que ce n'est vraiment pas le cas! C'est pour ça qu'il faut faire attention à la récupération."

-Vous aviez l'impression d'être "dans la zone" lors de cette soirée?

"Alors je pense que je suis "dans la zone" depuis un moment déjà avec les podiums précédents. Mais oui, tout a bien fonctionné sur un bon rythme. Les virages n'étaient pas tous parfaits, mais tout se met en place."

-Est-ce que cette victoire peut encore davantage vous libérer pour la suite?

"C'est possible, oui. J'ai un bon sentiment actuellement sur les skis peu importe le revêtement, le type de neige ou le tracé. Je fais peu de fautes."

Objectif de carrière

-Avec trois disciplines fortes, on ose parler du classement général?

"Ce n'est pas un objectif de la saison, mais plutôt un objectif de carrière. Je dirais qu'on fait des pas dans la bonne direction et qu'on travaille vers ça. Le globe serait la conséquence de tout le travail accompli en amont finalement. Aujourd'hui c'est un rêve et un objectif à long terme. Cela implique aussi de bien savoir gérer les pauses."

-Aux Mondiaux de Méribel/Courchevel qui commencent le 6 février, il y aura les disciplines traditionnelles et aussi le combiné et le parallèle. Vous allez faire l'impasse sur une discipline?

"Non, on peut partir du principe que je vais tout faire. Il s'agira de bien gérer son énergie, ça c'est évident. Et on verra sur quoi on doit travailler une fois là-bas."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Sefolosha: "Je me sentais mal de rester à la maison"

Publié

le

Thabo Sefolosha est de retour sur les parquets suisses (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Premier joueur suisse à avoir évolué en NBA, Thabo Sefolosha est de retour sur les parquets helvétiques, à Vevey Riviera. "Je me sentais mal de rester à la maison", lâche-t-il.

-Près de trois ans après votre dernier match officiel, vous voilà de retour sur les parquets. Comment cela s'est fait?

"Cela s'est fait assez naturellement. On a juste activé la licence avec la fédération et une poignée de main avec le président a suffi. J'avais envie de jouer pour la ville, pour l'équipe. J'avais reçu plusieurs demandes de clubs différents, que ce soit en Suisse ou ailleurs dans le monde, mais ce n'était pas forcément le bon timing. Mais dans un coin de ma tête j'avais dans mon esprit de finir à Vevey."

-Le timing est donc meilleur maintenant?

"Quand j'ai vu la saison du club avec la 2e place en championnat, le Final Four de la Coupe de la Ligue et la demi-finale de la Coupe de Suisse, je me sentais mal de rester à la maison. J'ai vu Jonathan Dubas se démener. Et comme je l'ai dit, je me sens redevable envers le club et la ville. Je leur dois beaucoup."

-Vous vous dites donc qu'il y a quelque chose de joli à faire cette saison?

"Absolument et cela me motive. Il y a un coup à jouer avec de véritables enjeux."

-Comment vous sentez-vous physiquement?

"Je me sens comme un vieil homme, rouillé! (rires) Je n'avais pas complètement arrêté le basket. Je faisais un peu de 3x3 avec les gars de Lausanne, mais là j'ai dû me remettre dans le 5 contre 5. Il faut remettre la machine en route. Le plus dur, c'est au niveau du corps. Le matin j'ai des courbatures et je me suis vite souvenu pourquoi j'avais arrêté (rires)."

-En NBA, vous étiez un arrière reconnu pour ses qualités défensives. Mais en Suisse vous pouvez jouer un peu à n'importe quel poste, non?

"Je suis là pour apporter ma pierre à l'édifice. Mais c'est vrai que je peux jouer de 1 à 5 sur le terrain, mais là il faut poser la question au coach. (Le coach Niksa Bavcevic prend la parole pour répondre) Vous savez, c'est un retour phénoménal pour le basket suisse. Il a des connaissances tactiques exceptionnelles. Pour vous donner une idée, nous avons une vingtaine de systèmes en attaque et après quelques entraînements, Thabo en a déjà assimilé 15. En plus il aide les autres et donne des conseils à tout le monde."

-Comment votre femme et vos filles ont accueilli cette nouvelle de retour sur les terrains?

"Il faut demander à ma femme (il la pointe du doigt). Je crois qu'elle est contente que je reprenne du service, surtout que les déplacements sont plus courts. L'une de mes filles, qui joue à Vevey, m'a un peu fait sentir que j'étais peut-être un peu trop vieux. Sa réaction a été +Hou la honte, il va jouer avec des jeunes+".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Nadal confirme une absence de six à huit semaines

Publié

le

Rafael Nadal sera bien éloigné des courts pendant 6 à 8 semaines (© KEYSTONE/EPA/LUKAS COCH)

Rafael Nadal a confirmé jeudi qu'il serait absent de six à huit semaines. L'ex-no 1 mondial a été victime d'une blessure musculaire à la jambe gauche dans son match du 2e tour à l'Open d'Australie.

"J'étais aujourd'hui (réd: jeudi) à la Clinique du tennis Teknon à Barcelone où j'ai subi des examens", a expliqué le champion espagnol sur Twitter. "Ils ont confirmé les résultats de Melbourne et le délai de convalescence est le même", a-t-il ajouté.

Une IRM réalisée en Australie avait montré une lésion de deuxième degré du muscle ilio-psoas de la jambe gauche qui ne nécessitait pas d'opération chirurgicale, selon le joueur aux 22 titres majeurs. "De nouveaux examens seront faits dans trois semaines pour voir comment (la blessure) évolue", a ajouté l'Espagnol, qui aura 37 ans en juin.

Ce délai de guérison signifie que Rafael Nadal (ATP 2) pourrait rater les tournois ATP 1000 d'Indian Wells et de Miami et plongerait au classement mondial. il devrait se concentrer pour faire son retour en début de saison sur terre battue, à la mi-avril, avec en point de mire Roland-Garros où il tentera de remporter un 15e titre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

La liberté au travail ! Vous en rêviez pour avoir les coudées franches et n’avoir plus de comptes à rendre. Eh bien, voilà, elle est là !

Les Sujets à la Une

X