Rejoignez-nous

Sport

Cyclisme : portrait de Geraint Thomas

Publié

,

le

Geraint Thomas a conservé son calme et sa modestie, avec un sens de l’humour loin de l’image froide et distante que l’on peut avoir de lui. Il est devenir le 1er Gallois vainqueur du Tour de France.

Dans le sport gallois, il y a les vedettes ultra médiatisées comme le joueur du Real Madrid Gareth Bale, ou le troisième ligne aile Sam Warburton, capitaine du XV du Poireau et des Lions britanniques aujourd’hui à la retraite.

Il y a désormais Geraint Thomas, ou « G » comme le surnomme ses amis et coéquipiers, fier Gallois de 32 ans arborant le drapeau national dimanche pour célébrer son premier Tour de France.

Comme Bale et Warburton, Thomas est passé par l’école Whitchurch dans le nord de Cardiff, mais c’est bien le seul point commun entre les trois sportifs.

Car si l’on met de côté sa résidence en Principauté de Monaco avec sa femme Sara Elen, le cycliste né en mai 1986 dans une famille d’ouvriers se situe à des années lumières du star système qu’incarnent Bale et Warburton.

« Il a toujours le même caractère. C’est quelqu’un qui a la capacité à ne pas s’éparpiller, il a cette faculté à s’isoler, à faire les choses simplement. C’est de la routine, mais de la routine hyper maîtrisée », note son directeur sportif chez Sky, Nicolas Portal, qui l’a côtoyé en 2010 en tant que coureur au moment de la création de la formation britannique.

Fan de rugby

Une isolation – il ne lit pas les pages cyclisme dans la presse, préférant s’attarder sur le rugby, une grande passion – bénéfique, alors que l’ambiance autour de Sky aura été très tendue pendant tout le Tour de France, et que les coureurs bleu ciel et noirs ont été la cible d’une partie du public.

« Il n’est pas agité quand il se fait huer sur un podium lorsqu’il gagne en haut de l’Alpe d’Huez. Forcément, ce n’est pas génial. Mais il arrive à se mettre dans la course », loue son directeur sportif.

« Quand on ne le connaît pas, c’est quelqu’un qui peut paraître froid », note Portal. Mais ce n’est pas du tout le cas. « Il a un humour vraiment gallois, comme les gars que l’on peut côtoyer lorsque l’on fait du rugby. C’est du second degré, assez fin », souligne Portal.

Sur le Tour de France, les occasions étaient toutefois rares pour percevoir cette facette de la personnalité de Thomas.

Une seul fois, il s’est permis un petit trait d’humour, lors du second jour de repos à Carcassonne, sur ses relations avec Chris Froome, quadruple vainqueur de la Grande Boucle, et coéquipier chez Sky depuis près d’une décennie. « Je m’entends bien avec lui… pour le moment ».

Bon vivant, il a une fois déclaré: « Si je devais vivre comme un moine 24 heures sur 24, sept jours sur sept, je craquerais tout simplement ». Et il sait parfaitement faire la part des choses entre compétition et décompression.

 

(ATS / KEYSTONE – AP – LAURENT REBOURS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Tennis : Bencic retrouve les demi-finales après 2 ans

Publié

le

Belinda Bencic retrouve le chemin du succès. (©KEYSTONE/FR67404 AP/NICK WASS)

Belinda Bencic (WTA 47) se retrouve pour la première fois depuis plus de deux en demi-finale d’un tournoi WTA. A Luxembourg, la Saint-Galloise a éliminé la Bélarusse Vera Lapko 6-4 6-1.

Dans le Grand-Duché, Bencic a pris sa revanche sur une adversaire qui l’avait battue la semaine dernière dans le cadre du 1er tour du tournoi de Linz. La Saint-Galloise, qui avait dû passer par les qualifications à Luxembourg, s’est montrée très dominante au cours de la deuxième manche comme lors des deux tours précédents.

Bencic n’a pas concédé un set sur la route de sa première demi-finale d’un tournoi WTA depuis juin 2016. Voilà plus de deux ans et le tournoi de Bois-le-Duc qu’elle n’avait plus fait partie du dernier carré.

Sa prochaine adversaire sera samedi l’Ukrainienne Dajana Yastremska (WTA 66).

 

(ATS)

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Bencic en démonstration

Publié

le

Bencic l'a emporté 6-1 6-3. (©KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Tout en puissance, Belinda Bencic a éteint Kisrten Flipkens 6-1 6-3 mercredi au Luxembourg. Elle affrontera Vera Lapko en quart de finale.

Après avoir signé sa première victoire en deux mois contre Arantxa Rus mardi, Bencic a donc enchaîné. Et avec la manière. Face à la Belge Flipkens (WTA 52), elle n’a jamais laissé le moindre espoir en 1h02′ de jeu. Même lorsqu’elle a perdu son service à 3-1 dans le deuxième set. Qu’importe, elle avait breaké avant, elle en a remis une couche après.

Puissante, très sûre sur son engagement (68% de première balle) et avec une longueur de balle intéressante, la Saint-Galloise a surclassé son adversaire. Ses trois breaks dans la première manche et deux autres dans la seconde l’attestent: Bencic a retrouvé des jambes dans le Grand-Duché.

Si bien qu’elle peut nourrir certains espoirs dans ce tournoi. Jeudi, elle défiera Vera Lapko (WTA 62) pour une place en demi-finale. Avec un désir de revanche: la semaine passée, à Linz, elle s’était inclinée 6-1 1-6 0-6 face à la Bélarusse.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Lausanne ne s’en sort pas

Publié

le

Devant leurs fans, les Vaudois ont une nouvelle fois manqué le coche mardi. Mais cette défaite face à Ambri sera particulièrement difficile à digérer, notamment pour certains cadres de l’équipe.

La série noire se poursuit pour le Lausanne Hockey Club. Battus mardi soir 4-1 par Ambri-Piotta à Malley 2.0., les Lions ont concédé une sixième défaite de rang en National League. L’égalisation de Cory Emmerton, qui a inscrit son premier goal avec le LHC, n’a pas eu l’effet escompté au quart d’heure de jeu.

Le gardien tessinois Benjamin Conz a par la suite dégoûté les attaquants adverses, repoussant toutes les tentatives en direction de sa cage. A l’inverse, Ambri faisait preuve de réalisme, inscrivant trois buts dans le dernier tiers. Le défenseur de Lausanne Joël Genazzi était dévasté à l’issue de la rencontre :

Joël Genazzi Défenseur du LHC

Lausanne manque donc une occasion de rejoindre son adversaire du soir au classement du championnat. Dixième avec dix points, la formation lémanique compte six unités de retard sur la barre et Ambri-Piotta. De son côté, Fribourg-Gottéron accentue son avance sur le club vaudois suite à sa victoire 3-0 contre Bienne.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Jeffrey peut revenir au jeu

Publié

le

(KEYSTONE/PPR/LAURENT GILLIERON)

Son absence n’aura finalement pas été aussi longue que prévue : Dustin Jeffrey peut à nouveau griffer la glace.

Blessé le 2 octobre dernier, l’attaquant canadien du Lausanne HC était annoncé indisponible pour une période de 3 à 4 mois.

Selon un communiqué du LHC, les dernières analyses du staff médical ont confirmé l’évolution favorable de l’état du poignet de Dustin Jeffrey, après l’entorse ligamentaire. L’opération redoutée lors des premières analyses a pu être écartée, et le joueur a pu reprendre les entraînements normalement.

Un retour au jeu est désormais possible, sans risque supplémentaire pour l’attaquant.

Dustin Jeffrey pourrait être aligné ce mardi soir déjà. Lausanne reçoit à 19h45 Ambri-Piotta à Malley 2.0.

Continuer la lecture

Sport

Football : victoire suisse en Islande

Publié

le

Yvon Mvogo a fait un grand match (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse aura droit à sa « Finalissima » le 18 novembre à Lucerne face à la Belgique. Victorieuse 2-1 à Reykjavik, elle peut toujours espérer disputer le « Final Four » de la Ligue des Nations.

Une « simple » victoire 1-0 face aux Diables Rouges lui ouvrira les portes de cette phase finale de la première Ligue des Nations. Trois jours après sa défaite 2-1 à Bruxelles, la formation de Vladimir Petkovic a pris son temps en Islande. Sauvée en première période par le néophyte Yvon Mvogo, elle a livré une seconde mi-temps plus aboutie pour signer un succès arraché finalement dans la souffrance. L’Islande a caressé, en effet, le fol espoir d’une remontada après le missile d’Alfred Finnbogason pour la réduction du score à la 81e minute. Il aura fallu un sauvetage sur la ligne de Fabian Schär à la 88e et un dernier miracle de Mvogo à la 90e pour préserver cette victoire. Une victoire synonyme de maintien en première division de cette Ligue des Nations et de rang de tête de série pour le tirage au sort du tour préliminaire de l’Euro 2020 le 2 décembre prochain à Dublin. Ce périple à Reykjavik ne fut donc pas vain.

Le brio du néophyte

Le froid, le vent et la pluie: rien n’aura été épargné à l’équipe de Suisse au Laugardalsvöllur de Reykjavik. Le piège était vraiment parfait et il aurait pu très vite se refermer sans le brio d’Yvon Mvogo. Titularisé pour la première fois, le Fribourgeois a sorti les deux arrêts qu’il fallait devant le capitaine Gylfi Sigurdsson (9e et 30e) pour maintenir son équipe à flot.

Dans l’air depuis mercredi, cette titularisation récompense un gardien de 24 ans qui témoigne d’une très grande implication en sélection depuis trois ans. Ses performances en Ligue Europa avec Leipzig ont sans doute fini par convaincre Vladimir Petkovic de lui donner sa chance. Une chance qu’il a su saisir pleinement avec deux autres parades qui ont compté après l’ouverture du score face à Traustason et Finnbogason.

Yvon Mvogo fut, pour le camp suisse, la grande satisfaction d’une première mi-temps qui ne restera pas dans l’histoire et dont le seul moment fort fut le clapping déclenché par le public à la 13e minute. Articulée à nouveau dans un schéma en 4-2-3-1 avec un Haris Seferovic préféré curieusement à Edimilson Fernandes ou à Renato Steffen pour tenir le flanc droit, la Suisse fut bien loin de convaincre. Avec un Granit Xhaka qui n’a toujours pas fait les bons choix et un Xherdan Shaqiri peu en réussite, le jeu offensif proposé fut proche du néant malgré la résolution évidente affichée par les joueurs.

Un but et une ouverture en or pour Seferovic

On ne sait pas quel discours a bien pu tenir Vladimir Petkovic à la pause. Mais son équipe a montré un tout autre visage avec un Xhaka et un Shaqiri qui sont montés en puissance pour démontrer, une fois de plus, qu’ils étaient bien les « tauliers ». Après une frappe de Steven Zuber à la 51e – la première cadrée pour les Suisses -, Xhaka délivrait un centre parfait pour la tête de Seferovic. Si décevant à Bruxelles, l’attaquant du Benfica logeait le cuir sous la transversale pour sa quatorzième réussite en sélection. Ni la plus belle et ni la plus marquante mais une réussite qui vaut tout de même son petit pesant d’or.

Un quart d’heure plus tard, le Lucernois était à l’origine du 2-0. Il basculait le jeu pour Zuber dont la remise prolongée par Shaqiri permettait à Michael Lang de marquer dans le but pratiquement vide. On croyait que la messe était dite. Mais c’était sans compter sur la furia islandaise dans les dix dernières minutes. Lors de ce final bien tendu,Yvon Mvogo a pu démontrer qu’il avait vraiment l’étoffe d’un grand gardien. Sa « malchance » demeure toutefois d’occuper un poste où la concurrence est véritablement féroce.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : ENNIO LEANZA)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Votre but n'est pas loin. Surtout pas d'extravagance, pas d'exagération. Si vous savez jouer vos atouts, vous pourrez finir le mois en apothéose.

Publicité

Les Sujets à la Une

X