Rejoignez-nous

Sport

Football: encore raté pour la Suisse

Publié

,

le

À l'image de Ruben Vargas (en blanc), la Suisse a à nouveau trébuché hier soir face à la Belgique. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le sixième essai n'est pas encore le bon. Défaite 2-1 en Belgique en amical mercredi, l'équipe de Suisse n'a toujours pas remporté le moindre match cette année.

Cela commence à faire beaucoup: il serait temps que la Suisse remporte un match. Le dernier en date remonte à près d'un an (6-1 à Gibraltar) et cela n'est pas de nature à évacuer les frustrations. Le sélectionneur Vladimir Petkovic espérait pouvoir s'imposer en Belgique, ne serait-ce que pour insuffler un état d'esprit positif à son équipe avant les échéances de la Ligue des nations (samedi contre l'Espagne, puis mardi contre l'Ukraine). Ce ne sera pas le cas, la faute à un doublé de Michy Batshuayi (49e, 70e), dont la létalité dans les seize mètres a décidé de la rencontre.

Engagement relatif

Bien sûr, rien ne sert de surinterpréter cette défaite. Il ne s'agissait que d'un match amical dont beaucoup se seraient bien passés. Mais il était là, et il fallait le jouer, même si tout rappelait son caractère très relatif: le stade de Louvain, pas ridicule mais loin de celui du Roi-Baudoin de Bruxelles, et le choix des compositions, d'un côté comme de l'autre. Il fallait ménager avant la Ligue des nations, et tant Petkovic que Roberto Martinez l'ont pris au mot. Au point que les De Bruyne, Courtois, Lukaku, Meunier et autre Mertens n'étaient même pas présents côté belge.

Pour la Suisse, la liste ne se valait peut-être pas forcément en qualité absolue, mais en termes d'importance pour l'équipe nationale, le fait d'inscrire les noms de Manuel Akanji, Nico Elvedi, Haris Seferovic et bien sûr Xherdan Shaqiri sur la liste des remplaçants disait beaucoup de l'ordre des priorités.

D'aucuns ont eu tout de même le droit à leur mi-temps, à l'instar du meneur de jeu de Liverpool, brassard au bras et pour qui les minutes sont toujours bonnes à prendre. Mais le message général n'était en tout cas pas à l'engagement maximal, à l'image d'un pressing à l'intensité variable.

Le rythme l'a également rappelé. Personne n'a forcé son jeu, ni même vraiment tenté de l'accélérer. Le contrôle avant tout, la spontanéité étant probablement préservée et gardée pour l'Espagne et l'Ukraine. On ne peut pas complètement le reprocher, d'autant que la Suisse avait commencé la partie en étant "concrète" en phase offensive, et cela fera plaisir à son sélectionneur, qui martèle depuis plusieurs semaines ce souhait.

Mehmedi buteur

C'est simple, il a fallu une demi-occasion pour qu'Admir Mehmedi ouvre le score après douze minutes: un long ballon de Fabian Schär mal apprécié par le défenseur Sebastian Bornauw, que le joueur de Wolfsburg a suivi pour fusiller Simon Mignolet du gauche. Il aurait pu doubler la mise à la demi-heure, mais cette fois le portier des Diables Rouges fermait bien son premier poteau. Ruben Vargas (52e), dont l'entrée à la pause a été une nouvelle fois prometteuse, et Silvan Widmer (63e) ont eu l'occasion de faire le même constat.

Sans pouvoir inverser le résultat, même si cela n'a jamais été un enjeu majeur pour cette rencontre. L'heure était plutôt au partage du temps de jeu. Yvon Mvogo y a par exemple eu droit. Le gardien fribourgeois a été un peu court sur le premier but de Michy Batshuayi. Mais l'erreur originelle était celle de Loris Benito, dont la relance approximative a fini dans les pieds de Youri Tielemans. Le milieu de Leicester pouvait envoyer l'attaquant de Crystal Palace, pas hors-jeu sur le coup, au but.

Globalement, cette défense s'est fait remarquer par le manque d'assurance en ce qui concerne la résistance au pressing. Mvogo n'est pas Sommer, et Benito et Cömert ont un retard certain en la matière sur Akanji ou Elvedi. Pas évident pour donner de la continuité au jeu. Et assurément pas suffisant pour les matchs décisifs qui arrivent. L'équipe de Suisse y aura logiquement une autre allure. Le résultat également, faut-il espérer.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Football: les Young Boys peuvent nourrir certaines espérances

Publié

le

La joie des joueurs bernois après leur qualification à Leverkusen. (©KEYSTONE/EPA/INA FASSBENDER / POOL).

La main innocente de Hakan Yakin n'a pas été trop lourde pour les Young Boys. Son ancien club affrontera l'Ajax Amsterdam en huitième de finale de l'Europa League.

Le match aller se déroulera le 11 mars à Amstredam, le match retour une semaine plus tard au Wankdorf. Après avoir éliminé le Bayer Leverkusen avec un certain panache, les Bernois peuvent nourrir certaines espérances pour cette double confrontation même si le leader du Championnat des Pays-Bas aura les faveurs du pronostic.

Troisième de sa poule de Ligue des Champions derrière Liverpool et l'Atalanta mais devant les Danois de Midtjylland qui avaient éliminé... les Young Boys lors du tour préliminaire, l'Ajax s'est qualifié pour ces huitièmes de finale à la faveur de deux succès 2-1 contre Lille. De l'avis unanime, la formation d'Erik Ten Hag a bénéficié de plusieurs décisions d'arbitrage favorables face aux Nordistes.

Remarquable demi-finaliste de la Ligue des Champions au printemps 2019, l'Ajax s'appuie toujours à la fois sur une jeunesse triomphante et sur l'expérience d'un Daley Blind ou d'un Dusan Tadic. Mais il convient de préciser que les Néerldandais seront privés de leur gardien no 1 Andréé Onana, suspendu pour dopage, et de leur nouvelle recrue Sébastien Haller. Le transfuge de West Ham ne figure pas en raison d'une erreur administrative sur la liste des joueurs qualifiés pour l'Europa League.

La qualification des Young Boys, acquise grâce à un succès 2-0 indiscutable à Leverkusen, intervient alors que le football suisse était en passe de disparaître tout doucement de la scène européenne. L'exploit des Young Boys peut désormais tout changer. Selon la Swiss Football League, la Suisse reprendra sa 15e place au coefficient de l'UEFA si les Bernois se qualifient pour les quarts de finale avec trois victoires ou avec deux victoires et deux nuls. Gerardo Seaone et ses joueurs mesurent sans doute l'ampleur de leur tâche. Mais leur mission, aussi périlleuse soit-elle, n'est pas impossible.

Continuer la lecture

Sport

Tennis: une finale pour Belinda Bencic

Publié

le

Une finale pour Belinda Bencic à Adelaide samedi contre Iga Swiatek. (©KEYSTONE/EPA/DAVE HUNT).

On a peut-être retrouvé la "vraie" Belinda Bencic ! Après un Open d'Australie en demi-teinte, la Saint-Galloise brille à Adelaide.

La 12e mondiale et tête de série no 2 du tableau disputera ainsi ce samedi la finale du tournoi WTA 500 de la capitale de l'Australie du Sud. Elle s'est qualifiée à la faveur de son succès 7-6 (7/2) 6-7 (4/7) 6-2 devant Cori Gauff (WTA 62). Son adversaire samedi sera la Championne de Roland-Garros Iga Swiatek (WTA 18), victorieuse 63 6-2 de Jil Teichmann (WTA 61). Les deux joueuses s'affronteront pour la première fois.

Belinda Bencic visera ainsi samedi un cinquième titre pour sa onzième finale sur le Circuit. Il convient d'espérer qu'elle n'a pas brûlé toutes ses cartouches lors de son marathon de 2h45' contre Cori Gauff. Qu'elle ne regrettera pas cette balle de match galvaudée à 7-6 5-3 sur son service face à l'Américaine de 16 qui cultive l'art de jouer très bien au tennis une fois qu'elle est menée au score.

Belinda Bencic a su oublier très vite la perte de la deuxième manche pour livrer pratiquement un cavalier seul en fin de rencontre. La variation de son jeu avec notamment sa science du contre-pied a finalement sapé la résistance de Cori Gauff. Samedi face à Iga Swiatek, elle devra être encore plus tranchante. La Polonaise dégage, en effet, une formidable impression de puissance depuis le début de la semaine.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : pas de derby suisse en finale à Adelaide

Publié

le

Jil Teichmann a dû tirer sa révérence à Adelaide.(© KEYSTONE/AP/Hamish Blair)

Il n'y aura pas de derby suisse samedi en finale du tournoi WTA 500 d'Adelaide. Jil Teichmann s'est inclinée 6-3 6-2 en demi-finale face à Iga Swiatek (WTA 18).

Dominée en puissance par la Championne de Roland-Garros, la Suissesse a perdu les cinq derniers jeux de la rencontre. Enervée par une décision d'arbitrage en sa défaveur, elle a sans doute trop vite lâché l'affaire alors qu'elle avait eu la possibilité de signer le premier break de cette seconde manche pour mener 3-1.

Grâce à ce parcours dans le sud de l'Australie, Jil Teichmann gagnera six rangs au prochain classement. Elle n'avait plus signé un tel résultat dans un tournoi depuis son accession en finale à Lexington en août dernier.

La demi-finale du bas du tableau doit opposer Belinda Bencic (WTA 12) à l'Américaine Cori Gauff (WTA 52).

Continuer la lecture

Sport

Football : Les Young Boys éliminent le Bayer Leverkusen

Publié

le

Christian Fassnacht (au sol) célèbre son but du 2-0. (© KEYSTONE/EPA/PETER SCHNEIDER)

Les Young Boys tiennent leur exploit sur la scène européenne. Les Bernois ont éliminé le Bayer Leverkusen en seizième de finale de la Ligue Europa.

Victorieux 4-3 du match aller au Wankdorf, les Young Boys se sont imposés 2-0 à la BayArena au terme d'une rencontre très aboutie. Même si l'ouverture du score de Jordan Siebatcheu à la 47e minute est due à une bourde du gardien Niklas Lomb qui a été abusé par un centre de Meschack Elia, la qualification des triples Champions de Suisse ne souffre aucune discussion. Face à un adversaire en panne de résultats et de confiance depuis le début de l'année, la formation de Gerardo Seoane fut bien celle qui a pratiqué le plus beau football.

On précisera que cette qualification historique - jamais les Young Boys n'avaient été aussi loin dans cette compétition -, a été acquise sans le concours de Jean-Pierre Nsame. Le Camerounais a été suspendu pour les deux matches après son expulsion lors du dénouement complètement fou du dernier match de poules contre Cluj. Appelé à remplacer le roi des buteurs de la Super League, Jordan Siebatcheu a pleinement répondu aux attentes avec son doublé jeudi dernier et ce but en Allemagne.

Cette qualification porte également la griffe de deux joueurs suisses qui ont démontré posséder désormais le registre pour évoluer au plus haut niveau. On veut parler de Michel Aebischer et de Christian Fassnacht, le buteur du 2-0 de la 87e minute après avoir également marqué au match aller. Les deux demis ont donné le bon ton. Ils ont multiplié les courses pour que leur équipe ne soit pas constamment sous la défensive. Leur volume de jeu fut vraiment impressionnant. Après cette double confrontation, les deux internationaux suisses ont sans doute suscité l'intérêt de clubs étrangers. Ils ont également nourri la réflexion de Vladimir Petkovic sur la nécessité de les intégrer dans sa liste des vingt-trois pour l'Euro.

Eliminés par le Zenit Saint-Pétersbourg et par Everton lors de leurs deux premiers seizièmes de finale de cette Ligue Europa en 2011 et en 2015, les Young Boys peuvent donc rêver à de nouveaux exploits. Ils connaîtront ce vendredi leur prochain adversaire à l'issue du tirage au sort effectué à Nyon.

Continuer la lecture

Sport

Ski nordique: Jovian Hediger dans le top 12 du sprint

Publié

le

Le Vaudois Jovian Hediger avait pris la troisième place de son quart de finale. Il s'était qualifié au temps. (©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le Vaudois Jovian Hediger a atteint les demi-finales du sprint lors de la première journée des Championnats du monde à Oberstdorf. En revanche, Nadine Fähndrich, est sortie dès la qualification.

Le Vaudois Jovian Hediger a atteint les demi-finales du sprint lors de la première journée des Championnats du monde à Oberstdorf. En revanche, Nadine Fähndrich, est sortie dès la qualification.

Sous un soleil éclatant, Hediger a parfaitement couru sur le plan tactique lors de son quart de finale. En style classique, le fondeur de Bex s'est mis dans le sillage du Russe Alexander Bolshunov dès le départ. Il est resté deuxième jusqu'à la ligne droite d'arrivée où sa troisième place et son excellent temps lui ont permis de se retrouver en demi-finales.

Toutefois, le réservoir était vide pour le tour suivant. Les Norvégiens et les Russes ont imprimé un tempo irrespirable pour le Vaudois. Dès le départ, il s'est retrouvé sixième et dernier et n'a jamais pu remonter qui que ce soit pour terminer finalement détaché. Reste que le Romand s'offre un top 12 aux Mondiaux, ce qui est une performance remarquable.

De son côté, Laurien van der Graaff a été mal récompensée pour sa performance en quarts de finale. Dans sa série face aux potentielles médaillées Linn Svahn et Anamarija Lampic, elle n'avait, en principe, aucune chance, la Grisonne étant plus à l'aise en skating. Grâce à une course courageuse et un matériel parfait, van der Graaff est restée dans le coup jusqu'au sprint final et a arraché la troisième place. Mais elle a été éliminée au temps pour 14 centièmes.

L'élimination de la Lucernoise Nadine Fähndrich, 33e à plus d'une seconde et demie d'une place en quarts de finale, constitue plus qu'une déception. Elle figure régulièrement parmi les meilleures sprinteuses en style classique. Elle a évoqué la plus grande défaite de sa carrière.

Les autres Suisses avaient également disparu tôt comme Alina Meier (45e) ainsi que Valerio Grond (36e), Erwan Käser (52e) et Roman Schaad (53e) chez les messieurs.

Dans la neige profonde, les Norvégiens ont réussi un triplé, emmené par le tenant du titre, Johannes Hösflot Klaebo. Chez les dames, la Suède a enlevé l'or mais pas grâce à Linn Svahn comme attendu. éliminée en demi-finale. Joanna Sundling a décroché le titre sous une température printanière.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X