Rejoignez-nous

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Alex Wilson suspendu provisoirement pour dopage

Publié

,

le

Wilson a été exclu des JO par le TAS (© KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER)

Alex Wilson ne rejoindra pas Tokyo pour les Jeux olympiques.

La Chambre ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a suspendu provisoirement le Bâlois pour une violation présumée des directives antidopage, a annoncé Swiss Olympic.

Le recordman de Suisse du 100 et du 200 m a été contrôlé positif lors d'un test hors compétition réalisé par Antidopage Suisse le 15 mars dernier, écrit mercredi Swiss Athletics. Des traces de trenbolone, un stéroïde anabolisant synthétique de la famille de la nandrolone, et des métabolites ont été détectés.

Viande contaminée

Le trenbolone est totalement interdit, quelles que soient les quantités décelées. Antidopage Suisse a suspendu provisoirement l'athlète le 28 avril, suite à quoi Wilson a fait opposition. Il a déclaré que son contrôle positif résultait de la consommation de viande contaminée.

Dans la foulée, la Chambre disciplinaire des cas de dopage de Swiss Olympic a d'abord accordé un sursis à l'athlète sous la forme d'un sursoi de sa suspension provisoire, avant de lever complètement sa suspension, au terme de sa procédure d'examen, le 2 juillet.

Cette dernière décision favorable à l'athlète a permis de le sélectionner pour les Jeux et de valider ses résultats obtenus dès le 18 mai et le début de la procédure.

World Athletics intervient

Mais c'était compter sans World Athletics. Jeudi dernier, la fédération internationale d'athlétisme faisait opposition contre la décision suisse auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne. Ce dernier vient de donner raison à World Athletics, ce qui vaut à Alex Wilson d'être à nouveau provisoirement suspendu

La présomption d'innocence reste valable, souligne Swiss Athletics. Parallèlement à la procédure ordinaire sur la suspension court toujours la procédure ordinaire devant la Chambre disciplinaire pour le dopage de Swiss Olympic.

Le cas de Wilson a peut-être été aggravé par la circulation sur Instagram ces derniers jours d'une vidéo - postée par son propre nouvel entraîneur - le montrant faire quelques exercices sur un terrain de football de Las Vegas en compagnie de Raymond Stewart, ancienne star du sprint devenue coach, mais suspendu à vie pour dopage de toute activité en lien avec des athlètes en 2010. Wilson s'est défendu en disant qu'il ne savait pas qui il était et qu'il l'avait rencontré par hasard.

Deux cas pas liés

Concernant la suspension du sprinter bâlois, Swiss Olympic de son côté dit n'avoir appris la procédure engagée contre lui qu'il y a quelques jours. L'organisation faîtière du sport "serait très déçue si la sanction venait à être confirmée", souligne-t-elle, alors que Kariem Hussein vient d'être suspendu pour neuf mois pour une violation des règles antidopage.

Les deux cas ne sont pas liés et ne peuvent être comparés, affirme Swiss Olympic. "Ils montrent cependant que les fédérations sportives internationales et nationales ne doivent faire aucune concession dans la lutte contre le dopage".

Alex Wilson a récemment fait les gros titres après avoir été crédité de deux chronos hallucinants lors d'un meeting aux Etats-Unis (9''84 sur 100 m, un temps qui aurait été synonyme de record d'Europe, et 19''89 sur 200 m). Ces deux performances n'ont pas été homologuées en raison de divers manquements dans les installations techniques du petit stade de Marietta et d'un système de vérification des départs inexistant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Mort de Jacques Rogge

Publié

le

Jacques Rogge, président du CIO de 2001 a 2013, lors du vernissage du Festival Sotchi en 2014. (© KEYSTONE/ALINE STAUB)

Jacques Rogge, ancien président du Comité international olympique (CIO), est mort à 79 ans. Le dirigeant belge aura été le 8e président de l'instance olympique, de 2001 à 2013.

Jacques Rogge laisse derrière lui son épouse, Anne, un fils, une fille et deux petits-enfants, annonce dimanche le CIO, basé à Lausanne.

Le CIO relève que le comte Jacques Rogge aura été un passionné de sport "depuis toujours" et un athlète accompli. Il a représenté la Belgique en équipe nationale de rugby.

Chirugien orthopédique de formation et spécialisé en médecine du sport, M. Rogge a aussi été champion du monde de voile et a participé à trois Jeux olympiques.

Après son mandat de président du CIO, il a été nommé envoyé spécial auprès du secrétaire général des Nations unies pour les jeunes réfugiés et le sport.

Son successeur à la tête du CIO, Thomas Bach, a déclaré, cité dans le communiqué: "Jacques était avant tout un passionné de sport qui aimait être au contact des athlètes, une passion qu'il a transmise à tous ceux qui l'ont connu. Sa joie était communicative."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

La Serbie décroche le dernier titre décerné à Tokyo

Publié

le

La joie des Serbes, vainqueurs du 339e et dernier titre attribué à Tokyo (© KEYSTONE/EPA/PATRICK B. KRAEMER)

La Serbie a décroché le dernier titre des 339 titres attribués aux JO de Tokyo en s'adjugeant le tournoi messieurs de waterpolo.

Les Serbes ont dominé en finale la Grèce (13-10), qui devra donc encore patienter avant de s'offrir un premier sacre olympique dans un sport collectif.

Champions du monde à trois reprises (2005, 2009, 2015), les Serbes conservent ainsi le titre obtenu en 2016 aux Jeux de Rio. Il s'agit de leur cinquième podium olympique consécutif en waterpolo masculin après l'argent de 2004 - obtenu sous la même bannière que le Monténégro - et les médailles de bronze conquises en 2008 et en 2012.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Ralph Stöckli tire un bilan "très, très positif"

Publié

le

Le Chef de Mission Ralph Stöckli tire un bilan "très, très positif" (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Avec une moisson de 13 médailles, la satisfaction est forcément de mise du côté de Swiss Olympic au terme des JO de Tokyo.

"C'est un bilan très, très positif. Mais nous devons rester humbles", tempère le Chef de Mission Ralph Stöckli.

"Nous avons remporté beaucoup plus de médailles qu'attendu. Mais ça n'est pas la norme", poursuit l'ancien curleur, dont l'objectif initial était de décrocher au moins autant de podiums qu'en 2016 à Rio (7). "Qui aurait osé imaginer 13 médailles? C'est si difficile d'être au sommet de sa forme le jour J", rappelle-t-il.

Exploits dans les sports universels

Ralph Stöckli ne boude néanmoins pas son plaisir après que la Suisse a réalisé sa récolte la plus prolifique depuis les Jeux d'Helsinki en 1952 (14). Il se dit ainsi particulièrement impressionné par les performances réalisées en athlétisme et en natation, les deux sports universels par excellence du programme olympique.

"C'est historique, c'est inimaginable d'avoir placé deux femmes en finale du 100 m en athlétisme (réd: Ajla Del Ponte 5e et Mujinga Kambundji 6e). Et nous étions aussi proches d'obtenir une médaille sur 4x100 m", où la Tessinoise et la Bernoise ont terminé au 4e rang en compagnie de Riccarda Dietsche et de Salomé Kora, lâche-t-il.

"C'est également impressionnant d'avoir pu obtenir deux médailles en natation", où le Genevois Jérémy Desplanches (200 m 4 nages) et le Tessinois Noè Ponti (100 m papillon) se sont parés de bronze. "C'est un sport dans lequel les grandes nations investissent énormément d'argent", souligne le St-Gallois.

Une nouvelle génération

Ralph Stöckli se réjouit également du "girl power" affiché par la délégation suisse, les femmes ayant conquis 10 des 13 médailles helvétiques dans ces joutes. "Les conditions d'entraînement se sont beaucoup améliorées pour les femmes, notamment grâce à l'armée. Et les femmes peuvent aussi beaucoup mieux s'épanouir dans le sport depuis une vingtaine d'années", relève-t-il.

Tout n'est évidemment pas encore parfait. "Nous devons travailler sur les détails. La préparation peut encore s'améliorer, et nous pouvons aussi mieux faire en ce qui concerne la professionnalisation dans certains sports. Il y a également moyen de faire mieux dans la synergie entre les fédérations nationales, et nous devons investir dans les innovations", estime-t-il.

N'empêche que l'avenir s'annonce prometteur. "C'est impossible de dire dès maintenant quel sera le potentiel de médailles en 2024 à Paris", note-t-il. "Mais je constate que tous nos médaillés ont décroché leur premier podium olympique dans ces Jeux. Une nouvelle génération a donc émergé, et j'ai bon espoir que tous soient encore de la partie dans trois ans", a conclu Ralph Stöckli.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Elena Quirici portera le drapeau suisse

Publié

le

Un honneur pour Elena Quirici (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Elena Quirici portera ce dimanche le drapeau suisse lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Tokyo. Avec ce choix, Swiss Olympic a tenu à récompenser les qualités de battante de l'Argovienne.

Samedi, Elena Quirici a échoué d'un souffle dans la course aux demi-finales pour se classer cinquième. On rappellera que le karaté figurait pour la première et... la dernière fois au programme olympique. "L'esprit combatif qu'Elena a montré sur son chemin vers les Jeux Olympiques et sa performance pleine de courage lors du tournoi olympique m'ont fasciné. Elle est donc un modèle pour de nombreuses athlètes féminines de notre pays et mérite le rôle de porte-drapeau", explique Ralph Stöckli, le Chef de Mission de Swiiss Olympic.

Elena Quirici succède à Nino Schurter qui avait porté le drapeau suisse lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Rio alors qu'il venait de remporter l'or en VTT. A Tokyo, l'épéiste Max Heinzer et la sprinteuse Mujinga Kambundji avaient porté ensemble le drapeau suisse lors de la cérémonie d'ouverture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Jason Kenny gagne le keirin pour s'offrir un 7e titre olympique

Publié

le

Jason Kenny a cueilli dimanche son 7e titre olympique (© KEYSTONE/AP/Thibault Camus)

Jason Kenny a remporté dimanche à 33 ans la septième médaille d'or olympique de sa carrière. Le Britannique s'est adjugé l'épreuve de keirin en cyclisme sur piste aux Jeux de Tokyo.

Kenny a conservé son titre acquis à Rio en 2016 en devançant le Malaisien Mohd Azizulhasni Awang et le Néerlandais Harrie Lavreysen, champion du monde en titre. Double champion olympique de vitesse individuelle (Londres 2012 et Rio 2016), il a également été sacré à trois reprises en vitesse par équipe (2008, 2012, 2016).

Vendredi, son épouse Laura Trott-Kenny avait pris la médaille d'or de la Madison, associée à Katie Archibald. Elle compte pour sa part cinq médailles d'or olympiques à son palmarès, après ses doublés sur l'omnium et en poursuite par équipe, à Londres 2012 et Rio 2016.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X