Rejoignez-nous

International

Robert Sarver annonce son intention de vendre les Phoenix Suns

Publié

,

le

Robert Sarver pense vendre ses franchises. (© KEYSTONE/AP/Matt York)

Le propriétaire des Phoenix Suns, Robert Sarver, suspendu un an par la NBA pour comportements racistes et misogynes, a annoncé son intention de vendre la franchise.

Celle-ci inclut l'équipe féminine du Mercury évoluant en WNBA.

"Des mots que je regrette profondément éclipsent maintenant près de deux décennies de construction d'organisations qui ont rassemblé les gens - et renforcé la région de Phoenix - grâce au pouvoir unificateur du basketball professionnel masculin et féminin", écrit Sarver dans un communiqué.

"Je m'attendais à ce que la suspension d'un an me donne le temps de faire amende honorable et d'éloigner la controverse à mon sujet (...) Mais dans le climat impitoyable qui règne actuellement, il est devenu clair que ce n'est plus possible, que tout le bien que j'ai fait, ou que je pourrais encore faire, est dépassé par des choses que j'ai dites par le passé", poursuit-il, se décrivant comme "un homme de foi, croyant au chemin du pardon".

"Pour ces raisons, j'ai entamé le processus de recherche d'acheteurs pour les Suns et le Mercury. Je ne veux perturber ni ces deux équipes, ni les personnes qui travaillent si dur pour apporter la joie et l'enthousiasme du basket aux fans du monde entier", a-t-il conclu.

Sanction jugée insuffisante

Sarver a été accusé de comportements racistes, misogynes et sexistes dans une enquête menée par le géant des médias sportifs ESPN en novembre 2021, qui s'était appuyée sur le témoignage de plus de 70 employés des Suns.

Mandatée après coup par la NBA, une commission d'enquête indépendante a établi que le dirigeant avait "clairement enfreint" les règles de bonne conduite encadrant le championnat nord-américain de basket. Entre autres propos condamnables, il avait notamment prononcé au moins cinq fois le mot "nè***", mais aussi dit à l'une de ses employées, alors qu'elle était enceinte, qu'elle ne pourrait plus faire son travail correctement si elle devenait mère.

Il lui est aussi reproché d'avoir eu une attitude relevant du harcèlement, d'user d'un langage sexuellement connoté et d'avoir dit des "mots ne tenant pas compte des sensibilités raciales", selon les conclusions de l'enquête.

En conséquence, le patron de la NBA, Adam Silver, l'a suspendu pour un an de toutes fonctions officielles, sanction assortie d'une amende de 10 millions de dollars.

Mais la sanction, annoncée le 13 septembre, a été jugée insuffisante par plusieurs stars dont LeBron James et Chris Paul, qui joue aux Suns. "Comme beaucoup d'autres, j'ai eu connaissance du rapport", a écrit ce dernier sur Twitter. "Cette attitude, particulièrement envers les femmes, est inacceptable et ne doit pas être reproduite. Je suis d'avis que les sanctions n'étaient pas la hauteur de ce que nous pouvons tous considérer comme un comportement atroce."

Puis l'étau s'est resserré sur Sarver: le vice-président de la franchise, Jahm Najafi, qui a également des parts dans les Suns, a demandé son départ, la directrice exécutive du syndicat des joueurs (NBPA), Tamika Tremaglio, estimant elle qu'il ne devrait "plus jamais occuper de poste de direction" dans la ligue après sa conduite "horrible". Enfin, le sponsor PayPal a menacé de mettre fin à son partenariat avec le club.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Accusé d'agression sexuelle, Kevin Spacey jugé au civil à New York

Publié

le

Kevin Spacey est arrivé jeudi matin au tribunal fédéral de Manhattan où se tient son procès au civil. Dans cette juridiction, l'acteur peut être condamné à d'importants dommages-intérêts. (© KEYSTONE/AP/Yuki Iwamura)

Cinq ans après le début de la déferlante #Metoo, la star déchue Kevin Spacey comparaît jeudi au civil à New York dans un procès intenté par l'acteur américain Anthony Rapp. Il l'accuse d'agression sexuelle quand il avait 14 ans en 1986.

L'ancienne étoile d'Hollywood, 63 ans, est arrivée l'air souriant et détendu, vêtu d'un costume bleu, chemise blanche et cravate vers 09h00 (15h00 en Suisse) au tribunal fédéral de Manhattan, précédé par son accusateur Anthony Rapp.

Le procès au civil a démarré vers 09h30 par la sélection du jury populaire du tribunal présidé par le juge Lewis Kaplan. Devant cette juridiction civile, Kevin Spacey peut être condamné à d'importants dommages-intérêts, M. Rapp demandant 40 millions de dollars.

Mais l'accusation initiale "d'agression sexuelle" portée par Anthony Rapp n'a finalement pas été retenue par le juge Kaplan, en raison de faits considérés prescrits et ne rentrant pas dans le champ d'une loi de l'Etat de New York de 2019 sur la protection de l'enfance, qui étend le délai de prescription.

Le juge Kaplan a retenu le chef d'accusation d'"atteinte à l'intégrité physique" d'Anthony Rapp ayant provoqué une "détresse émotionnelle", selon un document judiciaire datant de juin.

"Profondément déplacé"

Acteur doublement oscarisé pour "Usual Suspects" et "American Beauty", Kevin Spacey Fowler de son nom complet, a disparu des écrans et des planches depuis qu'il fut l'un des premiers artistes emportés il y a cinq ans, en octobre 2017, par la vague mondiale #Metoo, née aux Etats-Unis.

Son accusateur est l'acteur américain Anthony Rapp, 51 ans à la fin octobre, qui joue notamment dans la série "Star Trek: Discovery". Il avait porté plainte en septembre 2020 contre M. Spacey pour des avances et une agression sexuelle présumée lors d'une fête à Manhattan en 1986. Anthony Rapp était un adolescent de 14 ans. Kevin Spacey en avait alors le double.

Fin octobre 2017, aux débuts du mouvement #MeToo, M. Rapp accuse une première fois M. Spacey, avec force détails, dans le média BuzzFeed News. Dès le lendemain sur Twitter, Kevin Spacey lui présente ses "plus sincères excuses" pour son "comportement (d'homme) ivre et profondément déplacé".

"Ni baiser, ni déshabillage"

Après sa plainte de 2020, l'action en justice d'Anthony Rapp est abandonnée devant la justice pénale fédérale, mais elle prospère au civil.

L'ordonnance du juge Kaplan détaille que lors de la fête new-yorkaise de 1986, "d'après ce qu'a affirmé M. Rapp, M. Fowler (Kevin Spacey, ndlr.) l'a soulevé, sa main a 'frotté' quelques secondes le vêtement couvrant les fesses de M. Rapp, puis M. Fowler a mis M. Rapp sur un lit, sur le dos, avant de s'allonger tout habillé, brièvement et en partie au côté et sur M. Rapp". L'adolescent s'était alors rapidement "extirpé" et avait quitté la fête, selon la justice.

Lors de sa déposition, 35 ans après les faits, Anthony Rapp a convenu qu'il n'y avait eu "ni baiser, ni déshabillage, ni attouchement sous les vêtements et aucune déclaration ou insinuation à caractère sexuel" lors d'un "échange" qui n'avait pas duré plus de deux minutes.

Poursuites également à Londres

L'avocate de M. Spacey, Jennifer Keller, avait écrit cette semaine dans un courriel à l'AFP que la défense de l'acteur déchu avait hâte que celui-ci puisse "se défendre devant un jury impartial".

Kevin Spacey a déjà eu des démêlés avec la justice aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. A Londres, il est ainsi poursuivi pour des agressions sexuelles sur trois hommes entre mars 2005 et avril 2013, lorsqu'il était directeur d'un théâtre, et pour lesquelles il a plaidé non coupable en juillet dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

FC Séville: Lopetegui limogé, arrivée de Sampaoli

Publié

le

Jorge Sampaoli, nouvel entraîneur du FC Séville (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le FC Séville a changé d'entraîneur quelques heures après sa défaite 4-1 à domicile contre Borussia Dortmund en Ligue des champions. Julen Lopetegui a été limogé et remplacé par Jorge Sampaoli.

"Sampaoli a signé jusqu'au 30 juin 2024 et dirigera son premier entraînement ce (jeudi) soir à 18h30", a précisé le club. Le technicien argentin retrouve le banc de Séville qu'il avait déjà occupé lors de la saison 2016/2017 avant de prendre en charge l'équipe nationale argentine.

Sampaoli (62 ans) était libre depuis son départ de l'Olympique de Marseille en juillet dernier. Lopetegui (56 ans) a ainsi payé cash le départ catastrophique du FC Séville cette saison. Le club n'a gagné qu'une fois en sept rencontres de championnat et n'a pris qu'un point en trois matches de Ligue des champions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Syrie: opération américaine contre un haut responsable de l'EI

Publié

le

Soldats américains en exercice en Syrie. (© KEYSTONE/EPA/AHMED MARDNLI)

L'armée américaine a annoncé avoir mené jeudi un raid visant "un haut responsable" du groupe Etat islamique dans une zone du nord-est de la Syrie sous contrôle du régime de Damas. Elle n'a pas précisé si l'homme avait été tué.

Washington est à la tête d'une coalition antijihadiste qui continue de combattre les cellules dormantes de l'EI après sa défaite en Irak et en Syrie.

"Les forces du commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom) ont mené un raid dans le nord-est de la Syrie qui a visé un haut responsable de l'EI", a indiqué un porte-parole, le colonel Joe Buccino, dans un communiqué transmis à l'AFP.

Selon la télévision d'Etat syrienne, "les forces d'occupation américaines" ont mené une opération héliportée dans la nuit qui a fait un mort.

Il s'agit de la première opération héliportée des troupes américaines depuis le début de la guerre en Syrie en 2011 dans une zone tenue par le gouvernement, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée au Royaume-Uni qui dispose d'un large réseau de sources.

L'attaque s'est déroulée dans une enclave tenue par des forces supplétives du régime syrien à 17 kilomètres au sud de Qamichli, une ville sous contrôle des forces kurdes alliées aux troupes américaines, selon des sources concordantes.

Le Centcom n'a pas précisé si le responsable de l'EI avait été tué et a promis de révéler d'autres détails plus tard.

A l'aube

"Trois hélicoptères américains transportant des troupes ont atterri à l'aube" près du village de Moulouk Saray, a indiqué à l'AFP un habitant de la localité.

Les militaires américains "ont appelé à l'aide de hauts-parleurs les habitants à rester chez eux", avant de perquisitionner une maison, a ajouté ce villageois qui a requis l'anonymat.

Selon lui, ils y ont "tué une personne et en ont enlevé deux autres" qui se trouvaient dans cette maison.

Un Irakien enlevé

Le témoin a affirmé que la victime était un déplacé de la province de Hassaké, dans laquelle se trouve le village, peu connu des habitants et qui se faisait appeler Abou Hayel.

Avant sa défaite en 2019, l'EI contrôlait de vastes pans de territoires dans le nord de la Syrie.

D'après l'habitant du village, un échange de tirs a opposé les soldats américains à une force supplétive du régime dans la localité, et un membre de cette force a été également enlevé.

L'OSDH a aussi fait état de deux personnes enlevées, qui seraient un Irakien et un Syrien.

Des centaines de soldats américains sont déployés dans le nord-est de la Syrie dans le cadre de la coalition antijihadiste chargée de combattre, avec ses alliés kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), les restes du groupe EI.

Le 16 juin, l'armée américaine avait annoncé avoir capturé un chef de l'EI lors d'une opération héliportée dans un village du nord de la Syrie échappant au contrôle des forces de Damas.

L'EI a été vaincu en Irak en 2017 et en Syrie deux ans plus tard, mais des cellules dormantes du groupe mènent toujours des attaques dans les deux pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Aux Etats-Unis, le programme des "Dreamers" gelé par décision judiciaire

Publié

le

Mis en oeuvre en 2012 sous le président démocrate Barack Obama, le programme est destiné à protéger de l'expulsion ces "Dreamers" ("rêveurs"), entrés clandestinement pendant leur enfance aux Etats-Unis, où ils vivent depuis. (© KEYSTONE/FR159526 AP/JOSE LUIS MAGANA)

Une cour d'appel a jugé mercredi illégal un programme phare des années Obama protégeant de l'expulsion les "Dreamers", migrants arrivés clandestinement aux Etats-Unis lorsqu'ils étaient mineurs. Une décision qui ne retire pas les droits des bénéficiaires actuels.

Les magistrats ont confirmé un jugement de première instance limitant la portée de ce programme, bloquant ainsi toute nouvelle demande, mais ont maintenu le statut des quelque 600'000 jeunes qui en bénéficiaient déjà.

La cour d'appel renvoie le jugement en première instance, laissant notamment au prochain juge le soin d'étudier la nouvelle version, forgée par l'administration Biden en août, de ce programme, baptisé DACA.

Biden déçu

Le président Joe Biden s'est dit déçu par cette décision, qui, selon lui, signifie que "la vie des 'Dreamers' reste dans les limbes".

"La décision d'aujourd'hui est le résultat des efforts continus des représentants des États républicains pour priver les bénéficiaires du DACA des protections et de l'autorisation de travail que beaucoup détiennent maintenant depuis plus d'une décennie", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Il est grand temps que le Congrès adopte des protections permanentes pour les Dreamers, y compris une voie vers la citoyenneté", a-t-il ajouté.

Annulé par Trump

Mis en oeuvre en 2012 sous le président démocrate Barack Obama, il est destiné à protéger de l'expulsion ces "Dreamers" ("rêveurs"), entrés clandestinement pendant leur enfance aux Etats-Unis, où ils vivent depuis.

Mais Donald Trump l'avait annulé dès 2017, ouvrant une période de grande incertitude pour ces jeunes adultes de moins de 30 ans. En juin 2020, la Cour suprême des Etats-Unis lui avait infligé un camouflet en validant ce programme.

Mais, basant sa décision sur des questions de procédure, la Cour suprême n'avait pas complétement clos la bataille judiciaire.

En juillet 2021, un juge avait partiellement invalidé le programme, estimant que l'ancien président démocrate avait outrepassé ses pouvoirs en agissant par décret, après avoir échoué à faire adopter cette réforme au Congrès. C'est cette décision, contestée par l'administration Biden, qui a été confirmée mercredi.

Numéro de sécurité sociale

Ce programme empêche les bénéficiaires de se faire expulser et leur donne un numéro de sécurité sociale, sésame indispensable pour travailler, conduire ou étudier aux Etats-Unis.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, s'est dit mercredi soir "profondément déçu" par cette décision et a appelé à nouveau le Congrès à légiférer pour ancrer ce programme dans la loi.

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a déjà passé un texte, mais les républicains, qui disposent d'une minorité de blocage au Congrès, s'opposent à des dispositions de la réforme, ce qui rend son adoption, en l'état, peu probable.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'Ukraine chiffre ses gains dans le Sud, Moscou dit tenir bon

Publié

le

"Les forces armées ukrainiennes ont libéré plus de 400 km2 de la région de Kherson depuis le début du mois d'octobre", a indiqué la porte-parole du commandement militaire dans le Sud, Natalia Goumeniouk. (© KEYSTONE/AP/Francisco Seco)

L'Ukraine a pour la première fois chiffré jeudi ses gains territoriaux dans le Sud. Elle dit avoir repris 400 kilomètres carrés en deux semaines face à des troupes russes en difficulté, mais qui ont assuré tenir leur défense.

Les troupes ukrainiennes sont à l'offensive sur tous les fronts depuis début septembre et ont déjà repris l'essentiel de la région de Kharkiv, dans le Nord-Est, et d'importants noeuds logistiques tels qu'Izioum, Koupiansk et Lyman. Dans ce dernier, dans l'Est, les troupes de Moscou, alors quasi encerclées, ont frôlé la catastrophe.

"Les forces armées ukrainiennes ont libéré plus de 400 km2 de la région de Kherson depuis le début du mois d'octobre", a indiqué jeudi la porte-parole du commandement militaire dans le Sud, Natalia Goumeniouk, chiffrant pour la première fois les avancées ukrainiennes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé mercredi soir la reprise de trois nouveaux villages par ses troupes dans cette zone, tout en confirmant que la contre-offensive de Kiev, forte des livraisons d'armes occidentales, se poursuivait. Les forces ukrainiennes affirment avoir repris 29 localités aux Russes depuis le 1er octobre.

Ennemi "repoussé"

L'armée de Moscou a elle assuré dans son rapport quotidien jeudi que "l'ennemi [avait] été repoussé de la ligne de défense des troupes russes" dans cette même région de Kherson.

Selon elle, les forces ukrainiennes ont déployé quatre bataillons tactiques sur ce front, soit plusieurs centaines d'hommes, et a "tenté à plusieurs reprises de percer les défenses" russes près de Doudtchany, Soukhanové, Sadok et Brouskinskoïé.

Face aux revers de l'armée russe en Ukraine et à une mobilisation chaotique en Russie qui a poussé des centaines de milliers de Russes à l'exil, le président russe Vladimir Poutine a assuré mercredi que la situation militaire se "stabilisera".

Alors même que Moscou ne contrôle que partiellement ces zones et y est en difficulté au plan militaire, M. Poutine avait signé mercredi une loi consacrant l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes après la tenue de "référendums" d'autodétermination sans "aucune valeur légale" aux yeux du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, et dénoncés comme des "simulacres" par Kiev et ses alliés.

Le porte-parole de M. Poutine, Dmitri Peskov a assuré que les territoires perdus seraient "repris". Le président russe avait lui évoqué en septembre la menace du recours à l'arme nucléaire.

Frappe à Zaporijjia

Sur le front, les bombardements se poursuivaient avec notamment une frappe qui a fait trois morts et sept blessés à Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, l'une des régions que Moscou affirme avoir annexé.

L'AFP a vu deux sites dans le centre de la ville ravagés par les bombes. Du premier, tout ce qui était au-dessus du rez-de-chaussée s'est écroulé, faisant craindre un bilan plus élevé. A quelques centaines de mètres de là, un cratère de plusieurs mètres de profondeur est visible devant un immeuble d'habitation, au toit soufflé, tout comme la plupart des fenêtres.

Dans l'Est, dans la région de Donetsk, autre territoire annexé par Moscou, au moins 14 personnes ont été tuées et 3 blessées ces dernières 24 heures dans les zones sous contrôle de Kiev, selon la présidence ukrainienne.

Directeur de l'AIEA à Kiev

Kiev reçoit également jeudi la visite du directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, qui doit aussi se rendre à Moscou prochainement.

Il souhaite notamment discuter l'établissement "d'une zone de protection" autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, visée régulièrement par des tirs dont Russes et Ukrainiens se renvoient mutuellement la responsabilité.

A la veille de cette visite, la Russie s'est appropriée via un décret signé par Vladimir Poutine cette centrale, la plus grande d'Europe, qu'elle contrôle depuis mars, provoquant l'indignation de Kiev.

Sur le front diplomatique, 44 dirigeants du continent européen se sont retrouvés jeudi à Prague dans un format inédit, destiné à souligner l'isolement de Moscou.

Mercredi, l'UE a approuvé une huitième série de sanctions contre Moscou. L'Opep+ a lui décidé d'une coupe drastique des quotas de production de pétrole pour soutenir les prix, alors que les hydrocarbures restent le revenu principal de la Russie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Acceptez les changements actuels ! Tout va dans le bon sens alors laissez-vous porter par l’instant présent !

Les Sujets à la Une

X