Rejoignez-nous

Sport

Ski alpin : Pas de "hat trick" pour Feuz en descente

Publié

,

le

Beat Feuz a pris la 2e place à Garmisch vendredi ( © KEYSTONE/EPA/Philipp Guelland)

Auteur d'un somptueux doublé à Kitzbühel, Beat Feuz n'est pas parvenu à signer un troisième succès d'affilée en Coupe du monde de descente. Le Bernois a pris la 2e place vendredi à Garmisch-Partenkirchen derrière un Dominik Paris retrouvé.

Ce podium, son 39e en descente et le 51e au total, lui permettra d'aborder les Mondiaux de Cortina d'Ampezzo en pleine confiance. L'Emmentalois est monté à quatre reprises sur la "boîte" cet hiver dans la discipline en six courses, et sa 10e place de Bormio n'était bien qu'en accident de passage.

"J'accepte volontiers cette 2e place. Dominik était vraiment plus fort. Il est définitivement de retour, il l'avait déjà montré à Kitzbühel" où l'Italien avait terminé 3e le premier jour, a souligné Beat Feuz, qui a par ailleurs offert au ski masculin helvétique son 20e podium de l'hiver.

Battu de 0''37 par Dominik Paris sur la neige bavaroise, le champion du monde 2017 de descente conforte sa première place au classement de la spécialité. "Kugelblitz" porte son avance sur son dauphin Matthias Mayer (3e vendredi à 0''40) à 48 unités, avec encore deux (Kvitfjell et Lenzerheide) voire trois descentes au programme.

Le grand retour de Paris

Désormais 3e de ce classement, Dominik Paris accuse 118 longueurs de retard sur le vainqueur des trois derniers Globes de la discipline. Mais il atteint son pic de forme au meilleur moment, lui qui avait été victime d'une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit à la fin janvier 2020.

"On se bat pour revenir, on ne sait pas à quel niveau on va revenir, et se retrouver sur le podium, c'est formidable", a lâché l'Italien, qui a cueilli sa première victoire de l'hiver, la 15e au total en descente (soit autant que Franz Heinzer et Hermann Maier).

Le champion du monde en titre de super-G avait entamé prudemment la saison, terminant 16e en super-G et 10e en descente à Val d'Isère en décembre pour son retour aux affaires. Il sera bien le principal adversaire de Beat Feuz en descente à Cortina d'Ampezzo le 14 février.

Nouveau top 10 pour Odermatt

Attendu avant tout samedi à l'occasion du super-G, Marco Odermatt abordera lui aussi les championnats du monde avec un moral gonflé à bloc. Le prodige nidwaldien a pris la 8e place vendredi, à 1''12 du vainqueur, obtenant ainsi le meilleur résultat de sa jeune carrière en descente.

Carlo Janka a quant à lui décroché une belle 6e place (à 1''02), comme lors de la première descente de Kitzbühel. S'il est dans un grand jour, le Grison pourra lorgner le podium dans la discipline à Cortina d'Ampezzo. Un seul autre Helvète a terminé dans les points vendredi, Niels Hintermann, 15e à 1''56 de Dominik Paris.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Desplanches peut croire en son étoile

Publié

le

Desplanches peut croire en son étoile (© KEYSTONE/EPA/PATRICK B. KRAEMER)

Jérémy Desplanches a toujours affirmé qu'il devra réussir la course de sa vie vendredi dès 4h16 pour se hisser sur le podium du 200 m 4 nages aux JO de Tokyo. Il en est capable.

Les faits sont là pour le prouver. D'une part, le Genevois est passé maître dans l'art de se sublimer le jour J. Champion d'Europe en 2018, vice-champion du monde en 2019, il s'est mis en confiance il y a deux mois en se parant d'argent aux Européens de Budapest, descendant pour la première fois depuis les Mondiaux de Gwangju sous les 1'57''. "J'ai toujours ce petit truc en plus", s'était-il réjoui.

Le Niçois avait certes cédé son titre continental ce jour-là, battu par l'Espagnol Hugo Gonzalez De Oliveira. Mais il ne voulait pas atteindre son pic de forme à ce moment-là, contrairement aux saisons 2018 et 2019 où il n'avait qu'un seul grand rendez-vous à se mettre sous la dent. "En milieu de saison, je ne suis pas prêt pour faire 200 m à fond, mais pour en faire 180 ou 160", avait-il rappelé.

Car c'est bien dans l'optique de ce 30 juillet 2021 que Jérémy Desplanches (27 ans le 7 août) se prépare comme un fou depuis l'annonce en mars 2020 du report des JO de Tokyo. "J'ai hâte de retourner bosser", avait-il d'ailleurs lâché après s'être paré d'argent aux Championnats d'Europe, dont le vainqueur a d'ailleurs échoué en demi-finales à Tokyo.

Un potentiel de 1'55''81

Le Genevois n'a également cessé d'affirmer qu'il devrait "exploser" son record de Suisse, fixé à 1'56''56 depuis la finale des championnats du monde 2019, pour avoir une chance de décrocher une médaille dans ces Jeux. En clair, il s'agira probablement de passer sous les 1'56''. Soit une progression gigantesque, supérieure à une demi-seconde.

Les chiffres sont pourtant là pour lui donner confiance: si l'on additionne les meilleurs "splits" réalisés sur chaque nage en prenant en compte les six chronos inférieurs à 1'57'' qu'il a réalisés dans sa carrière, on obtient un temps potentiel de 1'55''81. De quoi se persuader que tout sera possible si les étoiles sont alignées pour lui vendredi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Desplanches présent au rendez-vous de la finale

Publié

le

Desplanches s'est qualifié pour la finale à Tokyo (© KEYSTONE/AP/Martin Meissner)

Jérémy Desplanches a rempli la première partie de son contrat en se qualifiant pour la finale des JO de Tokyo sur 200 m 4 nages. Le Genevois a réussi le 5e temps des demi-finales, en 1'57''38.

Le vice-champion du monde 2019 s'est montré bien plus lent qu'en séries, lors desquelles il avait nagé en 1'56''89. Mais il a assuré l'essentiel et sera bien présent pour le plus grand rendez-vous de sa carrière vendredi à 4h16 (heure suisse), contrairement au champion d'Europe 2021 Hugo Gonzalez De Oliveira (11e).

Jérémy Desplanches a terminé 3e de la première demi-finale, remportée par le Britannique Duncan Scott (1'56''69) devant le Japonais Daiya Seto (1'56''86). Le meilleur temps a été l'oeuvre du Chinois Wang Shun (1'56''22), alors que le favori américain Michael Andrew (1'57''08) a coupé son effort sur les 50 derniers mètres.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Young Boys franchit un premier obstacle européen

Publié

le

Aebischer (à gauche) signe le 3-0 (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Young Boys peuvent toujours rêver aux millions de la Ligue des champions. Ils ont en effet franchi le 2e tour qualificatif en battant Slovan Bratislava 3-2 à Berne au retour.

Les quadruples champions de Suisse - qui avaient ramené le nul 0-0 de Slovaquie au match aller - n'ont toutefois pas vécu une soirée des plus tranquilles. Ils menaient pourtant 3-0 après 48 minutes, mais leurs largesses défensives ont permis au Slovan de reprendre espoir, un peu contre toute attente.

Les Bernois ont pris les devants grâce à un penalty de Siebatcheu (10e), une frappe de Garcia (24e) et un somptueux coup franc dans la lucarne botté par Aebischer (48e). Tout semblait alors dit...

Gardien en évidence

Le gardien David von Ballmoos a aussi apporté sa contribution. Il a arrêté un penalty tiré par Rafael Ratao à la 21e alors que le score n'était que de 1-0 en faveur des Bernois. Et il a surtout dévié une frappe de Kankava sur sa barre à la 86e...

La partie a connu un double rebondissement aux alentours de l'heure de jeu. A peine entré sur la pelouse, sur un corner défensif, l'attaquant Kanga a dévié dans le but bernois un long centre de Weiss (58e). Pas idéal pour une première apparition sous le maillot de YB! Et quatre minutes plus tard, Henty ramenait les Slovaques à une longueur, profitant d'une inattention coupable de la défense.

Tension

Malgré quelques frayeurs, les Suisses tenaient bon jusqu'au bout. Ils passaient aussi plusieurs fois près du 4-2 dans les arrêts de jeu. Mais ils auraient dû s'épargner cette fin de rencontre tendue.

YB n'est donc pas encore au bout de ses peines avant d'atteindre le Graal que représente la phase de groupes. Deux étapes restent à franchir, à savoir le 3e tour qualificatif - face aux Roumains de Cluj - et les éventuels play-off.

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Claessens et Graf qualifiés, Marquart éliminé

Publié

le

Zoé Claessens (au premier plan) s'est qualifié pour les demi-finales à Tokyo (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse a perdu l'un de ses atouts en BMX dès les quarts de finale des JO de Tokyo.

Simon Marquart a en effet connu l'élimination, Zoé Claessens et David Graf se qualifiant en revanche pour les demi-finales prévues vendredi.

L'expérimenté David Graf (31 ans), déjà présent aux JO de Rio en 2016 (14e), s'est montré convaincant pour son entrée en lice à Tokyo. Le Zurichois a terminé aux 1er, 2e et 3e rangs de son quart de finale, remporté par le champion olympique 2016 Connor Fields.

David Graf, qui mettra fin à sa carrière pour devenir entraîneur national après ces Jeux, abordera en pleine confiance les demi-finales. Il y évitera qui plus est Connor Fields et le champion du monde Twan van Gendt, présents dans l'autre demi-finale.

Claessens maîtrise

La toute fraîche championne d'Europe Zoé Claessens n'a pas non plus tremblé pour décrocher son ticket pour les demi-finales. La Vaudoise de 20 ans s'est classée 2e, 3e puis 3e de son quart de finale, dominé par la Britannique Bethany Schriever. De quoi aborder en confiance la suite de la compétition.

Déception en revanche pour Simon Marquart, qui a triomphé en Coupe du monde cette année à Vérone. Le Zurichois de 24 ans n'a jamais trouvé le bon rythme, terminant 4e, 4e et 6e du troisième quart de finale. Il a même chuté lors de son dernier "run".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Premier titre olympique individuel pour Dressel

Publié

le

Caeleb Dressel a cueilli l'or sur 100 m libre à Tokyo (© KEYSTONE/AP/Martin Meissner)

Caeleb Dressel s'est paré d'or sur 100 m libre jeudi aux Jeux de Tokyo. L'Américain s'est imposé en 47''02 pour décrocher son premier titre olympique en individuel.

La finale de la discipline-reine a tenu toutes ses promesses. Sacré deux fois en relais en 2016 et une fois à Tokyo (sur 4x100 m libre), le favori Caeleb Dressel (24 ans) a fait la course en tête pour réaliser la quatrième performance de l'histoire. Il lui a manqué 0''11 pour égaler le record du monde de Cesar Cielo.

Sixième aux JO de Rio 2016 sur la distance, l'Américain a résisté jusqu'au bout aux assauts du champion olympique en titre, l'Australien Kyle Chalmers, 2e en 47''08. Le Russe Kliment Kolesnikov, auteur du meilleur temps des demi-finales avec un nouveau record d'Europe (47''11), a terminé au 3e rang en 47''44.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Si vous devez négocier des affaires difficiles, surtout pas de bras de fer : la diplomatie sera bien plus fructueuse !

Les Sujets à la Une

X