Rejoignez-nous

Suisse

Campagne nationale face à l'explosion des cyber-arnaques

Publié

,

le

Campagne de prévention des polices contre le phishing. (© )

Avec la diminution des paiements en espèces, les escroqueries à la carte bancaire augmentent sans cesse, prévient Card-Security dans la nouvelle campagne nationale de prévention de la police. Des conseils pratiques sont donnés pour se prémunir efficacement.

"Force est de constater que les titulaires de cartes agissent souvent avec une grande imprudence", relève Bernard Vonlanthen, de l'unité communication et prévention à la police cantonale Fribourg, dans un communiqué de l'organisme de prévention Card-Security.ch envoyé mercredi.

Chaque année, les fraudes à la carte bancaire augmentent de 10 à 20%. Le hameçonnage (phishing) reste l'arnaque la plus courante, exploitant la crédulité et l'ignorance des victimes.

Les paiements électroniques sont très sécurisés, à condition de respecter certaines précautions de base, rappellent les polices. Et c'est là que le bât blesse: certaines personnes ignorent par exemple qu'il ne faut jamais divulguer des données confidentielles comme leurs codes de sécurité ou leurs codes CVV.

De même, avant de confirmer une transaction par SMS, il est essentiel de s'assurer de sa légitimité et de l'identité de l'expéditeur, précise Bernard Vonlanthen.

90 millions en 2023

Les fraudes à la carte touchent des personnes de tout âge et portent sur les montants les plus divers. Elles auraient atteint au total l'an dernier près de 90 millions de francs en Suisse.

Cette estimation comprend aussi bien les transactions par carte dans les magasins et sur Internet que les retraits aux bancomats en Suisse et à l'étranger. Selon les indications des corps de police, le montant moyen des délits se situe entre 1000 et 2000 francs. Mais il peut dans certains cas être beaucoup plus élevé et atteindre le plafond de retrait fixé.

Les cybercriminels agissent de manière de plus en plus professionnelle, relève encore le communiqué. La plupart des arnaques commencent par du hameçonnage. Les cibles sont contactées par courriel, SMS ou chat par des tierces personnes, qui les dirigent sous un prétexte quelconque vers un site web frauduleux.

A la pêche

Les escrocs vont alors "à la pêche" aux informations confidentielles. Les victimes sont invitées à saisir leur identité ou leurs données de carte pour que la marchandise commandée puisse "enfin" leur être livrée ou qu'un abonnement prétendument bloqué soit réactivé.

Parmi les bons réflexes à avoir, la police conseille de: se méfier des messages provenant d'expéditeurs inconnus, vérifier systématiquement l'adresse de l'expéditeur et l'URL, ne cliquer sur aucun lien, n'ouvrir aucune pièce jointe, se méfier de tout message urgent exigeant une action immédiate.

Card-Security recommande aussi de s'assurer que le paiement soit sécurisé avant de saisir les données, d'utiliser des mots de passe robustes et l'authentification à deux facteurs au moins, de vérifier régulièrement les transactions et les relevés de compte, de fixer un plafond de retrait bas et de porter plainte en cas d'arnaque.

La campagne de prévention est déployée du 29 mai au 26 juin puis du 28 août au 25 septembre. Elle reposera principalement sur les médias en ligne et sur la communication relayée par les corps de police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Accord sur un plan social pour la verrerie Vetropack à St-Prex (VD)

Publié

le

Un plan social a été trouvé pour les collaborateurs de Vetropack à St-Prex (VD) concernés par les suppressions de postes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le fabricant d'emballages Vetropack annonce être parvenu à un accord avec les représentants des salariés et les syndicats sur un plan social pour son site de St-Prex (VD). Celui-ci s'applique à tous les collaborateurs concernés par les suppressions de postes.

La proposition de plan social préparée par Vetropack a été discutée et développée au cours des dernières semaines, indique le groupe samedi dans un communiqué. Les deux parties sont parvenues vendredi à un accord après des discussions difficiles. Le personnel s'était mis en grève fin mai pour réclamer de "vraies négociations".

Le plan social comprend tous les éléments déjà annoncés à la mi-mai, tels que indemnités de départ, primes ainsi que prestations en cas de potentielles retraites anticipées. Un Job Center dédié aidera les collaborateurs à trouver de nouveaux emplois.

La fermeture de l'usine de St-Prex doit entraîner la suppression d'environ 180 postes. La moitié des contrats seront résiliés jusqu'au 31 août. Les autres postes seront biffés progressivement jusqu'en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Quatre blessés, dont deux graves, dans des bagarres à Martigny (VS)

Publié

le

La police valaisanne a dû intervenir pour trois bagarres à Martigny dans la nuit de vendredi à samedi, qui ont fait deux blessés graves (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Plusieurs bagarres à l'intérieur et à l'extérieur d'une discothèque à Martigny (VS) ont fait quatre blessés dans la nuit de vendredi à samedi. Deux personnes, dont un mineur, ont été grièvement blessées.

La police a dû intervenir pour trois altercations entre différents groupes à l’intérieur et aux abords de la discothèque à Martigny, indique-t-elle dans un communiqué samedi en fin de journée. Parmi les personnes impliquées se trouvaient aussi des mineurs.

Au cours de l'une des bagarres, un mineur d’origine étrangère a été pris à partie par cinq individus. Grièvement blessé, il a été transporté en ambulance à l’hôpital. Ses jours ne sont toutefois pas en danger, indique la police, qui ne fait aucune autre communication à ce stade.

Dans une seconde bagarre, un Suisse a été sérieusement blessé à l’arme blanche. Il a aussi été pris en charge par les services de secours avant d'être conduit à l’hôpital. La troisième altercation a fait deux blessés légers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir (image symbolique). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 5, 8, 10, 11, 29 et 31. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 6 et le Joker le 010294.

Lors du prochain tirage mercredi, 29,6 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Constitutionnaliste: la Question jurassienne pas forcément close

Publié

le

La Question jurassienne n'est pas forcément close, selon l'ancien président de la Cour constitutionnelle jurassienne Jean Moritz. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

"La Question jurassienne ne disparaîtra pas par le simple miracle des mots", a déclaré le constitutionnaliste Jean Moritz samedi à Delémont lors d'une conférence à la Fête du peuple jurassien. La situation n'est pas figée du point de vue de la loi, a-t-il affirmé.

Ancien juge cantonal et ex-président de la Cour constitutionnelle jurassienne, Jean Moritz a fait l'exégèse de la Constitution fédérale pour savoir si une porte restait ouverte en vue d'une éventuelle nouvelle évolution dans le Jura bernois, lors d'un exposé à la Conférence internationale sur le droit d'autodétermination au Parlement jurassien.

Les responsables politiques, bernois en particulier, assurent que le transfert de Moutier (BE) dans le Jura au 1er janvier 2026 - sous réserve de l'aval populaire des deux cantons cet automne - marquera la fin du conflit jurassien, a rappelé M. Moritz. Or, "il s'agit ici d'une rhétorique. Nul ne peut décréter, d'un point de vue politico-légal, la fin de la Question jurassienne", a soutenu le spécialiste.

L'article 53 de la Constitution fédérale décrit les modalités de la modification d'un territoire cantonal. Ce faisant, la Constitution "se borne-t-elle à décrire un processus (d’autodétermination) ou admet-elle implicitement un droit à l'autodétermination?", s'est demandé M. Moritz. A ses yeux, la cohérence implique de reconnaître ce droit implicite. De quoi ouvrir la porte à de nouvelles revendications.

Identité propre

"Le Jura ne se réduit pas au canton du Jura. La Constitution bernoise elle-même reconnaît l'identité du Jura bernois", a précisé l'ancien juge.

Si le droit à l'autodétermination est reconnu, les communes intéressées peuvent toujours l'invoquer, "contrairement à ce qu'affirme le gouvernement bernois", a dit M. Moritz. Celle de Belprahon (BE) en particulier a manifesté des velléités de rejoindre le Jura, à l'instar de Moutier, sa grande voisine.

Evoquant plusieurs scénarios possibles, Jean Moritz a estimé que la question de la création d'un canton de l'Arc jurassien (Jura, Jura bernois, Neuchâtel) "pourrait revenir sur le tapis".

Autonomie renforcée

Il pense aussi, par ailleurs, que la création d'un statut d'autonomie renforcée pour le Jura bernois constitue "une perspective à moyen terme réaliste". Une gouvernance régionale y serait établie, débouchant sur une collaboration étroite avec le Jura dans des domaines comme le tourisme, les transports, l'école ou la culture.

En revanche, le scénario d'un transfert du Jura bernois dans le canton du Jura reste "une vue de l'esprit", a relevé l'ancien juge.

Ce dernier a ironisé au passage sur la nouvelle dénomination de "Grand Chasseral", qui tend à effacer la réalité politique de la région, et a lancé: "Il n'est pas exclu que le conflit jurassien perdure et pas exclu non plus que le dialogue entre le Jura et Berne se normalise".

La Conférence internationale sur le droit d'autodétermination réunissait, outre des militants jurassiens, des représentants des communautés francophones en Acadie (Canada), de la Vallée d'Aoste (Italie) et du Québec, soutenus par d'autres "peuples amis" en Corse, en Catalogne ou en Belgique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X