Rejoignez-nous

Suisse

Coronavirus - Les hôpitaux suisses vont tester plusieurs médicaments

Publié

,

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Anthony Anex)
La Suisse est sur le point de mener ses premiers tests de médicaments dans le cadre d'une étude internationale lancée par l'OMS. L'objectif consiste à évaluer l'efficacité de tel ou tel traitement dans la lutte face au Covid-19.

"Les premiers patients suisses inclus dans l'étude le seront au plus tard la semaine prochaine", indique vendredi Oriol Manuel, docteur au CHUV et investigateur principal pour la Suisse pour cet essai clinique intitulé "Solidarity".

Si plusieurs études sont en cours actuellemment, c'est la seule à avoir été initiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), précise le Dr Manuel, interrogé par Keystone-ATS. Plusieurs dizaines de pays y participent. En Suisse, 16 centres hospitaliers sont partie prenante, avec le CHUV de Lausanne dans le rôle de coordinateur.

Par rapport à un essai clinique habituel, "Solidarity" se présente dans une version simplifiée pour obtenir rapidement des résultats, explique le Dr Manuel. Il relève notamment qu'aucun placebo n'est utilisé dans le cadre de ces tests.

Efficacité

La durée de l'étude et le nombre de patients impliqués ne sont pas encore connus. Ils dépendront de l'évolution de la pandémie et des résultats des recherches. "L'étude sera réévaluée en continu", note le coordinateur pour la Suisse.

Il précise néanmoins que l'objectif est de tester "plusieurs centaines de patients" en Suisse et "plusieurs milliers, voire dizaines de milliers" au niveau mondial.

Les premiers résultats seront dévoilés par l'OMS. "Nous ne savons pas encore quand, mais cela pourrait se faire en peu de semaines", relève le Dr Manuel.

Concernant les médicaments, il s'agira notamment d'évaluer l'efficacité de l'hydroxychloroquine, qui a fait couler beaucoup d'encre depuis le début de la crise. Le remdesivir ou le kaletra, jusqu'ici utilisés pour traiter respectivement le virus Ebola et le VIH, seront aussi testés.

La liste des médicaments, leur dosage et la durée du traitement sont déterminés par l'OMS.

Financé par le FNS

Les tests seront menés sur tous types de patients hospitalisés, qu'ils soient peu touchés ou placés aux soins intensifs. L'étude intégrera un groupe de patients sans médicament afin d'effectuer des comparaisons, précise le Dr Manuel.

Côté helvétique, cet essai clinique est financé à hauteur de 1,6 million de francs par le Fonds national suisse (FNS). Y participent les hôpitaux universitaires de Lausanne, Genève, Berne et Bâle, les réseaux hospitaliers valaisans et neuchâtelois, l'hôpital Riviera-Chablais, du Jura, les hôpitaux cantonaux de Fribourg, de Soleure, d'Aarau, de Thurgovie et de Baden (AG).

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La pandémie a entraîné un fort repli des heures travaillées en 2020

Publié

le

Le recul du volume de travail en Suisse en 2020 a été particulièrement marqué dans la branche de l'hébergement et de la restauration (-29,0%), fortement affectée par les fermetures imposées par les autorités. (Archives © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les mesures mises en oeuvre pour lutter contre la propagation du coronavirus ont entraîné l'an passé une chute sans précédent des heures travaillées en Suisse dans le cadre professionnel.

Se repliant de 3,6% au regard de 2009, leur nombre s'est inscrit à 7,61 milliards d'heures, un niveau inférieur à celui de 2015.

Le volume de travail a ainsi essuyé un recul inédit depuis que de telles données sont recensées, soit depuis 1991, précise mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Tant le nombre d'emplois (-0,7%) que la durée hebdomadaire effective de travail par poste de travail (-5,5%) ont contribué à la baisse.

Le tassement aurait encore pu se révéler plus marqué si le nombre annuel de semaines de vacances prises (passées de 4,5 à 3,9) et le nombre de jours fériés tombant du lundi au vendredi n'avaient pas baissé sur la même période.

Sans surprise, le recul a particulièrement touché la branche de l'hébergement et de la restauration" (-29,0%), celle-ci ayant été fortement affectée par des mesures de fermetures. Dans ce secteur, le nombre d'emplois a dégringolé de 9,3%, alors que la durée annuelle effective de travail par emploi a plongé de 21,8%.

Les branches "Arts, loisirs, ménages privés, autres" ont également subi un fort tassement de 13,6% du nombre d'heures travaillées. Celui des emplois a baissé de 3,5% et la durée annuelle effective de travail s'est réduite de 10,4%. Les secteur "Transports et entreposage" a pour sa part essuyé des reculs respectifs de 6,9%, 2,3% et 4,7%). Ils se sont inscrits à respectivement 5,6%, 1,8% et 3,9% dans le commerce et la réparation.

Durant l'année sous revue, la baisse du nombre total d'heures travaillées a atteint des niveaux quasiment identiques pour les femmes (-3,8%) et les hommes (-3,7%). Il a reculé plus fortement chez les étrangers (-4,4%) que chez les Suisses (-3,4%) ainsi que chez les indépendants (-5,5%) par rapport aux salariés (-4,5%), constatent les statisticiens fédéraux.

Quarantaine ou restrictions d'activité

Quant au nombre total d'heures d'absence, il a plus que doublé à 946 millions, contre 368 millions en 2019. Leur ascension reflète principalement l'introduction dans de nombreuses entreprises de mesures de chômage partiel, les réductions des horaires de travail ayant représenté 38,8% du volume annuel. Les absences pour raison de santé (maladie ou accident) y ont contribué à hauteur de 31,1%.

Les autres motifs d'absence (personnes en quarantaine ou restrictions d'activité des indépendants durant la pandémie de Covid-19) ont représenté 22,1% du volume annuel.

Entre 2019 et 2020, la durée moyenne annuelle des absences en raison du chômage partiel s'est envolée de 0,2 à 67 heures par emploi. Celle motivée par des raisons de santé (maladie/accident) s'est accrue plus modérément, passant de 46 à 54 heures par poste.

Les absences en raison d'obligations militaires ou civiles, de congé maternité, du mauvais temps, de conflits du travail et pour raisons personnelles ou familiales ont faiblement évolué. Enfin, les absences pour "autre raison" ont progressé de manière très marquée, passant de 8 à 38 heures par emploi.

En comparaison internationale, le recul de la durée hebdomadaire effective de travail de 4,2% en Suisse pour les personnes actives occupées entre 20 et 64 ans figure parmi les moins forts. Pour l'ensemble de l'Union européenne, la baisse s'est inscrite à 6,9%, tous les pays membres ayant subi un tassement.

L'Italie et la Grèce ont présenté les baisses les plus marquées (-11,3%), suivies du Portugal (-11,1%) et de l'Espagne (-10,9%). Les baisses les moins fortes ont été relevées au Danemark (-1,6%), en Finlande (-2,2%) et aux Pays-Bas (-2,3%).

Continuer la lecture

Suisse

Une commission du National demande la poursuite des négociations avec l'UE

Publié

le

La présidente de la commission de politique extérieure du Conseil national Tiana Angelina Moser (PVL/ZH) a présenté lundi au Palais fédéral les dernières décisions concernant l'accord cadre avec l'UE. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Une rupture des négociations avec l'Union européenne sur l'accord cadre n'est pas une option, estime la commission de politique extérieure du National. Elle demande au Conseil fédéral de trouver un compromis pour éviter d'aboutir à un échec.

Réunie en séance extraordinaire lundi, la commission a convoqué cinq conseillers fédéraux à répondre à ses questions. Seuls le président de la Confédération Guy Parmelin et le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis ont répondu présent.

Après les avoir interrogés notamment sur les conséquences d'un échec de l'accord institutionnel, la commission a estimé qu'il n'était pas possible de mettre fin aux négociations sans un concept sur la poursuite des bilatérales avec l'UE, a indiqué sa présidente Tiana Angelina Moser (PVL/ZH) devant les médias.

Le Conseil fédéral est conscient des risques potentiels d'un échec. Il doit présenter un plan B, a ajouté Laurent Wehrli (PLR/VD). Par 17 voix contre 6, la commission exhorte le gouvernement à poursuivre les discussions. Le mandat de négociation doit en outre être adapté en vue de trouver un compromis. Il doit être fondé sur des principes et être suffisamment large pour obtenir des solutions.

Conséquences à connaître

A l'unanimité, la commission souhaite une documentation complète sur les conséquences d'une suspension ou d'une rupture des négociations avec l'UE. Le public doit savoir ce qu'il peut se passer, selon Mme Moser.

D'autant plus que sans accord, la Suisse risque d'être confrontée à des conséquences négatives dans différents dossiers, notamment la sécurité et l'approvisionnement. La collaboration avec l'UE doit pouvoir se poursuivre à long terme, a expliqué la présidente. Une décision sur l'accord-cadre est attendue ces prochains jours, voire ces prochaines semaines.

Les positions entre Berne et Bruxelles sur l'accord institutionnel sont éloignées sur plusieurs points. La rencontre entre le président de la Confédération Guy Parmelin et la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen à fin avril a montré que les fronts s'étaient durcis.

Le Conseil fédéral estime avoir fait d'importantes concessions sur toute une série de questions critiques comme la reprise dynamique du droit européen, le rôle de la Cour de justice de l'Union européenne pour le règlement des différends et la clause guillotine. Les trois points en suspens, à savoir les aides d'Etat, les mesures d'accompagnement et la directive relative aux droits des citoyens de l'UE, doivent donc être réglés dans le sens voulu par la Suisse.

Continuer la lecture

Suisse

Le soleil du Tessin a attiré les Suisses ce week-end

Publié

le

Les Suisses ont été nombreux à aller chercher le soleil et la chaleur au Tessin durant ce week-end prolongé. (©KEYSTONE/Ti-Press/FRANCESCA AGOSTA - Image d'illustration).

Malgré un temps plutôt mitigé, les Suisses ont été nombreux à se rendre au sud des Alpes durant ce week-end prolongé de l'Ascension. Ils ont dû faire preuve de patience au Gothard, tant à l'aller qu'au retour.

Le Tessin a enregistré une température moyenne de 16 degrés, soit quatre degrés de moins que la moyenne pluriannuelle, a souligné dimanche SRF Meteo. Mais le temps y était beaucoup plus ensoleillé et chaud qu'au nord des Alpes, en particulier jeudi et vendredi.

Durant ces deux jours, le mercure a atteint 20 à 23 degrés. En Suisse romande, il n'a pas fait plus de 16 degrés durant tout ce long week-end. A Genève, le thermomètre n'a même pas dépassé les 11,5 samedi et le soleil n'a pas brillé de tout le week-end. Idem à Berne.

Le temps était plus doux dans l'est, avec 14 à 17 degrés au bord du lac de Constance, selon SRF Meteo. Vendredi, le soleil a brillé sans interruption jusqu'au soir et la région a enregistré cinq à six heures de soleil jeudi et samedi.

Bouchons au Gothard

Pour aller au Tessin, les automobilistes ont dû s'armer de patience. Les bouchons atteignaient dix à douze kilomètres au portail nord du Gothard mercredi après-midi et jeudi matin. Interrogé par Keystone-ATS, le service Viasuisse a affirmé qu'il ne s'attendait pas à un tel trafic - qui a presque atteint cette année le niveau d'avant la pandémie.

Sans surprise, les bouchons étaient également de mise dimanche dans le sens des retours. A la mi-journée, ils atteignaient huit kilomètres entre Quinto et Airolo (TI), soit une attente de deux heures. La surcharge de trafic se poursuivait dans l'après-midi.

Le Haut-Valais n'était pas en reste: il fallait compter avec une attente prolongée de 90 minutes pour charger les voitures sur le train au Lötschberg en direction de Berne. A Oberwald (VS), l'attente était même de trois heures pour le tunnel de la Furka.

Ligne ferroviaire coupée

Dans le canton de Vaud, des intempéries ont provoqué dimanche soir l'interruption de la ligne ferroviaire entre Montreux-Rochers-de-Naye entre Paccot et les Rochers-de-Naye. Tous les trains ont été supprimés jusqu'à la fin du service, ont indiqué les CFF.

Continuer la lecture

Suisse

Decathlon recrute 200 personnes en Suisse

Publié

le

La marque précise qu'elle "se développe en Suisse alémanique où la demande y est forte". (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI - Image d'archives).

Le groupe de production et de distribution d'articles de sport Decathlon a annoncé son intention d'engager 200 nouvelles collaboratrices et collaborateurs d'ici la fin 2022.

La marque est portée par un regain d'intérêt pour le sport et les activités de plein air durant la pandémie.

Implanté en Suisse depuis 2017, Decathlon compte aujourd'hui un effectif helvétique de 850 personnes, d'après un communiqué publié lundi.

Ce chiffre pourrait passer à 1050 d'ici la fin 2022, le groupe proposant des postes du commerce de détail "à la logistique, en passant par le support informatique", détaille Stefan Bolt, responsable des ressources humaines à Decathlon Suisse.

La marque précise qu'elle "se développe en Suisse alémanique où la demande y est forte", raison pour laquelle la campagne de recrutement se concentrera sur cette zone géographique.

En parallèle, le site logistique d'Onnens (Vaud) s'est agrandi et une halle supplémentaire a été ouverte pour "mieux gérer et planifier les flux des équipements" du marché helvétique.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 2300 nouveaux cas de coronavirus en 48 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 2300 nouveaux cas de coronavirus en deux jours. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Image d'archives).

La Suisse compte vendredi 2300 cas supplémentaires de coronavirus en 48 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 42 décès supplémentaires et 101 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 48 heures, les résultats de 57'422 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,01%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 18'893, soit 218,55 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,80%.

Au total 3'511'492 doses de vaccin ont été administrées et 1'184'138 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'956'025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43'189 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 17'508 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25'418 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 679'510 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7'273'942 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'179 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28'144.

Le pays dénombre par ailleurs 3091 personnes en isolement et 4957 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 1235 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Célibataires, lancez, pour ce soir, une invitation. Profitez des bonnes influences du jour pour réaliser vos désirs !

Publicité

Les Sujets à la Une

X