Rejoignez-nous

Suisse

La rentabilité annuelle d'Axpo s'envole, fin du crédit-cadre

Publié

,

le

Pour la suite, la direction s'attend à des résultats plus faibles en raison de la normalisation des marchés. Aussi, des répercussions de la hausse des prix de l'électricité à partir de 2024/25 sont redoutées. (KEYSTONE/Michael Buholzer) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'énergéticien Axpo a vu ses résultats annuels augmenter sur l'exercice décalé 2022-2023. La direction s'attend à un prochain exercice difficile. Les autorités fédérales ont par ailleurs annulé le crédit-cadre de 4 milliards de francs accordé à Axpo en 2022.

Entre début octobre 2022 et fin septembre 2023, la prestation globale d'Axpo a reculé de 0,9% à 10,4 milliards de francs, a indiqué le groupe lundi dans un communiqué, soulignant que les prix de l'électricité et du gaz ont été nettement inférieurs à ceux de l'exercice record 2021/22.

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) a par contre quadruplé à 4,2 milliards de francs. Ajusté de l'effet de valorisation des fonds de désaffection et de gestion des centrales nucléaires, il a plus que doublé. La marge correspondante a illustré la tendance, passant à 40% (25,7% sur une base ajustée), contre 16,5% un an plus tôt.

La rentabilité du groupe s'est envolée grâce à une forte réduction des coûts d'achat d'énergie, d'utilisation du réseau et de marchandises qui se sont établis à 3,4 milliards, contre 9,6 milliards un an plus tôt. Cet allègement des dépenses a permis d'enregistrer un résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) de 5,3 milliards, contre une perte à 579,1 millions un an auparavant.

Le bénéfice net a aussi profité de la réduction des coûts, s'affichant à 3,4 milliards pendant l'exercice sous revue, contre 594 millions précédemment.

La plus grande contribution est venue des activités internationales de négoce et de la clientèle, a précisé le groupe, ajoutant la forte performance opérationnelle et la disponibilité élevée des centrales qui ont permis ce bon résultat.

Pour la suite, la direction s'attend à des résultats plus faibles en raison de la normalisation des marchés. Aussi, des répercussions de la hausse des prix de l'électricité à partir de 2024/25 sont redoutées.

Annulation du crédit-cadre

Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (Detec) a annulé au 1er décembre le crédit-cadre de 4 milliards de francs accordé à Axpo en automne 2022.

Le groupe argovien a demandé l'annulation de ce crédit qui ne lui était plus nécessaire, compte tenu de l'amélioration de son profil financier et de sa situation en matière de liquidités, ont indiqué les autorités fédérales lundi dans un communiqué.

Avec la modification de sa stratégie de couverture et la gestion de son portefeuille et de ses risques, l'entreprise est moins exposée à des perturbations susceptibles de la prendre de court, est-il précisé.

A l'automne 2022, de fortes hausses de prix sur les marchés européens de l'électricité avaient mis Axpo en difficulté. Les fournisseurs avaient dû déposer des garanties plus importantes auprès des Bourses de l'énergie et Axpo avait demandé un soutien temporaire en matière de liquidités au Conseil fédéral.

L'énergéticien continue néanmoins de payer la prime d'assurance pour avoir la possibilité d'être approvisionné en liquidités par l'Etat en cas de crise, a expliqué en conférence de presse le directeur général Christoph Brand. Elle représente un montant annuel de plusieurs dizaines de millions de francs.

Cette prime reste due jusqu'à fin 2026. La loi fédérale sur les aides financières au sauvetage d'entreprises énergétiques d'importance systémique reste en vigueur pour cette période, explique le groupe. Dans le cadre de cette loi, les producteurs d'électricité peuvent demander une aide subsidiaire à la Confédération en cas de manque de liquidités imprévu.

Du fait de l'annulation du crédit-cadre, Axpo est libéré de certaines obligations de renseignement et de l'interdiction de verser des dividendes et des bonus, mais reste astreint au paiement du forfait annuel de mise à disposition, au même titre que ses pairs d'importance systémique.

En parallèle de ses résultats, la société a annoncé la nomination de Harald Gauck comme nouveau directeur financier à partir du 1er janvier 2024. Il succèdera à Joris Gröflin à ce poste depuis 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Super League: Yverdon sans Tasar jusqu'au terme de la saison

Publié

le

Une bien mauvaise nouvelle pour Varol Tasar (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Coup dur pour Yverdon: son ailier allemand Varol Tasar (27 ans) sera indisponible jusqu'au terme de la saison. Il souffre d'une rupture du ligament croisé d'un geno

Tasar s'est blessé le 24 février lors de la rencontre perdue 2-0 à domicile par Yverdon contre Bâle. Il était sorti sur une civière. L'IRM effectuée vendredi a montré l'étendue des dégâts.

Cette saison, Tasar avait été l'un des atouts majeurs du promu. Il a inscrit 6 buts et donné 4 passes décisives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le Grand Conseil débute le traitement du PAC Lavaux

Publié

le

Les députés vaudois ont commencé mardi de se pencher sur l'épineux dossier du PAC Lavaux. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois a entamé ce mardi le traitement de l'épineux dossier du PAC Lavaux. Il a voté l'entrée en matière à l'unanimité puis commencé à examiner le règlement. Des débats qui n'ont, pour l'instant, pas créer de vague.

Ce plan d'affectation cantonal (PAC) vise à préciser la protection du site classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Un objet inédit, devant les députés cantonaux.

Lors des discussions d'entrée en matière, plusieurs députés de droite ont affirmé qu'il fallait certes protéger le paysage caractéristique de Lavaux, mais aussi les activités humaines.

"Sans vignerons, pas d'Unesco", a notamment affirmé Florence Gross. La députée PLR est directement concernée par le dossier, elle qui était il y a dix ans co-présidente du comité de soutien du contre-projet à l’initiative "Sauver Lavaux" Selon elle, ce PAC doit viser à "simplifier le travail des vignerons", et non pas le "compliquer encore plus avec des interdictions."

Florence GrossDéputée PLR au Grand Conseil

La gauche a toutefois mis en garde contre certains assouplissements. Pour Claire Attinger Doepper (PS), les amendements qui seront soutenus par la droite "fragilisent la protection paysagère" et "favorisent les intérêts privés" de quelques propriétaires au détriment de "l'intérêt général".

Claire Attinger DoepperDéputée PS au Grand Conseil

Le sujet du plan d’affectation cantonal continue au Grand Conseil ces prochaines semaines.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Suisse

De nombreuses autres victimes se manifestent

Publié

le

D'autres victimes se sont manifestées auprès des diocèses après la publication de l'étude sur les abus : Cathédrale de Lausanne. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cent soixante victimes supplémentaires se sont manifestées depuis la publication d'une étude de l'Université de Zurich sur les abus au sein de l'Eglise catholique suisse, il y a six mois. Elles l'ont fait auprès des diocèses et des services d'aide aux victimes.

Le diocèse de Bâle a transmis mardi des chiffres actualisés à ce sujet. Il a enregistré 92 signalements supplémentaires, soit davantage que dans les autres diocèses, a appris Keystone-ATS.

Au total, quatre autres diocèses ont annoncé près de 70 victimes. Celui de Lugano communiquera ses chiffres mercredi.

De son côté, la Conférence des évêques suisses (CES) n'a pas enregistré de signalement car cette tâche incombe aux diocèses, a-t-elle fait savoir. Elle a toutefois annoncé la création de centres nationaux (un par langue) compétents en la matière.

Quant à l'Eglise évangélique réformée de Suisse, elle ne tient pas de statistiques sur les cas d'abus, mais elle élabore actuellement une étude préliminaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La part d'élues a moins progressé en Suisse qu'à l'étranger en 2023

Publié

le

Le secrétaire général de l'Union interparlementaire (UIP) Martin Chungong déplore le harcèlement qui affecte davantage les femmes parlementaires. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La progression de la part de femmes au Parlement fédéral est parmi les moins importantes des élections en 2023 dans différents pays. Les élues atteignent 26,9% dans le monde, 0,4 point de pourcentage de mieux qu'un an plus tôt, selon un rapport publié mardi à Genève.

L'année dernière, des scrutins ont eu lieu dans plus de 50 pays, relève l'Union interparlementaire (UIP). Au terme de ceux-ci, les femmes représentent 27,6% des parlementaires dans ces Etats, près de 1,5 point en plus par rapport aux élections précédentes.

En Suisse, le nombre de femmes a régressé de trois points au Conseil national pour s'établir à 38%, une évolution parmi les moins bonnes des dizaines d'élections organisées dans le monde l'année dernière. En revanche, l'élection au Conseil des Etats a abouti à l'une des meilleures avancées en Europe l'année dernière.

Eswatini a enregistré la progression la plus importante, avec 20 points de pourcentage, de même que toute l'Afrique subsaharienne. Les quotas sont efficaces, étant donné que la part de femmes dans les Parlements où ils sont appliqués atteint près de 29%, contre moins d'un quart dans les autres. Tout comme le système à la proportionnelle, constate le rapport.

Fin 2023, six pays avaient une parité ou une majorité de femmes dans les chambres basses ou les Parlements monocaméraux, un résultat identique qu'un an auparavant. Le Rwanda arrive toujours au premier rang, avec plus de 61%.

Un environnement "très hostile"

"Nous avons une situation contrastée", a déclaré à la presse le secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong. "Beaucoup plus de temps sera requis pour atteindre une parité au rythme actuel", dit-il.

Moins d'un quart des Parlements sont présidés par des femmes. Mais ce chiffre a avancé de 1,1 point en un an. Le rapport déplore également que plusieurs femmes importantes aient quitté la politique l'année dernière. "L'environnement dans lequel elles doivent oeuvrer est très hostile", insiste M. Chungong.

"Les femmes subissent de plein fouet la haine qui se manifeste dans la sphère politique" et sont plus exposées au harcèlement en ligne, dit-il. La situation "semble s'aggraver" avec l'intelligence artificielle (IA), ajoute-t-il. Et d'appeler les Parlements à lutter davantage encore contre ces difficultés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

L'organisation est la clé pour maintenir votre équilibre, essentiellement dans ces moments où vous êtes surchargé. Vous allez vitre reprendre le contrôle !

Les Sujets à la Une

X