Rejoignez-nous

Suisse

L'épidémie galope en Suisse

Publié

,

le

La Suisse se ferme de plus en plus pour essayer de freiner une épidémie qui s'emballe. (©KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI)
La Suisse est stupéfaite par l'accélération de l'épidémie de coronavirus. Le Tessin franchit une étape de plus: à partir de minuit samedi, il ferme tous les restaurants, bars et magasins, à l'exception des épiceries et pharmacies.

Le scénario tessinois se dessine pour le reste de la Suisse, a indiqué Jacques Fellay, médecin infectiologue au CHUV et à l'EPFL, sur les ondes de la RTS samedi soir. L'impression de mobilisation se renforce pour lutter contre une épidémie qui s'emballe.

Les cas de contamination ne cesse de grimper. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recensait 1359 cas testés positifs samedi, dont quatre au Liechtenstein. Treize personnes sont décédées pour l'heure en Suisse, dont deux de plus au Tessin, le canton qui connaît pour l'heure le plus de décès (5).

Pour un retour aux tests

Jacques Fellay a aussi plaidé pour un retour rapide à une pratique de tests systématique, "seule manière" selon lui "d'évaluer la situation sérieusement" avec des fonds débloqués dans ce but. "On a parlé vendredi d'un fonds de 10 milliards de francs prévu pour aider l'économie, mais on n'a pas vu la création d'un fonds pour acheter des tests", a-t-il déploré.

Samedi, des clients se sont rués dans les magasins suite aux mesures prises vendredi par le Conseil fédéral pour lutter contre le coronavirus. Les rayons ont été partiellement vidés dans plusieurs villes suisses. Les détaillants assurent toutefois qu'il n'y a pas de risque de pénurie.

L'armée s'engage

L'armée suisse va s'engager pour soutenir des hôpitaux dans les cantons. Un bataillon de quelque 600 militaires sera déployé pour la première fois lundi. Après le Tessin, l'armée pense que d'autres cantons vont bientôt demander de l'aide, a indiqué le Département fédéral de la défense (DDPS) à Keytone-ATS.

L'armée a également décidé de stopper jusqu'à nouvel ordre le recrutement. Près de 500 jeunes sont concernés lundi. Le personnel médical - médecins, personnel spécialisé - qui se trouve dans chaque centre de recrutement est ainsi libéré. "Nous pouvons les mettre à disposition là où c’est nécessaire", a précisé un porte-parole.

L'armée est déjà mobilisée au Tessin depuis lundi dernier. Elle a d'abord soutenu l'hôpital de Bellinzone avec deux ambulances. Depuis vendredi soir, un total de 23 membres des services sanitaires ont été déployés au sud des Alpes.

Plus de 200 appareils respiratoires

A Bellinzone et Lugano, l'armée aide à soigner les patients et s'occupent du matériel. Le soutien matériel comprend des systèmes d'aide respiratoire et de suivi, des brancards, des tentes et des conteneurs médicalisés. Les détachements doivent être remplacés le 20 mars. Selon l'armée, la durée du déploiement n'a pas encore été déterminée.

Selon la Société suisse de médecine intensive (SSMI), les unités de soins intensifs en Suisse disposent de 800 à 850 lits équipés d'appareils respiratoires. L'armée dispose de 204 appareils supplémentaires pour les éventuels patients atteints de la maladie pulmonaire Covid-19. Quatre d'entre eux se trouvent au Tessin depuis vendredi.

Hôpital privé réquisitionné

Le canton de Genève a lui réquisitionné samedi matin le service des soins intensifs de l'Hôpital privé de La Tour, à Meyrin. Cette mesure lui permet de disposer de davantage de places en soins intensifs pour faire face à l'épidémie de coronavirus.

A Genève, le nombre habituel de lits en soins intensifs "peut être plus que doublé dans le cadre du système genevois", a déclaré le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers à la RTS, sans articuler de chiffres. "Nous allons réquisitionner tout le matériel, les espaces et les professionnels nécessaires", a-t-il poursuivi, faisant allusion aux cliniques privées.

A Lucerne, la police cantonale lucernoise fermera plusieurs petits postes de police à partir de lundi pour protéger ses agents du coronavirus. La mesure doit permettre de réduire le contact avec le public et donc les risques d'infection. Lucerne est le premier corps en Suisse à prendre une telle mesure.

Le conseiller fédéral Alain Berset a lui dû rappeler à l'ordre des stations de ski. Les mesures de fermeture décidées vendredi par le Conseil fédéral à cause du coronavirus ont parfois suscité des interprétations différentes. Certaines sont restées ouvertes.

Dans le canton de Vaud, le Conseil d'Etat a publié samedi ses ses directives d'application pour les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration et du divertissement. les bars, cafés et restaurants doivent désormais fermer à 22h00. Comme déjà annoncé vendredi, les discothèques resteront portes closes.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Henri sandoz

    15 mars 2020 à 07:47

    Comme a dit le conseiller federal, c'est le bon moment....
    D'etre en retard. N'inscrivez pas le conseil federal pour une course, sauf si il
    Part maintenant pour une course de l'an prochain....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Des cantons demandent l'aide de l'armée

Publié

le

Les cantons de Genève et Fribourg souhaiteraient l'aide de l'armée. (©KEYSTONE/PABLO GIANINAZZI)

L'armée a reçu "une demande de soutien d'un, voire de deux cantons" dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus, a indiqué mercredi Daniel Reist, son porte-parole, confirmant une information du Tages-Anzeiger. Selon le journal alémanique, les cantons de Genève et Fribourg seraient concernés.

Le sujet est à l'ordre du jour de la séance du Conseil fédéral ce mercredi, a précisé le porte-parole. Cette demande intervient alors que l'armée a annoncé suspendre tous ses cours de répétition jusqu'à la fin de l'année. Les cours qu'elle considère comme indispensables à un possible soutien aux autorités civiles ne sont pas concernés, a-t-elle précisé.

Les militaires avaient déjà été sollicités lors de la première vague de la pandémie, ce printemps, pour venir en appui au système de santé de différents cantons, à l’Administration fédérale des douanes et aux corps de police cantonaux, avec un maximum de 8000 militaires.

Continuer la lecture

Suisse

8616 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Depuis le début de la pandémie, 135'658 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte mercredi 8616 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 24 décès supplémentaires sont à déplorer et 149 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 30'772 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 28%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 65'441. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 762,5 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 135'658 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'859'945 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1954 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6413.

Le pays dénombre par ailleurs 24'355 personnes en isolement et 23'270 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 12'099 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

L'armée suspend ses cours de répétition

Publié

le

L'armée va suspendre les cours de répétition jusqu'à la fin de l'année pour cause de coronavirus. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'évolution de la pandémie de coronavirus contraint l'armée à suspendre tous ses cours de répétition jusqu'à la fin de l'année, annonce-t-elle mercredi. Les cours qu'elle considère comme indispensables à un possible soutien aux autorités civiles ne sont pas concernés.

Les cours actuels prendront fin prématurément ou seront suspendus jusqu'à nouvel avis. L'armée se prépare à un nouvel engagement aux côtés des autorités civiles, au cas où la situation devait s'aggraver, précise-t-elle dans un communiqué.

Cette décision ne concerne pas non plus les cours pour les engagements planifiés de l'année prochaine, comme le Forum économique mondial (WEF). L'armée indique que d'autres mesures pourraient être prises en fonction de l'évolution de la situation.

À la mi-octobre, l'armée avait interdit les congés pour quelque 10'000 recrues jusqu'au 30 octobre, afin d'éviter les infections. Selon son porte-parole, Daniel Reist, 24 personnes avaient été contaminées au moment de cette décision. Les cours de répétition n'étaient à ce moment là pas concernés.

Continuer la lecture

Suisse

Appel à réduire les contacts pour éviter une surcharge des hôpitaux

Publié

le

Les experts de la Confédération ont appelé mardi la population à réduire ses contacts pour freiner le virus. (©KEYTSONE/PETER KLAUNZER)

La pandémie de coronavirus ne montre pas de signe d'essoufflement. Les experts de la Confédération ont appelé mardi la population à réduire ses contacts pour freiner le virus, faute de quoi les hôpitaux ne pourront plus faire face.

Sur les dernières 24 heures, 5949 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Suisse, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le taux de positivité s'élève à 28,73%. Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés.

La situation est sérieuse, a averti Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP, lors d'un point de presse à Berne. Le nombre de nouveaux cas, des hospitalisations et des décès augmente à une vitesse comparable au début de la pandémie.

L'augmentation des cas touche toutes les tranches d'âge, mais surtout les jeunes adultes. Chez les moins de 19 ans en revanche, la hausse est moins marquée. Les enfants s'infectent moins souvent. En revanche, les personnes âgées sont particulièrement touchées, ce qui explique le nombre des hospitalisations.

"Réduire nos contacts"

"Nous devons réduire nos contacts" et rester à la maison autant que possible, a appelé Martin Ackermann, chef de la Task Force de la Confédération, estimant que la population n'est pas encore consciente de la situation actuelle.

Chacun doit faire sa part si l'on veut s'en sortir avec le moins de dégâts possible, a renchéri le médecin cantonal de Bâle-Ville, Thomas Steffen, estimant qu'on est "au début d'une deuxième phase" qui pourrait être assez longue.

Pour M. Ackermann, l'objectif est de "stopper la progression du virus". Même en augmentant les capacités des hôpitaux, le problème ne serait pas réglé. Ces mesures n'offriraient qu'un répit de quelques jours, voire de "quelques heures".

Risque d'un manque de lits

Si l'évolution se poursuit au rythme actuel, il n'y aura plus de lits en soins aigus dans quinze jours, a averti Andreas Stettbacher, délégué du Conseil fédéral pour le Service sanitaire coordonné. Le délai est de onze jours pour les soins intermédiaires et dix jours pour les soins intensifs. Des goulets d'étranglement ne sont pas exclus par endroits, a-t-il souligné.

Actuellement, le pays dispose de 22'183 lits en soins aigus. 16'328 d'entre eux sont occupés, dont 1195 par des patients Covid. La Suisse compte 5855 places en réserve. En soins intensifs, 207 lits sont occupés par des malades atteints par le coronavirus. Il reste 346 places sur les 1071 que compte le pays, a énuméré M. Stettbacher.

Pour les services de soins intermédiaires, qui ne nécessitent pas des soins intensifs mais une présence accrue du personnel, la Suisse compte 492 lits. Trois cent cinq d'entre eux sont occupés, dont 62 par des patients Covid. Il reste 187 places en réserve.

Intérêts de l'économie

Les intérêts de l'économie vont de pair avec la lutte contre la pandémie. Même si la Suisse fait face à une perte de recettes d'environ 40 milliards de francs, les mesures sont plus que nécessaires, a pour sa part souligné Jan-Egbert Sturm, chef du groupe économie au sein de la Task Force.

Pour lui, les mesures sont plus que nécessaires. "Sans elles, nous chasserions les visiteurs étrangers encore plus que nous ne le faisons actuellement", a-t-il affirmé, lançant un appel au travail à domicile, à la réduction de la mobilité, aux rencontres virtuelles et aux achats en ligne.

Dans ce contexte, le sujet des entreprises particulièrement touchées par la pandémie préoccupe au plus haut point la Confédération. Le secteur de l'événementiel, les forains, les prestataires du secteur des voyages et les entreprises touristiques font partie des secteurs les plus touchés, a expliqué Boris Zürcher, chef de la division Travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Cas de rigueur

"Nous travaillons actuellement d'arrache-pied pour définir une mise en oeuvre concrète" des mesures financières pour les cas de rigueur destinées aux entreprises. Mais la question est très complexe, a-t-il relevé.

L'objectif du Conseil fédéral de garantir la main-d'œuvre et les emplois reste pour sa part inchangé. Le niveau de soutien sera maintenu en ce qui concerne les allocations pour perte de gain COVID-19 et le chômage partiel. Enfin, il n'y a pas de vague de faillites prévue, a assuré M. Zürcher.

Par ailleurs, les différentes prestations et allocations pour perte de gain liées au Covid-19 resteront valables jusqu'au 30 juin 2021. Certaines mesures seront mises en oeuvre avec effet rétroactif, selon Stéphane Rossini, directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Continuer la lecture

Suisse

La pandémie ne ralentit pas

Publié

le

Il faut réduire de moitié le nombre d'infection et rester à la maison autant que possible, a argué M. Ackermann. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La pandémie de coronavirus ne montre pas de signe d'essoufflement. Les hospitalisations et les décès sont plus nombreux qu'en mars. "Nous devons réduire nos contacts", a appelé mardi Martin Ackermann, chef de la Task Force de la Confédération lors d'un point de presse

Les habitants de Suisse ne sont pas encore conscients de la situation actuelle. En octobre, il faut réduire de moitié le nombre d'infection et rester à la maison autant que possible, a argué M. Ackermann. Même en augmentant les capacités des hôpitaux, le problème ne serait pas réglé. "Nous n'y gagnerons que quelques heures."

De nombreux cantons ont déjà réagi au cours de la semaine dernière. Les mesures prises seront probablement étendues à l'ensemble de la Suisse, a estimé le chef de la Task Force. "Il n'y a pas d'alternatives aux mesures." Les intérêts de l'économie vont de paire avec la lutte contre la pandémie. Sans mesures, la situation serait encore pire pour l'économie, a abondé Jan-Egbert Sturm, chef du groupe économie au sein de la Task Force.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Attention ! Ne remettez pas en cause votre union parce qu’il y a un petit grain de sable dans les rouages de vos amours !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X