Rejoignez-nous

Économie

Les milieux économiques prônent une cure de revitalisation

Publié

,

le

Le président de l'usam Fabio Regazzi a souligné l'importance de l'accès au marché intérieur européen pour l'économie (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Suisse a besoin d'une cure de revitalisation, estiment l'Union patronale suisse, l'Union suisse des arts et métiers (usam) et economiesuisse. Les trois faîtières de l'économie suisse ont adopté un agenda de politique économique commun, visant l'après-Covid.

La reprise actuelle ne doit pas faire oublier que le cadre de la politique économique en place n'est pas à la hauteur pour affronter la période post-Covid, ont relevé vendredi les trois organisations devant les médias à Berne. Elles estiment que la capacité d'adaptation de l'économie suisse est compromise.

Il s'agit maintenant de s'atteler au travail dans de nombreux domaines politiques, afin d’éviter d'être distancé dans un monde en évolution rapide, soulignent les trois faîtières. Dans leur agenda, elles fixent leurs priorités et orientations pour les prochaines années, en lançant un appel aux milieux politiques pour qu'ils unissent leurs forces afin de surmonter le blocage des réformes.

Retard dans la prévoyance vieillesse

Pour l'Union patronale suisse, le principal retard concerne la prévoyance vieillesse. Les efforts doivent se concentrer sur les deux grands chantiers que sont l'AVS et la LPP. "Au-delà de l'assainissement des premier et deuxième piliers, il n'y a pas de place pour un nouveau développement de l'Etat social", a souligné le président de l'association Valentin Vogt.

L'organisation plaide par ailleurs pour une extension de la liberté du travail. Les conditions de travail - d'un commun accord entre employeurs et employés - doivent être mieux adaptées aux besoins du futur. L'Union patronale suisse rappelle par ailleurs l'importance du système dual de formation.

De nombreux chantiers

Economiesuisse considère la durabilité comme un indicateur important. Mais celle-ci doit être comprise de manière globale. Selon le président Christoph Mäder, la politique ne doit pas se focaliser uniquement sur la durabilité environnementale, mais aussi tenir compte des conséquences économiques et sociales.

Malgré la mise en oeuvre du projet de réforme de l’imposition des entreprises (RFFA), de nouveaux défis attendent la Suisse en matière de fiscalité, que ce soit au niveau international ou intérieur, a noté M. Mäder. Selon lui, une réforme de l'impôt anticipé et l'abolition progressive du droit de timbre permettraient d'améliorer la fiscalité helvétique indépendamment des exigences internationales.

La Suisse doit continuer à prendre soin d'une politique budgétaire durable, qui représente un avantage compétitif pour le pays, estiment les trois faîtières de l'économie. Celles-ci s'engageront par ailleurs pour garantir des conditions cadres favorables à l'innovation et à la recherche.

Contre l'excès de réglementation

L'usam s'attaque pour sa part à l'excès de réglementation. "La réduction des coûts inutiles induits par la réglementation est au coeur des activités de l'usam et représente une préoccupation pour l'économie dans son ensemble", a souligné son président et conseiller national du Centre Fabio Regazzi.

Conformément au principe de subsidiarité, l'Etat ne doit fixer des règles que dans les domaines qui nécessitent effectivement une coordination de l'ensemble de la société, estime l'organisation. Une politique de réduction de la densité réglementaire permettrait aux PME de croître par elles-mêmes.

Concernant les rapports avec l'Europe, Fabio Regazzi a souligné l'importance de l'accès au marché intérieur européen. La Suisse ne doit pour autant pas nécessairement conclure un nouvel accord, estime le Tessinois. Un accord existant peut être élargi pour inclure les points importants pour l'UE sans franchir de lignes rouges. Les relations économiques doivent aussi être développées hors de l'Europe.

La numérisation doit également être considérée comme une opportunité pour l'économie suisse, a relevé M. Regazzi. Elle est utile si elle est liée à des principes de liberté et si elle se base sur de bonnes infrastructures. Sur le plan de la mobilité, il s'agit de combiner les atouts de tous les modes de transport, en garantissant leur libre choix. L'agenda commun stipule que de nouvelles taxes ou redevances, comme des péages, doivent être rejetées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Économie

Endress+Hauser ouvre un bureau de distribution à Bussigny

Publié

le

Le spécialiste bâlois des techniques de mesure et d'automation Endress+Hauser a ouvert en janvier un bureau de distribution à Bussigny (VD) (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le spécialiste des techniques de mesure et d'automation Endress+Hauser a ouvert en janvier un bureau de distribution à Bussigny. L'entreprise y occupera dix collaborateurs, selon un communiqué du groupe bâlois publié jeudi.

Les employés auront pour tâche d'aider les clients à améliorer les produits et les processus de fabrication, a encore fait savoir l'entreprise. Elle réagit également à la forte croissance du marché en Suisse romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

L'OCDE optimiste pour les perspectives de croissance de la Suisse

Publié

le

La levée des principales restrictions sanitaires ont dissipé une bonne partie des nuages qui encombraient l'horizon des entreprises helvétiques. (archive) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'OCDE est optimiste pour la croissance économique de la Suisse, estimant que le pays est parvenu à surmonter la pandémie de coronavirus sans trop de dégâts.

Des risques subsistent cependant dans les secteurs financier et de l'immobilier. La Confédération peut mieux faire en matière d'environnement et de parité, a estimé l'institution internationale.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a nettement revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la Suisse dans sa nouvelle étude économique sur le pays. Elle anticipe désormais un produit intérieur brut (PIB) en progression de 3,5% en 2021, contre +2,9% dans ses précédentes estimations. En 2020, la croissance avait chuté de 2,6% sous l'impact de la pandémie.

L'institution a par contre laissé inchangées ses projections pour 2022 à +3,0% et table désormais pour l'année suivante sur +1,8%.

"Les principales restrictions imposées à la vie économique ont en grande partie été levées au cours de l'année 2021, stimulant l'activité économique", a résumé l'OCDE dans son étude.

Cette dernière cite des entreprises compétitives à l'international, une main-d'oeuvre hautement qualifiée et le poids relativement modeste des activités d'hébergement et de loisirs dans l'ensemble de l'activité comme facteurs ayant contribué à atténuer les retombées négatives de la pandémie de coronavirus.

"L'économie suisse a fait preuve d'une forte résilience durant la pandémie", a estimé le secrétaire général de l'OCDE, Mathias Cormann, lors d'une conférence de presse. Selon ce dernier, le PIB helvétique a déjà renoué avec ses niveaux d'avant la crise pandémique au premier semestre 2021. Mais améliorer le taux de vaccination de la population "demeure une très importante priorité afin d'assurer une solide reprise", a-t-il souligné.

L'inflation devrait également rester contenue. Après une progression de 0,6% en 2021, le renchérissement des prix à la consommation devrait monter à 1,1% cette année, avant de refluer à 0,8% la suivante. On est bien loin des 5,4% sur un an enregistrés en décembre au Royaume-Uni et des 5% dans la zone euro.

Tourisme et événementiel durement touchés

Le ministre de l'économie Guy Parmelin a pour sa part souligné que les mesures prises par la Suisse, notamment avec les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail, se sont traduites "par un ralentissement économique moins important en comparaison avec d'autres pays de l'OCDE".

"Il est réjouissant d'entendre que nous avons su prendre les bonnes décisions, mais il est clair que la crise n'est malheureusement pas encore terminée, la vague actuelle et le nouveau variant du virus l'ont bien montré", a averti le conseiller fédéral.

Le chef du Département de l'économie, de la formation et de la recherche a noté que "certains domaines et entreprises ont été beaucoup plus touchés par la crise que d'autres" comme le tourisme et l'événementiel. "Le défi consiste maintenant à continuer à soutenir les branches fortement touchées par la crise et les groupes de personnes vulnérables, sans pour autant retarder les changements structurels de l'économie", a-t-il ajouté.

Le Conseil fédéral a ainsi mis en place un programme de relance pour le tourisme et a temporairement étendu la promotion de l'innovation pour les PME.

Important écart de salaires

Des risques subsistent cependant, notamment dans le secteur financier. Pour l'OCDE, "le caractère approprié des volants de fonds propres et de liquidités du système financier suisse ont contribué à la stabilité", mais "plusieurs institutions prises individuellement risquent de voir leurs fonds propres s'épuiser en cas de choc négatif".

Les économistes craignent que "des défauts de paiement et des corrections de marché puissent se concrétiser plus tard (...), lorsque les aides massives des pouvoirs publics, en Suisse et à l'étranger, auront été supprimées".

Quant au marché immobilier résidentiel, les déséquilibres ont continué de s'y accumuler.

Hormis l'économie, l'OCDE s'est également intéressée à d'autres sujets. Elle estime ainsi qu'en matière de réduction des gaz à effet de serre, la Suisse "n'a pas encore adopté des mesures suffisantes pour y parvenir", bien qu'elle se soit fixé l'objectif de réduire à zéro ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2050.

L'écart "considérable" de rémunération entre hommes et femmes constitue également une préoccupation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Soupçon d'entente dans le domaine de l'entretien des routes

Publié

le

Les limiers fédéraux de la concurrence suivent la piste d'un cartel romand de l'entretien des routes. (archive) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Commission de la concurrence (Comco) a ouvert une enquête pour faire la lumière sur d'éventuelles ententes entre sociétés dans le domaine de l'entretien des routes. Le régulateur a effectué des perquisitions auprès de plusieurs entreprises romandes.

Le gendarme de la concurrence "dispose d'indices selon lesquels quatre entreprises des cantons de Fribourg, du Jura, de Neuchâtel et de Vaud auraient conclu des accords de soumission", a précisé la Comco jeudi dans un communiqué. Les noms des sociétés concernées n'ont pas été dévoilés.

Les firmes incriminées "sont soupçonnées d'avoir coordonné leurs offres et prix pour des adjudications publiques pendant plusieurs années" dans le domaine de l'entretien routier, a poursuivi la Comco.

L'enquête devrait durer environ deux ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Les exportations du Japon ont rebondi de 21,5% en 2021

Publié

le

Le pays du Soleil levant a nettement redressé ses exportations l'an dernier, par comparaison avec une année 2020 sinistrée par l'éclatement de la crise sanitaire. (Archive) (© KEYSTONE/AP Kyodo News)

Le Japon a vu ses exportations rebondir de 21,5% en 2021, après une forte baisse l'année précédente sur fond de crise économique liée à la pandémie, les expéditions continuant à progresser en décembre malgré le variant Omicron.

Le pays a expédié pour 83'093,1 milliards de yens (664,6 milliards de francs) de marchandises l'an dernier, ses exportations augmentant à la fois vers la Chine (+19,2%), les Etats-Unis (+17,6%) et l'Europe occidentale (+15,7%).

Les importations du Japon ont, elles, aussi fortement cru (+24,3%) à 84'565,2 milliards de yens, en particulier depuis l'Europe occidentale (+19,8%) et les Etats-Unis (+19,3%), devant la Chine (+16,2%).

Le Japon a en conséquence enregistré en 2021 un déficit commercial de 1472,2 milliards de yens.

Sur le seul mois de décembre, les expéditions de marchandises japonaises ont continué à augmenter malgré la propagation du variant Omicron, quoiqu'à un rythme plus lent que le mois précédent (+17,5% en valeur sur un an, après +20,5% en novembre), à 7881,4 milliards de yens.

Les exportations vers les Etats-Unis ont notamment progressé de 22,1%, celles vers la Chine de 10,8% et celles à destination de l'Europe occidentale de 8,7%.

"Omicron a jusque-là touché l'Europe et les Etats-Unis particulièrement durement, mais l'activité économique ne semble pas avoir trop ralenti", a estimé Takeshi Minami du Norinchukin Research Institude, cité par l'agence Bloomberg.

"Ceci dit, s'il fait rage aussi à travers l'Asie, nous risquons d'être de nouveau face à des perturbations des chaînes d'approvisionnement, comme cela s'est produit avec le variant Delta", a-t-il ajouté.

L'accélération des importations, qui avaient grimpé en novembre en valeur en lien avec la flambée des prix du pétrole et du gaz, a légèrement ralenti en décembre (+41,1% sur un an, après +43,8% en novembre).

Elles ont totalisé 8463,8 milliards de yens, augmentant aussi bien depuis les Etats-Unis (+39,4%) que l'Europe occidentale (+13,1%) et la Chine (+20,5%).

Elles ont aussi grimpé de 21,1% depuis le Vietnam (après +3,7% en novembre), signe que "la plupart des usines tournent de nouveau à plein régime après la perturbation du variant Delta", a commenté Tom Learmouth dans une note de Capital Economics.

Le Japon a enregistré en décembre un déficit commercial de 582,4 milliards de yens.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

La Ville de Genève veut 14 millions pour un nouveau centre sportif

Publié

le

Le Conseil administratif de la Ville de Genève veut 14 millions de francs pour un nouveau centre sportif destiné au tennis de table et au judo au Bois-des-Frères (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Conseil administratif de la Ville de Genève veut 14 millions de francs pour construire un centre sportif destiné au tennis de table et au judo. Les crédits demandés au Conseil municipal financeront aussi les aménagements extérieurs et l'équipement des locaux.

Les parcelles sur lesquelles ce nouveau centre est prévu sont situées sur la commune de Vernier, a indiqué mercredi l'exécutif de la Ville de Genève. Occupées par les installations du centre sportif du Bois-des-Frères et par deux petits immeubles, elles ont fait l'objet d'une modification de zones et d'un plan localisé de quartier.

Le projet lauréat en 2015 du concours d'architecture organisé par la Ville de Genève va compléter ces installations sportives. Le nouvel équipement permettra d'organiser tous les entraînements du centre régional de tennis de table et de judo sur un seul site qui pourra aussi y accueillir des stages, des tournois et des compétitions nationales et internationales.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Il y a, dans l'air, de l’augmentation de salaire. Si vous avez fait des placements, vous aurez l’occasion de mieux les rentabiliser.

Les Sujets à la Une

X