Rejoignez-nous

Suisse

Les séismes pourraient faire jusqu'à 1600 morts en 100 ans

Publié

,

le

Selon le Service sismologique suisse, un tremblement de terre de magnitude 6 se produit en moyenne tous les 50 à 150 ans quelque part en Suisse ou dans les régions limitrophes (image d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

En un siècle, les tremblements de terre pourraient faire entre 150 et 1600 morts en Suisse. Ils pourraient aussi priver de toit 40'000 à 175'000 personnes, selon un rapport du Service sismologique suisse (SED) publié mardi.

En outre, le coût des dégâts aux bâtiments et à leur contenu serait de 11 à 44 milliards de francs, ajoute le SED. S'y ajouteraient d'autres conséquences telles que des glissements de terrain, des incendies ou l'interruption de certains services.

Selon le modèle développé par le SED, le plus grand risque en Suisse concerne la ville de Bâle, suivie par Genève, Zurich, Lucerne et Berne. Ces cinq villes abritent une population importante. On y trouve aussi de nombreux bâtiments, parfois particulièrement vulnérables, souvent construits sur un sol meuble qui amplifie les ondes sismiques.

La plupart des dégâts sont à prévoir dans les cantons de Berne, du Valais, de Zurich, de Vaud et de Bâle-Ville. Ces cinq cantons représentent environ la moitié des pertes financières estimées.

Trois millions de possibilités

Pour évaluer les conséquences possibles, le SED a mené des simulations à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) sur trois millions de tremblements de terre qui pourraient se produire en Suisse et dans les régions limitrophes.

Les plus de deux millions de bâtiments résidentiels, commerciaux et industriels ont été répartis en plusieurs catégories de vulnérabilité afin de modéliser les dommages possibles. Le sous-sol, c'est-à-dire la structure du sol, a également été pris en compte.

Mieux affronter les séismes

Le Service sismologique suisse peut ainsi mieux évaluer les conséquences d'un tremblement de terre d'une magnitude donnée. Il faudrait par exemple compter sur environ 3000 morts et 45 milliards de francs de dégâts si le séisme de magnitude 6,6 qui a frappé Bâle en 1356 devait se répéter.

Ces scenarii constituent une base permettant à la population, aux autorités et à l'économie de se préparer et de mieux gérer les futures secousses.

Le SED a élaboré pour chaque chef-lieu cantonal et d'autres localités un scenario pour un tremblement de terre de magnitude 6. Une telle secousse se produit en moyenne tous les 50 à 150 ans quelque part en Suisse ou dans les régions limitrophes.

Le modèle sera amélioré ces prochaines années. Il a été développé par le SED en collaboration avec l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), celui de la protection de la population (OFPP), l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EFPL) et d'autres partenaires de l'économie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le nouveau directeur du CICR parlera d'humanité à l'UNIGE

Publié

le

Pierre Krähenbühl, directeur général du CICR, donnera lundi une conférence sur les actions et dilemmes de l'organisation (archives). (© KEYSTONE/FR170905 AP/ANDRES KUDACKI)

Le nouveau président du CICR Pierre Krähenbühl donnera lundi une conférence publique à l'Université de Genève (UNIGE). Elle portera sur les défis et les dilemmes actuels auxquels l’organisation genevoise est confrontée.

Conflits armés, violence, souffrance des populations, violation des droits humains: quelle est la pertinence pour l'action et le droit international humanitaire aujourd'hui? Pour en discuter, Alumni UNIGE, l’association des diplômés de l'UNIGE, a invité Pierre Krähenbuhl.

Fort de plus de 30 ans d’expérience dans le secteur humanitaire, le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui est entré en fonction en avril, reviendra sur le rôle de l'institution fondée il y a 160 ans. Outre les défis et les dilemmes actuels, il évoquera également les perspectives pour l'avenir de l'engagement du CICR en faveur de la dignité humaine.

Préserver l’humanité

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La CITraP contre un moratoire sur l’extension du réseau ferroviaire

Publié

le

La Communauté d'intérêts pour les transports publics demande des corrections à l'offre révisée pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035 (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Communauté d'intérêts pour les transports publics (CITraP) Suisse est contre un moratoire général sur les projets d'extension du réseau ferroviaire. Elle réitère ses critiques à l'encontre du concept 2035, craignant des détériorations massives de l'horaire.

La CITraP rejette les demandes de moratoire général sur les projets d'extension telles qu'elles ont été esquissées par les médias ces derniers jours, écrit-elle samedi dans un communiqué. Un arrêt de l'extension du réseau ferroviaire nuirait aux transports publics et provoquerait "un tas de ruines".

Par ailleurs, la communauté d'intérêts réitère ses critiques à l'encontre du concept d'offre révisé de l'Office fédéral des transports (OFT) pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035. Elle exige de rendre public l'état actuel des bases de planification afin qu'une évaluation globale soit possible, craignant des détériorations "qui ne sont pas présentées aujourd'hui de manière transparente sur la table".

Améliorations

Le groupe se réjouit que "de premières améliorations aient été apportées par rapport à la situation d'il y a un an". Mais dans plusieurs régions de Suisse, des détériorations subsistent pour la clientèle des transports publics, telles que des ruptures de correspondances et des allongements sensibles de la durée du trajet, souligne-t-il.

La CITraP juge particulièrement incompréhensible que les temps de parcours prolongés de l'horaire 2025 soient maintenus dans le projet d'offre révisé 2035, entre autres sur les lignes Berne – Genève et Bienne – Genève. Elle demande une correction. Idem pour la liaison Rail-Jet Zurich-Sargans-Innsbruck-Vienne qui, détournée via Saint-Gall, serait allongée de 30 minutes.

Côté trafic international, la CITraP demande des améliorations rapides, notamment vers les n½uds de correspondance importants comme Lyon et Munich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

Lors du prochain tirage de l'Euro Millions mardi, 166 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 2, 13, 16, 24 et 32 et les étoiles 1 et 7.

Lors du prochain tirage mardi, 166 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande. Cette loterie transnationale est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse et le Liechtenstein.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des milliers de personnes manifestent dans les rues genevoises

Publié

le

La grève féministe a rassemblé des milliers de personnes dans les rues genevoises. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, des milliers personnes ont défilé vendredi en fin de journée à l'appel du collectif de la grève féministe. Les manifestants ont revendiqué un féminisme intersectionnel, inclusif, décolonial et sans frontière.

"Le féminisme: c'est l'espoir!" a lancé Françoise Nyffeler, membre du collectif, devant une foule rassemblée dans le parc des Bastions, devant le Mur des Réformateurs. Elle a encouragé à pousser un cri de colère, juste avant que le cortège ne se mette en marche. La clameur a résonné jusqu'en haut de la vieille-ville.

Pendant tout l'après-midi, les prises de paroles se sont succédé pour revendiquer l'égalité salariale, la fin des discriminations, une protection sérieuse contre les violences sexistes ou des assurances sociales équitables et dignes. La montée de l'extrême-droite en Europe a été fustigée. "On ne lâche rien!", ont martelé plusieurs personnes sur la scène.

De nombreuses associations ont exprimé leur soutien aux peuples opprimés. Des performances musicales, dont un "Bella ciao!" revisité, ont fait monter l'ambiance. Le cortège est parti des Bastions peu après 18h30. "Solidarité avec les femmes du monde entier!" ont scandé les manifestants au son des tambours. Ou encore "Patriarcat tu es foutu, les féministes sont dans la rue".

Selon le collectif de la grève féministe, entre 25'000 et 30'000 personnes ont exprimé vendredi leur colère dans les rues genevoises. L'estimation fournie par la police se situe entre 6000 et 8000 personnes. La manifestation s'est déroulée sans incident.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X