Rejoignez-nous

Suisse

Mobilisation pour diminuer le trafic aérien

Publié

,

le

Promouvoir les voyages en train au lieu des voyages en avion. C'est la volonté d'un groupe d'associations réunies lundi matin à Berne pour remettre une lettre ouverte à la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Le transport aérien est en passe de devenir la principale source de réchauffement climatique, indique le communiqué de la Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable (CESAR). D'ici 2030, il épuisera à lui seul le budget carbone que la Suisse peut consommer en une année.

L'impact climatique du transport aérien représente 18% de l’impact climatique total de la Suisse. Or les prévisions sont à la hausse, s'alarment les associations. On table sur 78 millions de passagers dans les aéroports suisses d’ici à 2030.

La CESAR et actif-trafiC réclament des mesures concrètes pour favoriser les déplacements en train plutôt qu'en avion. Elles ont adressé leur message à la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Mauvaise incitation des vols low-cost

Le trafic aérien international bénéficie de privilèges injustifiés, selon CESAR. Elle dénonce en particulier le fait que le kérosène ne soit soumis à aucun impôt au niveau internationale et que les vols internationaux soient de plus exonérés de la TVA.

Contrairement à ses pays voisins, la Suisse ne prélève aucune taxe sur les billets d’avion, pointe le communiqué. Les vols bon marché génèrent de mauvaises incitations. Résultat : les Suisses prendraient deux fois plus l’avion que leurs voisins. Or plus de 80% des vols au départ de la Suisse ont une destination européenne. Les trains représenteraient une alternative réaliste dans bien des cas. Mais face aux vols bon marché, ils subissent un désavantage concurrentiel important.

Transfert de l'air au rail

Le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre est donc très grand. C'est pourquoi les associations demandent au gouvernement de prendre des mesures concrètes. Elles demandent en particulier que la Suisse prélève une taxe sur les billets d‘avion et qu'elle s'engage au niveau international pour l’introduction d’un impôt sur le kérosène.

La Suisse doit favoriser un transfert modal vers les modes de transport plus durables, en particulier le transport ferroviaire. Enfin, la coalition exhorte le gouvernement à communiquer activement cet engagement, à l’échelle nationale et internationale. Ces revendications sont soutenues par une centaine d'associations, partis et organisations, indique CESAR.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Lausanne n'est plus lanterne rouge, Fribourg enchaîne

Publié

le

Guillaume Maillard a réussi son premier but avec Lausanne (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne s'est offert un 3e succès en National League cette saison. Les Vaudois ont profité de la venue de Berne pour empocher les trois points en s'imposant 4-1.

Le LHC n'est plus lanterne rouge. Même si la dernière place après six matches était anecdotique, elle a tout de même le don d'agacer lorsque vous vous appelez Lausanne et que vous possédez un contingent de pointe avec plusieurs internationaux.

Face à Berne, Lausanne a bien commencé la partie en ouvrant la marque par Maillard (12e). Les Vaudois ont été meilleurs lors du tiers médian avec le 2-0 de Bertschy (28e) et le 3-0 signé officiellement par Krakauskas (33e). Cette réussite est la première pour le Lituanien, mais on ne sait pas s'il gardera le puck amoureusement. Il faut dire que les quatre derniers joueurs à toucher l'objet de toutes les convoitises avant qu'il ne file derrière la ligne de Wüthrich sont quatre Ours. Les Bernois se sont fabriqué là un bien ennuyeux autogoal.

Ce but a logiquement enlevé de la pression sur les épaules des Lions, mais Berne a fait quelque peu douter les Lausannois avec un but "NHL" signé Kahun. Seulement les joueurs de Fust ont maîtrisé leurs nerfs avant d'aller planter un 4-1 salutaire via Emmerton (54e). Ce succès permet aux Lions de laisser derrière eux Ajoie, Berne et Genève.

Ajoie s'incline, Fribourg solide

Désormais dernier, Ajoie s'est bien battu, mais Ajoie s'est incliné à Rapperswil 3-2. Les Jurassiens ont vu leur défenseur québécois Jérôme Gauthier-Leduc inscrire ses deux premiers buts en National League, mais cela n'a pas suffi. Parce que la première ligne saint-galloise compte un duo aussi meurtrier qu'inattendu avec l'artiste Cervenka et le buteur Eggenberger. Passeur sur le 2-2 du Tchèque, le top scorer a enfilé son 7e goal à la 51e pour offrir finalement trois points aux Lakers.

Tout se passe bien à Fribourg depuis quelques jours. La visite de Lugano n'a pas fait dévier le train des Dragons qui l'ont emporté 3-2 à domicile. Cette troisième victoire de rang doit beaucoup à la vista de Killian Mottet. Le buteur fribourgeois a nettoyé par deux fois les lucarnes de Schlegel avec ce tir dont il a le secret. Et quand Mottet touche la cible, Gottéron repart souvent avec la totalité de l'enjeu.

Les spectateurs ont d'ailleurs pu admirer deux des plus sûrs buteurs du championnat avec Luca Fazzini dans le camp des Bianconeri. Mais le Luganais n'a trouvé la faille qu'une fois, l'autre réussite étant l'oeuvre d'Alessio Bertaggia. Ceci dit, si Mottet a aidé la cause des Dragons, c'est Walser qui a inscrit le but décisif à la 44e.

Coup de mou à Bienne

Bienne redescend un peu sur terre après les huit succès initiaux, mais les Seelandais ont des circonstances atténuantes. Parce qu'ils doivent composer avec passablement d'absences. Pire, Antti Törmänen a encore perdu pour en tout cas deux mois son centre finlandais Jere Sallinen. Alors face à un Ambri qui devait se reprendre après quatre revers, les Biennois ont cédé 4-0. Pas de quoi s'inquiéter dans le Seeland, mais il est clair que Törmänen va peut-être devoir revoir certains principes de jeu et pourquoi pas compter sur un renfort étranger puisque Bienne peut en plus aligner cinq importés depuis le départ de Janis Moser pour l'Arizona.

Longtemps malmené, Zurich a finalement résolu le problème posé par Davos. De 1-3, les Lions ont fait passer le score à 4-3. Les vedettes zurichoises ont ainsi prouvé leur valeur.

Dans le dernier match, Zoug n'a pas eu la vie facile à Langnau. Les hommes de Dan Tangnes ont gagné 2-1 après avoir subi trois défaites consécutives. La preuve, si besoin était, que ce début de championnat est plus ouvert que jamais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Personne n'a trouvé la bonne combinaison à l'Euro Millions mardi soir (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 6, 7, 12, 33 et 39, ainsi que les étoiles 1 et 7.

Lors du prochain tirage vendredi, 178 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Salt: l'introduction en Bourse suspendue provisoirement

Publié

le

Une éventuelle introduction en Bourse avait notamment été évoquée par Salt en mai. (Archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le projet d'introduction en Bourse du groupe de télécommunication Salt a été suspendu provisoirement en raison d'un environnement défavorable, a indiqué mardi à AWP une source proche du dossier.

Une entrée en Bourse (IPO) à Zurich demeure une option, cependant pas à court terme, a précisé cette source. Auparavant plusieurs médias avaient laissé entendre que l'opération pourrait encore avoir lieu cette année.

Salt pour sa part a indiqué continuer à évaluer les différentes options de financement du groupe avec son actionnaire de référence NJJ, détenu par le français Xavier Niel. "Quelle que soit l'option retenue, NJJ demeurera l'actionnaire principal et restera impliqué dans le développement de la société", a déclaré la firme.

Une éventuelle introduction en Bourse avait notamment été évoquée par Salt en mai.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Lausanne

Première romande: feu rouge pour doser les entrées sur l'autoroute

Publié

le

Première en Suisse romande, il faudra patienter à un feu rouge avant d'entrer sur l'autoroute A1 entre Lausanne et Yverdon a la hauteur de Cossonay (VD) aux heures de pointe, Ce système de dosage doit permettre de fluidifier le trafic. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

C'est une première sur une autoroute de Suisse romande: il faudra patienter à un feu rouge avant d'entrer sur l'A1 entre Lausanne et Yverdon à la hauteur de Cossonay (VD). Ce système de dosage doit permettre de fluidifier le trafic aux heures de pointe du soir.

Ce dispositif automatique de retenue du trafic a été mis en place mardi après-midi sur la bretelle d'entrée de la jonction autoroutière de Cossonnay sur la chaussée Alpes, soit en direction d'Yverdon-les-Bains, a indiqué l'Office fédéral des routes (Ofrou) dans un communiqué. L'idée est de faciliter l'insertion des véhicules sur cette autoroute A1 en limitant les effets d'accordéon.

Comme pour toute nouveauté, les automobilistes vont avoir besoin d'une période d'acclimatation et d'apprentissage pour utiliser le système qui prévoit une insertion alternée des véhicules, a expliqué à Keystone-ATS Florence Maillard, porte-parole de la police cantonale. Les usagers vont se familiariser au fil des jours.

Heures de pointe

Ce système de feux tricolores vient compléter l'activation de la bande d'urgence et le système signalétique d'harmonisation de la vitesse et d'avertissement des dangers, précise l'Ofrou. Totalement automatisé et supervisé par les opérateurs trafic professionnels du Centre d'engagement et de transmission (CET) de la Police cantonale vaudoise, il ne sera activé qu'aux heures de pointe du soir et uniquement lorsque les conditions de mise en place seront avérées.

Il sera systématiquement activé lors de surcharges de trafic ou de bouchons sur ce tronçon Lausanne-Yverdon, explique à Keystone-ATS Olivier Floc'hic, porte-parole à l'Ofrou. Si le trafic devait rester calme un jour aux heures de pointe, le système restera en stand-by.

Il s'agit du premier dosage automatique de trafic mis en place sur une autoroute en Suisse romande, relève-t-il. Il existe déjà dans plusieurs cantons alémaniques. Le coût de celui de Cossonay est estimé à 300'000 francs, indique-t-il. Une "rampe de dosage" est à l'étude pour les prochaines années à la jonction autoroutière de Nyon (VD), selon M. Floc'hic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Des subprimes au Covid: une étude analyse le "miracle vaudois"

Publié

le

Malgré les nombreuses crises économiques de ces quinze dernières années, le canton de Vaud a bien résisté (Photo prétexte © KEYSTONE/Gaetan Bally)

Une hausse du PIB de 41,9% et un nombre d'emplois en hausse de 31% entre 2005 et 2020: l'économie vaudoise a fait preuve d’un dynamisme réjouissant durant ces 15 ans marqués par des crises à répétition. Les entreprises du canton sont parvenues à résister ou à prospérer malgré les effets des subprimes, de la crise de la zone euro, de l'abandon du cours plancher, de la guerre commerciale et de la crise du Covid-19, selon une étude.

Cinq ans après "Vaud - Le tigre discret", l'Observatoire BCV de l'économie vaudoise, la CVCI et l'Institut CREA de l'Université de Lausanne ont refait le point sur la santé du tissu économique du canton. Publiée mardi, l'étude "De la crise des subprimes à celle du Covid" confirme que le "miracle vaudois" n’est pas un mythe.

"L'évolution économique de ces quinze dernières années a été marquée par une succession des crises et de chocs", a souligné Jean-Pascal Baechler, responsable de l'Observatoire BCV de l’économie vaudoise mardi devant la presse à Lausanne. Et de rappeler les subprimes, la crise de la zone euro, l'abandon du taux plancher entre le franc suisse et l'euro, la guerre commerciale entre Trump et la Chine, et enfin le coronavirus.

"Au final, le résultat est positif pour l'économie vaudoise. Elle a connu en 15 ans une croissance de 42% du PIB, soit 2,4% en moyenne par année. C'est mieux que la Suisse (+29,7%), que les Etats-Unis (+27,9%) et que la zone euro (+10,9%)", a-t-il détaillé. Les forces du canton, sa diversité et sa capacité à se réinventer :

Jean-Pascal Baechler
Responsable de l'Observatoire BCV de l'économie vaudoise
Jean-Pascal BaechlerResponsable de l'Observatoire BCV de l'économie vaudoise

Peu de chômage

Malgré les difficultés de certaines branches et grâce aux différentes aides, les indicateurs conjoncturels restent globalement dans le vert: en 15 ans, l'emploi a par exemple connu une hausse de 31% (contre 19,9% pour la Suisse, 6,1% pour les Etats-Unis et 9,5% pour la zone euro). Le canton est-il un modèle ? Patrick Zurn, responsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie :

Patrick Zurn
Responsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie
Patrick ZurnResponsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie

Le chômage est resté relativement bas pendant toute cette période. Mais, avec le Covid-19, un actif vaudois sur trois a connu les RHT en 2020.

A relever que la Suisse et le canton de Vaud se sortent plutôt bien de la pandémie du Covid-19, grâce notamment aux aides publiques. D'ici la fin de l'année, le niveau d'avant la crise devrait être retrouvé et une croissance de 3% est attendue pour 2022, a commenté M.Baechler.

Réussite de la "Health valley"

La chimie-pharma vaudoise a joué un rôle de premier plan dans le développement économique cantonal. En 15 ans, sa valeur ajoutée a explosé: elle a été multiplié par six et les emplois qu'elle représente par 1,9. "Le volet vaudois de la Health Valley est une vraie réussite", a commenté M.Baechler. Plus généralement, le développement d'activités à haute valeur ajoutée à aider le canton, comme l'explique Jean-Pascal Baechler :

Jean-Pascal Baechler
Responsable de l'Observatoire BCV de l'économie vaudoise
Jean-Pascal BaechlerResponsable de l'Observatoire BCV de l'économie vaudoise

Les autres domaines de l'industrie manufacturière ont évolué de manière différenciée, a expliqué Patrick Zurn, responsable économique à la CVCI. La production de denrées alimentaires a vu son empreinte dans l'économie cantonale grandir.

En revanche, l'industrie des machines et la fabrication d'instruments de précision ont ressenti les vents contraires de ces dernières années. La construction, boostée par le dynamisme démographique, a également apporté une contribution positive.

Le tertiaire: un moteur

Le principal moteur de la croissance entre 2005 et 2020 a été le secteur tertiaire. Il a contribué à hauteur de trois quarts à la hausse du PIB sur cette période. En particulier, les services aux entreprises, le commerce ainsi que le secteur public et parapublic ont connu de fortes progressions de leur valeur ajoutée.

Le système éducatif a connu une hausse "énorme" de 70% du nombre d'étudiants à l'UNIL et à l'EPFL. Le système de santé s'est développé et les dépenses sociales ont augmenté.

Dans les autres branches de services, les évolutions se révèlent plus contrastées. Les télécommunications et l'informatique ont bénéficié d'un environnement porteur. Les services financiers ont traversé sans trop de dommages une période riche en défis.

Les services logistiques (transport, acheminement de courrier et de colis, entreposage) ont en revanche connu des difficultés l'an dernier. Tout comme l'hôtellerie-restauration, pour qui 2020 a été la pire d'une série d'années difficiles, en raison de la crise du Covid-19.

Avenir incertain

En résumé, grâce aux choix effectués après la crise des années 90, à sa diversification et à des activités à haute valeur ajoutée, l'économie vaudoise s'est montrée robuste. De grandes réformes ne sont pas à l'ordre du jour. Cependant, un certain nombre de conditions doivent être maintenues pour permettre au canton d'assurer son dynamisme et sa compétitivité, estime Patrick Zurn :

Patrick Zurn
Responsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie
Patrick ZurnResponsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie

Parmi les défis, la fiscalité des entreprises (débat sur un taux d'imposition minimal mondial), mais aussi celles des personnes physiques, ainsi que l'accès au marché de l'Union européenne à la suite de l'abandon des négociations sur l'accord-cadre :

Patrick Zurn
Responsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie
Patrick ZurnResponsable économique à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie

Sans oublier les risques que constituent le manque de main-d'œuvre qualifiée, la digitalisation, le changement climatique ou l'innovation.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X