Rejoignez-nous

Vaud

Du bois vaudois pour chauffer les EPO à Orbe

Publié

,

le

Un nouveau chauffage pour les EPO.

La centrale de chauffe des Etablissements de la plaine de l'Orbe a été inaugurée ce mardi matin. D'un coût de 17 millions de francs, l'installation permettra de chauffer 53 bâtiments de la zone pénitentiaire, grâce à des plaquettes de bois vaudois.

Elle vient en remplacer une autre, âgée de plusieurs dizaines d’années et qui était devenue désuète.

Explications de la Conseillère d’Etat vaudoise en charge des prisons, Béatrice Métraux :

Béatrice MétrauxConseillère d'Etat, VD

Cette nouvelle centrale de chauffe permettra aussi d’alimenter les futures constructions prévues sur le site.

La Conseillère d’Etat, Béatrice Métraux :

Béatrice MétrauxConseillère d'Etat, VD

Les travaux de la nouvelle prison de plus de 200 places pourraient démarrer en 2020 pour une ouverture à l'horizon 2025.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques

Binta Ndiaye: "Je suis jeune mais je vais prendre la place qu'il faut"

Publié

le

La Montaine compte bien se servir de sa fraîcheur pour aller le plus loin possible dans la compétition. ©KEYSTONE/Michael Buholzer

À 19 ans, Binta Ndiaye fait partie des meilleures judokates du monde (-52kg). Dans quelques jours, elle vivra ses premiers Jeux Olympiques. Le top du top. Un objectif pour lequel elle a toujours travaillé dur. Rencontre.

C’est là où tout à commencé que Binta Ndiaye me donne rendez-vous. Au dojo du club Judo Kwai Lausanne situé à Mon Repos. C’est là que la Vaudoise est tombée amoureuse du judo.

Binta NdiayeJudokate

Mais si je l’ai rencontrée là, c’est aussi parce qu’elle s’y entraîne encore. “Ici, j’ai eu la chance d’avoir des entraîneurs qui étaient et qui sont tellement bons que je n’ai jamais eu envie de changer de club”, explique simplement la judokate du Mont-sur-Lausanne.

Cependant, voir des judokas s’entraîner à travers la vitre et avoir envie d’essayer, c’est une chose. Les sensations une fois que l’on essaie vraiment le sport, c’en est une autre. Le coup de foudre s’est confirmé. Et au-delà de l’amour pour le sport, c’est grâce à sa force de caractère que Binta Ndiaye a persévéré.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par EUROPEAN JUDO UNION (@europeanjudo)

Quand je lui demande à quel moment elle a décidé de devenir pro, elle explique simplement qu’elle n’a “pas eu de déclic. J’ai toujours voulu m’améliorer. Déjà quand j’étais petite, ceinture jaune, je savais que j’avais envie de devenir l’une des meilleures au monde.”

Binta NdiayeJudokate

Et sa volonté de devenir toujours meilleure s’est immédiatement fait ressentir.

Binta NdiayeJudokate

À ses débuts, c’est maître Hiroshi Katanishi qui est au dojo lausannois. “J’ai eu la chance de l’avoir comme premier prof. C’est quelqu’un qui a une aura, qui est reconnu dans le monde entier, décrit Binta. Je pense qu’on a une relation un peu particulière parce que quand on s’entraîne aussi souvent dans un dojo, on crée des liens. Donc je suis très chanceuse.”

Du moment que les athlètes font de la compétition, ils entrent dans des cadres plus professionnels, par cantons puis par régions, avant d’arriver dans les centres nationaux. “Ça change un peu parce qu’on a de nouveaux entraîneurs et on a un peu plus d’obligations, on ne peut pas tout faire comme on veut, sourit la Montaine. Mais pour l’instant ça se passe bien, et je pense que le judo suisse est en train d’évoluer.”

 

Un mode de vie

À 19 ans, la judokate peut déjà se targuer d’un titre de Championne Suisse élite ainsi que de Championne d’Europe M18. Elle compte aussi deux médailles de bronze aux championnats du monde M21. Et maintenant, une sélection pour les JO.

Pour atteindre ce niveau, cela demande des aménagements, surtout lorsque l’on est jeune. La Vaudoise a commencé ses études post-obligatoires dans une classe sport-études au Gymnase Auguste Piccard, avant de poursuivre à Bienne. Avec au milieu de tout ça, des compétitions partout dans le monde. “C’est des moments qui sont assez difficiles parfois, mais ça fait aussi évoluer, analyse-t-elle avec lucidité. Avec ce genre de challenge, on apprend à s’organiser mieux. Et je pense que c’est important de s’entourer des bonnes personnes, de se connaître, d’avoir des moments où on peut se recharger et pas avoir un niveau de stress trop élevé tout le temps.” Les bonnes personnes, c’est avant tout sa famille, surtout ses deux sœurs jumelles de qui elle est très proche.

Binta NdiayeJudokate

Au-delà des résultats et des trophées, pour Binta Ndiaye, le judo, c’est un mode de vie.

Binta NdiayeJudokate

Cet “effet de la communauté” s’est tout de suite ressenti ce jour-là. À peine entrée dans le dojo, Binta s’est préoccupée de l’état de santé d’un autre judoka blessé à un pied. On sent que le partage, la transmission, c’est important pour elle.

Binta NdiayeJudokate

Pour s'imprégner encore plus de ce mode de vie, il y a quelques mois, elle a pu se rendre au Japon pour la première fois. Un voyage plein d’enseignements qui lui a permis de progresser.

Binta NdiayeJudokate

Au pays du Soleil levant, elle a aussi découvert un autre rythme d’entraînement.

Binta NdiayeJudokate

 

La jeunesse, un atout

La prochaine étape, ce sont donc les Jeux Olympiques. “Obtenir une médaille olympique, ça a toujours été un rêve, lâche la jeune judokate avec le sourire. Je suis jeune mais je vais prendre la place qu’il faut et faire de mon mieux.”

Pour se qualifier pour Paris, il fallait être dans le top 20 mondial. Une seule place par pays et par catégorie est disponible. Et donc, si deux athlètes du même pays se retrouvent dans ce top 20, c’est la fédération nationale qui tranche. C’est ce qu’il s’est passé pour la Vaudoise. Mais, même si l’enjeu de la sélection a créé un peu de stress et d’incertitude, Binta Ndiaye était assez sereine.

Binta NdiayeJudokate

Et maintenant qu’elle se trouve aux portes de la plus grande compétition sportive, elle l’aborde d’une manière très détendue.

Binta NdiayeJudokate

Lorsque l’on vit ses premiers Jeux, tout est excitant. De quel moment se réjouit le plus Binta Ndiaye? “Elle est difficile cette question!, s’exclame-t-elle. Ma compétition, mais aussi l’atmosphère, le fait d’avoir des drapeaux suisses, d’être avec une équipe, c’est aussi des rencontres. C’est des choses qu’on oublie pas.” Et à l’inverse, y a-t-il un moment redouté? “Non, je redoute rien”, lance-t-elle en rigolant.

Jusqu’à la compétition, il s’agit de faire les derniers ajustements et d’analyser les adversaires. “On a fait un peu de vidéo avec mon entraîneur. Tout le monde le fait, donc on est un peu obligé si on ne veut pas avoir un train de retard par rapport au côté tactique, explique-t-elle. Je pense que c’est quelque chose d’important, mais il ne faut pas trop le faire non plus. Il faut rester un peu flexible et pouvoir s’adapter à ce qui se passe en vrai.”

Binta Ndiaye combattra le 28 juillet à l’Aréna Champs de Mars.

Continuer la lecture

Vaud

Explosion d'un bancomat à Sainte-Croix (VD)

Publié

le

L'explosion s'est produite vers 04h00 du matin (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Des inconnus ont fait exploser un bancomat à Sainte-Croix (VD) dans la nuit de dimanche à lundi. La déflagration a provoqué de gros dommages au bâtiment. Les auteurs ont pris la fuite.

L'explosion est survenue vers 04h00 du matin à la rue centrale. "D'une manière indéterminée, les auteurs ont fait exploser le distributeur automatique de billets extérieur du bâtiment", a annoncé lundi la police vaudoise.

En arrivant sur place, les agents ont constaté que l’appareil était fortement endommagé, de même que le bâtiment. Des traces de l’explosion sont visibles. Les auteurs ont pris la fuite dans une direction inconnue et sont recherchés. Le butin est pour l’instant inconnu, indique un communiqué.

En raison de l’utilisation d’explosif, le Ministère public de la Confédération a été informé et mène la procédure avec les enquêteurs de fedpol et de la Police cantonale vaudoise. Cette intervention a nécessité l’engagement de plusieurs patrouilles de gendarmerie, des pompiers, de la police scientifique et de la brigade canine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Dan Ndoye était de passage à la Tuilière: "C'est magique!"

Publié

le

©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le championnat de Super League a repris. Le Lausanne-Sport s'est imposé 3-2 à domicile face au FC Bâle. Et dans les tribunes, un invité de marque: Dan Ndoye.

 "Venez saluer Dan en avant-match." Le club l'avait annoncé peu avant la mi-journée sur les réseaux sociaux. De quoi embellir l'après-midi. Tous les éléments étaient réunis pour passer un bon dimanche: une météo clémente, un excellent match des lausannois, et le nouveau chouchou de l'équipe de Suisse.

Et Dan Ndoye, c'est surtout le chouchou de la Tuilière. Parce que c'est à Lausanne qu'il a été formé. Il avait ensuite fait un passage à Nice et à Bâle avant de s'envoler pour Bologne et la Serie A. L'ambiance était donc chaleureuse pour l'accueillir sur le terrain avant le coup d'envoi. Tout sourire, le Nyonnais a salué le public. Il a aussi pris le temps, à la pause et après le match, de signer des autographes et faire des selfies avec tous les enfants et tous les fans qui le lui demandaient. De belles émotions pour lui aussi.

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Et lorsqu'on lui demande quel est son meilleur souvenir avec Lausanne, la réponse ne se fait pas prier. "La montée. Le fait d'être monté (ndlr: de la Challenge League à la Super League en 2020) avec mon club formateur, c'est quelque chose que je retiendrais à vie, lâche-t-il. Donc oui, c'est le fait d'être champion avec mon club formateur et d'avoir gagné une coupe."

Le moment commence à dater, et le Vaudois a vécu bon nombre d'autres matchs importants depuis, mais il évoque cette promotion avec des étoiles dans les yeux comme si on y était à nouveau.

La saison dernière, il l'a passée en Italie. Il a rejoint la prestigieuse Serie A dans les rangs de Bologne. Et ses performances ont été bonnes. Tout comme ensuite avec l'équipe de Suisse. Mais Dan Ndoye ne veut pas s'arrêter là. Il a soif de faire encore mieux.

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Ces rencontres avec les grands clubs, l'ailier les considère comme "le plus grand step que j'ai fait cette saison. Jouer contre les meilleurs, c'est là où tu apprends le plus et tu vois la différence de niveau." De quoi rendre fier aussi Ludovic Magnin.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Quant à l'Euro, la déception de ne pas avoir passé le cap des quarts de finale est vite effacé. "C'était un magnifique Euro à vivre avec les fans et l'équipe. C'était quelque chose de sublime que je n'oublierai jamais." Et on ne doute pas qu'il y en aura bientôt d'autres des instants pareils.

Des buts d'importance

La saison dernière a aussi été celle des premières pour Dan Ndoye. Premiers matchs en Serie A, puis premier but dans le championnat. Premier grand tournoi avec la Nati... et premier but avec le maillot Suisse. Dans ces moments-là, quand le but est validé, qu'il n'y a pas de drapeau qui se lève ou de VAR, qu'est-ce qui lui passe par la tête?

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Il y a eu trois réussites qui ont fait parler de Dan Ndoye au cours de ces derniers mois. Celles que l'on vient d'évoquer. À laquelle s'ajoute son but en Coupe d'Italie qui, en prolongation, a éliminé l'Inter de Yann Sommer (l'Inter qui gagnera ensuite le championnat italien).

Alors, s'il ne pouvait en retenir qu'un, lequel choisirait-il? "Ça c'est une bonne question", s'amuse le Vaudois. Il ne réfléchit pourtant pas longtemps avant de lancer: "Le premier but avec la Suisse c'était spécial, donc je dirais quand même le but à l'Euro."

Continuer la lecture

Football

Le LS lance sa saison de la meilleure des façons

Publié

le

Reprise réussie pour le LS, même s'il ne faut "pas s'enflammer" selon Ludovic Magnin. ©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le Lausanne-Sport reprend le championnat avec une victoire. Les hommes de Ludovic Magnin se sont imposés 3-1 face au FC Bâle à domicile.

C’est en grandes pompes que le LS a donné le coup d’envoi de sa saison 24/25. La nouvelle recrue Teddy Okou a ouvert le score après seulement deux minutes de jeu. Et ce n’était pas un coup de chance. L’ancien Lucernois était au bon endroit au bon moment pour remettre dans le droit chemin le ballon dévié par Kaly Sène. Et les Bâlois ne semblaient pas encore avoir commencé leur match. Les Lausannois ont ensuite dominé. Dans les minutes suivantes, c’est notamment Kaly Sène qui s’est procuré quelques occasions.

Et le 2-0 tombera à la 21e avec une très belle combinaison Antoine Bernede-Fousseni Diabaté. De quoi ravir les 6'895 spectateurs.

Karlo Letica, dans la cage lausannoise, a dû attendre la demi-heure de jeu pour avoir du travail sérieux. On notera surtout ce gros arrêt à la 37e minute après une perte de balle de ses coéquipiers dans les 16m qui a mené à cette frappe bâloise.

Mais moins de 10 minutes plus tard, il n’a rien pu faire contre l’ouverture du score adverse. Il a dans un premier temps repoussé le corner, mais il a malheureusement remis le ballon dans l’axe de Thierno Barry qui l’a envoyé au fond des filets.

Les hommes de Ludovic Magnin ont cependant immédiatement réagi. Fousseni Diabaté s’est frayé un chemin jusqu’au but. Il aurait pu frapper, mais il a pris son temps. Très bonne idée. Cela a permis à Kaly Sène de venir se placer, tout seul au centre. Une fois le ballon réceptionné, ça n’a été qu’un jeu d’enfant pour battre le gardien bâlois. Où était donc passée la défense de Fabio Celestini? Mystère.

En deuxième mi-temps, Bâle a encore peiné à poser son jeu. Parce que les Lausannois ont bien défendu, mais aussi par manque d’efficacité. Les Alémaniques ont néanmoins réduit le score grâce à un penalty transformé par Barry (87e). Pas de quoi faire vaciller le LS pour les dernières minutes.

 

Ne pas s’enflammer

Une performance qui ravi le nouvel arrivant Teddy Okou.

Teddy OkouAttaquant du Lausanne-Sport

Difficile cependant de déjà juger l’apport d’Okou et des autres nouveaux joueurs, comme le précise le coach.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Cette victoire permet au Lausanne-Sport de continuer sur sa bonne lancée de la fin de saison. Ludovic Magnin y voit peut-être même un signe.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Le FC Bâle n’a certainement pas montré son meilleur football, mais l’issue du match n’est pas due qu’à cela. Qu’est-ce qui a si bien marché côté lausannois?

Teddy OkouAttaquant du Lausanne-Sport

Le prochain match pour Lausanne, ce sera samedi 27 juillet au Stade de Tourbillon por affronter le néo-promu FC Sion.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Grâce à l’arrivée énergisante de Mars chez vous, on vous voit animé d'une vitalité débordante créant ainsi une atmosphère stimulante et dynamique.

Les Sujets à la Une

X