Rejoignez-nous

Élections vaudoises

Rebecca Ruiz termine en tête du 1er tour, Dessauges 2e

Publié

,

le

Rebecca Ruiz (PS) a largement devancé ses adversaires lors du 1er tour de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat vaudois. (Photo : RB)

Les Vaudois votaient ce dimanche 17 mars. Premier tour de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat. Revivez ce dimanche très "politique" sur lfm.ch avec un résumé complet et des réactions suite à notre émission spéciale "en direct" du Château cantonal. 

 

 

15h45

Rebecca Ruiz "la favorite" termine en tête du 1er tour

Le premier tour de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat vaudois se solde par un ballotage. Aucun candidat n'a réussi à obtenir la majorité absolue.

Présentée comme "la favorite" pour succéder à son collègue de parti, Pierre-Yves Maillard, au Conseil d'Etat, Rebecca Ruiz termine en tête avec 46,59% des voix. L'UDC Pascal Dessauges se place en seconde position avec 37,56%. Suivent les trois "petits candidats" : Axel Marion (PDC) avec 6.03%, Jean-Michel Dolivo (EàG) avec 4,12% et, ferme la marche, Anaïs Timofte (POP) avec 3,26%.

Un second tour aura donc lieu le dimanche 7 avril pour élire le successeur de Pierre-Yves Maillard au Gouvernement cantonal.

Le dépôt des listes est fixé à ce mardi 19 mars, à 12h00.

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Dernière partie
Emission spéciale ELECTION VD 2019Dernière partie

--------------------------------------------------------------------

15h15

Jessica Jaccoud (PS) et Jacques Nicolet (UDC)

Les deux Présidents de partis réagissent après ce 1er tour et esquissent la suite de la campagne pour le second tour.

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 10
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 10

--------------------------------------------------------------------

15h00

Anaïs Timofte (POP), 5ème et dernière de ce 1er tour

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 9
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 9

--------------------------------------------------------------------

14h30

Suite des réactions

Nuria Gorrite, Présidente du Conseil d'Etat vaudois, Pascal Dessauges, candidat de l'UDC et Isidore Raposo, journaliste et chroniqueur, sont au micro d'LFM.

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 8
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 8

--------------------------------------------------------------------

14h00

Rebecca Ruiz (PS) et René Knüsel réagissent

Analyse du Politologue René Knüsel et réaction de la socialiste Rebecca Ruiz

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 7
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 7

--------------------------------------------------------------------

13h50

Il y aura un 2e tour le dimanche 7 avril

--------------------------------------------------------------------

13h40

Analyse et réaction d'Axel Marion (PDC)

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 6
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 6

--------------------------------------------------------------------

13h30

Réaction de Jean-Michel Dolivo (EàG)

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 5
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 5

--------------------------------------------------------------------

13h15

Rebecca Ruiz termine en tête du 1er tour

Les résultats définitifs du 1er tour sont connus. La socialiste Rebecca Ruiz prend la première place, devant son grand rival, l'UDC Pascal Dessauges. Les "petits candidats" sont loin derrière.

Résultats détaillés sur vd.ch

--------------------------------------------------------------------

13h00

Pointage en direct depuis le Château, après 91% d'avancement du dépouillement

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 4
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 4

--------------------------------------------------------------------

12h40

Ambiance dans les QG : le PS a le sourire

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 3
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 3

--------------------------------------------------------------------

12h35

Rebecca Ruiz fait la course en tête

Les résultats provisoires après 62% d'avancement du dépouillement :

  • Rebecca Ruiz (PS) : 44,56%
  • Pascal Dessauges (UDC) : 41,69%
  • Axel Marion (PDC) : 5,68%
  • Jean-Michel Dolivo (EàG) : 3,06%
  • Anaïs Timofte (POP) : 2,55%

District du candidat UDC Pascal Dessauges, le Gros-de-Vaud le soutient à 50,67%. Montreux place Rebecca Ruiz (PS) en tête avec 48,60% des voix. Payerne a voté à 48,20% pour le candidat UDC.

--------------------------------------------------------------------

12h30

Deuxième point en direct depuis le Château cantonal

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 2
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 2

--------------------------------------------------------------------

12h05

Les premiers résultats

Selon les premières données publiées par l'Etat de Vaud, à 12h05, le dépouillement en était à un stade d'avancement de 48%.

Au niveau cantonal, l'on obtient les résultats provisoires suivants :

  • Rebecca Ruiz (PS) : 44,01%
  • Pascal Dessauges (UDC) : 42,58%
  • Axel Marion (PDC) : 5,50%
  • Jean-Michel Dolivo (EàG) : 2,93%
  • Anaïs Timofte (POP) : 2,51%

Seule grande ville vaudoise a avoir livré ses résultats : Morges. C'est Rebecca Ruiz qui arrive en tête (50,71%) devant l'UDC Pascal Dessauges (33,94%).

La situation devrait considérablement évoluer, en faveur à priori de Rebecca Ruiz, avec les résultats attendus de Lausanne.

--------------------------------------------------------------------

12h00

Premier point en direct depuis le Château cantonal

Emission spéciale ELECTION VD 2019
Partie 1
Emission spéciale ELECTION VD 2019Partie 1

--------------------------------------------------------------------

11H30

La situation

Cette élection complémentaire vise à trouver un successeur à Pierre-Yves Maillard, qui quitte le Gouvernement cantonal après 15 ans. Conseiller d'Etat depuis 2004, le socialiste va rejoindre en mai l'Union syndicale suisse (USS), où il a été élu Président en décembre dernier.

Le siège de Pierre-Yves Maillard est très convoité : 5 candidats sont sur les rangs. Avec un Conseil d'Etat actuellement à majorité de gauche (3 PS, 1 Verte), l'enjeu de cette élection est de savoir si la tendance se confirmera. Mais la droite, PLR et UDC, comptent bien renverser cette majorité.

Sauf surprise, un deuxième tour sera nécessaire pour trouver le nouvel occupant du fauteuil de Pierre-Yves Maillard. Aucun candidat ne devrait atteindre les 50% ce dimanche. Tout devrait se jouer le dimanche 7 avril.

Les premiers résultats, provisoires, sont attendus aux alentours de 12h00.

 

Les candidats

Rebecca Ruizla candidate du PS, soutenue par les Verts, dit vouloir s’inscrire dans une certaine continuité par rapport à Pierre-Yves Maillard. Criminologue, conseillère nationale, 37 ans, elle dit vouloir se battre en faveur du pouvoir d’achat, de la classe moyenne et populaire, de l’accès aux soins et du climat. Pour elle, le contrepoids d’un gouvernement à gauche face à un parlement à majorité de droite doit être conservé. Elle est présentée comme la favorite de cette élection.

 

Pascal Dessauges : le candidat UDC soutenu par le PLR, est âgé de 54 ans. Il veut rendre à son parti le siège qu’il a perdu après le décès de Jean-Claude Mermoud en 2011. Agriculteur de formation, ancien colonel à l’armée, préfet du Gros-de-Vaud, il met en avant sa capacité à conduire des troupes, son dynamisme et son pragmatisme. C'est l'outsider de ce scrutin.

 

Axel Marion : candidat du PDC, soutenu par les Vert’libéraux, il se pose en homme du consensus. Avec trois ministres à gauche, trois autres à droite, il veut être le point d’équilibre du conseil d’Etat. Député au Grand Conseil et cadre dans le domaine des hautes écoles, Axel Marion, 40 ans, veut amener sa vision centriste.

 

Jean-Michel Dolivo : le candidat d’Ensemble à Gauche évoque son engagement dans la campagne comme une candidature de lutte. Une lutte de la rue au gouvernement, selon ses propres termes. Âgé de 67 ans, député et avocat, il veut un changement radical de société, prône une alternative écologique et sociale et dit vouloir combattre les inégalités.

 

Anaïs Timofte : c'est la candidate du POP. Une candidature de combat, jeune, dynamique et féminine, c’est le portrait que dresse le POP Vaud de sa candidate. Tout juste diplômée de Sciences politiques, âgée de 27 ans, elle se présente comme la candidate du pouvoir d’achat, de l’égalité et de l’écologie. C’est la première fois qu’elle se lance dans une élection.

 

Retrouvez tous les sujets en lien avec cette élection complémentaire sur notre page spéciale "Election VD 2019".

 

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Salcedas

    18 mars 2019 à 18:40

    Une gauche caviar? C'est étrange de lire ce terme dans la lettre anonyme et en même temps entendre cette même expression sortir de la bouche de Monsieur Jacques NIcolet "émission spéciale élection VD 2019, partie 10, 4' min .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Élections vaudoises

Les principaux syndics vaudois élus tacitement

Publié

le

Yvan Luccarini, ici devant l'Hôtel de Ville de Vevey, est l'un des nouveaux syndics vaudois
Yvan Luccarini, ici devant l'Hôtel de Ville de Vevey, est l'un des nouveaux syndics vaudois pour la législature 2021-2026. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les syndics des principales villes vaudoises sont désormais connus. A l'instar de Grégoire Junod à Lausanne, ils ont été élus tacitement mardi au terme du délai imparti pour le dépôt des listes.

A Lausanne, l'alliance de gauche - PS, POP et Verts - s'est ralliée derrière le socialiste Grégoire Junod "dans la continuité de l'action engagée durant la précédente législature", écrit-elle dans un communiqué. Seul représentant de la droite à la Municipalité, le PLR Pierre-Antoine Hildbrand ne briguait pas ce poste.

Grégoire Junod est arrivé en tête à l'issue des deux tours des élections communales des 7 et 28 mars. Municipal depuis 2011, il est devenu syndic en 2016, succédant alors à Daniel Brélaz.

A Yverdon, Pierre Dessemontet a aussi été élu tacitement. Le socialiste, comme annoncé la semaine dernière, partagera le poste de syndic avec la Verte Carmen Tanner. Le duo succède au PLR Jean-Daniel Carrard, certes réélu mais désormais dans la position d'un parti minoritaire.

A noter que la loi cantonale ne prévoit pas la possibilité d'une co-syndicature, comme celle prévue à Yverdon. Mais les Municipalités peuvent se répartir les tâches comme elles le souhaitent.

Nouveaux syndics

A Vevey, le nouveau syndic se nomme Yvan Luccarini. Le membre de décroissance-alternatives a été intronisé par l'alliance de gauche, qui a fait main basse sur la Municipalité. Il succède à la Verte Elina Leimgruber.

Même si Yvan Luccarini n'est pas arrivé en tête du second tour des élections, sa nomination ne constitue pas une surprise. Il est le seul à connaître le fonctionnement de l'exécutif veveysan, où il siège depuis août 2020. Ses six nouveaux collègues vont, eux, découvrir la fonction de municipal.

Dans la foulée de sa nomination, Yvan Luccarini a annoncé mardi qu'il allait démissionner de son poste de député au Grand Conseil.

Toujours sur la Riviera, Olivier Gfeller est le nouvel homme fort de Montreux. Le socialiste a été le mieux élu et même le seul à décrocher son siège dès le 1er tour. Municipal dès 2016, il succède au PLR Laurent Wehrli, syndic depuis 2011 et qui a décidé de quitter la politique communale.

A Morges, la syndicature change également de main avec la PLR Mélanie Wyss. Même s'il a été réélu, le socialiste Vincent Jaques a renoncé à cette fonction au sein d'un exécutif qui est passé à droite.

Duel à Aigle

A Nyon en revanche, la stabilité est de mise. Daniel Rossellat, élu indépendant mais proche des Verts, conserve un poste de syndic qu'il occupe depuis 2008. Personne n'est venu contester le patron du Paléo, qui a été élu dès le 1er tour avec ses cinq colistiers de gauche.

Pas de changement également à Renens, où Jean-François Clément a été reconduit tacitement à la syndicature. Le socialiste occupe ce poste depuis 2016.

Rares sont les grandes localités vaudoises qui auront droit à un duel pour la syndicature le 25 avril. C'est le cas notamment à Aigle, où le PLR Gregory Devaud affrontera l'indépendant Jean-Luc Duroux. Le socialiste Stéphane Montangero avait, lui, renoncé. La conseillère nationale Brigitte Crottaz sera en lice à Epalinges, et Jean Christophe Schwaab à Bourg-en-Lavaux.

Continuer la lecture

Élections vaudoises

L'UDC et Le Centre soutiennent le PLR au second tour à Lausanne

Publié

le

Les deux candidats PLR au second tour de l'élection à la Municipalité de Lausanne, Pierre-Antoine Hildbrand (au centre devant) et et Florence Bettschart-Narbel (tout à droite), ont reçu le soutien du Centre et de l'UDC, représentés respectivement derrière par Valérie Dittli et Valentin Christe. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT))

Le second tour de l'élection communale à la Municipalité de Lausanne verra deux blocs politiques s'opposer. Après le retour des Verts dans l'alliance de la gauche plurielle, c'est au tour de la droite d'annoncer jeudi son alliance. L'UDC et Le Centre ont en effet décidé de soutenir les deux candidats PLR, le sortant Pierre-Antoine Hildbrand et la députée Florence Bettschart-Narbel.

Après le ballottage général du premier tour, le PLR relance ses deux candidats dans la course à la Municipalité de Lausanne. Comme pour le 7 mars, le Municipal sortant Pierre-Antoine Hildbrand fait liste commune avec la députée Florence Bettschart Narbel. On le rappelle, au premier tour de cette élection, ils ont terminé respectivement 6ème et 9ème, avec 29 et 24% des suffrages. Derrière le PS, le POP et la première Verte. Mais juste avant pour l’un, et juste après, pour la deuxième, les deux autres candidats écologistes.

En vue du scrutin du 28 mars, à l’image du rabibochage de la gauche plurielle lausannoise, le PLR a lui aussi pu signer une “grande alliance” : l’UDC et Le Centre, qui ne se représentent pas, soutiennent désormais le ticket libéral-radical.

Xavier de Haller, Vice-président du PLR Lausanne :

Xavier de Haller
Vice-président du PLR Lausanne
Xavier de HallerVice-président du PLR Lausanne

Le soutien de l’UDC et du Centre, eux, sont acquis. Des soutiens qui doivent permettre au PLR lausannois de bousculer la majorité “rose-rouge-verte” et ses 6 candidats en place depuis plusieurs législatures.

Xavier de Haller, Vice-président du PLR Lausanne :

Xavier de Haller
Vice-président du PLR Lausanne
Xavier de HallerVice-président du PLR Lausanne

Même son de cloche et même objectif pour Pierre-Antoine Hildbrand, Municipal sortant et candidat à sa réélection :

Pierre-Antoine Hildbrand
Municipal sortant et candidat du PLR
Pierre-Antoine HildbrandMunicipal sortant et candidat du PLR

Candidate pour le PLR, la députée Florence Bettschart Narbel estime qu’il y a un vrai coup à jouer dans ce deuxième tour. La grande alliance de gauche ne serait plus aussi soudée qu’auparavant :

Florence Bettschart Narbel
Candidate du PLR
Florence Bettschart NarbelCandidate du PLR

Pierre-Antoine Hildbrand et Florence Bettschart Narbel représentent donc le centre droite pour le second tour. Face à eux, il y a la liste de gauche composée de 6 candidats. Avec les socialistes Grégoire Junod, Florence Germond et Emilie Moeschler. Les deux Verts Natacha Litzistorf et Xavier Company. Et puis le POP David Payot. Bruno Dupont, de l’Action national et chrétienne, est le neuvième candidat en course.

Le second tour aura lieu le 28 mars à Lausanne, mais aussi dans tout le canton de Vaud.

Continuer la lecture

Élections vaudoises

Vevey: après une législature mouvementée, Jérôme Christen se retire

Publié

le

Après une législature mouvementée et un mauvais résultat au premier tour, Jérôme Christen ne se représente pas à la municipalité. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Jérôme Christen ne se représente pas au deuxième tour de l'élection à la Municipalité de Vevey. L'élu de Vevey Libre était arrivé en 14e position dimanche, payant en partie le prix des affaires qui ont secoué la ville ces dernières années. Quatorze candidats sont en lice pour le 2e tour, après un ballottage général.

"J'étais à disposition. Je me retire à la demande de mon parti, qui a choisi de représenter le meilleur élu de notre liste. C'est une décision que je respecte", a expliqué mardi Jérôme Christen à Keystone-ATS.

Le Veveysan explique son mauvais score (15% des voix au premier tour), et plus généralement celui de son parti, par la percée du concurrent "En Avant Vevey" ainsi que par le schisme avec Michel Agnant. Cet ex-municipal de Vevey Libre a créé le mouvement Perspectives et il est en lice au 2e tour, malgré ses 6,88% des voix.

Les dysfonctionnements des dernières années à la municipalité ont aussi "joué un rôle", reconnaît Jérôme Christen. La législature a été marquée par de multiples tensions et la suspension de plusieurs municipaux, dont Jérôme Christen et Michel Agnant fin 2018. Après dix mois, ils avaient été réintégrés dans leurs fonctions.

Jérôme Christen, 55 ans, tourne la page de la municipalité de Vevey, après deux législatures et demie. Il continuera en principe à siéger au Conseil communal - où il était entré une première fois en 1994 - ainsi qu'au Grand Conseil où il siège depuis 23 ans. "Tout dépendra de mon avenir professionnel, que je vais privilégier", a-t-il dit. Il continuera à s'engager pour sa ville sous différentes formes.

Deuxième tour

A Vevey, le deuxième tour du 28 mars mettra aux prises 14 candidats. Deux alliances s'affronteront: une gauche ambitieuse brigue six des sept sièges désormais dévolus à la municipalité. Elle réunit trois candidats de Décroissance-Alternatives - dont le municipal Yvan Luccarini arrivé en tête dimanche - deux Verts et la socialiste Laurie Willommet. En tout, quatre femmes et deux hommes.

La droite part à cinq. Les trois PLR, emmenés par Valentin Grolimond et bien placés au premier tour, s'allient sur une liste commune avec le Vert'libéral Vincent Imhof et un représentant de Vevey Libre, Pascal Molliat. En Avant Vevey présente une candidate, Marcia Ciana, qui avait obtenu 10,8% des voix au premier tour.

Continuer la lecture

Élections vaudoises

Neuf candidats pour le second tour à la Municipalité de Lausanne

Publié

le

Le socialiste Grégoire Junod, syndic actuel, a terminé en tête du premier tour le 7 mars. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La gauche partira unie pour le deuxième tour à Lausanne pour le second tour de l’élection à la Municipalité de Lausanne. L'alliance "rose-rouge-verte" qui a porté ses fruits par le passé est de retour. Le PLR relance pour sa part ses deux candidats. Il y aura neuf candidats au total pour sept sièges.

À l'heure du dépôt des listes (mardi à 12h00), c'est la stratégie gagnante de l'alliance qui l'a finalement emporté. Au premier tour, les Verts avaient tenté de faire cavalier seul sans le PS et le POP, en présentant trois candidats. Mais ce pari a échoué: ils ont terminé clairement derrière le quatuor de tête emmené par trois socialistes - le syndic Grégoire Junod, la municipale Florence Germond et Emilie Moeschler - suivis de David Payot (POP).

Intérêt collectif

Lundi soir, les Verts ont longuement débattu de leur stratégie pour le second tour. Le principe de l'alliance de gauche l'a "assez largement" emporté, a expliqué mardi à Keystone-ATS Benjamin Rudaz, coprésident des Verts lausannois. Surtout que les trois formations travaillent en bonne entente à la municipalité depuis des années.

"On a clairement vu l'intérêt collectif", tant pour les Verts que pour les autres composantes de l'alliance, à faire front commun, a-t-il expliqué. En 2016, les six candidats de gauche, dans une formule similaire, avaient provoqué un raz-de-marée, passant dès le premier tour.

Company plutôt que Dubas

Chez les Verts, les discussions ont été plus compliquées pour choisir la personne qui accompagnera Natacha Litzistorf sur le ticket. Le comité avait proposé Daniel Dubas, arrivé 237 voix devant Xavier Company. Mais l'assemblée en a décidé autrement.

Plusieurs critères auraient joué un rôle: Xavier Company a réalisé un meilleur score au législatif, il permet à la jeune génération (il a 32 ans) d'être représentée à la municipalité, en duo complémentaire en âge avec Natacha Litzistorf (52 ans). Il était aussi ressenti comme plus à gauche et plus en phase avec des mouvements sociaux comme la Grève du climat.

Le parti désormais va mener son autocritique sur la stratégie de partir à trois prise en septembre. "On va voir si c'était le bon choix ou non. Lors de l'assemblée, beaucoup ont dit qu'on avait bien fait d'essayer. Même si cela n'a pas payé cette fois" selon M. Rudaz.

Le PLR repart à deux

Principale force de droite, le PLR a lui décidé de maintenir son ticket à deux. Il présente son Municipal sortant Pierre-Antoine Hildbrand, accompagné de la députée Florence Bettschart Narbel. Ils espèrent ainsi récupérer un maximum de reports de voix émanant du centre et de la droite. Le parti "Le Centre" soutient le ticket PLR.

V'L et EàG ne se représentent pas

Partis à deux au 1er tour, les Vert'libéraux, eux, se retirent et ne présenteront pas de candidat au second tour. Ils ne donnent pas de consigne de vote officielle. Pareil pour Ensemble à Gauche - Solidarités, qui ne présentera aucun de ses quatre candidats pour le 28 mars.

Neuf candidats en lice

Le premier tour s'est soldé sur un ballottage général. Les électeurs lausannois auront donc le choix entre 9 candidats pour le second tour, dont 6 de gauche: Grégoire Junod (PS) Florence Germond (PS), Emilie Moeschler (PS), David Payot (POP), Natacha Litzistorf (Les Verts) et Xavier Company (Les Verts).

Le sortant Pierre-Antoine Hildbrand et la députée Florence Bettschart Narbel représenteront le PLR.

Neuvième et dernier candidat en course : Bruno Dupont de l'Action nationale et chrétienne. Au premier tour, il a récolté 334 suffrages.

 

Robin Baudraz avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Élections vaudoises

Vers une vague verte au Conseil communal lausannois

Publié

le

A Lausanne, une vague verte devrait atteindre le Conseil communal. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Selon des projections, les Verts réaliseraient la plus forte progression au Conseil communal de Lausanne, gagnant sept sièges. Le PS et l'UDC reculent, alors que le PLR se maintient. La gauche radicale devrait engranger deux sièges de plus.

Le PS devrait rester le principal parti au législatif communal, avec 29 sièges (-4). Mais les Verts se rapprochent, et deviennent le deuxième parti du plénum, avec 24 sièges (+7).

Les écologistes passent devant le PLR, qui se maintient avec 21 sièges. L'UDC obtient sept élus (-5) et Ensemble à Gauche décroche 13 sièges (+2). Les Vert'libéraux progressent et obtiennent six sièges, à eux seuls.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X