Rejoignez-nous

Vaud

Homicide à Morges: le suspect venait de sortir de prison

Publié

,

le

Le meurtrier présumé serait passé aux aveux, selon les révélations de la RTS. L'homme venait par ailleurs de sortir de prison. (image prétexte - KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le meurtrier présumé de Morges (VD) était surveillé pour d'éventuels liens avec le terrorisme islamiste. Ce Turco-Suisse de 26 ans, accusé d'avoir poignardé un homme samedi soir dans un restaurant, était sorti de prison en juillet dernier.

Il avait été arrêté et placé en détention provisoire en avril 2019 suite à un incendie criminel dans une station-service de Prilly (VD). C'est au cours de cette affaire que les enquêteurs vaudois sont tombés "sur des indices de possibles antécédents djihadistes", écrit mercredi le Ministère public de la Confédération (MPC) dans un communiqué.

Le MPC ajoute que cet individu était déjà dans le viseur du Service de renseignement de la Confédération (SRC) depuis 2017, "en raison de consommation et de diffusion de propagande djihadiste."

Selon la RTS, qui cite une source proche de l'enquête, le prévenu est passé aux aveux après l'agression de Morges. Il a effectivement reconnu avoir agi au nom du djihadisme, "par vengeance contre l'Etat suisse" et pour "venger le Prophète". Il s'en est pris à un quidam représentant la population suisse, toujours selon cette source. Contacté par Keystone-ATS, le MPC n'a voulu ni confirmer ni infirmer cette information.

Libéré en juillet

Après plusieurs mois en détention provisoire suite à l'incendie à Prilly, le suspect a été libéré en juillet dernier par le Tribunal des mesures de contrainte. Le Ministère public explique qu'il s'est appuyé sur une expertise psychiatrique pour demander cette remise en liberté.

Celle-ci était toutefois conditionnée à plusieurs contraintes: couvre-feu nocturne, obligation de s'annoncer et interdiction de port d'armes. Jusqu'à samedi soir, le MPC n'a été informé d'aucune violation "qui aurait justifié une nouvelle mise en détention", poursuit le communiqué.

Internement psychiatrique

Selon la RTS qui s'appuie toujours sur des sources proches de l'enquête, le MPC aurait toutefois demandé que le prévenu soit interné dans un établissement psychiatrique, estimant que sa santé psychique se dégradait et qu'il se montrait peu coopératif. Cependant, faute de place, ce dernier était libre le soir où il est passé à l'acte.

Dans un démenti diffusé en soirée, le Département de l'environnement et de la sécurité (DES) vaudois affirme qu'aucune autorité vaudoise n'a été saisie d'une décision du MPC ordonnant l'internement psychiatrique du prévenu après sa relaxation au mois de juillet. "Partant, il est faux d’affirmer que le prévenu est resté en liberté faute de place dans une institution psychiatrique".

Une nuit de cavale

L'attaque a eu lieu samedi soir vers 21h20 dans un restaurant kebab, situé près de la gare de Morges. La victime, décédée sur place, est un ressortissant portugais de 29 ans. Il se trouvait avec sa compagne lorsque l'assaillant leur a foncé dessus avec un couteau.

Après une nuit de cavale, l'agresseur a été arrêté dimanche à Renens par la police vaudoise. Dès le lendemain, l'enquête était reprise par le MPC en raison du caractère éventuellement terroriste de l'affaire.

A Morges, une centaine de personnes ont rendu hommage à la victime lundi soir sur les lieux du drame. L'homme décédé était établi dans la région et travaillait dans une entreprise de transport et déménagement.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Promesses tenues pour l'édition hors les murs du Montreux Jazz

Publié

le

La majestueuse scène du lac - là lors de la première soirée du Montreux Jazz Festival (MJF) - a immédiatement conquis les spectateurs, selon le bilan tiré samedi par les organisateurs. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pari réussi pour le Montreux Jazz Festival (MJF) qui s'achève samedi: 250'000 festivaliers ont fréquenté cette 58e édition réinventée en raison des travaux au 2m2c. Les scènes du lac et du casino ont tenu leurs promesses, affichant un taux de remplissage moyen de 90%.

"Organiser la manifestation à Montreux sans le Centre des congrès (2m2c) a été l'un des plus grands défis qu'a jamais connu le MJF", a déclaré Mathieu Jaton, directeur du MJF, au moment de clore les seize jours de festival. Il a tenu à exprimer sa gratitude "aux centaines de milliers de personnes qui ont permis de réaliser cette prouesse technique".

"Je pense à la commune de Montreux, à la population perturbée mais adorable, au staff. Tous ont été d'une bienveillance extrême. On ne peut réaliser une telle performance sans l'adhésion de tout le monde et ça a été le cas", s'est -il réjoui.

Unanimité pour la scène du lac

Au niveau musical, d'innombrables moments forts ont marqué la manifestation. A commencer par la soirée d'ouverture sur la scène du lac: "Nous avons pu mettre ensemble deux génies de la Nouvelle Orléans, Trombone Shorty et Jon Batiste, qui ont accepté de jouer sans rideau", avec le Léman comme décor.

Dès les premières notes, il a été clair que cette scène ferait l'unanimité avec son côté majestueux, le coucher de soleil, puis la lune croissante. Le patron du MJF s'est également réjoui d'une acoustique "impeccable", due à de nombreux mois de travail.

Cette scène était l'occasion trop belle pour le groupe Deep Purple de reraconter l'incendie du Casino de Montreux, objet de son mythique tube "Smoke on the Water". "Ils ont bien réussi leur coup avec un show de fumée sur l'eau. Certains à l'autre bout de la ville ont même flippé et appelé les secours", a raconté Mathieu Jaton.

Flèche en plein coeur

Autre moment fort, le concert des Américains de Vulpeck qui jouaient pour la première fois à Montreux et leur unique concert en Europe. Ils ont fait sensation, en installant à l'improviste un de leurs musiciens sur un balcon surplombant la place du Marché.

Mathieu Jaton a également salué la "précision du son de Justice", qui a délivré un show rarement vu au festival. Quant à Raye, 26 ans, qui jouait pour la première fois devant son grand-père suisse, elle a offert une performance vocale digne des plus grandes, avec naturel et authenticité: "Une flèche en plein coeur", a résumé M. Jaton.

Parmi les autres moments magiques, il a cité la venue pour la première fois au MJF de Dionne Warwick, 83 ans. Cette diva, sommet de l'élégance, a bouleversé la salle du Casino. Ou de Nick Mason de retour à Montreux plus de 50 ans après y avoir joué avec les Pink Floyd.

L'engouement populaire pour la scène du lac a largement dépassé le périmètre de la place du Marché. Des centaines de personnes ont profité d'une vue partielle sur l'écran depuis la rue ou les balcons du voisinage, ainsi que depuis des bateaux sur le lac. Notamment pour les concerts à guichets fermés de Lenny Kravitz et Sting qui ont eux aussi procuré leur lot d'émotions.

Résultat "exceptionnel"

Même s'il est "super difficile de donner une estimation, le but de départ, à savoir une fréquentation similaire à celle de l'an dernier - soit 250'000 festivaliers - est atteint", a-t-il relevé. Un record de fréquentation a d'ailleurs été battu le samedi 13 juillet avec une foule impressionnante sur les quais et sur la route limitée au trafic.

Concernant les soirées payantes, douze sur seize ont affiché complet à la scène du lac. Un résultat exceptionnel étant donné qu'elle peut accueillir mille spectateurs de plus que l'auditorium Stravinski. Son taux de remplissage s'est monté à 92%. Le casino a enregistré de très bons chiffres également avec dix soirées à guichets fermés et un taux de remplissage de 88%, a précisé M.Jaton.

Le budget de 30 millions sera tenu, a-t-il assuré. Côté gratuit, 570 concerts et activités ont été proposés. "Nous allons maintenant prendre du recul et demander les retours des autorités, des commerçants et de la population".

La prochaine édition également prévue hors les murs aura lieu du 4 au 19 juillet 2025. Les travaux au Centre des congrès devraient s'achever au printemps 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Femme mortellement happée par un train entre Villeneuve et Roche

Publié

le

Les trains ne circulaient que de manière restreinte entre Roche et Villeneuve vendredi en fin de journée (photo d'illustration) (© KEYSTONE/PABLO GIANINAZZI)

La perturbation du trafic ferroviaire vendredi en fin de journée entre Villeneuve et Roche (VD), sur la ligne Lausanne-Brigue, est due à un accident. Une Suissesse de 69 ans domiciliée en Valais a été happée par un train alors qu'elle traversait les voies hors passage à niveau. Son mari qui l'accompagnait est indemne.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le couple a traversé les voies lorsqu'un train arrivait de Villeneuve à grande vitesse peu après 15h00. Malgré un freinage d’urgence, le train n’a pas pu s’arrêter et a heurté la victime qui est décédée sur place, a indiqué en fin de soirée la police cantonale vaudoise dans un communiqué.

Le trafic ferroviaire sur la ligne Lausanne-Brigue a connu des perturbations jusqu'à 20h30. Les lignes régionales IR90, RE, RE33, R3 et R4 ont été concernées, avec des retards et des suppressions de trains. Les voyageurs entre Villeneuve-gare et Aigle-gare et inversement ont dû utiliser les bus de remplacement, a précisé l'ex-régie fédérale.

Les lignes longues distances ont circulé avec un retard d'une dizaine de minutes et sur une seule voie, ont précisé les CFF, interrogés par l'agence Keystone-ATS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Les bateaux desservent à nouveau le débarcadère de Cully (VD)

Publié

le

Les bateaux de la CGN desservent à nouveau Cully. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le débarcadère de Cully (VD) est à nouveau opérationnel, après trois mois de travaux. L'installation avait été malmenée en mars dernier lors d'une tempête de vaudaire qui avait fortement endommagé le Simplon, un bateau Belle-Epoque de la CGN.

Depuis vendredi, les bateaux s'arrêtent à nouveau à Cully. "Je suis arrivé à 09h34 avec le premier bateau qui a accosté", a déclaré Pierre Imhof, directeur de la CGN, lors de l'inauguration en présence du syndic de Bourg-en-Lavaux Jean-Pierre Haenni.

Les travaux ont duré près de trois mois. Tout le monde a "joué le jeu", les autorités comme les entreprises. "C'était une gageure de réussir à le remettre en service après si peu de temps. C'est vrai que c'était long pour les personnes qui ont l'habitude de l'utiliser. Mais techniquement, il aurait été difficile de faire plus vite", a confié Pierre Imhof à Keystone-ATS.

Presque entièrement reconstruit

Le débarcadère a dû être presque entièrement reconstruit, à l’identique, avec quelques remises aux normes. Les travaux ont coûté environ 750'000 francs. "On a privilégié la rapidité de la remise en service. Maintenant, des discussions vont avoir lieu avec les assurances. On espère qu'elles prendront en charge la très grande majorité des coûts", a expliqué le directeur.

Pour rappel, le 28 mars, le Simplon avait subi une avarie moteur durant une course d'essai. En raison d'un fort vent, la compagnie avait renoncé à le remorquer au chantier naval à Ouchy et l'avait amarré à Cully. Mais durant la nuit, sous les coups de boutoir de la vaudaire (un vent du Léman), le bateau était venu frapper les rochers au bord des quais et s'était encastré dans le débarcadère.

Enquête en septembre

Pour l'heure, aucune estimation n'est donnée pour les dégâts au bateau le Simplon. L'analyse des expertises et des inspections est en cours. Une décision sera prise dans les mois à venir pour déterminer si les travaux viseront à réparer les dégâts et usures ou si une rénovation complète est préférable, indique la CGN.

Une enquête, confiée en avril à quatre experts indépendants, doit établir le déroulé des événements et établir les responsabilités. "Elle est toujours en cours. Les résultats devraient être communiqués en septembre", a ajouté M. Imhof.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Opération héliportage pour le LEB

Publié

le

1,5 km de voies depuis la gare LEB d'Assens sont renouvelées, y compris les mâts pour les lignes électriques. Ces derniers ont été héliportés ce vendredi. (©Robin Jaunin)

Ce vendredi matin, les travaux de renouvellement des voies autour de la gare LEB d'Assens ont reçu l'aide d'un hélicoptère. Ce dernier a permis d'héliporter 35 mâts de ligne pour caténaires. Les travaux durent jusqu'à la rentrée.

Un hélicoptère au dessus de la gare d'Assens. Ce vendredi matin, opération "coup de poing" pour les travaux actuellement en cours sur ce tronçon, qui visent à renouveler les installations. Parmi elles, la pose de 35 mâts de ligne pour caténaires. Le choix de les héliporter fait gagner un temps précieux, selon le chef projet infrastructures au LEB, Tiago Barbosa :

Tiago BarbosaChef projet infrastructures au LEB

Un calendrier rendu encore plus serré à cause de la météo de ce début d'été :

Tiago BarbosaChef projet infrastructures au LEB

Ces mâts, d'une dizaine de mètres de hauteur pour près d'une tonne, sont posés environ tous les 50 mètres. Plus le reste des installations nécessaires, cela donne un chantier important :

Tiago BarbosaChef projet infrastructures au LEB

La pose de ces mâts a du être anticipée. Avec une présence restreinte à 2 ou 3 heures, tout devait être en place pour cette matinée :

Tiago BarbosaChef projet infrastructures au LEB

Même après la pose de ces mâts, il reste beaucoup de travail. Il faut notamment monter de nombreuses couches de matériaux divers avant de pouvoir poser les nouvelles voies.

Les travaux sur le tronçon entre Assens et Echallens se poursuivent au moins jusqu'à la rentrée scolaire. Des bus de remplacement sont mis sur pied entre Echallens et Cheseaux.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Une grande force vous galvanise vous amenant à vous mettre à l'écoute de ceux qui ont besoin de réconfort et de soutien tout autour de vous.

Les Sujets à la Une

X