Rejoignez-nous

Lausanne

Semaine d'actions contre le racisme: "Lausanne, c'est chez moi"

Publié

,

le

"Lausanne c'est chez moi" sera le thème de la semaine d'actions contre le racisme qui débute lundi prochain.(© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)  

A Lausanne tout le monde doit se sentir chez soi: c’est sur ce thème que se déroulera du 20 au 26 mars, la 17e Semaine d’actions contre le racisme (SACR). Une vingtaine d'événements questionneront le sentiment de légitimité et d’appartenance au lieu de vie.

"Le racisme exclut et rabaisse, il est un frein à l’intégration. Dans une ville cosmopolite comme Lausanne, nous voulons, avec ce type d'événement, mettre en lumière les mécanismes profonds du racisme, que l'on retrouve à l'oeuvre dans d’autres discriminations (physiques, intellectuelles, genres, etc.)", explique Emilie Moeschler, municipale en charge des sports et de la cohésion sociale.

Parmi les 20 événements proposés tant aux adultes qu'aux enfants, des projections, des tables rondes, des conférences, des ateliers et des pièces de théâtre. Le public pourra aussi participer aux "jeux du Bled" qui proposeront de découvrir plusieurs variantes d'un même sport afin de questionner le colonialisme et l'ethnocentrisme s'invitant dans certaines pratiques ludiques.

L'une des tables rondes proposera une soirée sur le thème des populations roms et de l'anti-tsiganisme. Le film "La Camionnette blanche : radioscopie d’une rumeur", de Christophe Boltanski et Jean Bulot, sera projeté.

Améliorer la manifestation

En 2022, la Ville a mené avec ses partenaires une réflexion pour repenser cette semaine d'actions et identifier des pistes d'amélioration. Elle a été suivie par une consultation publique menée sur le terrain et sur le web.

Emilie MoeschlerMunicipale lausannoise en charge de la cohésion sociale

"La manifestation est connue par 42 % des plus de 270 personnes sondées. Nous avons renforcé cette année la communication en amont de l'événement, dans les quartiers et au marché. Le but est de toucher plus de monde et d’augmenter la participation active", explique Bashkim Iseni, délégué à l'intégration.

Aussi, de nombreuses actions se dérouleront non seulement au centre-ville mais également dans quatre quartiers lausannois (Faverges, Chailly, Bellevaux et Malley).

Autre fruit de cette consultation, un groupe de travail ad hoc définira les thématiques des prochaines éditions, autour des grands domaines comme l'école, le travail ou le logement. Ceci afin de porter notamment une attention particulière aux questions de racisme structurel.

Luis Ludena est arrivé il y a 27 ans en Suisse, à 15 ans, en provenance d’Equateur. Désormais, il est travailleur social à la Maison de Quartier des Faverges à Lausanne. Il voit l’évolution de ce débat dans la société, notamment grâce au soutien des collectivités.

Luis LudenaTravailleur social

Selon lui, ces actions comme cette semaine sont utiles. Il parle notamment de l’importance d’avoir des modèles de réussite:

Luis LudenaTravailleur social

50 personnes accompagnées

La Semaine d’actions contre le racisme est l'un des axes que la Ville et son Bureau lausannois pour les immigrés (BLI) a mis en place pour lutter contre le racisme dans la capitale vaudoise. Tout au long de l’année, le BLI propose des formations de prévention du racisme destinées aux collectivités publiques, institutions et associations lausannoises.

Le bureau tient également une permanence, Info-racisme, qui reçoit toute personne victime ou témoin d’actes racistes. Cette permanence a permis d'accompagner près de 50 personnes en 2022.

Les incidents relatés, et corrélés par les témoignages issus de la consultation publique, rejoignent la moyenne suisse. Les domaines concernés touchent en particulier l'espace public, le lieu de travail ou encore les transports publics. S'ils touchent plus souvent les personnes racisées, ils portent également sur la religion ou la nationalité (par ex. française).

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Musique à Prangins: le hip-hop danse sous l'archet du violon

Publié

le

La soliste virtuose Isabelle Meyer se produit dans ses propres créations: les concerts-spectacles Art-en-Ciel. Elle a par exemple déjà collaboré avec l'astrophysicien Hubert Reeves ou l'écrivain et philosophe Luc Ferry. (© CrossworxFashionStudio)

Spectacle original samedi soir prochain à Prangins (VD): un pas de deux entre le violon et le hip-hop. "Danse avec le violon" invite enfants, adolescents et adultes à voir et écouter une comédie-ballet entre musique classique et danse hip-hop, entre violon envoutant et danse urbaine des ghettos noirs et latinos.

"Dans ce spectacle, musiques classique, populaire et savante se mêlent et s'entremêlent pour former une ligne mélodique virevoltante où la danse s'intègre tout naturellement. La soliste virtuose Isabelle Meyer, le chorégraphe Julio Arozarena, les danseurs et l'Ensemble Art-en-Ciel proposent de redécouvrir le seul vrai langage qui par-delà les traditions, les cultures, les continents, parle au coeur de l'homme: celui de l'émotion", indiquent les organisateurs.

"Issue d'une tradition héritée des grands maîtres du violon, Isabelle Meyer est la première femme violoniste de la jeune génération à innover dans le monde de la musique classique où elle mêle différents arts et différents artistes avec bonheur", écrivent-ils dans leur dossier de presse.

Elle se produit dans ses propres créations: les concerts-spectacles Art-en-Ciel. Elle a par exemple déjà collaboré avec l'astrophysicien Hubert Reeves, l'écrivain et philosophe Luc Ferry, l'animateur radio Frédéric Lodéon, la compositrice Sylvis Courvoisier ou encore le clarinettiste Michel Lethiec.

Dans ce nouveau spectacle, présenté à la salle des Morettes de Prangins, l'idée est de partir "à la recherche de la dimension sauvage et spontanée de la musique et de la danse à travers les nombreux folklores en Europe". Samedi soir, le violon d'Isabelle Meyer "Lady Vivaldi" fera danser cinq champions du hip-hop, de break, de krump et autres danses actuelles.

L'entrée est gratuite pour les enfants jusqu'à 14 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Quarante-deux artisans à la rencontre de la population vaudoise

Publié

le

Les Journées européennes des métiers d'art offrent la possibilité de rencontrer des artisanes et des artisans d'art dans leur atelier privé (ici Ian Ashdown, restaurateur d'armes anciennes et d'objets métalliques en 2019 à Onnens). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Journées européennes des métiers d'art (JEMA) se tiendront dès vendredi et jusqu'au 2 avril en terre vaudoise. Gratuite, la manifestation organisée par le Canton offre la possibilité de rencontrer des artisans d'art dans leur atelier privé (38 propositions sur inscription) ainsi qu'au château de Morges (quatre propositions sans inscription).

Durant trois jours, 42 artisans, dont 14 nouvelles participations, transmettront leur passion et quelques-uns de leurs secrets professionnels, écrit l'Etat de Vaud dans un communiqué.

La présence de la relève sera assurée par la filière céramique du Centre d'enseignement professionnel de Vevey (CEPV) et la filière bijouterie de l'Ecole technique de la Vallée de Joux. La scénographie de l'espace d'accueil permanent situé au château de Morges sera signée par un apprenti polydesigner 3D du CEPV, Max Heer, dans le cadre de ses travaux de fin de formation.

Les traditionnels ateliers d'éveil gratuits (4-12 ans) et Rencontres écoles et métiers d'art sont reconduits. Les premiers se dérouleront au château de Morges (sur inscription) et permettront au public de se familiariser avec la mise en scène et de repartir avec une création originale. Les inscriptions aux deuxièmes, destinées aux classes vaudoises, ouvriront dès lundi pour des activités se déroulant entre fin avril et fin juin 2023.

Une nouveauté est annoncée en matière de médiation culturelle pour les écoles. L'appel à projets "La culture, c'est classe!" destiné jusqu'ici aux artistes professionnels, s'ouvre à deux artisans d'art désireux de transmettre leurs connaissances dans le cadre d'un projet participatif en milieu scolaire. Le dépôt des projets sera possible en août 2023 pour des interventions en classe au cours de l'année scolaire 2023-2024.

www.metiersdart.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

L'ancien conseiller d'Etat vaudois UDC Marcel Blanc est décédé

Publié

le

L'ancien conseiller d'Etat vaudois Marcel Blanc est décédé vendredi à l'âge de 88 ans (archives). (© ARC SIEBER)

L'ancien conseiller d'Etat vaudois Marcel Blanc est décédé vendredi à l'âge de 88 ans. Le ministre UDC a exercé sa fonction de 1978 à 1991. Cet agriculteur de profession a été chef des travaux publics et de l'aménagement du territoire.

Marcel Blanc a présidé le gouvernement vaudois à deux reprises, en 1982 et 1988, rappelle le Conseil d'Etat dans un communiqué samedi annonçant "avec grande tristesse" ce décès. Ce Département qu'il a occupé durant treize ans est l'équivalent de l'actuel Département des infrastructures et des ressources humaines.

Marcel Blanc était entré le 5 mars 1978 au gouvernement et avait annoncé sa démission au mois d'août 1991, en cours de législature. Toujours brillamment réélu, il était considéré comme le plus populaire des magistrats vaudois et avait fortement marqué l'action de l'exécutif.

Protection de Lavaux et TSOL

En quittant le château Saint-Maire, Marcel Blanc avait exprimé une fierté particulière pour les importants dossiers qu'il avait eu à conduire, souligne le Canton. Et de citer, en 1979, la loi sur le plan de protection de Lavaux (LLavaux) à la suite de l'acceptation de l'initiative "Sauver Lavaux" par le peuple vaudois, le 12 juin 1977. C'est lui également qui avait porté la loi sur l'aménagement du territoire en 1985, de même que le Plan directeur cantonal (1987).

Sans oublier la construction du tramway du sud-ouest lausannois, le TSOL devenu le m1, inauguré le 25 juin 1991. M. Blanc avait en particulier ½uvré pour obtenir une subvention fédérale de près de 45 millions de francs pour la construction de cette ligne.

Né le 12 mars 1935 à Brenles, près de Moudon, il était agriculteur de profession. Il a été élu à l’exécutif de la commune de Brenles lors des élections de 1957, avant de devenir syndic de sa commune en 1961, fonction qu'il a occupée huit ans.

Député de 1970 à 1978

Marcel Blanc a également siégé au Grand Conseil de 1970 à 1978. Il a présidé son parti, le Parti des artisans, paysans et indépendants (PAI) devenu ensuite l'Union démocratique du centre (UDC).

Il a aussi été membre de plusieurs commissions extraparlementaires, dont notamment la Commission fédérale de la navigation aérienne et la Commission internationale pour la protection des eaux du lac Léman contre la pollution. Entre 1997 et 2000, il a été membre des Comités des Conseils régionaux de la Société suisse de radiodiffusion et télévision. Il avait le grade de major au sein de l’armée.

"Le Conseil d’Etat tient à rendre hommage à Marcel Blanc pour son important engagement pour le Canton de Vaud, ses institutions et sa population. Au nom des autorités cantonales, le gouvernement présente à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances", écrit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Une marche pour sensibiliser à l'endométriose

Publié

le

Il faudra se vêtir de jaune, la couleur de la sensibilisation à l'endométriose, ce samedi à la Riponne. © S-Endo

Ce samedi, la Riponne sera le point de départ d'une Endomarche, un évènement d'ampleur mondiale qui a pour but de faire connaître l'endométriose et encourager la recherche sur cette maladie.

En Suisse, 1 personne menstruée sur 10 souffrirait d’endométriose. Cette maladie gynécologique se caractérise par le développement de cellules de l'endomètre en dehors de l’utérus quand elles devraient normalement se développer à l'intérieur de ce dernier. L'endométriose génère de fortes douleurs mais n’est pas toujours diagnostiquée car encore méconnue il y a quelques années. Les précisions de la présidente de l'association S-Endo, qui soutient les personnes atteintes de l'endométriose : 

ElsaPrésidente de l'association S-Endo

Le mois de mars est celui de sensibilisation à l’endométriose. C'est dans ce cadre qu'aura lieu ce samedi à Lausanne une Endomarche. Elle est mise sur pied par l’association S-Endo. On écoute Elsa, sa présidente.

ElsaPrésidente de l'association S-Endo

S-Endo espère une centaine de personnes dans les rues de Lausanne. Celles et ceux qui veulent participer à l’Endomarche sont encouragés à se vêtir de jaune, la couleur de sensibilisation à l’endométriose.

Plus d'infos sur S-Endo.ch

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Ne vous risquez pas dans une affaire hasardeuse, vous n’êtes pas suffisamment informé. Une perte d’argent pourrait, alors, se produire...

Les Sujets à la Une

X