Rejoignez-nous

Vaud

Le plénum veut soutenir l'agriculture, après de longs débats

Publié

,

le

Le Grand Conseil a largement débattu ce mardi après-midi d'une résolution soutenant l'agriculture vaudoise. (Image d'illustration © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Une grande partie de la séance de ce mardi après-midi au Grand Conseil vaudois fut consacrée à un soutien à l'agriculture cantonale. Un texte, non contraignant pour le gouvernement, qui a divisé le plénum. Ce dernier est finalement parvenu à un consensus.

La révolte paysanne de Suisse et d'Europe a atteint le Grand Conseil vaudois ce mardi. Une résolution de la députée PLR - et elle-même paysanne - Laurence Cretegny souhaitait montrer le soutien du plénum vaudois à la condition des agriculteurs dans le canton. Cinq revendications étaient proposées aux députés. Mais rapidement, un clivage gauche droite s'est créé, non pas sur le soutien en tant que tel, mais sur un des points du texte, une résolution, qui rappelons-le, n'est pas contraignant pour le gouvernement.

Laurence CretegnyDéputée PLR au Grand Conseil

L'auteure du texte se disait d'ailleurs triste de la tenue des débats devant ses collègues députés :

Laurence CretegnyDéputée PLR au Grand Conseil

Son collègue de parti Mathieu Balsiger, lui aussi agriculteur, soulignait le clivage du plénum, et l'opposition entre "écologie à tout prix" et "agriculture nourricière" :

Mathieu BalsigerDéputé PLR au Grand Conseil

Le point de discorde était une des revendications de la résolution. Celle qui évoque "moins d'écologie absurde", qui sacrifierait selon le texte la production agricole en Suisse, notamment avec des mesures imposées.

Ce point ne convenait pas notamment au socialiste Stéphane Montangero :

Stéphane MontangeroDéputé socialiste au Grand Conseil

Le point de discorde était partagé par la cheffe du groupe des Verts :

Rebecca JolyDéputée verte au Grand Conseil

Concensus finalement trouvé

Au bout de plus de deux heures de débat, le président du Grand Conseil a suspendu la séance, pour tenter de trouver un compromis avec les différents chefs de groupe.

Un compromis finalement accepté à une écrasante majorité, 129 oui pour 6 refus et 9 abstentions. Mais les changements apportés à sa résolution ne conviennent pas totalement à la députée Laurence Cretegny :

Laurence CretegnyDéputée PLR au Grand Conseil

Le compromis a finalement été soutenu par la gauche.

Rebecca JolyDéputée verte au Grand Conseil

Ce n'est qu'un premier pas en direction d'un soutien. Le député socialiste Stéphane Montangero ne veut pas en rester là :

Stéphane MontangeroDéputé socialiste au Grand Conseil

Présente lors des débats, la ministre vaudoise de l'agriculture Valérie Dittli a souligné que ces discussions devaient dépasser les clivages politiques :

Valérie DittliConseillère d'Etat vaudoise en charge de l'agriculture

La ministre reconnait un système complexe, où de nombreux acteurs sont concernés :

Valérie DittliConseillère d'Etat vaudoise en charge de l'agriculture
Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Lausanne: plongée dans les collections du Naturéum et du MCAH

Publié

le

L'exposition "Spécimens 24" propose une plongée dans les collections du Naturéum et du MCAH. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Naturéum (Muséum cantonal des sciences naturelles) et le MCAH (Musée cantonal d'archéologie et d'histoire) explorent leurs collections dans une nouvelle exposition. "Spécimens 24" se dévoile jusqu'au 30 mars 2025 au Palais de Rumine et au Jardin botanique cantonal de Lausanne, mais aussi dans d'autres lieux du canton.

Cette exposition vise à interroger le rôle des musées scientifiques aujourd'hui et à rappeler l'importance des spécimens, "au coeur des collections muséales de sciences", indiquent les deux institutions vaudoises. Quelles sont les raisons d'être des collections scientifiques, autant anciennes que récentes? Quels critères doivent guider la sélection des spécimens? Telles sont quelques-unes des questions qui sont abordées dans "Spécimens 24".

Le parcours de l'exposition est centré sur "trois fonctions cardinales": se souvenir, étudier et transmettre. Ce parcours est complété par un volet consacré aux tourbières, "un environnement naturel très spécifique", présenté dans les espaces publics du conservatoire du Jardin botanique cantonal, poursuit le dossier de presse.

Les visiteurs pourront prolonger l'exposition sur d'autres sites, des partenariats ayant été conclus avec Plateforme 10, les Sites et Musée romains d'Avenches et l'Université de Lausanne. Différents artistes y présenteront leurs oeuvres pour faire "dialoguer arts et sciences".

"Spécimens 24" s'accompagne aussi d'un programme de médiation: visites guidées, débats, conférences, ateliers pour enfants et adultes, projections et contes pour enfants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un nouveau directeur à l'Eracom de Lausanne

Publié

le

Un nouveau directeur à la tête de l'Eracom à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Antoine Oberholzer est le nouveau directeur de l'Ecole romande d'arts et communication (Eracom) à Lausanne. Désigné par le Conseil d'Etat vaudois, il prendra ses fonctions le 1er août à la place de Serge Overney qui a fait valoir son droit à la retraite.

Au bénéfice d'une licence en sociologie et anthropologie et d'un CAS en administration et gestion d’institutions de formation, M. Oberholzer travaille depuis 2001 à l'école professionnelle commerciale du Chablais (Epca). Engagé en tant qu'enseignant, il y a occupé la fonction de doyen dès 2009, avant d'en être promu directeur en 2018.

Pour rappel, l'Eracom a vécu plusieurs crises ces dernières années, entraînant plusieurs changements au niveau de la direction. Fin 2023 encore, des enseignants et leur syndicat avaient dénoncé un climat de travail "toxique" et des dysfonctionnements en matière de management.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de soixante spectacles à l'affiche de Beausobre à Morges

Publié

le

Sophie Marceau est l'une des têtes d'affiche de la nouvelle saison du théâtre de Beausobre (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le Théâtre de Beausobre a dévoilé jeudi l'affiche de sa prochaine saison, riche d'une soixantaine de spectacles. Plusieurs figures de la scène théâtrale et musicale française défileront à Morges (VD), à l'instar notamment de Sophie Marceau et Renaud.

Comme chaque année, Beausobre accueillera plusieurs pièces des théâtres parisiens. Outre Sophie Marceau, qui partage la scène avec François Berléand dans "La Note", Yvan Attal, Stéphane de Groodt, Jonathan Lambert, Alessandra Sublet, Florence Pernel, Stéphane Freiss, Régis Laspalès, Michel Fau, Christiana Reali, Lionel Abelanski, Camille Cottin, Julien Aluguette ou encore Virginie Lemoine sont annoncés.

Côté musical, les programmateurs promettent des concerts "multiculturels dans des styles variés et colorés." Ibrahim Maalouf, Angélique Kidjo Christophe Willem, Kimberose, Renaud, Chilly Gonzales, Clara Ysé, les soeurs Katia et Marielle Labèque et Brad Mehldau seront notamment de la partie.

La Geneva Camarata présentera "La Danse du soleil" où se mêleront musique classique, danse et théâtre. Parmi les autres propositions musicales de la saison, la salle du CUBE accueillera Noé Preszow, Flèche Love et Phanee de Pool pour un week-end spécial de concerts debout.

Les adeptes de danse auront aussi droit à plusieurs spectacles avec le Gala des étoiles de Cuba, Hervé Koubi, Beaver Dance Company, Queen Blood et le Béjart Ballet Lausanne.

Au chapitre humour, c'est le Vaudois Simon Romang qui ouvrira la saison avec son seul en scène "Poussette". Suivront Manu Payet, Panayotis Pascot, Philippe Lellouche, Isabelle Nanty, Christelle Chollet, Véronique Gallo ou encore Bérengère Krief.

Beausobre proposera également une gamme de spectacles familiaux, allant du cirque à la magie en passant par le théâtre et les marionnettes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Yverdon: une trentaine de projets au Festival le Castrum

Publié

le

Le Festival le Castrum se déroulera dans treize lieux d'Yverdon, du centre-ville au bord du lac (photo d'illustration). (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

La 24e édition du festival le Castrum aura lieu du 8 au 11 août à Yverdon-les-Bains (VD). Pendant quatre jours, 28 projets pluridisciplinaires réunissant 99 artistes mettront à l'honneur les arts vivants dans treize lieux de la ville, du château jusqu’aux rives du lac.

Attaché à faire vivre la ville autrement lors de chacune de ses éditions, le festival se déploie cet été dans de nouveaux lieux pour permettre de découvrir les ruelles, places et bâtiments emblématiques d'Yverdon sous un jour inédit. Comme l'an dernier, le Castrum investira également les rives du lac, ont indiqué mercredi les organisateurs.

Les projets présentés lors de cette édition 2024 flouteront les frontières entre les disciplines artistiques et viendront dialoguer avec l'architecture des lieux. lls prendront la forme de dix spectacles, neuf concerts, deux cinés-concerts, deux dj-sets ainsi que deux expositions-installations.

De mèches

A l'affiche notamment, le spectacle Bitbybit revisitera de manière contemporaine la technique de cirque traditionnelle de la mâchoire d'acier. Autre duo, Surcouf se déroulera sur l'eau et met en scène deux personnages tentant de garder le cap.

Elaborés autour des notions d'interdépendance et d'entraide, Bakana et Gravir sont deux spectacles portés par des collectifs de circassiennes. Le premier utilise la technique de la capilotraction (suspension par les cheveux) et, le second, la voltige.

Le lieu culturel "La Dérivée" proposera une variété d'activités durant toute la durée du festival. Parmi elles, la fresque participative Vortex Urbain.

Au centre, la place de l'Amitié accueillera la pièce "Splatsch!". L'Hôtel-de-Ville ouvrira ses combles aux publics lors du spectacle déambulatoire "Éloge de l'ombre", en collaboration avec le Théâtre Benno Besson. Le Castrum 2024 propose également un finissage de l'exposition "Fings" au Centre d'art contemporain Yverdon (CACY).

Besoin de soutien

Festival pluridisciplinaire gratuit depuis 1979, le Castrum fait face à un challenge financier conséquent en raison de l'augmentation générale des coûts d'organisation, explique-t-il dans son communiqué. Il a aujourd'hui besoin de soutien pour pouvoir pérenniser ses activités.

Et de souligner que toute personne souhaitant apporter son aide peut acheter un billet fictif via la billetterie de soutien, devenir membre de l'Association Castrum & Cie ou encore effectuer une donation libre.

www.lecastrum.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Ne forcez pas contre des douleurs répétitives aux genoux et au dos ! Elles sont le reflet des tensions accumulées… Il ne faut pas passer outre !

Les Sujets à la Une

X