Rejoignez-nous

Vaud

Morges : la Galère à nouveau sur le point de sombrer

Publié

,

le

La Galère « La Liberté » navigue à nouveau en eaux troubles.

Une dizaine de mois après avoir frôlé la faillite, le bateau amarré à Morges ne bougera pas en 2018.

Dans les colonnes du "24 heures", l’association qui gère le navire annonce qu’il sera mis en cale sèche faute de moyens financiers. Les trois employés ont aussi été licenciés.

Concrètement, la Galère, mise à l’eau en 2001, doit être rénovée. Des travaux estimés à plus de 600'000 francs, qui sont impossibles à payer pour l’association.

En parallèle, une étude de 127 pages financée en partie par le canton montre la non-viabilité du "business model" actuel.

Alors aujourd’hui, l’association de la galère « La Liberté » appelle à l’aide et demande l’appui financier de la ville de Morges.

Un SOS entendu par la Municipalité, qui souhaite prendre le temps d’étudier la situation.

Le syndic, Vincent Jaques :

Vincent JaquesSyndic, Morges

Quoi qu’il en soit, pour le Syndic de Morges, Vincent Jaques, d’importants changements sont nécessaires pour assurer l’avenir de la Galère :

Vincent JaquesSyndic, Morges

Toujours selon le Syndic de Morges Vincent Jaques, la Municipalité rendra sa décision de soutenir la Galère, ou pas, dans les six mois.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Le canton de Vaud fait le deuil du tabou autour de la mort

Publié

le

Pour la ministre de la santé, Rebecca Ruiz, il est important de se préparer aux changements induits par le vieillissement de la population. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le canton de Vaud veut briser le tabou autour de la mort. Il organise, sur demande du Grand Conseil, un symposium de quatre jours sur cette question. L'événement commence ce mercredi à Lausanne. Au programme: conférences, ateliers, spectacles et tables rondes.

Le noir n'est pas la seule teinte de la mort. Le canton de Vaud organise "Les couleurs de la mort". L'événement, qui commence ce mercredi et durera jusqu'à samedi, vise à briser les tabous autour de cette question. Associé à Palliative Vaud, le Canton propose divers événements sur inscription à Lausanne. Retour sur l'origine du projet avec Rebecca Ruiz, conseillère d'état chargée de la santé et de l'action sociale.

Rebecca RuizConseillère d'Etat chargé de la santé et de l'action sociale

Un programme varié

Parmi les événements proposés: des conférences de spécialistes et des tables rondes. Parmi les intervenants : l'ancien directeur de la division "maladies transmissibles" de l'Office fédéral de la santé publique, Daniel Koch. Jeudi soir, il reviendra sur la gestion de la crise covid et les erreurs qui ont pu être commises.

Le programme compte aussi des rendez-vous plus légers. On retrouve la ministre, Rebecca Ruiz.

Rebecca RuizConseillère d'Etat chargé de la santé et de l'action sociale

Les inscrits pourront notamment assister à une performance de Thomas Wiesel, "La mort, si on en riait?". Ce sera samedi soir.

Un défi de taille

Outre briser le tabou de la mort, le canton de Vaud veut aussi sensibiliser la population à l'aube d'un défi majeur pour notre société: le vieillissement de la population. Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat chargée de la santé et de l'action sociale.

Rebecca RuizConseillère d'Etat chargé de la santé et de l'action sociale

"Les couleurs de la mort’’ doit aussi permettre aux autorités de tirer les leçons pour mieux anticiper l'avenir. Rebecca Ruiz ministre vaudoise chargée de la santé et de l'action sociale.

Rebecca RuizConseillère d'Etat chargé de la santé et de l'action sociale

Les couleurs de la mort, c'est jusqu'à samedi à l'Aula des Cèdres de l'avenue de Cour à Lausanne. Tout le programme est à retrouver sur le site de l'événement. Attention l'inscription est obligatoire.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: des initiations sportives pour les jeunes

Publié

le

La manifestation est organisée aux abords du Musée olympique (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Semaine olympique reprend ses quartiers dans les environs du Musée olympique à Lausanne. Durant la première semaine des vacances d'automne, du 16 au 20 octobre, les jeunes âgés de 8 à 15 ans pourront s'initier à différents sports.

Après deux éditions tenues en ligne en raison de la pandémie, la Semaine olympique est de retour. Pour sa 41e édition, elle propose plus de 23 initiations sportives ainsi que des ateliers sur le journalisme sportif, la santé dans le sport ou la conservation des objets dans un musée.

Des activités pour tous seront organisées en fin de journée. Les enfants et leurs familles pourront notamment rencontrer des athlètes ou assister à des démonstrations sportives. Toutes les activités sont gratuites, mais l'inscription en ligne est obligatoire car les places sont limitées. L'événement se tient du parc olympique aux quais d'Ouchy, en passant par le collège de l'Elysée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La stratégie vélo fait encore débat

Publié

le

Après de longs débats au Grand Conseil, la stratégie vélo du canton de Vaud va pouvoir se concrétiser (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La stratégie vélo du canton de Vaud a, une nouvelle fois, longtemps accaparé le Grand Conseil. Mardi lors du deuxième débat, la droite a tenté en vain de modifier le projet initial du Conseil d'Etat.

Via un amendement, Jean-Luc Bezençon a demandé d'enlever 1,8 million de francs à un projet de décret de 28,6 millions, destinés à financer des études en vue notamment de l'aménagement du réseau cyclable cantonal.

Le député PLR s'en est pris précisément aux dix postes (équivalents plein temps), essentiellement des ingénieurs, qui seront créés au sein d'un centre de compétences vélo à la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR).

Selon M. Bezençon, huit postes seraient suffisants pour réaliser ces études, ajoutant que l'Etat de Vaud avait toujours tendance à "viser très haut" lorsqu'il s'agit de créer des postes. "On pourrait arriver au même résultat en visant plus bas", a-t-il assuré.

"Une taquinerie"

La gauche a critiqué une "taquinerie", une volonté de la droite de "mettre son grain de sel" et "d'amputer" un projet en supprimant deux postes "sortis du chapeau".

La Verte Alice Genoud a notamment martelé qu'il fallait suffisamment "de cerveaux" pour mettre en place cette stratégie ambitieuse. "Nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures", a-t-elle dit, soulignant le retard vaudois en matière d'aménagements cyclables.

De son côté, la conseillère d'Etat en charge du dossier, Nuria Gorrite, a demandé aux députés de "faire confiance au calibrage" prévu par la DGMR au sujet de ce futur centre de compétence vélo.

La ministre a été entendue et l'amendement Bezençon a été refusé (75 non, contre 66 oui) avec les voix de la gauche, additionnées à celles des Vert'libéraux et de quelques PLR.

Surfaces agricoles

Un autre amendement de la droite, du libéral-radical Loïc Bardet, est ensuite revenu sur la question des terres agricoles qui devront être sacrifiées pour construire des pistes cyclables. Le député a demandé que ces surfaces d'assolement (SDA) ne soient "en principe" pas utilisées, sauf s'il n'y avait pas d'alternatives.

Nuria Gorrite lui a répondu que de telles "précautions" existaient déjà dans le Plan directeur cantonal. Avant d'empiéter sur les SDA, il est déjà exigé de "faire la démonstration qu'il n'y a pas d'alternative", a-t-elle dit, jugeant dès lors cet amendement "un peu excessif".

Là aussi, les députés ont suivi l'avis de la conseillère d'Etat, mais de peu, l'amendement étant refusé pour une voix.

Troisième débat nécessaire

Le Grand Conseil s'est ensuite penché sur un deuxième projet de décret, de 13,25 millions de francs cette fois-ci. Celui-ci englobe des subventions que l'Etat accordera pour construire le réseau cyclable cantonal.

Les députés n'ont pas remis en cause ce crédit. Mais comme Jean-Luc Bezençon a retiré un amendement qui avait été accepté en premier débat, un troisième et dernier débat sera nécessaire avant de valider définitivement ces premiers paquets de la stratégie vélo.

Présentée en novembre dernier par le Conseil d'Etat, cette stratégie vise à ce que le vélo représente 10% des déplacements dans le canton de Vaud en 2035, contre une part de 2,2% en 2015 (derniers chiffres à disposition). Cela passera, entre autres, par un développement des aménagements réservés aux cyclistes, de 180 km actuellement à 500 km d'ici quinze ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le Grand Conseil va se pencher sur une baisse exceptionnelle des taxes cantonales

Publié

le

La proposition PLR sera débattue en commission. (Image prétexte). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Diminuer les taxes cantonales de 20% pour aider les Vaudois à faire face à l'inflation. Cette proposition a été portée hier par la PLR Florence Gross devant le Grand Conseil vaudois. Elle a été transmise à une commission pour analyse, sur demande de la gauche et du centre.

Inflation et crise énergétique se sont invitées dans les discussions du Grand Conseil vaudois. Ceci au travers d'une motion portée aujourd'hui par la PLR Florence Gross. La députée a proposé de baisser toutes les taxes cantonales de 20% durant une année. Ses précisions.

Florence GrossDéputée PLR au Grand Conseil vaudois

Cette motion passera entre les mains d'une commission, malgré la volonté de la députée de la transmettre directement au gouvernement pour qu'il rédige un projet. Plusieurs voix se sont, en effet, élevées pour critiquer une motion bien trop vague. Parmi elles, celle du député socialiste et syndic d'Yverdon Pierre Dessemontet.

Pierre DessemontetDéputé PS au Grand Conseil vaudois

90 millions de coupes

Florence Gross, elle, a fait ses calculs.

Florence GrossDéputée PLR au Grand Conseil vaudois

Mais la gauche n'est toujours pas convaincue. Pour le socialiste et syndic d’Yverdon, Pierre Dessemontet, ce chiffre est encore trop incertain.

Pierre DessemontetDéputé PS au Grand Conseil vaudois

Un long processus

Le texte passera donc entre les mains d’une commission. Une déception pour la PLR Florence Gross, car l’action ne sera de toute façon pas immédiate.

Florence GrossDéputée PLR au Grand Conseil vaudois

Si la motion lui est transmise après analyse, le Conseil d'Etat aura une année pour répondre au texte.

Continuer la lecture

Coronavirus

Vaud lance sa campagne automnale de vaccination contre le Covid-19

Publié

le

La vaccination de rappel demeure gratuite (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Vaud lance sa campagne automnale de vaccination et propose à la population une dose de rappel avec un nouveau vaccin Moderna bivalent. Dès aujourd’hui, les personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes vulnérables peuvent s'inscrire pour recevoir gratuitement leur injection de rappel, a annoncé mardi le canton.

Les premières administrations de vaccin bivalent se feront uniquement à partir du 10 octobre, précise-t-il. Les personnes de 16 à 64 ans qui souhaitent bénéficier d'un rappel pourront s'inscrire prochainement. Le nouveau vaccin Moderna dit "bivalent" cible la souche originelle du Covid plus une souche d'Omicron.

Le rappel doit être administré au moins quatre mois après la dernière vaccination ou après la guérison, et ce pour tous les groupes d'âge, souligne-t-on encore.

Sept centres et des pharmacies renforcées

"Ces deux dernières années ont montré que l'automne est propice à une hausse de la transmission du Covid-19, en raison de la multiplication des contacts étroits dans les espaces clos lorsqu'il fait froid. Vaud est bien armé pour faire face à cette augmentation des contaminations puisque plus de 98% de sa population présente des anticorps, grâce notamment à un excellent taux de vaccination", écrivent les autorités cantonales.

La vaccination est offerte sur l'entier du territoire vaudois, avec des centres à Nyon (CMC), Gland (clinique de la Lignière), Rennaz (HRC), Payerne (HIB), Morges (eHc) et Lausanne (Unisanté et Bois-Cerf). Des pharmacies renforcées à Avenches, Clarens, Lausanne, Orbe, Prilly, Rolle, Signy, Vallorbe et Yverdon complètent ce dispositif.

Quelques cabinets médicaux ayant déjà vacciné en 2021 proposeront également cette prestation dans des régions de montagne éloignées d'un centre de vaccination.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X